En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Rétablir la liberté d’expression après 2012

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 5 min 42 sec
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 44 min 58 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 3 heures 22 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 5 heures 50 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 6 heures 38 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 42 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 26 min 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 9 heures 52 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 1 heure
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Sécurité avant tout

Intégration de l'état d'urgence dans le droit commun : y a-t-il des dispositifs pour nous protéger du détournement de mesures "d'exception" dans d'autres objectifs que la lutte antiterroriste ?

Publié le 20 juillet 2017
L'Etat d'urgence est prolongé jusqu'au premier novembre. Le gouvernement fait le choix de lois toujours plus dures pour faire face à la menace terroriste. Au risque de perdre une partie de nos libertés individuelles.
Gérald Arboit est directeur de recherche au Centre français de recherche sur le renseignement  et chargé de cours dans plusieurs universités français (Colmar, Strasbourg, Metz).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Arboit
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Arboit est directeur de recherche au Centre français de recherche sur le renseignement  et chargé de cours dans plusieurs universités français (Colmar, Strasbourg, Metz).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat d'urgence est prolongé jusqu'au premier novembre. Le gouvernement fait le choix de lois toujours plus dures pour faire face à la menace terroriste. Au risque de perdre une partie de nos libertés individuelles.

Atlantico : Quelles sont les dispositifs de contrôle prévus pour que les mesures exceptionnelles, liées à la lutte antiterroriste (et qui serait intégrées dans le droit commun),  ne soient pas appliqué dans d'autres cas que le terrorisme sans contrôle ni limitation ?

Gérald Arboit : Nous n'avons pas vraiment de dispositifs juridiques qui garantissent de rester dans un Etat de droit démocratique. Les politiques de gauche comme de droite ont d'ailleurs dit qu'il fallait abandonner une part de nos libertés individuelles pour gagner en sécurité. Personnellement, je ne suis pas certain qu'ouvrir son sac à l'entrée d'un magasin permette de lutter contre le terrorisme… 

 

La régulation et le contrôle passe par le juge judiciaire. Il doit être capable d'intervenir et de réguler ce système. Le problème c'est que pour l'heure nous sommes sur un contrôle à posteriori du juge. C'est à dire qu'il n'intervient plus pour autoriser une opération de privation de liberté, il n'intervient qu'après que l'atteinte ait eu lieu afin de la constater ou décréter qu'elle n'a pas eu lieu. Ce n'est d'ailleurs plus le juge judiciaire qui a ce rôle mais le juge administratif. 

 

Ce sont des choses qui sont inscrites dans l'Etat d'urgence, des mesures transposées dans le droit commun à partir de que contient l'Etat d'urgence.

On sait qu'aux États-Unis beaucoup de mesures antiterroristes finissent par être utilisé dans la lutte antidrogue (quasiment 80 % des cas). Qu'en est-il de la France ?  Comment éviter cela ? 

C'est exact mais aux Etats-Unis la guerre contre la drogue est une guerre lancée depuis 1980 et qui est égale voire supérieure aux questions terroristes. Donc que cette lutte se nourrisse des mesures offertes par le Patriot Act est assez logique. 

 

Cela dit nous avons quelques exemples de ce type. Je pense à la fermeture administrative des lieux de cultes : on élargit les champs de possibles avec l'Etat d'urgence et ce sera utilisé dans d'autres champs que le terrorisme comme celui de l'intégrisme religieux. 

 

L'assignation à résidence : là on est dans quelque chose de plus scabreux  car on avait assigné à résidence des écologistes au moment de la Cop 21 en utilisant la capacité offerte par l'Etat d'urgence. Nous risquons bien de voir cette procédure réutilisée de la même façon envers les personnes qui présentent un problème quelconque. 

 

Il y a aussi les perquisitions administratives : là on est dans une totale atteinte à la liberté individuelle. N'importe qui pourra être sujet à une perquisition  sous prétexte qu'on aura suspecté une atteinte ou une fréquentation de terroriste. Et vu nos capacités à détecter les terroristes en ce moment, n'importe qui peut être soumis à ce genre de perquise.

L'état d'urgence se fait-il au détriment de la liberté selon vous ? Quel pourrait être le juste milieu entre sécurité et liberté ? Les Israéliens par exemple semblent pouvoir distinguer ce qui leur permet de lutter contre le terrorisme et la garantie de rester un état de droit démocratique… 

Les israéliens sont en situation de guerre vis-à-vis des palestiniens. On peut faire accepter à une nation en guerre une mesure qu'on ne peut pas faire accepter à un pays qui est en paix comme la France. Ils ont défini la menace terroriste et d’où elle pouvait provenir.

Ce n'est pas le cas chez nous. En France, on nous a dit que l'ennemi c'est Daesh. Mais quel est l'état de Daesh en France ? Tant que l'on raisonnera sur cette menace particulière qui nous viendrait de l'étranger, tant que nous aurons peur, nous prendrons des mesures pour nous protéger. De quoi ? Je ne sais pas, mais le but premier est d'avoir moins peur. 

Un exemple frappant : le fait de faire patrouiller des militaires dans les rues. Ça n'est d'aucune utilité pour lutter contre le terrorisme, mais ça rassure. On sait très bien que l'Etat d'urgence n'apporte rien. De toute manière, les principales arrestations qui devaient être faites ont eu lieu dans les trois mois qui ont suivi le 13 novembre 2015. Après ça nous avons eu des astreintes administratives, des procédures, mais cela n'a pas empêché les tentatives d'attentats.  

Il serait peut-être temps d'arrêter de jouer avec le terrorisme et de s'interroger sur les véritables raisons du terrorisme. Et surtout, il faut arrêter de grignoter nos libertés individuelles. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grande perspectives de succès

04.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

05.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

06.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

07.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

01.

Rétablir la liberté d’expression après 2012

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 21/07/2017 - 19:58
Pour en revenir au sujet même
Pour en revenir au sujet même de l'article, la préoccupation première des Français est bien la sécurité.................. Mais la leur, pas celle de la racaille subventionnée par le ministère de la culture !!!!!!
Paulquiroulenamassepasmousse
- 21/07/2017 - 16:09
C'est sur, ils étaient bien trois...?
En passant par la Lorraine,
Avec mes gros sabots,
En passant par la Lorraine,
Avec mes gros sabots,
Rencontrai trois capitaines,
Avec mes gros sabots,
Dondaine, oh ! Oh ! Oh !
Avec mes gros sabots.


Rencontrai trois capitaines,
Avec mes gros sabots,
Rencontrai trois capitaines,
Avec mes gros sabots,
Ils m'ont appelée : Vilaine !
Avec mes gros sabots,
Dondaine, oh ! Oh ! Oh !
Avec mes gros sabots.

Ils m'ont appelée : Vilaine !
Avec mes gros sabots…

Je ne suis pas si vilaine,
Avec mes gros sabots…

Puisque Ganeshânebâté m'aime,
Avec mes gros sabots…

Il m'a donné pour étrenne,
Avec mes gros sabots…

Un bouquet de baliverne,
Avec mes gros sabots…

Je l'ai planté sur la plaine,
Avec mes gros sabots…

S'il fleurit, je ferai peine,
Avec mes gros sabots…

S'il y meurt, je perds ma veine,
Avec mes gros sabots,
Dondaine, oh ! Oh ! Oh !
Avec mes gros sabots.
Michèle Plahiers
- 20/07/2017 - 22:06
Selon
Ganesha, le pire est de laisser indifférents. Au moins moi j'ai mes trois trolleurs: Ken, Popol et un troisième....