En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 5 heures 25 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 6 heures 39 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 14 heures 11 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 6 heures 1 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 7 heures 18 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 8 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 12 heures 37 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 14 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
TNT

Le baril (de poudre) pétrolier mondial

Publié le 28 juin 2017
43 dollars pour 159 litres (un baril) de pétrole WTI (West Texas Intermediate) : c’est le prix actuel. C’est aussi celui de mi-septembre 2016. Qu’il est donc loin, le 106 dollars du 13 juin 2014, avec cette belle et longue plage de 100 dollars, de mars 2011 à juillet 2014 ! Oubliée, disparue !
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
43 dollars pour 159 litres (un baril) de pétrole WTI (West Texas Intermediate) : c’est le prix actuel. C’est aussi celui de mi-septembre 2016. Qu’il est donc loin, le 106 dollars du 13 juin 2014, avec cette belle et longue plage de 100 dollars, de mars 2011 à juillet 2014 ! Oubliée, disparue !

Et quelle horreur que ce 29 dollars du 12 février 2016 ! Le drame, la faillite, des entreprises, du secteur, des états pétroliers ! « Pomper moins, pour gagner plus » : quelle joie alors, quand l’Opep annonce qu’elle va réduire sa production pour réduire les stocks, puis la surproduction mondiale. Alors, avec un prix un peu plus bas pendant quelque temps, l’économie mondiale repartira. Assez vite, on aura besoin de plus de pétrole et son prix remontera. Il faut donc tous se serrer aujourd’hui la ceinture. L’Arabie Saoudite est prête à le faire, et même plus que les autres, dont elle connaît les coûts de production et les difficultés financières. En même temps, ceci expliquant cela, elle veut élargir le périmètre de l’Opep (notamment à la Russie). Elle veut une Opep élargie, qu’elle entend gérer.

Bien sûr, cette nouvelle alliance du cartel a un but inavoué : faire mourir celui qui a tout déstabilisé en produisant plus, les Etats-Unis. Voilà en effet que les Américains découvrent du pétrole de schiste en fracturant des roches – pas freinés, eux, par des considérations écologiques. Nouveau, mais cher. Voilà qu’ils creusent et mettent en fonctionnement jusqu’à 1400 puits en 2012, au moment où le baril est à 100 dollars. Et voilà qu’ils font en sorte de pouvoir exporter ce pétrole sur le marché mondial, maintenant qu’ils sont excédentaires ! Et voilà qu’ils font tomber l’édifice ! 

En face, voilà que l’Opep se dit alors que le coût de production de ce perturbateur est au mieux de 80 dollars et que ses puits ont été creusés avec des structures très endettées. Donc, si le prix du baril passe à 60, certes l’Opep souffre, mais le pétrole américain de schiste meurt. De fait, le nombre de puis passe d’un plus haut à 1600 fin 2015 à un plus bas à 400, un an après. Un massacre humain et financier.

Mais tous les puits américains ne ferment pas ! 400 résistent, serrent les dépenses et innovent, pour mieux dépister et exploiter les poches, grâce surtout à des progrès informatiques. Le nombre de puits remonte alors, puisqu’il devient rentable de produire à 40 dollars ! La preuve : ce nombre de puits est actuellement de 800, le double du point bas de début 2016. Incroyable réactivité américaine ! Echec de l’Opep et de l’Arabie Saoudite !

Et pourtant, l’Opep vient d’indiquer que l'accord de réduction de la production mondiale qu’il a monté a été respecté à 106% en mai 2017, autrement dit 6% de plus. Mais l’Iran envisage d’investir plus pour produire plus, en s’associant cette fois avec Total et la Chine (une association qui permet peut-être de réduire le risque d’une réaction de justice américaine sur Total…). Comment comprendre ce miracle : la demande mondiale de pétrole monte toujours, certes peu, les Etats-Unis produisent plus et l’Opep produit temporairement moins, alors que le prix du baril continue de baisser ?

L’explication est simple : l’Arabie Saoudite réduit plus que prévu sa production, pour valider les quotas de l’Opep. Mais pourquoi donc cet exercice de vertu ? Pour forcer à la transition énergétique et en être le leader. Elle veut être, à la fois, un des plus importants détenteurs de réserves de pétrole (de bonne qualité) du monde et à l’avant-garde de l’après-pétrole. Et, pour financer cette mutation qui lui coûte (son déficit budgétaire atteint 17% de son PIB), elle met sur le marché 5% d’Aramco, le monopole (royal) des réserves du pays. Le montant attendu devrait être de 100 milliards de dollars au moins. En effet, la valeur d’Aramco avait été estimée à trois trillions de dollars, puis on parle de deux, puis d’un, voire moins. C’est toute la question, fonction en partie (psychologique) de l’évolution actuelle du prix du baril – que l’Arabie saoudite soutient donc à court terme, en pompant moins.

Qatar, Russie, Iran, Irak, Venezuela, Nigéria : l’équation ne cesse de se compliquer, chacun devant produire plus, pour sa croissance, son influence politique (Iran par exemple), voire sa survie (Venezuela, Irak, Lybie). En même temps, les Etats-Unis entendent produire davantage. Et le monde entier s’alarme du réchauffement climatique, en cherchant à mieux utiliser l’énergie, à installer des éoliennes et des panneaux solaires, en attendant les voitures électriques !

Faire financer l’après-pétrole de demain par le pétrole d’aujourd’hui : c’est la course contre le temps que mène (en tête) l’Arabie Saoudite. Elle alimente son fonds souverains mais devra reconvertir non seulement son économie, mais surtout sa société, vers des activités nouvelles, privées et non subventionnées (moins religieuses ?). 

C’est le débat géo-politique mondial : la baisse du prix du baril de pétrole n’a pas fini, ni la suite de ses effets. Une chose est sûre : ils ne seront pas pacifiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 28/06/2017 - 17:21
l'économie française... un OBNI
les taux d'intérêts sont toujours au plu bas;le prix de l' énergie est moins de la moitié du Prix d'il y'a 3 ans et...CEPENDANT ...le chômage monte..

que se passerait il si le taux d'intérêts triplaient ( et encore ce n'est pas beaucoup) et que le prix du pétrole retrouvait les100 dollars...

comme on a peut être du pétrole mais pas d'idées sauf écolos,je sui sûr que nos ayatollahs seraient contents ils reprendraient leurs calculettes pour nous dire que les énergies verts intermittentes sont compétitives...
déjà Atlantico green veut nous démontrer que c'est le cas..aujourd'hui (mais là il faut tordre la réalité à un point ou nous passons par un trou noir pour accéder à une post réalité)