En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Les travaux de M. Hulot

Fermetures de réacteurs : transition énergétique ou campagne anti-nucléaire ?

Publié le 12 juillet 2017
Nicolas Hulot a annoncé qu’il faudra fermer « peut-être jusqu’à 17 » réacteurs nucléaires afin d'enclencher  la transition énergétique à l'horizon 2025. Alors que le Ministre de la Transition écologique prône un changement volontariste de société, cette transition ne sera pas sans conséquences sur la France.
Hervé Machenaud, X Ponts et IEP Paris, a mené toute sa carrière professionnelle au cœur des questions industrielles liées à l’énergie, tant en France qu’à l’étranger. Il réside actuellement en Chine où il a participé durant plus de trente ans au...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Machenaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Machenaud, X Ponts et IEP Paris, a mené toute sa carrière professionnelle au cœur des questions industrielles liées à l’énergie, tant en France qu’à l’étranger. Il réside actuellement en Chine où il a participé durant plus de trente ans au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Hulot a annoncé qu’il faudra fermer « peut-être jusqu’à 17 » réacteurs nucléaires afin d'enclencher  la transition énergétique à l'horizon 2025. Alors que le Ministre de la Transition écologique prône un changement volontariste de société, cette transition ne sera pas sans conséquences sur la France.

Atlantico : Alors que la France tient aujourd'hui la première position en ce qui concerne le nucléaire civil, quel pourrait être l'impact du plan Climat sur l'économie française?  Quels seraient les risques pour es entreprises françaises de l'énergie?

Hervé Machenaud : Le plan climat, quel est son objectif, SI c’est la réduction de production de CO2, quels sont les moyens qu’on utilise? Aujourd’hui, la production d'électricité en France se fait quasiment sans émission de CO2. C’est une des plus basses production de C02 par kilowatt-heure du monde. La transition climat, quel est son objectif? Si c’est arrêter le nucléaire, ce n’est plus un objectif climatique, mais un objectif anti-nucléaire. Ce que l’on peut comprendre ; le nucléaire présente pour un certain nombre de gens un risque qui paraît insupportable. Mais, dans ces cas-là, il faut réfléchir à la réalité. Dans nos pays, l’éolien et le solaire, ne contribuant pas à la demande de pointe, ne permettent pas de répondre aux besoins de la production d’électricité de façon stable et continue. L’Allemagne est un exemple parfait qui,  depuis qu’elle a arrêté quelques unes de ses centrales nucléaires, produit plus de C02 qu’avant alors qu’elle a mis en service l’équivalent du parc nucléaire français rien qu’en éolien. Mais celui-ci ne contribuant pas à la pointe, les allemands sont obligés de conserver en permanence leurs centrales à charbon. Elle produit ainsi 20 fois plus de C02 que la France, bien qu’elle ait des parcs éoliens et solaires les plus grands d’Europe. Il y a une sorte d’incompréhension sur le fait que l’éolien et le solaire détruisent de la valeur. C’est-à-dire que, comme il faut la totalité des moyens de production - le nucléaire et l’hydraulique en France - pour le jour de la pointe, on est obligés de les maintenir. La première question est donc par quoi va-t-on remplacer le nucléaire? Certainement pas par de l’éolien et du solaire. En janvier, au moment de la plus grande demande d’énergie, il n’y avait aucun vent, et pratiquement pas de soleil. Si on arrête le nucléaire, il sera nécessairement remplacé par le nucléaire ou le charbon. C’est la première évidence incontournable. L’Australie vient d’en faire la preuve. Ils sont arrivés, un moment, à 50% d’énergie éolienne, et ont eut en un mois et demi cinq blackout. Ils sont en train de construire des cycles combinés à gaz à toute vitesse pour essayer de résoudre le problème pourtant prévisible. Donc pourquoi arrêter le nucléaire? Si on en veut pas, il faut savoir qu’on va le remplacer par le charbon et le gaz. En France, l’industrie nucléaire est une des plus performantes du monde. Mais aujourd’hui, on est dans une situation où le processus de progrès ne se fait plus. IL y a donc une perte de dynamisme. Comment voulez-vous que des jeunes de 20-25 ans aillent travailler dans un secteur qui est montré du doigt par les politiques et la population? Il représente entre 200.000 et 400.000 selon si on compte les emplois indirects ou non. C’est encore un des grands secteur industriel qu’a la France, et qui va évidemment disparaître d’aller dans le sens d’un arrêt progressive. Mais encore une fois, réduire le nucléaire à 50%, alors que la France produit l’électricité la plus économique d’Europe et la plus propre, c’est le retour du charbon et du gaz.

Comment cette transition énergétique peut-elle modifier l'équilibre du marché de l'énergie européen, et les relations entre la France et ses voisins?

L’Allemagne a doublé sa capacité de production en ajoutant de l’éolien et du solaire. A consommation constante, elle produit deux foi plus de moyens de consommation qu’auparavant. Elle produit plus de CO2 d’années en années. Aujourd’hui, le Danemark qui prétend couvrir sa production à 75% par des énergies renouvelables, consomme en hiver l’électricité allemande. Aujourd’hui, la France est exportatrice car elle a les moyens de productions les moins chers d’Europe parce que c’est du nucléaire construit il y a longtemps dans des conditions industrielles extrêmement efficaces. Si on arrête le nucléaire, soit on importera de l’électricité allemande, fabriquée par du charbon, soit on construira des cycles combinés à gaz et on importera d’Algérie, du Moyen-Orient ou de Russie.

Pourquoi changement de position de la France dans la géopolitique énergétique pas forcément bénéfique vis-à-vis, par exemple, des pays de l'OPEP? Comment la dépendance énergétique française va-t-elle évoluer?

Les terres rares correspondent effectivement à un besoin fondamental, essentiellement pour les panneaux solaires. Mais ce n’est pas tant la question des terres rares. Aujourd’hui, l’éolien est fabriqué par l’Allemagne et les Etats-Unis. Il n’y a pas d’industrie française pour l’éolien comme pour le solaire. Mais de toute façon, l’éolien et le solaire ne serviront à rien, puisque ces derniers n’arriveront pas à combler la demande en pointe. Nous sommes en train de fermer les centrales à charbon en France. Quand on s’apercevra de la gravité en France, on commencera à construire des centrales à gaz. Mais à ce moment-là, le poid sur la balance commerciale et la dépendance géopolitique deviendra considérable. Aujourd’hui, l’électricité en France est produite sans dépense. Quand il faudra importer du gaz, on dépendra des pays qui voudront bien nous en vendre. Il n’y a qu’en France qu’il est interdit de l’exploiter.
 


 

 


 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 12/07/2017 - 09:29
Décadence état français ==> décadence du nucléaire
Déchets ? PAS résolu. Démantèlement, sur le plan technique ET économique ? PAS résolu (ou pas prouvé, Brennilis & co)). Génération suivante (EPR) : PLANTE. Le Thorium ? On fait la fine bouche. Idées nouvelles ? On ne les voit PAS. Moyennant quoi le CEA s'enferre dans des recherches sur des réacteurs à neutrons rapides refroidis au sodium et nous refait le coup de Creys-Malville à l'envers. "Forcément, ça va bien se passer".
lexxis
- 12/07/2017 - 08:17
ÉCOLOGIE ET BON SENS, LA CONTRADICTION PERMANENTE
@ Totor Furibard

Le sketch, vraiment? Arrêter et désarmer d'ici 2025 pas moins de 17 réacteurs sur un total de 59, alors qu'on n'en a toujours pas terminé avec le démantèlement de Brennilis commencé depuis plusieurs décennies et que l'arrêt de Fessenheim promis voilà déjà cinq ans par celui qui mentait sur tout n'est même pas commencé? De la démagogie et de l'inconscience, les deux piliers de l'écologie politique, qui peut être fière des émissions allemandes, dont les vents nous permettent de goûter suavement les effluves! Les éoliennes nécessitent du vent et le solaire a besoin du soleil, l'un et l'autre ne viennent pas nécessairement se glisser au moment des pointes, que fait-on pour combler leurs absences non maîtrisables? Les voitures électriques consommeront inévitablement de l'électricité, comment produira-t-on donc ce surplus quand le vent ne souffle pas et qu'il pleur?
Totor Furibard
- 11/07/2017 - 21:26
Voilà bien un article d'un "X ponts" typique ...
Voilà bien un article d'un "X ponts" typique ayant fait carrières dans les grands groupes et noyé jusqu'à la lie dans les conflits d'intérêts. Tout est tordu sans cet article destiné uniquement à convaincre la population que tout va très bien madame la marquise et qu'il faut continuer comme avant !
Pas la place ici pour corriger toutes les anneries énoncées ici, mais juste un commentaire pour commencer: qui parle d'arrêter tout le nucleaire, et tout de suite ? Personne ! Ni meme les verts, ni meme les insoumis: Personne ! Alors Mr Machenaud: Halte au scetch !