En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 33 min 31 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 3 heures 52 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 34 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 15 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 41 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 19 heures 4 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 23 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 2 heures 14 sec
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 57 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 27 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 38 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 32 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 20 heures 11 min
Cancre

Chômage : la France enfermée dans son rôle de mauvais élève la zone euro…merci qui ? Ce que la France a perdu dans la baisse du chômage à cause du quinquennat Hollande et pourquoi elle a sous performé la zone euro en la matière

Publié le 03 août 2017
Le chômage baisse en Europe et c'est une bonne chose. Mais la France - étonnement - baisse moins que ses petits camarades.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chômage baisse en Europe et c'est une bonne chose. Mais la France - étonnement - baisse moins que ses petits camarades.

Atlantico : Entre juin 2016 et juin 2017, le taux de chômage de la zone euro est passé de 10.1 à 9.1% de la population active alors que le taux de chômage français est passé de 10 à 9.6%, soit une importante contre-performance par rapport au continent. Comment expliquer une telle situation ? Quels sont les freins qui mordent encore sur la France pour que celle-ci ne puisse pas profiter d'un contexte favorable au niveau européen ? 

Jean-Paul Betbeze : D’abord, la bonne nouvelle est celle de la baisse du taux de chômage en zone euro, enfin. La baisse de 1 point de pourcentage sur un an poursuit la tendance, sachant que le point haut du chômage a été de 12% en 2013, le point bas ayant été de 7% en 2008. La crise mondiale, d’origine américaine, a donc atteint la zone euro avec un an de retard, conduisant en plus à une crise des dettes souveraines en 2011. Les Etats-Unis subissaient le choc (taux de chômage au maximum à 10% en 2009, avec une baisse des salaires jusqu’à -5% au même moment), sachant que les taux courts passent très rapidement de 5,25% à 0% jusqu’à fin 2016 et que les taux longs sont ramenés à 1,4% (la banque centrale achetant des titres publics, jusqu’à 4500 milliards de dollars). Les Etats-Unis ont subi le choc par la baisse des salaires et l’ont amorti par celles des taux, courts et longs, l’idée étant de repartir au plus vite en reconstituant le patrimoine des ménages (leur maison, garantie de leur emprunt) et en soutenant les valeurs boursières (la bourse, garantie de leurs retraites).

La zone euro paye encore sa politique d’alors. La crise a profondément affaibli le tissu économique, bancaire, fiscal et social en zone euro, y freinant la remontée – d’autant que les politiques de soutiens budgétaires et monétaires ont été lentes et trop mesurées. La zone a certes été atteinte plus tard, un an, mais surtout de façon différenciée, chocs énormes en Grèce, Portugal puis Espagne, avec une réaction très lente des Etats (Allemagne en tête) et de la BCE pour la baisse des taux courts et plus encore pour mener des actions hors normes (achat de bons du trésor), avec là aussi du retard par rapport aux Etats-Unis. Ajoutons que les politiques au sud ont assez vite voulu (dû) réduire la plongée du déficit budgétaire, faisant porter bien plus l’ajustement sur le chômage (25% dans les pays du sud). Tout ceci se paye encore par la baisse de la croissance potentielle (plus le climat politique).

La France a voulu amortir le choc économique et social de la crise. Elle a agi par le déficit budgétaire (qui passe à 7.2% du PIB en 2009) et la dette publique, Grand Emprunt, ce qui y a fait moins monter le taux de chômage qu’au sud, mais au prix d’un affaiblissement des entreprises (baisse des marges) et de la détérioration des comptes publics.

La lente amélioration française s’explique aujourd’hui encore par la combinaison de la situation française d’alors, mauvaise, et de sa politique, mauvaise. Situation économique d’abord, avec des entreprises plus fragiles, moins investisseuses, innovatrices, exportatrices qu’en Allemagne notamment. Une moindre qualité, décelée depuis longtemps, se fait alors payer. Politique ensuite : les « ajustements classiques » par la montée du chômage et la baisse des salaires pour faire remonter les profits sont jugés politiquement impossibles. C’est donc la dette qui étale le problème dans le temps, faute de le résoudre.

« Les freins qui mordent encore » en France sont donc une rentabilité qui n’est pas encore assez remontée, avec la qualité. Le CICE n’est pas encore devenu permanent et est insuffisant par rapport à l’Allemagne et à l’Espagne pour investir et former plus, monter en compétitivité prix et hors prix. La France n’innove pas assez et reste chère. L’Allemagne continue d’avancer et d’être plus rentable, même avec des salaires qui grimpent. L’excédent brut d’exploitation représente 31.8% de la valeur ajoutée (contre un point bas de 27% au pire de la crise) en France, mais 36 à 37% en Allemagne. L’Espagne rattrape à grande allure, par l’export : nettement moins chère, qualité en hausse. 

Quels sont les pays qui sont parvenus à tirer leur épingle du jeu au cours de cette dernière année, et qu'est-ce que la France peut apprendre de ses partenaires ?

La zone euro est en reprise économique forte : 0,6% au deuxième trimestre, 2,1% est possible pour l’année : il faut en profiter. L’Espagne vient d’enregistrer une croissance de 0,9% au deuxième trimestre, on attend 0,6% en Allemagne et, avec 0,5%, la France entre dans le peloton de tête (0,8% en Autriche, mais 0,2% en Italie). L’euro monte par rapport au dollar, ce qui peut freiner. La question de la BCE est donc de prolonger la situation avant de réduire ses achats (2018), puis de réduire son portefeuille, puis de monter ses taux, la Fed devant augmenter ses taux courts bien avant elle.

La première et principale leçon est que la remontée de l’emploi est lente et passe par la compétitivité salariale (faire monter lentement les salaires, pas facile à expliquer) et surtout la compétitivité par la qualité (par l’investissement et la formation permanente, pas facile à faire). La deuxième leçon est que la qualité passe par la continuité et la motivation dans l’entreprise, ou plus exactement par le système d’entreprises (Grandes, moyennes et petites), plus écoles d’ingénieurs, Facultés et IUT. La France souffre d’un système de production intermédiaire qui est encore fragile, effet de salaires et d’impôts élevés, plus actionnariat insuffisant. La troisième leçon est que le dialogue social doit être enrichi : salaires, mais plus encore formation, compléments de retraites et actionnariat salarié. 

Les pays qui s’en sortent sont ceux où la rentabilité des entreprises est remontée : il faut le reconnaître. C’est tout l’enjeu des ordonnances en cours, mais on n’ose pas aborder directement et simplement la question. Dialogue social, barèmes des prudhommes, types de contrats, branches, normes… sont des moyens pour permettre d’atteindre plus de rentabilité, qui permet ensuite plus d’emploi. Ceci sans oublier la fiscalité (ISF notamment…). Mais on voit que le lien profit, investissement, emploi est plus complexe et distendu en France qu’avant, notamment avec la révolution technologique, qui demande plus de compétences. Enfin, et plus que jamais, rien ne sera possible sans explication sur les enjeux. Si la France rate cette reprise, ce sera dramatique. Nous sommes en retard en matière d’emploi, parce que de rentabilité, et donc fragiles en matière de déficit et de dette publique.

La France a-t-elle, tout comme la zone euro, véritablement les moyens d'atteindre une situation de plein emploi ? A quelles conditions, et dans quels délais ? 

Oui la France a les moyens, mais pas seule et pas sans plus d’explications sur les enjeux.

Pas seule : rien ne sera possible, outre des avancées sur la gouvernance de la zone (surveillance des budgets), sans des efforts conjoints (protection, surveillances, armements…). Il ne s’agit pas de tout attendre de l’Allemagne (des hausses de salaires et de programmes d’investissements par exemple), ni de copier des modèles. La France ne pourrait, par exemple, résister au choc espagnol et n’a pas la sociale des pays du nord.  

Pas sans explications : la France dispose de beaucoup de points forts (capital humain, formation, entreprises, savoirs faire, image de marque…) mais elle résiste aux changements. C’est même parce qu’elle a atténué la crise (avec Sarkozy) qu’elle peine actuellement à remonter et s’interroge, en attendant des résultats rapides. Mais l’impatience est le danger du moment. C’est le SMIC qui « tient » la consommation, mais qui pèse aussi sur les marges des PME et TPE, et pèse donc sur l’emploi. La flexibilité dans une économie qui n’a pas fini sa mutation est donc obligatoire, pour atteindre une nouvelle organisation, technologique, sociale et politique. Le changement que nous vivons est global et multidimensionnel. Plus facile à dire à faire au pays des « avantages acquis ».

Nous réussirons en comprenant ce qui se joue : notre place dans un nouveau monde (Chine, Etats-Unis, Afrique…), sans trop savoir le dessiner, mais en ayant confiance en nous, et sans utiliser surtout les théories et approches du passé (Marx, Keynes notamment). C’est toujours « après » que l’on comprend les ajustements et agencements, avec les théories qui naîtront peu à peu. Aujourd’hui, le taux de chômage est une mesure des efforts faits et à faire, et des succès réalisés par les autres – avec les coûts énormes payés et à payer. Mais la baisse du taux de chômage ne pourra se faire ici « à l’américaine, à la japonaise, à l’allemande… ». Il faut avancer sur notre méthode, mais en parlant bien plus clairement. « Dans quels délais ? », en fonction de notre dialogue social.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hilario
- 04/08/2017 - 09:42
Le mal est 'quality jobs'
Traduction
Désactiver la traduction instantanée
0/5000
Le chômage structurel élevé en France est une conséquence du système de réglementation. Il pourrait être décrit comme un chômage prévu, sauf qu'il n'est pas intentionnel. Le règlement appuie les emplois «de qualité» et exclut les emplois à bas salaire, une différence majeure entre la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne. Il devrait être facile de résoudre le problème: tout ce que vous avez à faire est de persuader les syndicats d'abandonner l'idée d'emplois de qualité!
Ici Londres
- 03/08/2017 - 15:08
Le mal est profondément ancré...
exemple parmi tant d'autres hélas, Le pseudo économiste qui sévit sur France 3, Christophe Ramaux, qui enseigne à La Sorbonne, débite sur nos écrans un nombre impressionnant de conneries et poncifs politiquement corrects qui deviennent paroles d'evangile pour le téléspectateur lambda. De lla recherche à 'enseignement jusqu'à la vulgarisation journalistique c'est toute une propagande qui pourri l'économie de ce pays au profit de la survivance du pouvoir du gouvernement permanent profond de Bercy et de la haute administration.
vangog
- 03/08/2017 - 11:27
Que va-t-il se passer lorsqu'ils vont sortir de la catégorie D?
car les formations gauchistes ne servent à rien d'autre qu'à alimenter la mafia des organismes de formation...combien de chômeurs de catégorie D vont-ils retourner en catégorie A, après leurs formations bidon?...;