En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Sea, sexe mais pas sun...
Vacances pluvieuses, vacances... malheureuses ? Voici pourquoi un été pourri peut vous coûter bien plus cher que deux semaines de congés ratées
Publié le 12 août 2017
Le mauvais temps peut influencer le moral des vacanciers, via des mécanismes psychologiques et biologiques. Il existe toutefois des méthodes pour décompresser en toute sérénité même en cas de météo morose.
Rachel Boichot est psychologue, spécialiste dans la gestion des émotions.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rachel Boichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rachel Boichot est psychologue, spécialiste dans la gestion des émotions.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mauvais temps peut influencer le moral des vacanciers, via des mécanismes psychologiques et biologiques. Il existe toutefois des méthodes pour décompresser en toute sérénité même en cas de météo morose.

Atlantico : Le mauvais temps peut-il vraiment influencer le moral des vacanciers ? Si oui, pourquoi et comment cela se manifeste-t-il ?

Rachel Boichot : Oui, le mauvais temps peut tout à fait influencer le moral des vacanciers, via des mécanismes psychologiques et biologiques.

Psychologiquement, les vacances d'été sont associées automatiquement au beau temps. S'il fait mauvais, il s'agit donc d'une attente déçue, qui peut générer de la frustration, voire de la colère.

Le fait qu'il fasse mauvais pendant les grandes vacances d'été peut aussi déstabiliser psychologiquement, ce qui est une impression désagréable, car, comme je viens de le dire et malgré le fait que le climat ne soit plus aussi stable qu'autrefois (il peut faire très doux comme cet hiver, et très mauvais comme ce mois de juin), les vacances d'été sont encore automatiquement associées au beau temps ; la notion de changement climatique n'a pas encore intégré les mentalités.

Enfin, nous vivons dans une société qui est de plus en plus dans le contrôle (des émotions, du corps, des objets), et la météo fait encore partie des choses sur lesquelles l'homme ne peut pas avoir d'influence, ce qui, là encore, casse une habitude pour laisser place au sentiment désagréable de la perte d'assurance.

Ces trois mécanismes psychologiques sont d'autant plus forts si le mauvais temps dure longtemps par rapport au nombre de jours de congés pris, car cela donne l'impression angoissante d'être dans une espèce de "tunnel" qui n'en finit pas.

Biologiquement, le fait d'avoir du soleil pendant les vacances remonte aussi automatiquement le moral, car il augmente notre exposition à la lumière. En 1984, le psychiatre américain Norman Rosenthal a démontré le lien entre lumière et dépression. Depuis, des travaux ont postulé que cette action stimulante sur le moral agissait par l'intermédiaire de la sérotonine, un neurotransmetteur intervenant dans la régulation de l'humeur, du sommeil et de l'appétit.

En cas de mauvais temps durant les vacances, y a-t-il des astuces pour profiter tout de même de son temps de repos ?

La première chose à faire est d'abord d’arrêter de ruminer et de se focaliser sur la question : il fait mauvais, on n'y peut rien.

Ensuite, il ne faut pas renoncer à profiter du séjour pour autant. Le dépaysement est, même s'il fait mauvais, très bon pour le moral, car il permet de faire une vraie coupure avec le quotidien.

Ensuite, il faut simplement adapter les activités au mauvais temps, en suivant ses envies : rester lire un roman policier toute la journée dans son canapé, aller au cinéma, organiser des parties de cartes, jouer à des jeux de société, visiter des musées, des aquariums, profiter de spas, faire de la pêche si vous êtes au bord de la mer, etc.

Y a-t-il des personnes pour qui avoir du beau temps pendant les vacances est particulièrement important ? Si oui, vaut-il mieux privilégier les destinations où il fait forcément beau durant l'été ?

Le recours à la luminothérapie contre la dépression saisonnière a été validé en 2005.

Néanmoins, le beau temps peut aussi avoir des conséquences néfastes sur le moral des personnes dépressives. En effet, l'arrivée du soleil pousse à faire des projets collectifs, au vu et au su de tout le monde, surtout depuis l’avènement des réseaux sociaux. Cela peut renforcer le sentiment de solitude et d'anormalité très présent chez les personnes déprimées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
07.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires