En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 4 min 16 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 19 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 4 heures 34 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 20 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 43 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 52 min 46 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 11 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 2 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 3 heures 30 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 21 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 21 heures 53 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Les enfants, une affaire de femmes ? Pourquoi l'homme a été "dépossédé" de son titre et de son rôle de père

Publié le 22 juillet 2017
C'est au moment où ils veulent affirmer leur paternité que le constat s'impose : les pères sont une espèce en voie de disparition. Comment la société réagit-elle à cette évolution, en particulier sur les plans politique et juridique, car la vraie question est peut-être : quelle autorité l'Etat conservera-t-il lorsque le père qui la symbolisait aura disparu ? Les pères : une espèce en voie de disparition ? N'ont-ils pas déjà disparu ? Extrait de "Au nom des pères" de Marc Mangin, publié aux Presses de la Cité. 1/2
Marc Mangin a été journaliste pendant trente ans, spécialiste des questions asiatiques. Il est également photographe et auteur d'une dizaine d'ouvrages, parmi lesquels Chine, l'empire pollueur (Arthaud, 2008), une série de récits de voyages ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Mangin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Mangin a été journaliste pendant trente ans, spécialiste des questions asiatiques. Il est également photographe et auteur d'une dizaine d'ouvrages, parmi lesquels Chine, l'empire pollueur (Arthaud, 2008), une série de récits de voyages ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est au moment où ils veulent affirmer leur paternité que le constat s'impose : les pères sont une espèce en voie de disparition. Comment la société réagit-elle à cette évolution, en particulier sur les plans politique et juridique, car la vraie question est peut-être : quelle autorité l'Etat conservera-t-il lorsque le père qui la symbolisait aura disparu ? Les pères : une espèce en voie de disparition ? N'ont-ils pas déjà disparu ? Extrait de "Au nom des pères" de Marc Mangin, publié aux Presses de la Cité. 1/2

Faire de l’enfant une affaire de femmes a dépossédé l’homme de son titre et de son rôle de père – il devient le « géniteur » – au bénéfice du premier éducateur venu ; l’attachement n’a d’ailleurs plus guère d’importance puisque le sentiment d’appartenance n’est plus reconnu comme essentiel. Le père a perdu son unicité, un autre peut le remplacer ! Le beau-père serait un second père ou un troisième, quand bien même la relation n’atteindra jamais le degré d’exigence qui caractérise celle d’un enfant avec son père et réciproquement.

Tout ceci n’est finalement pas si nouveau. Depuis l’entrée en vigueur du « Code Napoléon » en 1804 – socle du Code civil moderne –, le père est le mari de la mère : Pater is est quem nuptiae demonstrant (« L’enfant conçu ou né pendant le mariage a pour père le mari », affirme, aujourd’hui, son article 312), restant fidèle en cela au vieil adage romain de l’Antiquité, dont tout le monde connaît le sens : mater semper certa, pater semper incertus (« de la mère on est certain, du père on l’est moins »). La « tentation matriarcale » de l’institution judiciaire, pour reprendre la formule de Karen Isère, journaliste à Psychologies Magazine, profite du fait qu’en droit, le père n’existe pas vraiment. Il ne prend véritablement corps qu’au moment de la séparation, à l’heure de fixer le montant de la pension alimentaire, « la gamelle paternelle », comme l’appelait l’Empereur. La première phrase que m’adressa la juge aux affaires familiales, au printemps 1995 à Paris, disait tout : « Vous avez succombé aux charmes d’une jeune fille des îles, vous allez payer maintenant. »

Ce n’est pas tant l’enfant, mais la mère qui fonde le père. Elle dit qui est le père, géniteur ou non. Une enquête réalisée en 1980 à Paris, par deux équipes de l’Inserm, faisait apparaître qu’environ 10% des pères, dans la capitale française, n’avaient pas de lien de sang avec les enfants dont ils pensaient être les géniteurs, nés de relations extraconjugales. Sur son blog, Jean-Pierre Rosenczveig, l’actuel président du tribunal pour enfants de Bobigny, retient lui d’autres chiffres des années 1980, obtenus au Centre du droit de la famille (université Jean-Moulin, Lyon 3) par l’équipe du professeur Rubellin-Devichi, qui recoupent ceux de l’Inserm : en France, au moins 5 à 10 % des enfants n’ont aucun lien de sang avec l’homme qui pense être leur père. Une autre étude américaine, datant du début des années 2000, concluait à un taux de non-paternité moyen de l’ordre de 3 % dans les pays occidentaux, avec des différences notables entre les campagnes et les villes, mais aussi en raison de l’influence religieuse. En 2016, dans le magazine Marie Claire, Marie-Alix Brucker citait les chiffres du département de génétique humaine de l’université de Californie, pour qui, aujourd’hui, dans les pays occidentaux, 15 % en moyenne des enfants ne seraient p as ceux des pères qui pensent l’être, et les femmes, plus que les hommes, écrit la journaliste, trouvent ce chiffre tout à fait acceptable. On retiendra surtout que le chiffre a doublé en vingt-cinq ans et pas nécessairement en raison des progrès scientifiques et d’un recours plus fréquent aux tests génétiques. D’ailleurs, quand c’est possible et pour éviter de rajouter à la douleur des familles, la médecine légale préfère les empreintes dentaires aux tests ADN pour identifier le corps des victimes de catastrophes. Tout comme l’Education nationale ne recommande plus aux professeurs de suggérer à leurs élèves de comparer leur groupe sanguin à celui de leurs parents…

Au père biologique se substitue un père « social » identifié par une « fonction », un « rôle » qui permet surtout d’établir une norme – adaptable, comme toute norme, en fonction des besoins et du moment – avec son corollaire : des objectifs. Le père « social » est un père par défaut ; il remplit une case dont l’organigramme social ne peut p as encore se passer, mais il est interchangeable. S’il suffisait, pour être père, de partager le quotidien d’une mère, comme le stipule le Code, alors se poserait la question : « Mais de qui est-il le père ? » Au lieu de remettre en question les principes hiérarchiques qui la fondent, la société préfère régler la contradiction par élimination. Le père pose problème ? Supprimons le père et le problème sera résolu. Si la nouvelle définition du père – la définition seulement – s’est adaptée à l’évolution des mœurs, elle ne répond pas aux interrogations de l’enfant alors que tout, dans son corps, désigne son géniteur comme son père. Même Sartre avait fini par l’admettre : les Schweitzer étaient grands, les Sartre petits !

La distinction opérée entre « géniteur » et « père » – et bientôt, avec la GPA, entre « génitrice » et « mère » – crée plus de problèmes qu’elle n’en résout. Le père n’est pas et ne peut pas être une simple figure d’attachement. Les pères ne le pensent pas une seule seconde. Jean -Paul Sartre l’a parfaitement saisi lorsqu’il évoque son déchirement entre la sensation de liberté qui fut la sienne entre sa mère et son grand -père, d’une part, et la frustration de n’avoir jamais trouvé personne pour lui imposer de limites. Les juges aux affaires familiales n’échappent pas à cette contradiction psychotique lorsqu’il s’agit d’acter le divorce d’un couple. De quel droit imposent-ils au géniteur le paiement d’une pension alimentaire due par le père, si l’un n’est pas l’autre ? De quel droit la maintiennent-ils dès lors que la mère, de nouveau en ménage, offre un nouveau père à l’enfant ? Parce que le géniteur est le père « légitime » ?

Extrait de "Au nom des pères" de Marc Mangin, publié aux éditions Presses de la Cité.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Michèle Plahiers
- 23/07/2017 - 10:57
Une femme a le droit
d'avorter sans deamnder l'avis du géniteur. Je comprends cloette. Mais peutêtre que cette femme n'était pas vraiment douée pour être mère,.... j'ai connu le cas. Un homme tès amoureux de sa femme, mais qui pour de nombreuses raison liées à son histoire, ne voulait pas d'enfant (moi j'en voulais mais avec un père tel que j'en rêvais,...c'est à dire,....en voie de disparition,...quand je l'ai trouvé,...il était trop tard pour moi,...). et bien malgré tout, l'amour fut plus fort que le désir d'enfant,...
JG
- 22/07/2017 - 22:46
Tout à fait d'accord avec cet article
Les choses ont commencé dans les années 70, où le taux de divorce a explosé et où les enfants ont été confiés systématiquement à leur mère - souvent pour leur bien- mais pas toujours-
Puis vient progressivement les luttes féminines, parfaitement légitimes, mais qui, comme souvent, ont fini par déraper dans un combat anti-mâle agressif (surtout s'il est blanc et homosexuel-cf la saillie de Delphine Ernotte à ce sujet). Enfin la légalisation prochaine de la PMA pour toutes fera disparaître la notion de père chez les homosexuelles (j'ai entendu moi-même l'une d'entre elles, très gentille par ailleurs, dire : " un père , cela ne sert à rien", si si je vous jure , elle était convaincue de ce qu'elle disait!!) avant que les utérus artificiels et le clonage (Dieu nous en garde mais quelques labos et Google y travaillent !!) fassent disparaître la notion même d'enfantement.
Anouman
- 22/07/2017 - 19:56
belles femme
Michèle je ne sais pas où vous les trouvez à la pelle vos belles femmes. Ou alors vos critères ne sont pas bien élevés. Quant aux vraies femmes, elles le sont toutes.