En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 3 heures 16 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 4 heures 49 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 6 heures 23 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 12 heures 5 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 12 heures 50 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 15 heures 20 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 17 heures 6 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 4 heures 8 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 5 heures 26 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 7 heures 40 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 9 heures 30 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 15 heures 30 sec
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 17 heures 19 min
© Centre de Traitement de la Peur de l'Avion
© Centre de Traitement de la Peur de l'Avion
Peur panique

Rage des airs : et la raison pour laquelle l'avion nous pousse à péter les plombs est…

Publié le 25 juin 2017
A l'approche des vacances, les Français vont prendre l'avion pour se rendre sur leur lieux de villégiature. Pourtant, l'idée de prendre l'avion fait paniquer certaines personnes. Il y a différentes raisons qui peuvent l'expliquer, et des traitements adéquats.
Xavier Tytelman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Spécialiste de la sécurité aérienne. Ancien aviateur militaire sur aéronefs de patrouille maritime (missions sur Atlantique 2, N262, P3-C, Nimrod, Falcon...). Consultant spécialisé dans l'industrie aéronautique. Responsable et formateur au Centre de...
Voir la bio
Velina Negovanska
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Velina Negovanska est psychologue clinicienne, docteur en psychologie et spécialisée dans le traitement des phobies et la gestion de l'anxiété. Elle est fondatrice du Centre de traitement de la peur de l'avion (www.peuravion.fr) et auteur du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'approche des vacances, les Français vont prendre l'avion pour se rendre sur leur lieux de villégiature. Pourtant, l'idée de prendre l'avion fait paniquer certaines personnes. Il y a différentes raisons qui peuvent l'expliquer, et des traitements adéquats.

A l'approche des vacances, toujours plus de français s'apprêtent à se rendre à leurs destinations de villégiature par avion. Cependant, certaines personnes peuvent vite perdre leur calme et commencer à s'énerver à cette occasion. Comment expliquer que l'avion soit un lieu privilégié d’énervement ? 

Dr Velina Negovanska : Depuis plusieurs dizaines d'années, les psychologues ont en effet observé une étonnante propension des voyageurs à devenir agressif, ce phénomène est appelé "air rage". Dans la très grande majorité des cas, ces comportements sont liés à la peur de l'avion qui provoque la levée de nos freins sociaux. Pour faire simple, la peur laisse le cerveau des émotions s'exprimer et le cortex arrête de jouer son rôle de gardien des conventions sociales.

Quand le cortex est "éteint", les réponses rationnelles rassurantes ne sont par ailleurs plus d'aucun secours (c'est pour cela que l'on ne peut pas rassurer une personne qui a peur de l'avion en lui faisant remarquer que tout se passe bien), et le cerveau des émotions donne alors l'un de ces trois ordres : faire le mort (on reste dans ce cas prostré), fuir (on est très agité et on a besoin de bouger) ou se battre. L'énergie monte dans les avants-bras pour être prêt à donner des coups, comme si l'on devait affronter un lion, et c'est pour cela que de nombreux passagers écrasent leur accoudoir... C'est en fait leur cerveau des émotions qui leur donne l'ordre de se battre ! Le corps fournit par ailleurs l'énergie nécessaire à un effort physique en faisant accélérer les rythmes respiratoires et cardiaques.

Deux autres facteurs expliquent l'air rage, le premier est l'inconfort. Les chercheurs ont découvert un lien direct entre l'espacement entre les sièges et la fréquence du phénomène. Le deuxième facteur est plus étonnant : l'agressivité est quatre fois plus fréquente lorsque l'avion comporte une première classe dans l'avion ! Quand tous les passagers embarquent par les portes avant de l'avion, les voyageurs de Première Classe voient défiler l'ensemble des voyageurs moins chanceux qu'eux. Les occupants de la Seconde peuvent pour leur part constater la débauche d'espace et de confort de la Première Classe à laquelle ils n'auront pas accès. Dans ces conditions, la fréquence de l'air rage double en Seconde et est multipliée par douze en Première !

On le voit, de nombreux facteurs liés à la peur de l'avion, au confort et même aux inégalités sociales sont à l'origine de ces situations. Si l'on ajoute la consommation d'alcool et ses effets désinhibiteurs, 

Quel est le pourcentage et quels sont les motifs de craintes des Français ? Quelles sont les peurs dont ils souffrent à l'idée de prendre l'avion ? Existe-t-il des traitements ? Comment ces différentes peurs peuvent-elles être prises en charge ? 

Dr Velina Negovanska : On estime que 20% de la population souffre de la peur de l'avion, de l'inconfort jusqu'à l'incapacité à voyager. Les typologies de peur sont variées mais on peur en déterminer 4 catégories :

- peur du crash et de mourir avec tous les aspects techniques (turbulences, pannes...),
- mauvaise gestion de l'anxiété qui se traduit par "la peur d'avoir peur", avec des difficultés parfois des semaines avant chaque vol et éventuellement des symptômes physiologiques (cœur qui s'accélère, mains moites, bouffées d'angoisse...),
- le besoin de contrôle, dans ce cas c'est le fait de ne pas maîtriser la situation ou d'avoir l'impression de ne pas pouvoir agir qui pose problème,
- les autres phobies sans lien avec l'avion mais qui empêchent de le prendre et qui ont des conséquences également dans la vie quotidienne : claustrophobie, peur du vide, peur des microbes...

Ces différentes peurs peuvent s'accumuler mais elles ne se soignent pas de la même manière. Les trois premières catégories de peur se soignent bien dans le cadre des stages comprenant trois éléments : l'intervention d'un psychologue, une formation technique par un pilote de ligne puis une mise en situation dans un simulateur de vol. Le but est d'obtenir des réponses rassurantes, de faire en sorte que ces réponses prennent le dessus sur les pensées catastrophe (c'est le rôle de la psychologue avec les techniques cognitives), puis de marquer le cerveau des émotions de manière positive grâce au simulateur de vol donne. Celui-ci donne une information visuelle, et voir qu'un avion est capable de planer dans ces conditions ultra réalistes est bien plus puissant que de simplement savoir qu'un avion plane... Toutes les informations sont sur http://www.peuravion.fr
Les phobies spécifiques comme la claustrophobie obtiennent pour leur part les meilleurs résultats grâce à un suivi avec un psychologue formé aux thérapies comportementales et cognitives. Vous pourrez trouver un tel spécialiste sur http://www.aftcc.org/carte_membres

Concernant la prise de médicaments, leurs conséquences sont malheureusement nulles ou défavorables dans 89% des cas... en effet, un médicament ne change pas l'idée négative, et si l'on pense qu'une turbulence est dangereuse alors le meilleur décontractant du monde ne changera rien à nos idées.

Comment expliquer que les gens développent ce type de peurs ? Sont-elles rationnelles ?

Dr Velina Negovanska : Environ 40% des gens ayant peur de l'avion ont vécu une expérience traumatisante : vol turbulent, atterrissage dur, hôtesse qui fait la tête... Dans l'immense majorité des cas, il ne s'est rien passé de grave mais le passager passe un vol stressant. Une fois qu'un vol s'est mal passé, on arrive au vol suivant avec l'anxiété du voyage précédent, et la peur s'accroit ainsi avec le temps. Cela signifie aussi que 60% des personnes souffrant de cette peur ne peuvent pas identifier de point de départ à leurs difficultés, mais dans tous les cas elle se renforce avec le temps, les mauvaises expériences et les événements médiatisés.

Xavier Tytelman : Par définition, la peur de l'avion n'est pas rationnelle puisqu'il est statistiquement plus probable d'avoir un accident en marchant 5 minutes en ville plutôt qu'en traversant la moitié du monde en avion. Néanmoins, la peur de l'avion est souvent liée à des idées fausses qui rendent cette peur très rationnelle pour ceux qui en souffrent. Si l'on prend l'exemple des turbulences, de nombreuses personnes pensent qu'elles peuvent faire tomber l'avion jusqu'au sol ou qu'elles peuvent casser une aile. Dans les faits, une turbulence ne dépasse pas quelques dizaines de centimètres d'amplitude, mais avec la vitesse de l'avion on peut ressentir un sentiment de chute de plus de 10 mètres ! C'est comme en voiture, prenez un dos d'âne à 20 ou à 100 km/h, le ressenti ne sera absolument pas le même. Et bien en avion, on prend ces bosses à 800 km/h... Une fois que l'on a toutes les bonnes réponses comme celle-là, il est bien plus facile de redevenir rationnel.

Dr Velina Negovanska : Les voyageurs savent que le risque en avion n'est pas nul, mais il est infiniment plus faible que pour toute autre activité de notre vie quotidienne. Le but n'est donc pas de faire croire que le risque est inexistant, mais de remettre le risque à sa juste place, bien derrière le moindre trajet en voiture. Cette capacité à redevenir rationnel repose grandement sur la séance de simulateur de vol et sur les techniques cognitives qui permettent de "garder le cortex allumé" et d'apaiser le cerveau des émotions.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires