En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

"La confusion entre "immigrés" et "descendants d'immigrés" est de la démagogie pure"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 10 heures 46 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 13 heures 17 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 15 heures 20 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 17 heures 43 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 17 heures 51 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 11 heures 14 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 16 heures 39 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 17 heures 13 sec
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 17 heures 11 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 17 heures 44 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 17 heures 51 min
© AFP
© AFP
Rivalités

Jupiter à l'Acropole : Emmanuel Macron s'engagerait-il dans un début de bras de fer avec l'Allemagne?

Publié le 09 septembre 2017
Emmanuel Macron prononçait son discours d'Athènes, dit de "refondation européenne" ce 7 septembre.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron prononçait son discours d'Athènes, dit de "refondation européenne" ce 7 septembre.

Atlantico : Emmanuel Macron prononçait son discours d'Athènes, dit de "refondation européenne" ce 7 septembre. Ce discours a-t-il été à la hauteur de son intitulé?

Christophe Bouillaud : L’histoire le dira. Personne ne sait sur le moment si un discours aura été historique, et non plus dans quel sens il jouera finalement. Par contre, l’élément le plus intéressant de ce discours me parait être la reprise du thème par le Président français selon lequel la crise européenne n’est pas finie d’une part et que ce qui s’est passé en Grèce fait partie de cette crise d’autre part. Le choix d’une mise en scène presque excessive de la référence à la Grèce berceau de la démocratie – à la manière d’un philhellène comme Valéry Giscard d’Estaing  en son temps -  a bien souligné l’importance de cette mise en cause des responsabilités européennes dans la crise grecque. Un pays qui dispose du Parthénon ne peut pas être habité par des personnes aussi méprisables que ne l’a dit la presse allemande populaire pendant des années. C’est tout de même un autre cadrage que celui qui a prévalu de 2010 à 2015 qui a attribué toute la responsabilité de la crise grecque exclusivement aux Grecs eux-mêmes.  Il est assez surprenant d’ailleurs que le Commissaire européen, Pierre Moscovici, ait fait ces jours-ci des déclarations assez similaires sur le « scandale démocratique » qu’aurait représenté le fonctionnement de l’Eurogroupe pendant la crise grecque. Quoi qu’il en soit, aller dire en Grèce que tout n’est pas de la faute de la Grèce, c’est vraiment pour le coup une rupture avec la doxa admise à Bruxelles et à Berlin, même si E. Macron adopte par ailleurs la position allemande sur le besoin d’une présence pérenne du FMI dans le soutien à la Grèce.
 

Par ailleurs, sauf à se déjuger ensuite, Emmanuel Macron semble bien aller dans le sens d’un vrai saut qualitatif dans la poursuite de l’intégration européenne. Réclamer solennellement cela ne va pas de soi pour un Président français dans la mesure même où c’est surtout le non français au Traité constitutionnel européen en 2005 qui a marqué l’officialisation de la rupture entre les élites porteuses du projet européen et une partie des Européens. Il parle d’ailleurs d’une nouvelle méthode pour faire avancer le projet européen. Même si cela reste flou à ce stade, cela revient tout de même à ouvrir un grand débat, une consultation, dans chaque pays sur l’Union européenne. Et de toute façon, même ces consultations seront sans doute bien encadrées, si l’on veut avancer, il faudra bien négocier et ratifier des traités. Ne serait-ce que pour réaliser le vieux projet de listes transnationales aux élections européennes, évoqué par E. Macron, qui traine depuis le milieu des années 1990, il sera impossible de ne pas avoir l’accord des 27 Etats membres. Or je vois mal les Hongrois et les Polonais donner actuellement leur accord…

Quel bilan peut-on faire des ambitions d'Emmanuel Macron sur le plan européen ? De l'homme de la campagne électorale, aux premières intentions, au premier grand discours européen, quelles sont les variations constatées?

Pour l’instant, il faut souligner la cohérence de ses projets en matière européenne. Il en revient toujours à l’idée d’une gouvernance démocratique de la zone Euro, qui passerait par un Parlement de la zone Euro et par un fort budget de cette même zone. Il écarte d’ailleurs avec soin l’idée allemande d’un MES (Mécanisme européen de solidarité) devenu un « FMI européen » et qui ferait office de Ministère des finances de la zone Euro. De fait, il insiste pour une vision moins baroque des choses, avec l’institution d’un simple budget fédéral au sens habituel du terme dans une fédération. Cela ne va pas faire plaisir à Berlin. Pour l’instant, il ne varie donc guère sur le fond – simplement il tend à publiciser de plus en plus sa position et à la dramatiser en parlant de la peur qui paralyserait les Européens.

Comment peut-on anticiper la réaction de ce discours en fonction des différents publics auxquels il était adressé?

Il sera surtout intéressant d’observer les réactions en Allemagne. Faire un tel discours à Athènes en pleine campagne électorale outre-Rhin peut avoir un effet boomerang. Cela pourrait aider aussi bien les libéraux du FDP que les nationalistes de l’AfD à mobiliser leurs électeurs. En effet, si en Allemagne, revenir sur la crise grecque amène à réitérer l’explication habituelle (« c’est la faute à ces fainéants de Grecs ! »), cela peut avantager ces deux partis, et peut-être mettre en difficulté la Chancelière Merkel.

Par ailleurs, les autorités des pays conservateurs situés en dehors de la zone Euro, Hongrie et Pologne en particulier, vont y trouver une raison supplémentaire d’être hostile à l’action d’Emmanuel Macron, et chercheront sans doute à enrayer le processus de réforme européenne qu’il souhaite enclencher.

Quant au public français, Il se peut que ce discours lui paraisse bien éloigné de ses préoccupations quotidiennes. En même temps, on pourra s’étonner qu’E. Macron affiche des velléités keynésiennes/interventionnistes pour les affaires économiques européennes et des choix néo-libéraux pour les affaires économiques françaises. Faire la synthèse entre A. Tsipras et P. Gattaz, c’est pour le coup très dialectique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 09/09/2017 - 07:51
Macron se bat contre les pays européens qui résistent
à l'immigration. Ces pays sont donc lucides quand aux conséquences d'une immigration massive comme en France ( 13 millions de musulmans et des attentats sans fin). Si je le voyait j'aimerais lui poser une question, et les français qui sont envahis de cette immigration ont ils eu leur mot à dire ? JAMAIS ! Meme le FN n'a jamais été capable soit de faire une manif ou mieux un référendum pourtant prévu par la Constitution ( 1 million de signatures seraient vite rassemblées) Donc aucun Parti ne veut vraiment arrêter cette immigration. Macron veut les installer " dignement " pas comme nos militaires que l'on " loge " dans des squattes.
kelenborn
- 08/09/2017 - 20:20
Non ...
Non...ça c'est pour la fin du quinquennat ...Avant, il y a l'expédition au Mexique , une guerre contre la Pologne...Sedan c'est à la fin pour Macroléon!
Beredan
- 08/09/2017 - 19:07
Du haut de l'Acropole ....
..... Narcisse 1er jette un regard méprisant sur la valetaille française qui ne le mérite pas ...