En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Covid-19

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 16 min 15 sec
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 41 min 26 sec
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 55 min 59 sec
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 7 heures 51 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 1 jour 1 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 35 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 47 min 56 sec
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 1 heure 36 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 1 heure 58 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 7 heures 28 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 13 heures 8 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 16 heures 7 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 18 heures 35 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 20 heures 34 min
© JACK GUEZ / AFP
© JACK GUEZ / AFP
Quand c’est flou…

Mais que peut-on vraiment espérer de la création d'une "police de sécurité du quotidien" ?

Publié le 17 août 2017
Gérard Collomb a annoncé que la "police de la sécurité du quotidien" – une police de proximité promise par Emmanuel Macron - commencera à être déployée "dès la fin de l'année". Une initiative qui pourrait avoir de vraies conséquences sur le sentiment d'insécurité, mais dont les contours restent encore très flous.
Mathieu Zagrodzki est politologue spécialiste des questions de sécurité. Il est chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales et chargé de cours à l'université de Versailles-St-Quentin.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Zagrodzki
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Zagrodzki est politologue spécialiste des questions de sécurité. Il est chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales et chargé de cours à l'université de Versailles-St-Quentin.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Collomb a annoncé que la "police de la sécurité du quotidien" – une police de proximité promise par Emmanuel Macron - commencera à être déployée "dès la fin de l'année". Une initiative qui pourrait avoir de vraies conséquences sur le sentiment d'insécurité, mais dont les contours restent encore très flous.

Atlantico : Dans une interview donnée au Figaro, le ministre de l'intérieur Gerard Collomb a fait part de sa volonté de créer une police de "sécurité du quotidien" d'ici à la fin de l'année, répondant ainsi aux promesses de campagne d'Emmanuel Macron sur la création d'une police de proximité. Quelles sont les résultats d'expérience française en la matière, quelles en sont les avantages et les inconvénients ?

Mathieu Zagrodzki : La question est vaste. La principale expérience de police de proximité a été la période 1997-2002. C'est la période de la gauche plurielle sous Lionel Jospin. Elle a beaucoup été brocardée car jugée laxiste et inefficace par une large partie de la droite.

L'idée de la police de proximité est de faire travailler la police sur des périmètres plus petits, de préférence à pied car cela facilite le contact avec les gens et de traiter des questions trop souvent négligées par la police, en l’occurrence tout ce qui touche à la petite délinquance et aux incivilités. Le problème de la police de proximité telle qu'elle a été menée à l'époque, c'est qu'elle a été généralisée trop rapidement. On est passé d'une phase expérimentale dans quelques zones pilotes déclenchée vers 1998 à une généralisation à tout le territoire français (plus de 400 circonscriptions) en l'espace de deux ans. C'était beaucoup trop rapide et précipité, la raison en étant l’approche de différentes échéances électorales (notamment les élections municipales de 2001).

Quel bilan en tirer ? La principale critique qui a été essuyée était que les chiffres de la délinquance entre 2000 et 2001 étaient mauvais. Mais il faut nuancer cela par le fait que ces chiffres ne sont pas nécessairement ce qu'il y a de plus fiable pour évaluer le niveau de sécurité d’un pays car ils sont dépendants des pratiques d’enregistrement. Ensuite, cela nécessitait de démultiplier les points d'accueil de la police à travers le territoire en ouvrant des postes de police de quartiers. Mais en faisant cela vous devez nécessairement mettre de gens à l'accueil. Et lorsqu'ils sont à l'accueil, ils ne peuvent pas être sur le terrain. Cela a conduit à une forme de paradoxe. Le but initial était de rapprocher la police de la population et de mettre plus de gens sur la voie publique alors qu'en réalité la création de postes de police de quartier est allée à l'encontre de cet objectif-là.

En observant les résultats à l'international, on constate que la police de proximité ne fait pas baisser la délinquance. En revanche elle a des effets significatifs sur l'image de la police et sur le sentiment d'insécurité. Ce qui n'est pas négligeable car améliorer l'image de la police enclenche un cercle vertueux : plus les gens trouvent la police légitime plus ils vont être susceptibles de collaborer avec elle et d'apporter un soutien plus ou moins actif aux forces de l'ordre. C'est le bienfait principal de la police de proximité. 

Cependant, Gerard Collomb n'a pas précisé le contenu de ce que sera cette police de proximité. N'y a-t-il pas une confusion entre les "a priori" qui concernent une telle police et ce qu'elle pourrait être en réalité ?

Oui, c'est évident. Pour le moment le contenu est assez vague mais il l’était déjà pendant la campagne. De plus, les termes employés ont beaucoup changé. On a assez peu utilisé le terme de "police de proximité" car il est connoté assez négativement. Mais on a entendu parler de police de quartier ou de police de sécurité quotidienne ; chacun y projette un peu ses fantasmes et je pense qu'au moment où nous parlons le gouvernement n'a pas encore une idée très précise de ce qu'il va faire.

D'ailleurs, les déclarations de Gérard Collomb dans l'interview du Figaro sont extrêmement vagues. Il donne une date, la fin de l'année, mais n'explique absolument pas sur quoi va reposer cette police de quartier. Aura-ton de nouveaux postes de police de quartier ? Va-t-il y a voir de nouveaux policiers à pied ou sera-ce avant tout de la « répression de proximité », avec la mise en place de nouvelles contraventions et d’un pouvoir d’injonction pour les policiers afin de lutter contre les incivilités ? Il n'y a pas vraiment pour le moment de contenu concret qui nous permettraient de commenter ou d'analyser de façon affinée.

Alors que le ministère de l'Intérieur doit faire face à une réduction de son budget à hauteur de 525 millions d'euros pour cette année, tout en déclarant souhaiter engager des effectifs supplémentaires, et dans un contexte où les effectifs de police se plaignent de leurs conditions de travail, n'y a-t-il pas un paradoxe à vouloir créer une telle police ? Comment peut-elle s'inscrire dans le budget du ministère ? Qui pourrait payer le prix de l'arbitrage ?

Il s'agit d'une réflexion globale stratégique à mener sur la manière dont on emploie les forces de l'ordre en France. Au niveau des effectifs nous sommes certes un peu à flux tendus mais c'est parce que les policiers sont mobilisés sur des missions liées à l'urgence terroriste comme la surveillance de lieux sensibles, ce qui prend beaucoup de temps. Rappelons que la Police nationale totalise à ce jour 19 millions d’heures supplémentaires.

Néanmoins si on regarde la moyenne européenne en termes de densité policière et de ratio policier par habitant, la France est plutôt dans la norme. On ne fait pas partie de pays les mieux lotis mais nous ne sommes pas en-dessous de la moyenne non plus.

On note plusieurs problèmes. Premièrement, il y a eu au cours des quinze dernières années beaucoup de variations dans le recrutement de policiers, des hausses d'effectifs suivies de baisses puis de hausses à nouveau. Il n'y a pas vraiment de cap en termes de stratégie d'emploi des effectifs. Ensuite il y a, à mon sens, mais aussi au sens de nombreux autres spécialistes et praticiens, l'emploi de policiers à des taches qui ne devraient pas relever de leurs fonctions. Beaucoup de choses chez nos voisins britanniques par exemple ont été confiées à des agents administratifs : tout ce qui concerne l'accueil téléphonique, physique, la gestion des plannings… Ce n'est pas du ressort des policiers, alors que c’est le contraire en France, où des policiers s’occupent de choses de ce type alors qu’ils ont été formés à la procédure pénale, au tir, aux gestes d’intervention ou à l’utilisation de la radio.

On pourrait recruter plus de personnels administratifs –ce qui est plus rapide et moins couteux que de former des gardiens de la paix. Cela permettrait de retrouver un peu de marge de manœuvre pour remettre des policiers sur le terrain. Je pense qu'il y a là un énorme chantier à ouvrir. De toute façon, nous allons être obligés de mener cette réflexion étant donné les coupes budgétaires que vous mentionnez. Je ne vois pas beaucoup d'autres manières de le faire si l’on veut augmenter les effectifs comme promis et fournir aux forces de l’ordre équipements et locaux dignes de ce nom.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 19/08/2017 - 09:00
Et le juge gauchiste de proximité ?
Quand Sarko était à l'intérieur, les socialos l'accusaient de gesticuler et affirmaient que le problème était moins la police que la transmission police-justice. Terrible aveu. Depuis, les seuls socialos qui réfléchissaient sont de devenus des enmarcheurs, parti où on leur demande de voter sans réfléchir. Et comme ils ont pris 15 ans d'âge, le résultat est catastrophique sur le plan d l'analyse et de l'intellect : c'est Collomb, que les commentaires précédents ont bien résumé.
RAPP
- 18/08/2017 - 12:22
Un ministre dépassé......
Le ministre de l'intérieur semble de plus en plus dépassé par sa tâche....difficile de se hisser du niveau de responsabilité d'une ville aux responsabilités aux implications nationales et internationales. Alors à part la petite cuisine avec des recettes éculées, il ne faudra s'attendre à rien de mieux face à des défis de société.
vangog
- 18/08/2017 - 09:50
Cher et inutile, le macronisme...
digne copie du socialisme ringard et rétrograde..