En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
14 juillet
Trump, militaires, 14 juillet, Nice : la "grande pièce de théâtre" d'Emmanuel Macron
Publié le 15 juillet 2017
La première journée du 14 juillet d'Emmanuel Macron en tant que président de la République a été chargée. Entre le traditionnel défilé sur les Champs Elysées en présence de Donald Trump et la cérémonie commémorative de l'attentat de Nice, Emmanuel Macron a été sur tous les fronts.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La première journée du 14 juillet d'Emmanuel Macron en tant que président de la République a été chargée. Entre le traditionnel défilé sur les Champs Elysées en présence de Donald Trump et la cérémonie commémorative de l'attentat de Nice, Emmanuel Macron a été sur tous les fronts.

Atlantico : Que retenir de cette première journée du 14 juillet qu'a vécu Emmanuel Macron en tant que président de la République entre Donald Trump sur les Champs Elysées et l'hommage rendu à Nice ? 

Eric Verhaeghe : Essentiellement qu'il s'agit d'une opération de communication qui tourne à la pipolisation excessive du 14 Juillet. On a beaucoup vu les images sur le dîner à la Tour Eiffel la veille, puis une sorte de grande pièce de théâtre le 14 juillet, commencée à Paris avec un défilé, suivie d'une signature géante d'autographes, et terminée par une séquence émotion à Nice. Le 14 Juillet, qui est une fête de l'émancipation, de la Révolution, s'est muée en une séance de neutralisation de la liberté de penser par la victoire de l'émotion. 

On peut d'ailleurs s'interroger sur l'objectif politique de ce genre d'événements. Emmanuel Macron souhaite-t-il hypnotiser l'opinion par des images grandioses mais trompeuses? Cherche-t-il à mettre en place un rideau de fumée pour détourner l'attention de l'opinion? J'en suis intimement persuadé. 

 

Notre président jupitérien risque-t-il  aux feux de la mise de la mise en scène de sa puissance ?

D'abord, rien ne prouve que les Français soient dupes de cette tactique. Et c'est un premier risque pour le Président: celui d'une profonde perte de crédibilité, avec le sentiment croissant d'une vacuité des images qui sont proposées, et de leur profond décalage avec la réalité du pouvoir. Prenons l'exemple de la fiscalité. Il n'est pas sûr que la séance de twist à laquelle nous avons assisté et qui n'est probablement pas finie contribue à la confiance des Français. Disons même qu'elle peut déboucher pour le Président sur un violent retour de bâton. Macron use et abuse de la technique du grand discours pompeux qui flatte le narcissisme français. Sa rhétorique finit par tourner en rond et la ficelle est plus en plus agaçante. Il s'expose en ayant trop fréquemment recours. 
 
Ensuite, le Président se déconnecte peu à peu de sa propre réalité. Il se mure dans un monde d'images et d'illusions où il est tout puissant. C'est le syndrome Jospin. Macron, comme Jospin, cède à la tentation de s'entourer de gens qui lui disent ce qu'il a envie d'entendre. Peu à peu, il organise le divorce entre la Président et l'opinion, et ce ne sont pas les quelques selfies ou les quelques autographes qu'il signe après ses discours qui y remédieront. La folie du pouvoir vient vite et c'est une bombe à retardement. Le coup de menton donné devant l'armée en est un symptôme. Macron n'admet pas la critique, il la déteste, la pourchasse. Et cette volonté de ne plus entendre que des paroles complaisantes est probablement aujourd'hui son premier point de risque. 

Est-ce que finalement il n'y a pas beaucoup d'images fortes mais peu de résultat ? N'est-ce pas de toute façon le but de cet exercice présidentiel ? 

L'objectif est bien de meubler le vide et de redonner un faste aristocratique au pouvoir en dissimulant l'essentiel: l'absence de stratégie durable. Il est d'ailleurs très probable que cette politique de communication soit menée sans malice. Emmanuel Macron ne pratique pas la communication faute de résultats. Il pense que l'essence même de la politique, c'est la communication fastueuse. Il me semble que le projet macronien se définit par un substrat qui est la mise en scène. En toute bonne foi, je crois que le Président considère qu'il n'est de pouvoir sans mise en scène et, qu'en France, il n'est de pouvoir efficace sans mise en scène aristocratique. Macron mesure son efficacité, sa réussite à cette aulne. De ce point de vue, ce que vous appelez les résultats lui paraissent secondaires, ou en tout cas pas plus importants que l'effet de communication. 
Non, la question me paraît de savoir s'il reste vraiment beaucoup d'images fortes. Certes, on a vu Trump sur les Champs-Élysées. Certes, on a vu des gens pleurer à Nice. Cela suffit-il à constituer "beaucoup d'images fortes"? Le grand risque pour le Président est de lasser, de banaliser le faste, et d'y rendre les Français indifférents, à force de vouloir gouverner par l'image. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hermine_20
- 16/07/2017 - 12:17
@ jmet
Si certains articles d'Éric vous deconviennent, n'hésitez pas à visiter d'autres médias qui louent macron. On a quand même le droit de critiquer ce personnage narcissique et pourtant, tout comme vous, j'ai voté FF. Sommes nous en démocratie?
cloette
- 16/07/2017 - 11:57
Melania
Elle crève l'écran !
vangog
- 16/07/2017 - 10:11
@mymi ses talons-aiguille du 14 juillet...
étaient franchement ridicules...ils déplacent son centre de gravité vers les jambes qu'elle a faibles, ce qui l'oblige à les écarter dès qu'elle est à l'arrêt, et à se pencher en avant pour voir où elle marche, et pour ne pas tomber sur le dos...tout ceci fait de sa démarche un exercice de mauvais équilibriste, qui tombera, un jour ou l'autre, si elle persiste à ne pas assumer son âge et ses faiblesses...