En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Siècle des Quatre Empereurs" de Rémi Kauffer : un formidable récit historique, une gigantesque fresque humaine et une épopée haletante

il y a 2 min 23 sec
pépites > Santé
Données des Ehpad communiquées
Covid-19 : plus de 6.500 morts en France, selon les derniers chiffres dévoilés par Jérôme Salomon
il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > Economie
Leçons de la crise
Jacques Attali estime que "commencer à parler" maintenant "du déconfinement est une plaisanterie du 1er avril"
il y a 5 heures 17 min
pépites > Santé
Recommandations
Covid-19 : l'Académie de médecine se prononce pour le port obligatoire du masque, même pour les modèles "alternatifs"
il y a 7 heures 7 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir se noircit et quand le bleu devient plus bleu : c’est l’actualité toujours pas déconfinée des montres
il y a 9 heures 52 min
pépites > France
Polémique
Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse
il y a 11 heures 1 min
pépites > Justice
"Bombe" sanitaire
Coronavirus : les prisons françaises comptabilisent 6.266 détenus en moins depuis le début du confinement
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Politique
Contagion

Abjurez le libéralisme et vous serez sauvé !

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Economie
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

il y a 13 heures 54 min
décryptage > Science
Prouesse

Super décodeur : une machine réussit désormais à traduire des ondes cérébrales en phrases

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chanson bretonne, L’Enfant et la Guerre, Deux contes" de J.M.G. Le Clézio : l’émotion des souvenirs d’enfance. 2 contes sensibles et subtils

il y a 21 min 58 sec
light > France
Manœuvres militaires
Bayonne : le journaliste Christophe Hondelatte déplore les nuisances sonores du 1er RPIMa en plein confinement
il y a 4 heures 21 min
Avec modération
Corona : la production de la célèbre bière va s’interrompre suite aux mesures de restriction au Mexique
il y a 6 heures 18 min
light > Culture
"Magie" du confinement
J.K Rowling lance un site Internet dédié à Harry Potter en cette période de confinement
il y a 7 heures 39 min
pépites > International
Bilan présidentiel
Coronavirus : Donald Trump révèle qu'il a été testé une nouvelle fois et qu’il est toujours négatif
il y a 10 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
"Restez chez vous" pour sauver des vies
Le gouvernement a un message clair : "ne partez pas en vacances" et "respectez le confinement"
il y a 11 heures 37 min
pépites > Education
Calendrier bouleversé
Jean-Michel Blanquer révèle que les épreuves du bac 2020 et du brevet seront remplacées et validées par le contrôle continu
il y a 12 heures 28 min
décryptage > France
Face à la crise

L’incapacité bureaucratique française face au Covid-19

il y a 13 heures 27 min
décryptage > International
Le bon vieux temps ?

Coronavirus : où l’on apprend qu’en Afrique du Sud les heures les plus sombres de l’apartheid sont revenues…

il y a 14 heures 35 min
décryptage > International
Enseignements

Si l’union (européenne) fait la force, mais comment survivent la Corée du Sud, Taïwan… dans la compétition internationale ?

il y a 15 heures 12 min
Bonnes feuilles

Ce jour de 2006 où Sarkozy décida de lancer sa campagne présidentielle

Publié le 10 septembre 2017
Claude Guéant a côtoyé, quarante années durant, ministres, patrons, artistes et chefs d’État. Il a fait, comme il dit, "partie du cercle des puissants", sans cesser d’aller à la rencontre des "Français ordinaires". Une vie de travail et de dévouement riche de rencontres, mais qui lui a valu aussi la rancune et la calomnie. Extrait de "Quelques vérités à vous dire" de Claude Guéant, aux Editions de l'Archipel (2/2).
Claude Guéant est un haut fonctionnaire et homme politique français. Il a été secrétaire général de la présidence de la République française, puis ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Guéant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Guéant est un haut fonctionnaire et homme politique français. Il a été secrétaire général de la présidence de la République française, puis ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude Guéant a côtoyé, quarante années durant, ministres, patrons, artistes et chefs d’État. Il a fait, comme il dit, "partie du cercle des puissants", sans cesser d’aller à la rencontre des "Français ordinaires". Une vie de travail et de dévouement riche de rencontres, mais qui lui a valu aussi la rancune et la calomnie. Extrait de "Quelques vérités à vous dire" de Claude Guéant, aux Editions de l'Archipel (2/2).

D’un point de vue institutionnel, les relations avec l’Élysée se déroulaient sans accroc. En coulisses, c’était moins évident. Bien des signes étaient donnés que Jacques Chirac n’acceptait pas les ambitions présidentielles de Nicolas Sarkozy. Les tensions étaient vives et Sarkozy s’en montrait très amer. Blessé même, tant il me semble qu’il aurait aimé être lui aussi un « fils politique » pour le président, à l’image d’Alain Juppé. Avec le Premier ministre Dominique de Villepin, les choses se passaient bien. Malgré les remous de l’affaire Clearstream, les deux hommes se rencontraient souvent et travaillaient en bonne intelligence. Une fois par mois, j’accompagnais Nicolas Sarkozy à Matignon pour déjeuner avec le Premier ministre et son directeur de cabinet, Bruno Le Maire. À la belle saison, les déjeuners se tenaient dans le parc. Les conversations étaient toujours détendues. Je n’ai le souvenir d’aucun échange vif. Sans jurer qu’il n’existait aucune arrière-pensée de part et d’autre, ces rapports se déroulaient sans nuages apparents. Le ton de la conversation était même si suave que les scènes dégageaient presque quelque chose d’irréel. Ce type de relation se retrouvera lorsque Nicolas Sarkozy deviendra président. J’ai assisté à nombre de leurs entretiens, tous se sont révélés cordiaux et constructifs. Toujours, j’ai senti entre eux une véritable estime. En 2006, nous sommes passés à la vitesse supérieure. Au printemps, Nicolas Sarkozy m’invita avec ma femme à passer un week-end dans une maison qu’il avait louée dans la palmeraie de Marrakech pour se reposer quelques jours.

L’ambiance était à la détente. Nous faisions de longues promenades dans la ville. Jusqu’à tard le soir, nous bavardions. Mais ce n’était pas pour cela qu’il m’avait convié. Peu de temps après notre arrivée, il m’adouba comme son futur directeur de campagne. En m’annonçant sa décision, il m’offrit un stylo ! Encore une surprise, encore une terrible responsabilité. Ma vie professionnelle m’avait habitué à l’organisation, à l’animation d’équipes, à la connaissance intime des politiques publiques. À travers les postes que j’avais occupés, j’avais acquis une réelle connaissance de la France et des Français. Mais je n’étais pas un homme politique. Les jeux des partis ne m’étaient pas familiers. Je n’avais jamais organisé de tournée électorale ni de meeting. Mais on ne refuse pas une telle proposition. Nul ne peut prétendre que l’ambition ait guidé ma vie professionnelle. Je dirais plutôt que j’ai toujours eu le souci de réussir ce que j’entreprenais. Ce qui me semble assez naturel : lorsqu’on exerce un métier, on souhaite le faire du mieux possible. Je ne voyais donc mon rôle dans la future campagne que comme un nouveau défi qui s’offrait à moi. Le temps de la politique viendra, mais, dans l’immédiat, il fallait se préparer sur le plan doctrinal et programmatique. Dans cette optique, une personne se distingua : Emmanuelle Mignon. Elle quitta le cabinet pour diriger le service des études de l’UMP, où elle accomplit un travail titanesque. Sans doute pour nous affaiblir tous les deux, certains ont voulu nous présenter elle et moi comme des ennemis. C’est vrai que plus tard, à l’Élysée, nous avons eu du mal à définir les frontières de nos responsabilités, et par conséquent notre complémentarité. Mais je voudrais dire ma très sincère admiration pour Emmanuelle Mignon. Pour son intelligence et sa culture hors du commun, mais aussi pour son exceptionnelle capacité de travail.

À la tête de plusieurs groupes de réflexion, elle traitait méthodiquement la plupart des thèmes sur lesquels un candidat est attendu dans une campagne. Ces thèmes faisaient l’objet de débats. Des réunions thématiques se tenaient régulièrement, rassemblant entre trois et quatre cents personnes, experts et militants. Ces réunions étaient l’occasion de tester les idées et de les améliorer. Lorsque nous le pouvions, nous y associions aussi les fédérations départementales de l’UMP afi n de les faire participer à l’élaboration du futur programme. Dès que l’occasion se présentait, Nicolas Sarkozy prononçait des discours dans lesquels il affirmait ses convictions et amorçait ses propositions sur le logement, la formation professionnelle, la santé ou l’éducation. Pour ma part, je réunissais les groupes de réflexion sur la justice, la défense, le logement et l’Afrique. Plusieurs fois par semaine, je rassemblais chez moi ou dans une salle du ministère des experts avec lesquels nous refaisions le monde. Nous esquissions la fi n de la Françafrique avec des spécialistes du développement et des économistes du continent. J’échangeais beaucoup sur ce sujet avec l’un des rares diplomates à nous avoir rejoints : Bruno Joubert, directeur des affaires africaines et malgaches au ministère des Affaires étrangères. Pour ce qui est de la défense, les responsables des principaux instituts de stratégie étaient là, ainsi que de nombreux généraux et amiraux à la retraite. Ce travail de réfl exion fut passionnant sur le plan intellectuel, mais il était avant tout utile pour la campagne, utile pour notre pays.

Extrait de "Quelques vérités à vous dire" de Claude Guéant, aux Editions de l'Archipel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires