En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 40 min 26 sec
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 1 heure 48 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 7 heures 18 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 8 heures 58 min
décryptage > Europe
UE

Déficit : hypocrisies, contradictions et jeux de dupes à tous les étages européens

il y a 9 heures 37 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 1 heure 55 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 4 heures 52 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 5 heures 50 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 9 heures 15 min
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 18 heures 22 min
© AFP
© AFP
Rivalités

Jupiter à l'Acropole : Emmanuel Macron s'engagerait-il dans un début de bras de fer avec l'Allemagne?

Publié le 09 septembre 2017
Emmanuel Macron prononçait son discours d'Athènes, dit de "refondation européenne" ce 7 septembre.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron prononçait son discours d'Athènes, dit de "refondation européenne" ce 7 septembre.

Atlantico : Emmanuel Macron prononçait son discours d'Athènes, dit de "refondation européenne" ce 7 septembre. Ce discours a-t-il été à la hauteur de son intitulé?

Christophe Bouillaud : L’histoire le dira. Personne ne sait sur le moment si un discours aura été historique, et non plus dans quel sens il jouera finalement. Par contre, l’élément le plus intéressant de ce discours me parait être la reprise du thème par le Président français selon lequel la crise européenne n’est pas finie d’une part et que ce qui s’est passé en Grèce fait partie de cette crise d’autre part. Le choix d’une mise en scène presque excessive de la référence à la Grèce berceau de la démocratie – à la manière d’un philhellène comme Valéry Giscard d’Estaing  en son temps -  a bien souligné l’importance de cette mise en cause des responsabilités européennes dans la crise grecque. Un pays qui dispose du Parthénon ne peut pas être habité par des personnes aussi méprisables que ne l’a dit la presse allemande populaire pendant des années. C’est tout de même un autre cadrage que celui qui a prévalu de 2010 à 2015 qui a attribué toute la responsabilité de la crise grecque exclusivement aux Grecs eux-mêmes.  Il est assez surprenant d’ailleurs que le Commissaire européen, Pierre Moscovici, ait fait ces jours-ci des déclarations assez similaires sur le « scandale démocratique » qu’aurait représenté le fonctionnement de l’Eurogroupe pendant la crise grecque. Quoi qu’il en soit, aller dire en Grèce que tout n’est pas de la faute de la Grèce, c’est vraiment pour le coup une rupture avec la doxa admise à Bruxelles et à Berlin, même si E. Macron adopte par ailleurs la position allemande sur le besoin d’une présence pérenne du FMI dans le soutien à la Grèce.
 

Par ailleurs, sauf à se déjuger ensuite, Emmanuel Macron semble bien aller dans le sens d’un vrai saut qualitatif dans la poursuite de l’intégration européenne. Réclamer solennellement cela ne va pas de soi pour un Président français dans la mesure même où c’est surtout le non français au Traité constitutionnel européen en 2005 qui a marqué l’officialisation de la rupture entre les élites porteuses du projet européen et une partie des Européens. Il parle d’ailleurs d’une nouvelle méthode pour faire avancer le projet européen. Même si cela reste flou à ce stade, cela revient tout de même à ouvrir un grand débat, une consultation, dans chaque pays sur l’Union européenne. Et de toute façon, même ces consultations seront sans doute bien encadrées, si l’on veut avancer, il faudra bien négocier et ratifier des traités. Ne serait-ce que pour réaliser le vieux projet de listes transnationales aux élections européennes, évoqué par E. Macron, qui traine depuis le milieu des années 1990, il sera impossible de ne pas avoir l’accord des 27 Etats membres. Or je vois mal les Hongrois et les Polonais donner actuellement leur accord…

Quel bilan peut-on faire des ambitions d'Emmanuel Macron sur le plan européen ? De l'homme de la campagne électorale, aux premières intentions, au premier grand discours européen, quelles sont les variations constatées?

Pour l’instant, il faut souligner la cohérence de ses projets en matière européenne. Il en revient toujours à l’idée d’une gouvernance démocratique de la zone Euro, qui passerait par un Parlement de la zone Euro et par un fort budget de cette même zone. Il écarte d’ailleurs avec soin l’idée allemande d’un MES (Mécanisme européen de solidarité) devenu un « FMI européen » et qui ferait office de Ministère des finances de la zone Euro. De fait, il insiste pour une vision moins baroque des choses, avec l’institution d’un simple budget fédéral au sens habituel du terme dans une fédération. Cela ne va pas faire plaisir à Berlin. Pour l’instant, il ne varie donc guère sur le fond – simplement il tend à publiciser de plus en plus sa position et à la dramatiser en parlant de la peur qui paralyserait les Européens.

Comment peut-on anticiper la réaction de ce discours en fonction des différents publics auxquels il était adressé?

Il sera surtout intéressant d’observer les réactions en Allemagne. Faire un tel discours à Athènes en pleine campagne électorale outre-Rhin peut avoir un effet boomerang. Cela pourrait aider aussi bien les libéraux du FDP que les nationalistes de l’AfD à mobiliser leurs électeurs. En effet, si en Allemagne, revenir sur la crise grecque amène à réitérer l’explication habituelle (« c’est la faute à ces fainéants de Grecs ! »), cela peut avantager ces deux partis, et peut-être mettre en difficulté la Chancelière Merkel.

Par ailleurs, les autorités des pays conservateurs situés en dehors de la zone Euro, Hongrie et Pologne en particulier, vont y trouver une raison supplémentaire d’être hostile à l’action d’Emmanuel Macron, et chercheront sans doute à enrayer le processus de réforme européenne qu’il souhaite enclencher.

Quant au public français, Il se peut que ce discours lui paraisse bien éloigné de ses préoccupations quotidiennes. En même temps, on pourra s’étonner qu’E. Macron affiche des velléités keynésiennes/interventionnistes pour les affaires économiques européennes et des choix néo-libéraux pour les affaires économiques françaises. Faire la synthèse entre A. Tsipras et P. Gattaz, c’est pour le coup très dialectique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

04.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 09/09/2017 - 07:51
Macron se bat contre les pays européens qui résistent
à l'immigration. Ces pays sont donc lucides quand aux conséquences d'une immigration massive comme en France ( 13 millions de musulmans et des attentats sans fin). Si je le voyait j'aimerais lui poser une question, et les français qui sont envahis de cette immigration ont ils eu leur mot à dire ? JAMAIS ! Meme le FN n'a jamais été capable soit de faire une manif ou mieux un référendum pourtant prévu par la Constitution ( 1 million de signatures seraient vite rassemblées) Donc aucun Parti ne veut vraiment arrêter cette immigration. Macron veut les installer " dignement " pas comme nos militaires que l'on " loge " dans des squattes.
kelenborn
- 08/09/2017 - 20:20
Non ...
Non...ça c'est pour la fin du quinquennat ...Avant, il y a l'expédition au Mexique , une guerre contre la Pologne...Sedan c'est à la fin pour Macroléon!
Beredan
- 08/09/2017 - 19:07
Du haut de l'Acropole ....
..... Narcisse 1er jette un regard méprisant sur la valetaille française qui ne le mérite pas ...