En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 20 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 20 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 24 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 7 heures 45 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 8 heures 59 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 1 heure 55 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 9 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 5 heures 45 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 6 heures 44 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 7 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 9 sec
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 24 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 9 heures 21 min
© Capture d'écran Dailymotion
© Capture d'écran Dailymotion
Tempus fugit

#100 jours : comment Emmanuel Macron a déjà perdu 8 mois dans son cycle de réformes

Publié le 15 août 2017
Alors que le président Macron est installé à l'Elysée depuis 100 jours, un climat de scepticisme est tombé sur la France. Tout un chacun, macroniste ou non, ne reconnait pas l'habileté du candidat, qui semble s'être dissoute
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le président Macron est installé à l'Elysée depuis 100 jours, un climat de scepticisme est tombé sur la France. Tout un chacun, macroniste ou non, ne reconnait pas l'habileté du candidat, qui semble s'être dissoute

Au terme de 100 jours de pouvoir, le président Macron est parvenu à faire voter un texte sur la moralisation de la vie politique qui parait bien incomplet aux spécialistes de la question, notamment pour ce qui concerne le délicat sujet des conflits d'intérêts. Et une loi d'habilitation pour les fameuses ordonnances portant sur la réforme du code du travail.

Après 100 jours, il y a un climat de scepticisme qui s'installe car tout un chacun, macroniste ou non, ne reconnait pas l'habileté du candidat qui semble s'être dissoute comme un sucre dans un café chaud. Il suffit de voir la piètre prestation de l'Exécutif sur la question des APL qui a coûté une petite fortune en termes de popularité rapportée aux gains budgétaires modestes inférieurs à 150 millions d'euros.

La France, sous le triste régime de François Hollande, a cumulé en cinq ans plus de 370 milliards de dettes….alors les APL de Gérald Darmanin sont dérisoires autant qu'attentatoires aux intérêts politiques du chef de l'Etat dont la mi-juillet nous a, de manière très sonore, rappelé qu'il était chef des Armées.

En matière budgétaire, les chiffres s'imposent. Le projet de Loi de Finances pour 2017 a vu acter un futur déficit annuel de l'Etat de 68 milliards. Soit 5,7 milliards par mois. Dans un pays dont le " cash burning rate " pour prendre un anglicisme du secteur privé est de plus d'un milliard d'euros par semaine, est-il réaliste de gratter 850 millions d'euros sur le budget déjà tendu de la Défense ? La réponse est dans la question tout autant que le trouble dans l'opinion.

Les APL et le clash frontal avec le Général de Villiers auront sonné l'inflexion de la courbe de popularité du président. Un gaspillage certain pour un gâchis non moins avéré.

Dès le 10 mai, j'avais fait part de mon analyse dans un média national : j'indiquais qu'il fallait impérativement passer par une loi de finances rectificative ( un collectif budgétaire ) début juillet afin de ne pas perdre du temps et d'enclencher un sérieux choc de confiance. (http://lecercle.lesechos.fr/node/169903/).

Hélas, trois fois hélas, il a été décidé de ne pas suivre cette voie ce qui propulse l'arrivée de nouvelles mesures de politique économique au mois de février 2018 soit après le vote du budget et un éventuel recours devant le Conseil constitutionnel.

Compte-tenu de l'euro fort ( proche des 1,20 ) et de plusieurs signaux, il est possible que l'embellie conjoncturelle n'ait plus tout à fait la même vigueur d'ici 6 à 8 mois. Si tel devait être le cas, le quinquennat Macron aurait une saveur amère car excessivement pilotée par des considérations budgétaires.

N'en déplaise à celles et ceux qui ne veulent pas regarder les réalités de la concurrence en face, il est urgent d'élever le niveau d'attractivité de notre pays.

D'évidence, il faut abroger l'hérésie concoctée par le duo Ayrault – Moscovici qui a fait s'aligner, dès 2013, la fiscalité de l'épargne sur celle des revenus du travail : il était urgent de voter le principe énoncé au plan programmatique d'une fiscalité à 30% de l'épargne. Ceci n'a pas été fait en juillet 2017 et rien ne dit que cette mesure lisible et pertinente franchira les herses des contradicteurs lors du vote du budget 2018.

De même, si la réforme de l'ISF destinée à réinjecter des liquidités et autres actifs circulants dans l'économie peut froisser les humanistes sociaux ( à commencer par le présent auteur ), elle n'en demeure pas moins une clef pour qui veut voir la France se replacer dans le concert des nations développées.

L'opacité entoure les montants liés aux exilés fiscaux : certains sénateurs évoquent plusieurs centaines de milliards sur 10 ans. Tel est donc le destin d'un pays qui subit, par excès de socialisme mal pensé, l'hémorragie d'une frange de ses forces productives.

Emmanuel Macron pouvait rêver d'être en 1958 : il aurait pu générer un choc de confiance et de la même manière qu'il a remarquablement réussi son chamboule-tout politique, il aurait pu adosser son action économique à un plan Armand-Rueff. Et ainsi sortir la France de l'ornière dans laquelle les laxismes de François Hollande et de Michel Sapin ( qui n'ont nullement tenu leur promesse de 50 milliards de réduction de la dépense publique ! ) l'ont conduite.

De 1958, il n'y aura pas et il est désormais à craindre que les possibilités de réformer le pays ne soient inférieures, sur le terrain, à la volonté ardente du président de la République.

Quel triste paradoxe d'avoir eu autant d'atouts et de les avoir fait fondre dans la marmite cuivrée des grands confituriers de Bercy dont la technicité avérée ne doit pas cacher le peu de discernement politique. Ils devraient relire " La société de confiance " magistralement décryptée par Alain Peyrefitte.

La rentrée nous surprendra peut-être ( le pays en a besoin…) ou alors nous rapprochera de ce jugement de Vauvenargues : " On n'est pas né pour la gloire lorsqu'on ne connait pas le prix du temps ". ( in Réflexions et Maximes ).

8 mois pour démarrer un autre chemin économique, c'est décidément bien trop long !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 16/08/2017 - 09:47
Il va falloir se farcir ce
Il va falloir se farcir ce moribond mal né pendant plus de quatre ans encore, si toutefois les mêmes ne le réélisent pas en 2022. Le masochisme, ça existe aussi en France...
Borgowrio
- 16/08/2017 - 08:16
Je sens gronder le volcan ...
Le volcan de monsieur Edouard Philippe , celui qui est sous nos pieds ,gronde . Curieusement , classe politique et surtout journalistique , semble négliger cette phrase qui résume la situation de la France ... Notre exécutif , surpris lui même d'avoir été élu si facilement , le sait bien . La moindre étincelle qui ferait monter les taux des milliards qu'il nous faut pour notre invraisemblable gaspillage d'argent public plongerait ce pays dans une récession réelle , et des conflits sociaux qui aggraveront la situation .
francoise34
- 15/08/2017 - 23:05
Un plan de réforme serieux
Il y en avait un proposé par Fillon mais il n'en ont pas voulu
Tant pis