En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

04.

Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif

05.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

06.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

07.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 4 heures 29 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 5 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 6 heures 26 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 10 heures 11 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 11 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 16 heures 39 sec
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 17 heures 24 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 4 heures 57 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 5 heures 50 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 7 heures 43 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 10 heures 43 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 12 heures 20 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 16 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 4 heures
© www.torange-fr.com
© www.torange-fr.com
Lingua Franca ?

Derrière l’accent le plus sexy du monde, voilà les raisons pour lesquelles les français peinent tant à parler les langues étrangères

Publié le 04 août 2017
Derrière ce classement peu sérieux se cache la question d'une langue intrinsèquement complexe, à des années lumières de la simplification moderne. Ce qui explique pourquoi nous Français sommes si peu doués en langue étrangère.
Jean-Paul Brighelli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Brighelli est délégué Education de Debout la France. Professeur agrégé de lettres, enseignant et essayiste français, il est également l'auteur ou le co-auteur d'un grand nombre d'ouvrages parus chez différents éditeurs, notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Derrière ce classement peu sérieux se cache la question d'une langue intrinsèquement complexe, à des années lumières de la simplification moderne. Ce qui explique pourquoi nous Français sommes si peu doués en langue étrangère.

Atlantico : Le Français vient d'être désigné comme "langue la plus sexy du monde" par un sondage de l'application Babbel. Au delà de la subjectivité évidente d'un tel classement, quelles sont les spécificités de la langue française qui font qu'elle sonne différemment des autres langues ? S'agit-il de son mode d'accentuation spécifique ou de sa sonorité originale ?

Jean-Paul Brighelli : Soyons sérieux. Déjà utiliser un mot anglais, « sexy », pour désigner ce qui serait la grande qualité de la langue française… Que je sache, Casanova parlait italien, Don Juan séduisait en espagnol, Goethe a collectionné les femmes en allemand, et si vous lisez les 1001 nuits, l’arabe semble irrésistible. Chacun voit midi à sa porte, surtout quand il s’agit de celle de son cœur.

Mais quitte à prendre votre question au sérieux… Le français a l’immense avantage de ne pas avoir d’accent tonique spécifique à chaque mot — on le reproche assez aux Français qui tentent de parler une langue étrangère naturellement accentuée : ils déplacent l’accent parce qu’ils ont l’habitude d’accentuer selon l’intention. 

Et c’est bien tout ce qui compte. La musique du français est une musique d’intentions, c’est-à-dire que la pensée s’entend dans le phrasé de la langue. 

Autre avantage décisif, le e muet — celui des « rimes féminines » de la versification française. Le e muet permet à la langue de rester en l’air, de créer ainsi, après le mot, un silence qui est encore du langage. Rien à voir avec l’anglais, l’allemand ou l’italien, dont chaque syllabe se prononce clairement. D’où l’incommensurable bêtise des imbéciles adeptes du politiquement correct qui pensent que « auteur » peut s’écrire « auteure » au féminin : pour l’œil à la rigueur — mais cela suppose alors que l’on dise le mot, à l’oral, avec une accentuation marseillaise systématique : « Anna Gavalda (ou Annie Ernaux, ou Katherine Pancol — l’un ou l’autre des phares actuels des Lettres) est notre plus grand auteureu actuelleu » — afin de bien signifier que Mme Gavalda a un vagin, avantage incomparable pour écrire.

Allez, soyons sérieux. Les mots français sont masculins ou féminins, pas mâles ou femelles. Il faut être con (adjectif importé d’un substantif masculin, malgré son sens anatomique) comme une bite (substantif féminin, malgré… etc.) comme un correcteur du Monde ou de Libé pour le croire.

Je plains les Espagnols (et quelques autres) obligés à sans cesse rouler les r… Ecoutez donc ce qu’écrit l’académicien et grand poète sino-français François Cheng (dans « la Juste voix », in Défense et illustration de la langue française, Gallimard, 2013) à propos des mots « arbre » et « rocher » :

« « Phonétiquement et même graphiquement, le mot « arbre » évoque quelque chose qui d’abord s’élève (-AR), puis se maintient en équilibre sur son sommet (-B, avec son double rond superposé) avant de répandre autour son ombre bienfaisante (-BRE). Le « rocher » est cette substance minérale qui contient la mémoire de la flamme originelle et qui, dans le même temps, se prête à notre besoin vital de toucher, de modeler, de sculpter ou de bâtir. Phonétiquement, le mot suggère par la première syllabe une chose qui est enrobée ou close sur soi (-ROC), mais qui ne refuse pas de se donner (-CHER). Les deux substantifs mis ensemble entretiennent charnellement une relation à la fois « constrastive » et complémentaire. D’un côté un élément humblement posé sur le sol afin de tout préserver ; de l’autre, cet autre élément qui pousse vers la hauteur afin de capter une lumière autre, opérant par là une ouverture au destin terrestre. »

Et Francis Ponge remarquait (dans Pièces, 1962) que les ombelles — l’inflorescence des Apiacées, par exemple la carotte ou la ciguë — ne font pas de l’ombre mais de l’ombe — « c’est plus doux ».

Il faut un arbre pour faire de l’ombre. Et le français, qui autrefois roulait lui aussi les r, y a renoncé de façon à ménager un peu de place à l’ombre des saules pleureurs qui n’est pas celle des chênes…

C’est dans ces infimes nuances que la langue française est belle — et qu’elle se prête fort bien au chant, n’en déplaise à Rousseau qui ne jurait que par l’italien, et aux esclaves obéissants de l’Eurovision, qui ne chantent plus qu’en anglais.

Un dernier point. La langue française a un ordre des mots qui signifie quelque chose. « I love you », dit l’anglais — insérant un verbe, un fonction grammaticale, entre le Je et le Tu. « Tarzan aimer Jane », ainsi parlent les anglophones et les sauvages arboricoles blancs. « Je t’aime », dit le français : le « e muet » est tout plein de promesses encore non formulées, et l’antéposition du COD permet cette collusion immédiate du Je et du Toi qui permettra de les réaliser.

Notre société semble souvent dénigrer voire malmener sa propre langue, au profit par exemple du franglais ou d'une langue considérée comme plus "moderne". Quelles sont les raisons les plus significatives qui devraient nous pousser à considérer nous aussi notre propre langue non pas comme "sexy" mais comme belle et attirante ?

Ce qui est beau, c’est le français — pas l’infâme sabir que l’on entend dans les classes, dans la rue ou dans les médias. Nous assassinons le français depuis une cinquantaine d’années — le Parlez-vous franglais ? d’Etiemble, première insurrection contre l’offensive de l’anglais en France, remonte quand même à 1964. C’était à l’époque le prix à payer pour le plan Marshall. Aujourd’hui, l’invasion du globish, cette langue de circulation qui permet à un Argentin de s’entendre avec un Finlandais sur l’aéroport de Singapour sur le prix du sushi brésilien, témoigne de notre sujétion aux impératifs de la marchandisation.

Or, nous ne serons jamais une nation d’épiciers (révérence gardée envers les vrais épiciers qui offrent des produits de qualité, pas l’infâme vomissure des hypermarchés). Nous sommes une nation de poètes, d’écrivains (le français est écrit même à l’oral, pensez à la quantité de lettres qui ne se prononcent pas — le « s » des pluriels, par exemple, ou ce « e » si merveilleusement éloquent à force d’être muet), et une nation d’amoureux, pourquoi pas : nous avons emprunté au début du XVIème siècle aux Florentins le baiser avec langue en bouche, qui s’est appelé en France « baiser à la florentine » pendant quelque temps, mais qui partout s’est appelé « french kiss » parce qu’il allait de soi, pour les gros balourds d’outre-Channel, que seuls des Français pouvaient avoir inventé un raffinement de langue si délectable.

J’explique le désastre qui menace notre langue dans un essai à paraître fin août chez Hugo et Cie, intitulé C’est le français qu’on assassine. Oui, notre langue se meurt, et chaque fois que nous tolérons une impropriété, que nous baissons la garde, que nous acceptons qu’une secrétaire d’Etat (Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’actuel gouvernement) salue l’élection d’un président de la République française d’un tweet qui énonçait « Our président. Global leader », nous participons à cet assassinat.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 05/08/2017 - 20:21
Ahhh
Pour une fois d'accord avec Vangog: n'oublions pas que les deux tiers de l'anglais viennent du français, même si c'est moins vrai au niveau du langage usuel. L'allemand compte trois mille mots de français mais c'est plaqué sur la langue. En revanche j'ai constaté que les allemands germanisent les verbes anglais. Les mots appartiennent à ceux qui les créent et le fait pour ce crétin de Toubon de remplacer pins par épinglette était grotesque. Je parle anglais, allemand et..slovaque (moins bien) . Une copine qui bossait dans une boite à Bratislava me sit un jour, parlant de ses collègues: "kamufluju ze nie robia" (prononcer camouflouyou gé nie robia" C'est un mot qui n'existait pas en slovaque et ils l'ont récemment importé du français! Oui ça veut dire : ils camouflent le fait qu'ils ne travaillent pas"
kelenborn
- 05/08/2017 - 20:13
Ah Assougoudrel
Et bien, je comprends pourquoi vous êtes toujours dans une cour de caserne
Cela dit, vous avez raison mais ça c'est typiquement français!!! Il n'y a d'équivalent que les ricains mais, eux, peuvent se le permettre
Maintenant...voir aussi mon précédent post... on transforme parfois sa peur en comportement bravache!
kelenborn
- 05/08/2017 - 20:08
A titre complémentaire
Le français a 60 000 mots, l'allemand 70 000 et l'anglais 600 000!
En anglais, on peut fabriquer des mots, en français c'était interdit par l'académie et par l'école! Le résultat est que les français, quand ils parlent une langue étrangère sont paralysés car ils ont peur de faire des fautes ce qui n'est pas le cas d'un américain. J'ai été prof quelques années et ai accompagné des élèves en Allemagne . Ils avaient appris l'allemand mais n'arrivaient pas à sortir trois mots