En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 57 min 31 sec
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 2 heures 39 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 5 heures 37 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 6 heures 39 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 11 heures 23 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 13 heures 50 sec
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 1 heure 56 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 3 heures 58 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 6 heures 9 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 7 heures 15 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 13 heures 14 min
Exception française

Les jeunes diplômés en mal d'insertion professionnelle : une particularité française

Publié le 17 mars 2012
La situation économique que connaît la jeunesse aujourd'hui en France n'a plus rien de comparable avec celle qu'ont vécue les générations entrées dans la vie active durant les Trente Glorieuses. Ne doit-on voir là qu'une injustice de l'Histoire ? Extraits des "Générations déshéritées" par Mickaël Mangot (1/2).
Mickaël Mangot est consultant en finance comportementale.Il est l'auteur de « Psychologie de l’investisseur et des marchés financiers » (Editions Dunod)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Mangot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Mangot est consultant en finance comportementale.Il est l'auteur de « Psychologie de l’investisseur et des marchés financiers » (Editions Dunod)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La situation économique que connaît la jeunesse aujourd'hui en France n'a plus rien de comparable avec celle qu'ont vécue les générations entrées dans la vie active durant les Trente Glorieuses. Ne doit-on voir là qu'une injustice de l'Histoire ? Extraits des "Générations déshéritées" par Mickaël Mangot (1/2).

Profitables aux retraités, les effets de génération semblent au contraire être préjudiciables aux jeunes. L’horizon d’une retraite heureuse nourrie par une épargne confortable accumulée année après année sur des salaires en hausse constante durant la vie active paraît de plus en plus incertain pour les jeunes qui démarrent leur vie professionnelle.

Depuis le milieu des années 1970, on assiste en France à un mouvement tendanciel d’insertion plus lente et plus chaotique des jeunes dans le monde du travail. De l’ordre de 5 % au milieu des années 1970, le taux de chô­mage des jeunes (15-24 ans) flirte aujourd’hui avec la barre des 23 %. C’est la classe d’âge qui a pâti le plus de la hausse rampante du chômage, immédiatement suivie des 25-29 ans (respectivement + 18 et + 10 points depuis 1975, contre des hausses de seulement 3 à 5 points pour toutes les classes d’âge au-dessus de 30 ans).

(Cliquez  sur l'image pour l'agrandir)

Source : Clerc, Monso et Pouliquen, 20101 ; Enquêtes emploi, Insee, 1975-2009[1] 

Cette situation est donc devenue au fil du temps parti­culièrement alarmante et injuste. Les plus jeunes sont aujourd’hui nettement plus souvent au chômage que les autres classes d’âge (trois fois plus souvent que les 25-49 ans). Ils concluent aussi beaucoup plus souvent des contrats précaires (CDD, intérim, temps partiel).

 (Cliquez  sur l'image pour l'agrandir)

Source : Enquêtes Emploi, Insee, 2009.

Cette situation plus délicate des jeunes face à l’emploi par rapport aux autres classes d’âge est toutefois commune au sein des pays développés. Presque partout, le taux de chômage des jeunes atteint entre deux et trois fois celui des autres classes d’âge. Sur ce point, l’Allemagne fait figure d’exception, avec un multiple de seulement 1,4 fois, à rattacher à la fluidité de la transition entre école et emploi, grâce à la généralisation de l’apprentissage.

La situation dégradée des jeunes face à l’emploi prend en France une dimension plus tragique étant donné le niveau déjà élevé du chômage à l’échelle de la population tout entière. Par conséquent, la France se distingue par un taux de chômage des jeunes très supérieur à celui de la moyenne des pays membres de l’OCDE (+ 6 points). Elle se démarque aussi des autres pays riches par une segmentation particulière (commune avec la Belgique, la Grèce, l’Espagne et l’Italie) de ses jeunes face à l’em­ploi. Entre les jeunes sortis sans qualification et « laissés pour compte » sur le marché du travail (soit un jeune sur neuf, une proportion en ligne avec celle des autres pays) et les jeunes « performants », dont la qualification leur permet de se stabiliser dans l’emploi assez rapide­ment, la France compte une proportion très élevée (un jeune sur quatre) de ce que l’OCDE appelle des jeunes « débutants en mal d’insertion » : ils ont fini leur période d’étude, aimeraient s’insérer dans le monde du travail durablement mais n’y parviennent pas car la transition en France des contrats précaires au CDI est plus lente et plus laborieuse qu’ailleurs. Si bien qu’aujourd’hui, la norme pour beaucoup de jeunes qui sortent de l’école est d’alterner, pendant une durée pouvant atteindre jusqu’à dix ans, périodes de chômage et emplois précaires, une situation incomparable à celle des générations entrées sur le marché du travail avant les années 1980.

 (Cliquez  sur l'image pour l'agrandir)

 Source : OCDE

L’entrée des jeunes sur le marché de l’emploi est éga­lement fortement conditionnée par la conjoncture. Le taux d’emploi varie très fortement selon les cohortes : rien à voir entre la génération entrée au moment de la récession de 1995 (avec un taux d’emploi de 40 %) et celle entrée au plus haut de la bulle internet (60 % en 2000). Cette forte variabilité confirme l’impression laissée par les chiffres sur les emplois précaires que les jeunes sont désormais une variable d’ajustement pour les entreprises. En revanche, cinq ans après leur entrée sur le marché de l’emploi, toutes les cohortes ont à peu près le même taux d’emploi, mais avec des salaires dif­férents qui continuent de refléter les conditions d’entrée sur le marché du travail.



[1] Marie-Emilie Clerc, Olivier Monso et Erwan Pouliquen, « Les inégalités entre générations depuis le baby boom », L’économie fran­çaise, Insee, 2011

________________________

Extraits de Les générations deshéritées : Dette, retraite, logement, chômage des jeunes… comment réparer la grande injustice, Eyrolles (16 février 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Harmaggedon
- 18/03/2012 - 06:54
un petit oubli !
quand Jospin a "imposé" 80% de bacheliers, dans une même classe d'âge, il n'a pas démocratisé l'enseignement, mais l'a simplement massifié !
En associant cette réalité, au fait qu'on entre dans n'importe quelle fac, sans aucune sélection préalable, il était tout à fait prévisible que le nombre global de diplomés allait exploser.
A qui cela a-t-il réellement profité ? Pas aux jeunes eux-mêmes, mais plus au corps enseignant dont il a fallu parallèlement augmenter massivement les effectifs.
Nous souffrons aujourd'hui d'une "diplomite aigüe", sans savoir-faire en totale inadéquation avec les besoins du travail. En laissant tomber l'apprentissage, au profit d'un enseignement trop théorique, souvent inadapté au commerce ou à l'industrie, ce taux de chomage élevé, était prévisible. Les entreprises ne peuvent pas à la fois payer des salaires, des charges élevées et former.
On manque, en France d'ingénieurs, d'informaticiens, mais pas de diplomés de psycho ou de lettres...mais en avions nous vraiment besoin ? Faut-il être bac +x, pour être magasinier, caissière, livreur... avec en plus l'impossibilité matérielle de prendre sa retraite à 60 ou même 65 ans quand on commence l'ativité à 25 ?