En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

07.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

il y a 1 heure 30 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 14 heures 32 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 16 heures 15 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 22 heures 13 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 22 heures 25 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 heure 30 min
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 14 heures 1 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 15 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 22 heures 13 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 22 heures 34 min
© Capture d'écran Dailymotion
© Capture d'écran Dailymotion
Tempus fugit

#100 jours : comment Emmanuel Macron a déjà perdu 8 mois dans son cycle de réformes

Publié le 15 août 2017
Alors que le président Macron est installé à l'Elysée depuis 100 jours, un climat de scepticisme est tombé sur la France. Tout un chacun, macroniste ou non, ne reconnait pas l'habileté du candidat, qui semble s'être dissoute
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le président Macron est installé à l'Elysée depuis 100 jours, un climat de scepticisme est tombé sur la France. Tout un chacun, macroniste ou non, ne reconnait pas l'habileté du candidat, qui semble s'être dissoute

Au terme de 100 jours de pouvoir, le président Macron est parvenu à faire voter un texte sur la moralisation de la vie politique qui parait bien incomplet aux spécialistes de la question, notamment pour ce qui concerne le délicat sujet des conflits d'intérêts. Et une loi d'habilitation pour les fameuses ordonnances portant sur la réforme du code du travail.

Après 100 jours, il y a un climat de scepticisme qui s'installe car tout un chacun, macroniste ou non, ne reconnait pas l'habileté du candidat qui semble s'être dissoute comme un sucre dans un café chaud. Il suffit de voir la piètre prestation de l'Exécutif sur la question des APL qui a coûté une petite fortune en termes de popularité rapportée aux gains budgétaires modestes inférieurs à 150 millions d'euros.

La France, sous le triste régime de François Hollande, a cumulé en cinq ans plus de 370 milliards de dettes….alors les APL de Gérald Darmanin sont dérisoires autant qu'attentatoires aux intérêts politiques du chef de l'Etat dont la mi-juillet nous a, de manière très sonore, rappelé qu'il était chef des Armées.

En matière budgétaire, les chiffres s'imposent. Le projet de Loi de Finances pour 2017 a vu acter un futur déficit annuel de l'Etat de 68 milliards. Soit 5,7 milliards par mois. Dans un pays dont le " cash burning rate " pour prendre un anglicisme du secteur privé est de plus d'un milliard d'euros par semaine, est-il réaliste de gratter 850 millions d'euros sur le budget déjà tendu de la Défense ? La réponse est dans la question tout autant que le trouble dans l'opinion.

Les APL et le clash frontal avec le Général de Villiers auront sonné l'inflexion de la courbe de popularité du président. Un gaspillage certain pour un gâchis non moins avéré.

Dès le 10 mai, j'avais fait part de mon analyse dans un média national : j'indiquais qu'il fallait impérativement passer par une loi de finances rectificative ( un collectif budgétaire ) début juillet afin de ne pas perdre du temps et d'enclencher un sérieux choc de confiance. (http://lecercle.lesechos.fr/node/169903/).

Hélas, trois fois hélas, il a été décidé de ne pas suivre cette voie ce qui propulse l'arrivée de nouvelles mesures de politique économique au mois de février 2018 soit après le vote du budget et un éventuel recours devant le Conseil constitutionnel.

Compte-tenu de l'euro fort ( proche des 1,20 ) et de plusieurs signaux, il est possible que l'embellie conjoncturelle n'ait plus tout à fait la même vigueur d'ici 6 à 8 mois. Si tel devait être le cas, le quinquennat Macron aurait une saveur amère car excessivement pilotée par des considérations budgétaires.

N'en déplaise à celles et ceux qui ne veulent pas regarder les réalités de la concurrence en face, il est urgent d'élever le niveau d'attractivité de notre pays.

D'évidence, il faut abroger l'hérésie concoctée par le duo Ayrault – Moscovici qui a fait s'aligner, dès 2013, la fiscalité de l'épargne sur celle des revenus du travail : il était urgent de voter le principe énoncé au plan programmatique d'une fiscalité à 30% de l'épargne. Ceci n'a pas été fait en juillet 2017 et rien ne dit que cette mesure lisible et pertinente franchira les herses des contradicteurs lors du vote du budget 2018.

De même, si la réforme de l'ISF destinée à réinjecter des liquidités et autres actifs circulants dans l'économie peut froisser les humanistes sociaux ( à commencer par le présent auteur ), elle n'en demeure pas moins une clef pour qui veut voir la France se replacer dans le concert des nations développées.

L'opacité entoure les montants liés aux exilés fiscaux : certains sénateurs évoquent plusieurs centaines de milliards sur 10 ans. Tel est donc le destin d'un pays qui subit, par excès de socialisme mal pensé, l'hémorragie d'une frange de ses forces productives.

Emmanuel Macron pouvait rêver d'être en 1958 : il aurait pu générer un choc de confiance et de la même manière qu'il a remarquablement réussi son chamboule-tout politique, il aurait pu adosser son action économique à un plan Armand-Rueff. Et ainsi sortir la France de l'ornière dans laquelle les laxismes de François Hollande et de Michel Sapin ( qui n'ont nullement tenu leur promesse de 50 milliards de réduction de la dépense publique ! ) l'ont conduite.

De 1958, il n'y aura pas et il est désormais à craindre que les possibilités de réformer le pays ne soient inférieures, sur le terrain, à la volonté ardente du président de la République.

Quel triste paradoxe d'avoir eu autant d'atouts et de les avoir fait fondre dans la marmite cuivrée des grands confituriers de Bercy dont la technicité avérée ne doit pas cacher le peu de discernement politique. Ils devraient relire " La société de confiance " magistralement décryptée par Alain Peyrefitte.

La rentrée nous surprendra peut-être ( le pays en a besoin…) ou alors nous rapprochera de ce jugement de Vauvenargues : " On n'est pas né pour la gloire lorsqu'on ne connait pas le prix du temps ". ( in Réflexions et Maximes ).

8 mois pour démarrer un autre chemin économique, c'est décidément bien trop long !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

07.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 16/08/2017 - 09:47
Il va falloir se farcir ce
Il va falloir se farcir ce moribond mal né pendant plus de quatre ans encore, si toutefois les mêmes ne le réélisent pas en 2022. Le masochisme, ça existe aussi en France...
Borgowrio
- 16/08/2017 - 08:16
Je sens gronder le volcan ...
Le volcan de monsieur Edouard Philippe , celui qui est sous nos pieds ,gronde . Curieusement , classe politique et surtout journalistique , semble négliger cette phrase qui résume la situation de la France ... Notre exécutif , surpris lui même d'avoir été élu si facilement , le sait bien . La moindre étincelle qui ferait monter les taux des milliards qu'il nous faut pour notre invraisemblable gaspillage d'argent public plongerait ce pays dans une récession réelle , et des conflits sociaux qui aggraveront la situation .
francoise34
- 15/08/2017 - 23:05
Un plan de réforme serieux
Il y en avait un proposé par Fillon mais il n'en ont pas voulu
Tant pis