En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Sea, sexe mais pas sun...
Vacances pluvieuses, vacances... malheureuses ? Voici pourquoi un été pourri peut vous coûter bien plus cher que deux semaines de congés ratées
Publié le 12 août 2017
Le mauvais temps peut influencer le moral des vacanciers, via des mécanismes psychologiques et biologiques. Il existe toutefois des méthodes pour décompresser en toute sérénité même en cas de météo morose.
Rachel Boichot est psychologue, spécialiste dans la gestion des émotions.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rachel Boichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rachel Boichot est psychologue, spécialiste dans la gestion des émotions.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mauvais temps peut influencer le moral des vacanciers, via des mécanismes psychologiques et biologiques. Il existe toutefois des méthodes pour décompresser en toute sérénité même en cas de météo morose.

Atlantico : Le mauvais temps peut-il vraiment influencer le moral des vacanciers ? Si oui, pourquoi et comment cela se manifeste-t-il ?

Rachel Boichot : Oui, le mauvais temps peut tout à fait influencer le moral des vacanciers, via des mécanismes psychologiques et biologiques.

Psychologiquement, les vacances d'été sont associées automatiquement au beau temps. S'il fait mauvais, il s'agit donc d'une attente déçue, qui peut générer de la frustration, voire de la colère.

Le fait qu'il fasse mauvais pendant les grandes vacances d'été peut aussi déstabiliser psychologiquement, ce qui est une impression désagréable, car, comme je viens de le dire et malgré le fait que le climat ne soit plus aussi stable qu'autrefois (il peut faire très doux comme cet hiver, et très mauvais comme ce mois de juin), les vacances d'été sont encore automatiquement associées au beau temps ; la notion de changement climatique n'a pas encore intégré les mentalités.

Enfin, nous vivons dans une société qui est de plus en plus dans le contrôle (des émotions, du corps, des objets), et la météo fait encore partie des choses sur lesquelles l'homme ne peut pas avoir d'influence, ce qui, là encore, casse une habitude pour laisser place au sentiment désagréable de la perte d'assurance.

Ces trois mécanismes psychologiques sont d'autant plus forts si le mauvais temps dure longtemps par rapport au nombre de jours de congés pris, car cela donne l'impression angoissante d'être dans une espèce de "tunnel" qui n'en finit pas.

Biologiquement, le fait d'avoir du soleil pendant les vacances remonte aussi automatiquement le moral, car il augmente notre exposition à la lumière. En 1984, le psychiatre américain Norman Rosenthal a démontré le lien entre lumière et dépression. Depuis, des travaux ont postulé que cette action stimulante sur le moral agissait par l'intermédiaire de la sérotonine, un neurotransmetteur intervenant dans la régulation de l'humeur, du sommeil et de l'appétit.

En cas de mauvais temps durant les vacances, y a-t-il des astuces pour profiter tout de même de son temps de repos ?

La première chose à faire est d'abord d’arrêter de ruminer et de se focaliser sur la question : il fait mauvais, on n'y peut rien.

Ensuite, il ne faut pas renoncer à profiter du séjour pour autant. Le dépaysement est, même s'il fait mauvais, très bon pour le moral, car il permet de faire une vraie coupure avec le quotidien.

Ensuite, il faut simplement adapter les activités au mauvais temps, en suivant ses envies : rester lire un roman policier toute la journée dans son canapé, aller au cinéma, organiser des parties de cartes, jouer à des jeux de société, visiter des musées, des aquariums, profiter de spas, faire de la pêche si vous êtes au bord de la mer, etc.

Y a-t-il des personnes pour qui avoir du beau temps pendant les vacances est particulièrement important ? Si oui, vaut-il mieux privilégier les destinations où il fait forcément beau durant l'été ?

Le recours à la luminothérapie contre la dépression saisonnière a été validé en 2005.

Néanmoins, le beau temps peut aussi avoir des conséquences néfastes sur le moral des personnes dépressives. En effet, l'arrivée du soleil pousse à faire des projets collectifs, au vu et au su de tout le monde, surtout depuis l’avènement des réseaux sociaux. Cela peut renforcer le sentiment de solitude et d'anormalité très présent chez les personnes déprimées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
04.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
05.
Les annonces (supposées) d’Emmanuel Macron peuvent-elles produire l’effet waouh recherché sur le pouvoir d’achat des Français
06.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
07.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires