En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Différences
Pauvre jeunesse : comment le fossé entre le taux d'activité des seniors et celui des 18-24 ans s'est creusé drastiquement depuis 10 ans
Publié le 09 juillet 2017
Le taux d'activité des 55-64 ans était supérieur de 16,8 points à celui de 15-24 ans en 2016, alors que cet écart n'était que de 1,9 point en 2007.
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le taux d'activité des 55-64 ans était supérieur de 16,8 points à celui de 15-24 ans en 2016, alors que cet écart n'était que de 1,9 point en 2007.

Atlantico : Selon les chiffres de l'INSEE publiée dans le courant de la semaine du 3 juillet, il apparaît que le taux d'activité des 55-64 ans était supérieur de 16,8 points à celui de 15-24 ans dans le courant de l'année 2016, alors que cet écart n'était que de 1,9 point en 2007. Comment expliquer une telle progression de cet écart ? Quelle part attribuer à une tendance purement démographique et quelle part attribuer à la crise ? 

Gilles Saint-Paul : Cette évolution n’est sans doute pas due à la crise. On considère généralement que les taux d’activité sont procycliques, c’est-à-dire qu’ils baissent en période de récession sous l’influence de l’effet dit du « travailleur découragé » : à cause d’un marché du travail déprimé, certains renoncent à chercher un emploi et sont comptés comme inactifs. On a d’ailleurs observé une chute du taux d’activité aux Etat-Unis depuis la crise. On observe l’inverse en Europe. Pour certains économistes, cela signifierait que la participation serait contracyclique en Europe, parce que l’effet du « travailleur additionnel » dominerait l’effet du « travailleur découragé ». Selon l’effet du « travailleur additionnel », certains inactifs chercheraient du travail en récession parce que leur conjoint a perdu son travail. Si cet effet est plus fort que l’effet du travailleur « découragé », alors on pourrait observer une hausse du taux d’activité pendant une crise. Mais cela ne permet pas de comprendre pourquoi cela frapperait avant tout les travailleurs âgés (le taux d’activité des 25-49 ans est à peu près stable depuis 2008, or c’est dans cette tranche d’âge que l’effet du travailleur additionnel devrait être le plus fort), ni le fait que cette hausse frappe les hommes tout autant que les femmes, ni le contraste entre l’Europe et les Etats-Unis.

En réalité, la hausse du taux d’activité des 55-64 ans est structurelle ; elle constitue une réponse naturelle du marché à l’augmentation de la durée de vie ainsi qu’à certaines évolutions institutionnelles, telles que la hausse de la durée de cotisations nécessaire pour partir en retraite ainsi que celle de l’âge légal instituée par les réformes Fillon. A cela on peut ajouter la fin de dispositifs de préretraite tels que la dispense de recherche d’emploi actée par le  même Fillon, l’assouplissement du cumul emploi/retraite, et, du côté de la demande, la suppression de la contribution Delalande, en 2008.

A lire aussi : Le quinquennat du renouveau générationnel est-il en train de zapper totalement le débat nécessaire sur les priorités que nous retenons en matière de solidarité entre générations en France ?

Faut il s'attendre à une poursuite de cette tendance ? Faut-il lutter contre l'érosion de la participation au travail des 15-24 ans ou s'agit il simplement d'un effet "normal" d'une démocratisation toujours plus larges de cycles d'études plus longs ? 

Cette tendance est appelée à se poursuivre. Bien qu’ayant augmenté, le taux d’activité des seniors reste particulièrement faible compte tenu des évolutions démographiques et du défi du financement des retraites. En comparaison internationale, le taux d’activité des 55-64 ans est de dix points plus élevé pour la moyenne des pays de l’OCDE que pour la France. Il est de vingt points plus élevé en Allemagne qu’en France. 

En ce qui concerne le taux d’activité des 15-24 ans, il est extrêmement faible, même si on le compare aux Etats-Unis, pays où les études universitaires sont plus monnaie courante qu’en France. Ainsi, en 2016, le taux d’activité des 15-24 ans était de 37.2 % en France contre 55.2% aux USA. Les jeunes pâtissent particulièrement des rigidités du marché du travail : salaire minimum, protection de l’emploi, et sont pour cette raison bien souvent confinés à des CDD, avec un risque non négligeable de retomber dans le chômage ou dans l’inactivité. 

Quels sont les défis à venir, pour le pays, de ces tendances de participation au travail ? Comment expliquer cette bonne tenue des chiffres français, notamment vis à vis des Etats Unis ?

Les défis à venir sont :

(i) la convergence du taux d’emploi des seniors avec ceux des catégories d’âge inférieures, dans la perspective d’un allongement inéluctable de la durée de la vie active, afin de faire face à la hausse de l’espérance de vie (dont la manifestation comptable est la question du financement des retraites).

(ii) L’amélioration du marché du travail pour les jeunes, ce qui passe par une flexibilisation de ce marché, qui a toujours été reportée face à l’opposition violente à laquelle ont fait face des dispositifs ciblés tels que le CPE de Villepin ou le CIP de Balladur. Les jeunes seraient les premiers bénéficiaires de l’assouplissement du droit du travail (décentralisation des négociations au niveau de l’entreprise, contrat de projet, plafonnement des indemnités prudhommales) ainsi que des nouvelles formes de travail (Uber, auto-entrepreneurs, etc). 

Il n’y a pas de bonne tenue des chiffres français. A mon sens, la baisse de la participation aux USA est structurelle, même si elle a été déclenchée par la crise. On a affaire à un retrait des hommes du marché du travail et à la convergence entre leur taux d’activité et celui des femmes. Même ainsi, les taux d’emplois et d’activité restent bien supérieurs aux Etats-Unis qu’en France, surtout pour les jeunes et les travailleurs âgés. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Stargate53
- 09/07/2017 - 15:00
Quand on renforce les durée de cotisations pour pour la retraite
La hausse des exigences pour partir en retraite couplée à une baisse organisée des montants des pensions fait que les anciens sont obligés de rester au boulot plus longtemps pour ne pas voir leur retraite encore plus amputée. Faut il s'étonner que le nombre d'emploi pour les jeunes se raréfie ? Un employeur qui voit ses collaborateurs rester plus longtemps au travail (après 60 ans) ne va pas embaucher si tous ses emplois sont tenus ! C'est logique !
Deudeuche
- 09/07/2017 - 13:32
Vive l'émigration le vrai avenir
Des jeunes, l'immigration c'est pour les jeunes venus d'ailleurs!