En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

05.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 32 sec
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 42 min 57 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 53 min 14 sec
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 5 heures 17 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 33 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 44 min 18 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 1 heure 10 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 2 heures 34 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 3 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 4 heures 12 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 5 heures 56 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 6 heures 28 min
Appel à la résistance

L'anglais, plus qu'une langue un mode de pensée

Publié le 07 avril 2012
Quand l'uniformisation s'installe dans les goûts, les idées, dans la vie quotidienne, dans la conception même de l'existence, alors la pensée unique domine. La langue anglaise domine le monde et sert aujourd'hui de support à cette pensée unique. Mais le français est bien vivant. Extraits du plaidoyer de Claude Hagège "Contre la pensée unique" (1/2).
Claude Hagège
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Hagège est linguiste, professeur honoraire au Collège de France et lauréat de la médaille d'or du CNRS.Il est l'auteur de Contre la pensée unique (Odile Jacob, 2012)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand l'uniformisation s'installe dans les goûts, les idées, dans la vie quotidienne, dans la conception même de l'existence, alors la pensée unique domine. La langue anglaise domine le monde et sert aujourd'hui de support à cette pensée unique. Mais le français est bien vivant. Extraits du plaidoyer de Claude Hagège "Contre la pensée unique" (1/2).

L’exportation de l’anglais joue un rôle essentiel dans la diffusion de l’idéologie américaine et de la conception que l’on se fait, outre-Atlantique, de la politique et de la démocratie. Ce lien étroit entre la pensée et la langue a été souligné, notamment, par les auteurs qui ont soutenu ce que l’on appelle l’hypothèse Humboldt-Sapir-Whorf, du nom de trois linguistes des XIXe et XXe siècles, repris par d’autres linguistes, tels que L. Hjelmslev, K. Vossler, J. Trier, C. Bally, S. Ullmann, et divers philosophes comme E. Cassirer (cf. Mounin, 1963, p. 45-46).

Selon cette analyse, chaque langue, de par les sélections qu’elle opère à travers la réalité objective, structure la pensée à sa manière, ce que formule par exemple le mot de W. von Humboldt assurant (dans un essai réédité en 2000) qu’on ne peut sortir du « cercle défini et délimité de sa propre langue ». Si l’on admet cette hypothèse, alors l’anglais, dans la mesure où il impose la vision du monde qui est celle des anglophones, est un important levier du pouvoir, et l’on comprend que les dirigeants américains accordent une telle importance à son enseignement : ils considèrent que le style de vie ainsi que les valeurs dont le vecteur est l’anglais, lesquels sont ceux des États-Unis, se répandront dans le monde à raison de la diffusion de l’anglais lui-même.

Posséder les mots et les diffuser, c’est posséder la pensée. « C’est une erreur, disait en 1978 le président J. Carter, de sous-estimer le pouvoir des mots, et des idées qu’incarnent les mots » (cité par Reinhart, 1980, p. 18). Dans la mesure où les mots que l’on entend promouvoir sont ceux de l’anglais, et où le forum planétaire a un centre qui se trouve aux États-Unis, il apparaît clairement que la philosophie à visée universaliste que l’on semble vouloir instaurer est en réalité, loin d’être apatride, celle que promeut la conviction d’une mission universelle de l’Amérique et d’elle seule. Ce que veulent les idéologues de la haute politique américaine, parfaitement conscients de l’importance de la pensée, des mots, de la langue, ou, du moins, ce qu’ils voulaient au moment de la puissance la plus forte des États-Unis n’était rien de moins que la conquête de l’esprit des hommes.

La victoire est assurée, dans cette compétition, pour celui qui a su créer des liens issus d’une culture commune, et donc producteurs de représentations communes qui se révèlent plus solides, grâce à la puissance de leur intériorisation et la dose d’irrationnel générée par le mimétisme, que les solidarités purement économiques.

Il existe un document américain confidentiel destiné au British Council, où l’on peut aisément déceler une claire conscience de l’action de la langue dans le façonnement des esprits : c’est l’Anglo-American Conference Report de 1961, où il est écrit que la « langue dominante » doit « imposer une autre vision du monde » (cf. Hagège, 2006a, p. 64). Un instrument particulièrement efficace pour que s’impose une langue, et que s’insinuent, dans son sillage, des modes de pensée, est le cinéma. C. Autant-Lara, cinéaste français qui passa de nombreuses années dans les studios de Hollywood, note dans un de ses livres (1992, p. 37) que, au début de la décennie 1980-1990, il entendait les dirigeants des plus grandes compagnies déclarer ouvertement ce qui était, en fait, un programme conçu dès la fin des années 1920 : se saisir de la part du lion dans les salles de projection européennes, populariser partout en Europe, puis dans le monde, l’« American way of life » et l’« American way of thinking ».

_________________________________

Extrait de Contre la pensée unique, Odile Jacob (12 janvier 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Occidentale
- 10/04/2012 - 16:03
oui,sacré NYOR qui trainez en gros sabots sur le site
si vous repassez :
au départ de l'histoire c'est quand même le problème de l'oeuf et de la poule
d'abord, une langue morte n'a plus de néologismes puisqu'il faut le spécifier
et il y un processus
un mode de penseR est structuré par la langue et la particularité de sa grammaire qui est l'intelligence d'une langue
mais la pensée gambade en liberté pour des frictions en mouvements novateurs ( dans divers univers, littérature, art; technologie...and so and comme disait mon professeur d'anglais )
la pensée en mouvement dynamise la structure du penseR de la langue, la "modernise"
ce n'est pas parce qu'on ne parle plus comme Villon que l'écriture rimbaldienne n'est pas sublime
c'est cette faculté de la pensée à être libre qui hérissent tant le Kommissaire du peuple et l'ayatollah
et Mr Haggège est un psycho-rigide obsessionnel qui fait dans l'anti américanisme primaire
François 38
- 08/04/2012 - 19:34
Où est le danger?
Notre culture est certainement plus en danger par le comportement de certaines communautés vivant sur le territoire national que par l'influence anglo-saxonne . Lorsqu'on s'en rendra compte il sera hélas trop tard , ne nous trompons donc pas de combat. Il n'est en revanche pas interdit de changer de chaîne de télévision si une série américaine vous insupporte. Et pour terminer ,moyennant moins de dix euros il n'est pas interdit non plus de s'offrir quelques chefs-d'oeuvre de la littérature européenne (ou américaine) . D'autre part, le fait de supprimer l'épreuve de culture générale à l'entrée à Science-Po, là est une véritable raison d'être scandalisé certainement plus que par la présence de Disneyland Paris!
NYOR
- 08/04/2012 - 19:06
SimK
Contresens : ce qui dit Claude Hagège, c'est que tout mode de pensée se construit depuis la langue, et non l'inverse. Le prisme du langage influe sur notre compréhension du monde extérieur.