En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 16 min 6 sec
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 1 heure 23 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 2 heures 1 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 5 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 6 heures 11 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 6 heures 29 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 7 heures 40 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 8 heures 24 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 1 heure 4 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 1 heure 43 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 2 heures 44 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 6 heures 9 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 7 heures 23 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 8 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
TNT

Le baril (de poudre) pétrolier mondial

Publié le 28 juin 2017
43 dollars pour 159 litres (un baril) de pétrole WTI (West Texas Intermediate) : c’est le prix actuel. C’est aussi celui de mi-septembre 2016. Qu’il est donc loin, le 106 dollars du 13 juin 2014, avec cette belle et longue plage de 100 dollars, de mars 2011 à juillet 2014 ! Oubliée, disparue !
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
43 dollars pour 159 litres (un baril) de pétrole WTI (West Texas Intermediate) : c’est le prix actuel. C’est aussi celui de mi-septembre 2016. Qu’il est donc loin, le 106 dollars du 13 juin 2014, avec cette belle et longue plage de 100 dollars, de mars 2011 à juillet 2014 ! Oubliée, disparue !

Et quelle horreur que ce 29 dollars du 12 février 2016 ! Le drame, la faillite, des entreprises, du secteur, des états pétroliers ! « Pomper moins, pour gagner plus » : quelle joie alors, quand l’Opep annonce qu’elle va réduire sa production pour réduire les stocks, puis la surproduction mondiale. Alors, avec un prix un peu plus bas pendant quelque temps, l’économie mondiale repartira. Assez vite, on aura besoin de plus de pétrole et son prix remontera. Il faut donc tous se serrer aujourd’hui la ceinture. L’Arabie Saoudite est prête à le faire, et même plus que les autres, dont elle connaît les coûts de production et les difficultés financières. En même temps, ceci expliquant cela, elle veut élargir le périmètre de l’Opep (notamment à la Russie). Elle veut une Opep élargie, qu’elle entend gérer.

Bien sûr, cette nouvelle alliance du cartel a un but inavoué : faire mourir celui qui a tout déstabilisé en produisant plus, les Etats-Unis. Voilà en effet que les Américains découvrent du pétrole de schiste en fracturant des roches – pas freinés, eux, par des considérations écologiques. Nouveau, mais cher. Voilà qu’ils creusent et mettent en fonctionnement jusqu’à 1400 puits en 2012, au moment où le baril est à 100 dollars. Et voilà qu’ils font en sorte de pouvoir exporter ce pétrole sur le marché mondial, maintenant qu’ils sont excédentaires ! Et voilà qu’ils font tomber l’édifice ! 

En face, voilà que l’Opep se dit alors que le coût de production de ce perturbateur est au mieux de 80 dollars et que ses puits ont été creusés avec des structures très endettées. Donc, si le prix du baril passe à 60, certes l’Opep souffre, mais le pétrole américain de schiste meurt. De fait, le nombre de puis passe d’un plus haut à 1600 fin 2015 à un plus bas à 400, un an après. Un massacre humain et financier.

Mais tous les puits américains ne ferment pas ! 400 résistent, serrent les dépenses et innovent, pour mieux dépister et exploiter les poches, grâce surtout à des progrès informatiques. Le nombre de puits remonte alors, puisqu’il devient rentable de produire à 40 dollars ! La preuve : ce nombre de puits est actuellement de 800, le double du point bas de début 2016. Incroyable réactivité américaine ! Echec de l’Opep et de l’Arabie Saoudite !

Et pourtant, l’Opep vient d’indiquer que l'accord de réduction de la production mondiale qu’il a monté a été respecté à 106% en mai 2017, autrement dit 6% de plus. Mais l’Iran envisage d’investir plus pour produire plus, en s’associant cette fois avec Total et la Chine (une association qui permet peut-être de réduire le risque d’une réaction de justice américaine sur Total…). Comment comprendre ce miracle : la demande mondiale de pétrole monte toujours, certes peu, les Etats-Unis produisent plus et l’Opep produit temporairement moins, alors que le prix du baril continue de baisser ?

L’explication est simple : l’Arabie Saoudite réduit plus que prévu sa production, pour valider les quotas de l’Opep. Mais pourquoi donc cet exercice de vertu ? Pour forcer à la transition énergétique et en être le leader. Elle veut être, à la fois, un des plus importants détenteurs de réserves de pétrole (de bonne qualité) du monde et à l’avant-garde de l’après-pétrole. Et, pour financer cette mutation qui lui coûte (son déficit budgétaire atteint 17% de son PIB), elle met sur le marché 5% d’Aramco, le monopole (royal) des réserves du pays. Le montant attendu devrait être de 100 milliards de dollars au moins. En effet, la valeur d’Aramco avait été estimée à trois trillions de dollars, puis on parle de deux, puis d’un, voire moins. C’est toute la question, fonction en partie (psychologique) de l’évolution actuelle du prix du baril – que l’Arabie saoudite soutient donc à court terme, en pompant moins.

Qatar, Russie, Iran, Irak, Venezuela, Nigéria : l’équation ne cesse de se compliquer, chacun devant produire plus, pour sa croissance, son influence politique (Iran par exemple), voire sa survie (Venezuela, Irak, Lybie). En même temps, les Etats-Unis entendent produire davantage. Et le monde entier s’alarme du réchauffement climatique, en cherchant à mieux utiliser l’énergie, à installer des éoliennes et des panneaux solaires, en attendant les voitures électriques !

Faire financer l’après-pétrole de demain par le pétrole d’aujourd’hui : c’est la course contre le temps que mène (en tête) l’Arabie Saoudite. Elle alimente son fonds souverains mais devra reconvertir non seulement son économie, mais surtout sa société, vers des activités nouvelles, privées et non subventionnées (moins religieuses ?). 

C’est le débat géo-politique mondial : la baisse du prix du baril de pétrole n’a pas fini, ni la suite de ses effets. Une chose est sûre : ils ne seront pas pacifiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 28/06/2017 - 17:21
l'économie française... un OBNI
les taux d'intérêts sont toujours au plu bas;le prix de l' énergie est moins de la moitié du Prix d'il y'a 3 ans et...CEPENDANT ...le chômage monte..

que se passerait il si le taux d'intérêts triplaient ( et encore ce n'est pas beaucoup) et que le prix du pétrole retrouvait les100 dollars...

comme on a peut être du pétrole mais pas d'idées sauf écolos,je sui sûr que nos ayatollahs seraient contents ils reprendraient leurs calculettes pour nous dire que les énergies verts intermittentes sont compétitives...
déjà Atlantico green veut nous démontrer que c'est le cas..aujourd'hui (mais là il faut tordre la réalité à un point ou nous passons par un trou noir pour accéder à une post réalité)