En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 9 min 55 sec
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 1 heure 4 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 1 heure 50 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 5 heures 3 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 7 heures 41 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 8 heures 19 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 9 heures 42 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 31 min 45 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 1 heure 25 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 2 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 6 heures 16 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 9 heures 4 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 9 heures 43 min
© MOHAMED EL-SHAHED / AFP
© MOHAMED EL-SHAHED / AFP
Encore et encore

L'Etat islamique en Irak, c'est fini : oui, mais ailleurs ?

Publié le 30 juin 2017
Le gouvernement irakien vient de déclarer la fin de l'Etat Islamique dans la ville de Mossoul, au nord du pays "leur état fictif vient de tomber". Si certains combattants restent encore actifs dans certains quartiers, le symbole de la reprise de la Grande Mosquée Al Nuri semble indiquer la défaite de l'Etat Islamique.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement irakien vient de déclarer la fin de l'Etat Islamique dans la ville de Mossoul, au nord du pays "leur état fictif vient de tomber". Si certains combattants restent encore actifs dans certains quartiers, le symbole de la reprise de la Grande Mosquée Al Nuri semble indiquer la défaite de l'Etat Islamique.

Atlantico : Que sait on de la réalité du terrain ? Alors que les dernières positions syriennes de l'Etat Islamiques se concentrent dans des zones proches de la frontière irakienne, quels sont les risques de voir l'Etat Islamique resurgir en Irak ?

Alain Rodier : Effectivement, le Premier ministre irakien Haidar al-Abadi a annoncé la « fin de l’Etat islamique ». Mais il s’est empressé d’ajouter que « les combats étaient loin d’être terminés ». Il faut plutôt comprendre les propos de al-Abadi comme : "la fin de l'EI en tant qu'entité étatique".

En fait, c’est la prise des ruines de la Grande Mosquée Al-Nuri qui est extrêmement symbolique. A savoir, que c’est là que le 4 juillet 2014, Abou Bakr al-Baghdadi, a prononcé son seul prêche en public appelant tous les musulmans à lui faire allégeance et à rejoindre le « califat » qui avait été officiellement proclamé le 29 juin précédent par le porte-parole du mouvement, al-Adnani.

Les rebelles de Daech ont fait exploser le minaret (Al-Hadba) de la mosquée (qui avait été achevé en 1172 AC) alors que les forces gouvernementales n’en n’étaient plus qu’à quelques centaines de mètres. Ils ont prétendu que c’était une frappe aérienne US qui avait détruit ce monument historique dans le but d’accentuer un peu plus le ressentiment des musulmans vis-à-vis des Américains (et plus généralement à l'égard des Occidentaux). Heureusement, cette action a pu être filmée depuis les lignes gouvernementales irakiennes. Ces films montrent à l’évidence que le minaret a été détruit par des charges explosives placées à l’intérieur du bâtiment. Ce style de destruction ne s’improvisant pas (il faut amener les charges nécessaires, les installer dans des endroits précis, mettre en place un système de mise à feu simultané, etc.), il est évident qu’elle avait été programmée depuis un certain temps. Toutefois, il a encore fallu une semaine aux assaillants pour franchir les derniers mètres pour parvenir au niveau de la mosquée, ce qui montre la lenteur de la progression en zone urbaine détruite, milieu qui est toujours favorable aux défenseurs.

Le porte-parole de l’armée irakienne affirme que « la bataille devrait s’achever dans les prochains jours ». Toutefois, il reste deux poches de résistance importantes dans lesquelles 100 000 civils seraient encore coincés. Bien sûr, le nombre de combattants de Daech n’est pas connu mais leur détermination semble être encore élevée. Pour les Américains, soit ils se rendent (j’ai quelques doutes sur cette option), soit ils se font tuer sur place en emmenant dans leur martyre un maximum d’adversaires et de civils…

Et quand bien même tous les quartiers seraient bouclés, il faudra ensuite passer la ville au peigne fin pour éviter que des activistes dissimulés dans les ruines et au milieu des rescapés ne mènent des actions offensives sur les arrières. A n’en pas doute, la bataille de Mossoul n’est pas encore terminée.

Quant au proto-Etat islamique, il n’a pas encore cessé d’exister. Daech tient la vallée de l’Euphrate de Ana al-Jedid à l’est (à l'ouest de Bagdad) jusqu’à la frontière syrienne (al-Qaim) puis en Syrie jusqu’à Raqqa(1) en passant par Deir Ez-Zor(2).

En Irak, les peshmergas ne s’aventureront pas jusqu'à l'Euphrate d’autant qu’ils ont prévu un référendum le 25 septembre concernant l'indépendance éventuelle du Kurdistan irakien (à la grande fureur de Bagdad et d’Ankara et sans le soutien des Américains - pour Téhéran, cela reste plus indécis pour l’instant -).

1. La partie nord de la ville serait encerclée par les Forces Démocratiques Syriennes qui ont progressé plus rapidement que prévu.

2. Où la garnison gouvernementale syrienne est assiégée depuis 2013.

 

Comment expliquer ce qui semble ressembler à une compétition dans la revendication de la victoire sur le terrain de Mossoul, entre gouvernement irakien et kurdes ?

Trois forces vont se disputer la prise de Mossoul : le pouvoir légal de Bagdad, les Kurdes et les milices chiites fidèles à Téhéran. Le problème est : qui va gérer la suite et surtout, la gestion des populations locales majoritairement sunnites?

Quoiqu’on en dise, une grande partie de cette population avait accueilli Daech en « libérateur » de ce qui était considéré comme le « joug chiite de Bagdad ». Des reportages commencent à montrer des scènes de pactisation entre civils, militaires et miliciens mais cela ne reste du domaine de la propagande. Bien sûr, au départ, les civils vont être obligés de coopérer car c’est leur survie même qui en dépend, mais après ?

Il n'est pas impossible qu'il y ait même des accrochages entre les Kurdes et l'armée irakienne. Quant aux milices chiites, elles sont hors contrôle, sauf pour une partie d'entre elles placée sous la houlette de Téhéran.

Dans quelle mesure la défaite de l'Etat Islamique en Irak pourrait elle changer le cours des choses, notamment sur les alliances qui se sont formées "contre" l'Etat Islamique en Irak ?

Je persiste à penser que l’on va assister à un éclatement de l’Irak et de la Syrie avec des autorités locales (des chefs de guerre) qui géreront la situation comme elles le pourront. Peu importe comment cela sera appelé pour sauver les apparences (« fédéralisme » ?) car toutes les capitales refusent officiellement cet éclatement qui atteint le sacro-saint principe « intangibilité des frontières », mais les intérêts des différentes parties sont trop divergents pour espérer parvenir à les réconcilier à moyen ou long terme.

Les différentes coalitions peuvent aussi se déliter surtout que l’Arabie saoudite traverse aujourd’hui une crise majeure (intérieure et extérieure). L’évolution de ce qui se passe avec le Qatar et au Yémen peut mettre en péril la dynastie des Saoud où une révolution de palais est en cours. Il est fort à parier que la situation sur le front syro-irakien n’est plus sa priorité. Quant à la Turquie, le président Erdogan peut tout d’un coup décider un « demi-tour » dont il a le secret sachant que son seul souci est de ne pas voir la création d’Etat kurde - que ce soit en Syrie ou en Irak) à sa frontière sud. Des rumeurs de plus en plus insistantes font état d'une invasion de la province d'Efrin (au nord-ouest de la Syrie) qui est tenue par le YPG (Kurdes syriens proches du PKK).

Enfin, la Russie et les Occidentaux semblent régler leur politique au coup par coup en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain. De plus, le président Trump semble être au moins aussi imprévisible que son homologue turc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 30/06/2017 - 14:10
pourquoi se preocupper du moyen orient
petrole myrrh et encens? La Russie a assez de petrole pour que l'occident ait assez de temps pour se convertir a l'energie solaire avec les photovoltaic chinois, le gaz de schiste en France, et le nucleaire. une solution des problemes du moyen orient serait l'extermination systematique de tout les precheurs de l'islam.