En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Exception française
Les jeunes diplômés en mal d'insertion professionnelle : une particularité française
Publié le 17 mars 2012
La situation économique que connaît la jeunesse aujourd'hui en France n'a plus rien de comparable avec celle qu'ont vécue les générations entrées dans la vie active durant les Trente Glorieuses. Ne doit-on voir là qu'une injustice de l'Histoire ? Extraits des "Générations déshéritées" par Mickaël Mangot (1/2).
Mickaël Mangot est consultant en finance comportementale.Il est l'auteur de « Psychologie de l’investisseur et des marchés financiers » (Editions Dunod)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Mangot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mickaël Mangot est consultant en finance comportementale.Il est l'auteur de « Psychologie de l’investisseur et des marchés financiers » (Editions Dunod)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La situation économique que connaît la jeunesse aujourd'hui en France n'a plus rien de comparable avec celle qu'ont vécue les générations entrées dans la vie active durant les Trente Glorieuses. Ne doit-on voir là qu'une injustice de l'Histoire ? Extraits des "Générations déshéritées" par Mickaël Mangot (1/2).

Profitables aux retraités, les effets de génération semblent au contraire être préjudiciables aux jeunes. L’horizon d’une retraite heureuse nourrie par une épargne confortable accumulée année après année sur des salaires en hausse constante durant la vie active paraît de plus en plus incertain pour les jeunes qui démarrent leur vie professionnelle.

Depuis le milieu des années 1970, on assiste en France à un mouvement tendanciel d’insertion plus lente et plus chaotique des jeunes dans le monde du travail. De l’ordre de 5 % au milieu des années 1970, le taux de chô­mage des jeunes (15-24 ans) flirte aujourd’hui avec la barre des 23 %. C’est la classe d’âge qui a pâti le plus de la hausse rampante du chômage, immédiatement suivie des 25-29 ans (respectivement + 18 et + 10 points depuis 1975, contre des hausses de seulement 3 à 5 points pour toutes les classes d’âge au-dessus de 30 ans).

(Cliquez  sur l'image pour l'agrandir)

Source : Clerc, Monso et Pouliquen, 20101 ; Enquêtes emploi, Insee, 1975-2009[1] 

Cette situation est donc devenue au fil du temps parti­culièrement alarmante et injuste. Les plus jeunes sont aujourd’hui nettement plus souvent au chômage que les autres classes d’âge (trois fois plus souvent que les 25-49 ans). Ils concluent aussi beaucoup plus souvent des contrats précaires (CDD, intérim, temps partiel).

 (Cliquez  sur l'image pour l'agrandir)

Source : Enquêtes Emploi, Insee, 2009.

Cette situation plus délicate des jeunes face à l’emploi par rapport aux autres classes d’âge est toutefois commune au sein des pays développés. Presque partout, le taux de chômage des jeunes atteint entre deux et trois fois celui des autres classes d’âge. Sur ce point, l’Allemagne fait figure d’exception, avec un multiple de seulement 1,4 fois, à rattacher à la fluidité de la transition entre école et emploi, grâce à la généralisation de l’apprentissage.

La situation dégradée des jeunes face à l’emploi prend en France une dimension plus tragique étant donné le niveau déjà élevé du chômage à l’échelle de la population tout entière. Par conséquent, la France se distingue par un taux de chômage des jeunes très supérieur à celui de la moyenne des pays membres de l’OCDE (+ 6 points). Elle se démarque aussi des autres pays riches par une segmentation particulière (commune avec la Belgique, la Grèce, l’Espagne et l’Italie) de ses jeunes face à l’em­ploi. Entre les jeunes sortis sans qualification et « laissés pour compte » sur le marché du travail (soit un jeune sur neuf, une proportion en ligne avec celle des autres pays) et les jeunes « performants », dont la qualification leur permet de se stabiliser dans l’emploi assez rapide­ment, la France compte une proportion très élevée (un jeune sur quatre) de ce que l’OCDE appelle des jeunes « débutants en mal d’insertion » : ils ont fini leur période d’étude, aimeraient s’insérer dans le monde du travail durablement mais n’y parviennent pas car la transition en France des contrats précaires au CDI est plus lente et plus laborieuse qu’ailleurs. Si bien qu’aujourd’hui, la norme pour beaucoup de jeunes qui sortent de l’école est d’alterner, pendant une durée pouvant atteindre jusqu’à dix ans, périodes de chômage et emplois précaires, une situation incomparable à celle des générations entrées sur le marché du travail avant les années 1980.

 (Cliquez  sur l'image pour l'agrandir)

 Source : OCDE

L’entrée des jeunes sur le marché de l’emploi est éga­lement fortement conditionnée par la conjoncture. Le taux d’emploi varie très fortement selon les cohortes : rien à voir entre la génération entrée au moment de la récession de 1995 (avec un taux d’emploi de 40 %) et celle entrée au plus haut de la bulle internet (60 % en 2000). Cette forte variabilité confirme l’impression laissée par les chiffres sur les emplois précaires que les jeunes sont désormais une variable d’ajustement pour les entreprises. En revanche, cinq ans après leur entrée sur le marché de l’emploi, toutes les cohortes ont à peu près le même taux d’emploi, mais avec des salaires dif­férents qui continuent de refléter les conditions d’entrée sur le marché du travail.



[1] Marie-Emilie Clerc, Olivier Monso et Erwan Pouliquen, « Les inégalités entre générations depuis le baby boom », L’économie fran­çaise, Insee, 2011

________________________

Extraits de Les générations deshéritées : Dette, retraite, logement, chômage des jeunes… comment réparer la grande injustice, Eyrolles (16 février 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
07.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Harmaggedon
- 18/03/2012 - 06:54
un petit oubli !
quand Jospin a "imposé" 80% de bacheliers, dans une même classe d'âge, il n'a pas démocratisé l'enseignement, mais l'a simplement massifié !
En associant cette réalité, au fait qu'on entre dans n'importe quelle fac, sans aucune sélection préalable, il était tout à fait prévisible que le nombre global de diplomés allait exploser.
A qui cela a-t-il réellement profité ? Pas aux jeunes eux-mêmes, mais plus au corps enseignant dont il a fallu parallèlement augmenter massivement les effectifs.
Nous souffrons aujourd'hui d'une "diplomite aigüe", sans savoir-faire en totale inadéquation avec les besoins du travail. En laissant tomber l'apprentissage, au profit d'un enseignement trop théorique, souvent inadapté au commerce ou à l'industrie, ce taux de chomage élevé, était prévisible. Les entreprises ne peuvent pas à la fois payer des salaires, des charges élevées et former.
On manque, en France d'ingénieurs, d'informaticiens, mais pas de diplomés de psycho ou de lettres...mais en avions nous vraiment besoin ? Faut-il être bac +x, pour être magasinier, caissière, livreur... avec en plus l'impossibilité matérielle de prendre sa retraite à 60 ou même 65 ans quand on commence l'ativité à 25 ?