En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 8 min 5 sec
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 26 min 49 sec
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 52 min 49 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 3 heures 28 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 46 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 22 heures 17 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 1 jour 20 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 25 min 10 sec
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 47 min 45 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 1 heure 31 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 2 heures 1 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 2 heures 34 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 3 heures 1 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 57 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 20 heures 14 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 1 jour 4 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 1 heure
© RAYMOND ROIG / AFP
© RAYMOND ROIG / AFP
Coupable

Colère des producteurs de fruits et légumes : grande distribution, Europe, consommateurs ou producteurs eux-mêmes... à qui la faute ?

Publié le 12 juillet 2017
Le désarroi est toujours plus important chez les producteurs français, qui ne savent plus quoi faire face à la concurrence déloyale de leurs voisins européens. Pour protester, deux tonnes de pêches ont été déversées devant le Consulat d'Espagne mardi 11 juillet.
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri.
Voir la bio
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le désarroi est toujours plus important chez les producteurs français, qui ne savent plus quoi faire face à la concurrence déloyale de leurs voisins européens. Pour protester, deux tonnes de pêches ont été déversées devant le Consulat d'Espagne mardi 11 juillet.

Atlantico : Environ deux tonnes de pêches ont été déversées mardi à Perpignan devant le Consulat d'Espagne par des agriculteurs afin de protester contre une concurrence jugée déloyale des producteurs espagnols. En partant de ce problème-ci, mais en élargissant également aux autres types de productions, existe-t-il selon vous des solutions qui permettraient d'éviter ces situations de colère et de drames humains chez les producteurs ?

Bruno Parmentier : La France est un grand pays exportateur de matières agricoles. Donc l'idée de dire "on ferme les frontières et nous n'achetons pas les produits des autres" est folle. Objectivement, il y aura beaucoup plus de chômage si l'on ferme les frontières aux commerces de produits agricoles que si l'on ne les fermes pas. 

Il est vrai que c'est compliqué de vivre sur un continent sur lequel nous vendons plus de nourriture aux espagnols que l'inverse. Le problème est différent selon les produits : Il y a le marché du produit que l'on peut garder (céréales par exemple, on peut garder le blé pour le revendre l'année d'après) et le marché des produits périssables qui n'ont rien à voir. Si la pèche, par exemple n'est pas mangée dans les dix jours, elle n'est plus consommable. 

Le commerce du produit périssable lui est très compliqué car il se planifie plus difficilement. La récolte dépend de la météo. Il y a plus ou moins de pèches en fonction des années et ce n'est pas parce que l'on produit beaucoup de fruit que les français vont en consommer plus. Le cours des prix des fruits et légumes est extrêmement sensible à ces problèmes de surproductions car on ne peut pas stocker. 

Redevenir nationaliste n'est pas la solution. D'ailleurs, il n'y a pas de solution magique à tout cela. Comme les producteurs de fruits et légumes ont deux mois pour faire leur chiffre d'affaire, il est normal qu'ils soient sensibles (ce qui peut donner le type de réaction observé à Perpignan). 

Ce qu'il faut, c'est que l'Europe régule, et il y a plein de manière de réguler. Quand il y a trop de production de fruits et légumes par exemple, comme ça ne se garde pas, il faut acheter les pèches à un prix minimum au producteur afin de les détruire. Et ce, même si c'est compliqué psychologiquement.  Mais comme nous ne le faisons pas, cela se fait dans la souffrance, l'inégalité et la violence. Nous sommes dans une situation ou l'Europe ne veut plus réguler. La faute à une forte liberté du marché etc… Quand les producteurs de pèches commence leur récoltent en même temps, la consommation elle n'augmente pas. Donc les prix se cassent la figure. Et les agriculteurs ne sont pas payés de la même manière d'un côté de l'autre de Pyrénées. Ce n'est pas normal.

Antoine Jeandey : Les producteurs de fruits du sud de la France en particulier sont soumis aux concurrences des pays voisins, notamment l’Espagne pour notre sud-ouest. Le problème vient du fait que cette concurrence ne s’exerce pas à armes égales. Nous sommes en Europe, que le marché français soit aussi ouvert aux Espagnols n’est, en soi, pas anormal. En revanche, chacun ne suit pas les mêmes règles. Nous sommes, en France, les champions des cadres réglementaires qui vont au-delà de ce que prescrit l’Europe pour tous ses Etats-membres. De fait, avec une application plus souple du cadre réglementaire chez nos voisins, notamment espagnols, on retrouve chez eux des facteurs concurrentiels de premier ordre. Et cela à différents niveaux. Concernant l’utilisation des produits de protection des plantes (ou favorisant leur croissance), les producteurs français sont soumis à des règles bien plus strictes que leurs homologues espagnols. Les conséquences, moins de risques face aux intempéries, attaques d’insectes, etc. côté espagnol, des fruits plus beaux pour les étals aussi, et produits à des coûts inférieurs grâce à cette meilleure protection des plantes. Autre facteur important, le droit du travail. Pour cueillir les fruits, il faut de la main-d’oeuvre, importante, en saison. En 2017, le Smic est deux fois moins élevé en Espagne qu’en France (source Le Journal du Net). Au-delà, certains syndicalistes agricoles vont plus loin en dénonçant l’embauche de migrants en Italie, pays où il n’existe pas de Smic, « presque pour rien ». L’ensemble de ces facteurs fait que l’on retrouve sur nos propres étals français des produits étrangers moins chers que ceux qui ont poussé juste à côté ! Et qui plus est, sans respecter les mêmes normes sanitaires. Au passage, les consommateurs français, au nom desquels on réclame à nos producteurs ces règles environnementales strictes, s’empressent dans leur grande majorité pour acheter les fruits espagnols et italiens, simplement parce qu’ils sont moins chers... Derrière, il y a des drames humains, des jeunes qui ne restent pas sur les fermes, des fermes qui s’arrêtent, des terres en friche, des suicides d’agriculteurs...

 

Quelle est la part de responsabilité des règles de commerce ? Du non-respect de la concurrence par exemple ? (D'autres pays respectent moins normes sanitaires ou ont un droit et un coût du travail plus souple) 

Bruno Parmentier : En Europe la majorité des pays sont ultra-libéraux, ils ne veulent plus de règles et en particulier ne veulent pas faire l'Europe social. On a l'Europe financière, l'Europe du commerce, mais pas sociale.  En France, sauf scandale, toutes les personnes qui ramassent de pèches sont payées au smic français. En Espagne il  y beaucoup de travailleurs marocains payé au prix du Maroc. On est dans la même Europe, alors pourquoi ne pas faire une Europe sociale avec les mêmes revenus ? 

On ne pourra vivre sainement qu'avec plus d'Europe et non l'inverse. Avec une Europe qui régule, une Europe sociale, qui fait que tous les travailleurs qui ramassent les fruits soient payés de manière identique. 

Antoine Jeandey : L’Europe donne un premier cadre, qui consiste en un minimum à respecter pour répondre aux exigences du citoyen consommateur européen. L’Espagne ou l’Italie (à voir tout de même pour l’embauche des migrants, mais je ne veux pas accuser, je n’ai pas vérifié personnellement cette « information »), à l’heure actuelle, respectent les règles européennes. En ce sens, ils ne sont pas fautifs. Mais nos gouvernants successifs, en revanche, en choisissant systématiquement d’aller au-delà des recommandations de Bruxelles, ont une responsabilité établie dans la situation. Même s’ils n’en sont pas les premiers responsables, il appartient donc à ceux d’aujourd’hui, de gouvernants, de rétablir l’équilibre : soit en imposant que l’Europe entière suive les règles définies en France ; soit en acceptant de ne plus aller au-delà des minima définis à Bruxelles. Sinon, c’est la distorsion de concurrence assurée.

Quelle est la responsabilité des producteurs eux-mêmes ? Peut-on leur reprocher un manque d'adaptation ?

Bruno Parmentier : Les fruits c'est compliqué. Vous ne choisissez pas quand ils produisent. Il faut les semer, faire pousser l'arbre pendant plusieurs années… 

L'adaptation aux signaux du marché quand on est sur une production à cycle très long alors que le marché est un cycle très cour) c'est très compliqué. Objectivement l'an dernier, il y a eu une très mauvaise récolte de fruits et légumes à cause d'un mauvais printemps. Cette année en revanche, nous en aurons apparemment beaucoup trop et ça va se battre aux frontières. 

Donc cette idée de dire que les agriculteurs ne sont pas raisonnables et ne savent pas s'adapter, c'est plutôt hypocrite. Le marché se fait au jour le jour, semaine par semaine et mois pas mois. Quand on est dans la production de fruit et légumes on compte à 5 à 10 ans pour produire un verger. Comment voulez-vous prévoir autant à l'avance une concurrence déloyale ?

Pour la viande et le lait c'est autre chose car les français en mangent de moins en moins. Dans ce cas-là on peut prévoir un petit peu le marché et baisser les productions. 

Antoine Jeandey : En l’occurrence, eux-mêmes ne peuvent pas choisir grand-chose : ils ne peuvent pas acheter de produits phytosanitaires autorisés en Espagne et pas en France, s’ils étaient contrôlés ils paieraient plus cher encore ; ils ne peuvent pas embaucher autant de saisonniers que les autres pour une même enveloppe. L’« adaptation », en agriculture, cela signifie très souvent les agrandissements des exploitations, c’est-à-dire l’arrêt de nombreux producteurs au profit de leurs voisins, lesquels avec des fermes plus grandes peuvent réaliser des économies d’échelle... Etapes suivantes : ces grandes exploitations sont rachetées par des grands groupes, qui eux-mêmes après s’uniront... Mais est-ce cela que notre société française souhaite, des équivalents à la controversée « ferme des mille vaches » partout sur notre territoire et dans toutes les productions ?

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vm
- 14/07/2017 - 08:36
Pensée collectiviste
Encore une fois c'est la faute au grand méchant libéralisme ! Il faut le dire aux clients car eux ils veulent des fruits bons, beaux et pas chers, bande de salons.

Quand à monsieur Parmentier il veut encore plus d'une URSS molle :"On ne pourra vivre sainement qu'avec plus d'Europe et non l'inverse. Avec une Europe qui régule, une Europe sociale, qui fait que tous les travailleurs qui ramassent les fruits soient payés de manière identique.".
Il oublie de dire qu'en France on a pas le droit,de faire monter quelqu'un sur un escabeau dans un verger car c'est du travail en hauteur.
Il y a t il une ligne éditoriale sérieuse à atlantico !
zombikiller
- 13/07/2017 - 14:15
orthographe
il y a tellement de fautes d'orthographe et de syntaxe que je n'ai même pas fini l'article. Eh, Monsieur Atlantico, je paie un abonnement quand même....
Sangha26
- 13/07/2017 - 09:49
Péche ? NON ! Pêche !
à Atlantico on ne sait pas que pêche s'écrit avec un accent circonflexe !!!!!!
Par contre, il est indéniable qu'une pêche de la Drôme Provençale cueillie "à point" est quelque chose de délicieux et sans égal ! Pourquoi aller chercher hors de nos frontières ce que nous avons sur place ? Et surtout ne pas oublier qu'il y a un temps pour tout et que les pêches ne mûrissent pas au mois de mai en France !