En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 12 min 28 sec
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 38 min 4 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 1 heure 41 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 14 heures 10 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 17 heures 21 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 19 heures 6 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 21 heures 29 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 22 heures 9 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 18 min 15 sec
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 55 min 53 sec
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 1 heure 56 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 13 heures 37 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 16 heures 18 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 17 heures 47 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 19 heures 31 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 20 heures 42 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 23 heures 11 min
© Caroline Brenière / RTL.fr
© Caroline Brenière / RTL.fr
Commentaire

De Bruno Roger Petit à Aurélie Filippetti, pourquoi l'interchangeabilité entre politiques et journalistes révèle leur égale impuissance à agir sur le réel

Publié le 30 août 2017
Éditorialiste pour l'hebdomadaire Challenge, Bruno Roger Petit vient d'être nommé Porte-Parole de l'Elysée. Dans le même temps, plusieurs personnalités politiques ont fait le chemin inverse, en devenant chroniqueurs (Aurélie Filippetti, Julien Dray, Jean Pierre Raffarin etc...).
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éditorialiste pour l'hebdomadaire Challenge, Bruno Roger Petit vient d'être nommé Porte-Parole de l'Elysée. Dans le même temps, plusieurs personnalités politiques ont fait le chemin inverse, en devenant chroniqueurs (Aurélie Filippetti, Julien Dray, Jean Pierre Raffarin etc...).

Atlantico : En quoi cette porosité interroge-t-elle sur l'interchangeabilité des fonctions ? Faut-il voir une acceptation de l'impuissance politique au profit du simple commentaire, du magistère de la parole ? 

Bertrand Vergely : Globalement, tout le monde s’accorde sur le fait qu’un homme politique n’est pas un journaliste ni un journaliste un homme politique. Si la tâche des politiques est de faire la société, celle des journalistes est de faire l’opinion. De même, tout le monde s’accorde sur le fait que la politique a besoin des journalistes pour communiquer et, à l’inverse, que les journalistes ne sont pas sans avoir une influence politique par leurs enquêtes, leurs interviews et leurs éditoriaux. D’où un croisement entre politique et journalisme, le politique étant nécessairement amené à s’occuper de communication et le journalisme à s’occuper de politique.  Tout change toutefois quand, ce sont les subjectivités et non plus la déontologie tacite qui se met à régler les rapports entre politique et journalisme.

Ainsi, c’est Emmanuel Macron, par sa personnalité,  qui change ces relations en faisant venir un journaliste à l’Élysée pour expliquer sa politique. Comme c’est la personnalité d’Aurélie Filippetti ou bien encore de Jean-Pierre Raffarin qui bouscule également les donnes en décidant de passer de la politique au journalisme.  De la part du chef de l’État, il y a  une volonté d’indiquer qu’étant le chef il a décidé d’imposer son style en insistant sur la communication et l’économie. De la part des politiques devenant journalistes il y a le désir d’indiquer que, eux aussi désirent faire ce qu’ils veulent en ne se donnant pas de barrières. Point commun entre le journalisme devenant politique et le politique devenant du journalisme : le désir de durer en faisant ce que l’on veut. Témoin  le chef de l’État qui se dit qu’avec un éditorialiste réputé il va peut-être pouvoir redorer son image dans l’opinion. Ou bien encore les politiques devenant journalistes se disant qu’ils vont pouvoir, en écrivant des articles, continuer à  exister, à avoir une influence et à faire parler d’eux. En ce sens, dans la confusion entre journalisme et politique, il y a beaucoup d’opportunisme.

Impuissance du politique ? Face au règne souverain des subjectivités, certainement. L’heure est au pragmatisme cynique dans lequel tous les coups sont bons pour pouvoir exister. D’où le fait que le journalisme envahit tout, en imposant la communication et l’information comme règles de la culture et de la politique. Avec la bénédiction du politique, qui, en retour, envahit le journalisme en imposant le politique comme règle de celui-ci. Ce qui a comme effet de permettre de tout faire en faisant de la politique avec du journalisme et du journalisme avec la politique. Chose très satisfaisante pour qui a décidé de n’en faire qu’à sa tête. Comme c’est le cas de la culture individualiste libérale.

Tout en expliquant que sa politique est rationnelle, un gouvernement a tendance à se réfugier derrière un problème de communication ou un manque de pédagogie à la moindre critique. Le problème de communication dont il est question n’est-il pas une conséquence de cette confiance en la rationalité ? Et le recours à cette même communication ne cache-t-il pas une attitude dogmatique ?

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément, disait Boileau. On ne peut pas séparer le fond et la forme. Quand une idée est claire on a les mots qu’il faut pour la dire. Quand les mots manquent, c’est qu’elle n’est pas claire. En politique les choses sont plus complexes. Une politique peut être rationnelle et de ce fait bonne. Mais, pour autant, elle peut se heurter à un refus. Pour des raisons politiques, le refus d’une politique étant le fait du refus du pouvoir qui la propose. Ce pouvoir a alors comme choix soit de passer en force soit de contourner habilement l’opposition afin de faire par sa politique.  Face à une opposition, histoire de ne froisser personne et de ménager tout le monde, il arrive que des politiques expliquent que le problème ne vient pas d’eux ni d’ailleurs de leurs adversaires mais d’un problème de pédagogie ou bien encore de communication.  Nous ne sommes pas d’accord, mais ce n’est pas grave. Avec le temps, en s’expliquant, nous parviendrons à surmonter notre désaccord, tout venant de ce que vous ne me comprenez pas et que je m’exprime mal. Cela peut marcher. Cela peut aussi ne pas marcher, cette attitude étant faussement ouverte. C’est parce que l’on a décidé de ne pas se remettre en question que l’on accuse la communication ou la pédagogie. C’est toujours plus facile. D’où l’échec de ce type d’attitude, celle-ci masquant  un excès de confiance en soi.   

Quelle a été l'évolution de cette tendance au cours de ces dernières décennies ?

Nous vivons aujourd’hui une explosion de la communication et de l’information dans le champ politique, social et culturel. Cette explosion a commencé quand, dans la culture contemporaine à la suite de la psychanalyse, il a été fait remarquer que l’important n’est pas tant ce que l’on dit que la manière dont on le dit. Cette approche formelle s’approfondit quand pour comprendre la forme du discours qui est tenu on se réfère non pas simplement à la vie affective mais aux relations sociales. Il est alors établi comme un dogme que l’on ne pense que parce que l’on communique et pour communiquer. Très vite le marketing commercial, politique et cultuel voit le profit qu’il peut tirer de cette découverte. Ramenons tout à un jeu de relations. En comprenant leur mécanisme et en agissant sur lui, il devient possible de faire acheter, de faire réagir et de faire penser comme on veut. Aujourd’hui, cette vision est à son comble puisque le monde est identifié à un vaste réseau de communication et que la définition de la vie se résume à cette formule Je communique donc je suis. Les réseaux sociaux participent activement à cette explosion de la communication en invitant tout le monde à communiquer avec tout le monde à propos de tout, chacun devenant ainsi politique, journaliste, commentateur et s’imaginant pouvoir changer le monde grâce à son commentaire. D’où une sur-communication planétaire, un bavardage mondial, une logorrhée impénitente manipulée par les politiques et manipulant les politiques. Et la transformation de la démocratie en dictature de l’opinion, comme l'avait prévu Tocqueville.

 

 

 

 

 

 

 

 

    

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 03/09/2017 - 19:16
Sacré Tocqueville
Un vrai prophète ce hobereau normand du 19eme siècle.
A M A
- 30/08/2017 - 12:05
C'est un monde bien homogène
C'est un monde bien homogène dans lequel le "renvoi d'ascenseur" est la pratique de base.