En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Premier tour
Sociologie des Législatives : les Français qui ont voté pour le raz de marée LREM ne sont pas n'importe qui...
Publié le 16 juin 2017
Comment expliquer la déroute totale du Parti Socialiste et du Front National au premier tour des élections législatives ainsi que la razzia d' "En Marche !" : la réponse se trouve dans la sociologie du corps électoral.
François Kraus est Directeur des études politiques au département Opinion de l'Ifop.   
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kraus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Kraus est Directeur des études politiques au département Opinion de l'Ifop.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment expliquer la déroute totale du Parti Socialiste et du Front National au premier tour des élections législatives ainsi que la razzia d' "En Marche !" : la réponse se trouve dans la sociologie du corps électoral.

Atlantico : Qui est la France qui a voté ? Quelles leçons de cette sociologie du vote ? 

François Kraus : Nous avons conduit à l'IFOP un sondage le jour du vote auprès de 2000 électeurs. Ce qu'il y a de plus intéressant c'est la démobilisation assez nette à gauche et à l'extrême droite. Sur 50% de participation vous avez 40/45% des électeurs de la France insoumise ou du Parti Socialiste qui se sont déplacés, donc moins de la moyenne.

 

A l'inverse on a une mobilisation des électeurs qui ont le plus intérêt à aller voter, c’est-à-dire ceux d'Emmanuel Macron. 

Il y a également une bonne mobilisation des électeurs de droite qui s'explique par leur âge et leur niveau socio-culturel plus élevé que la moyenne. Dans notre enquête on voit qu'il y a moins d'un quart des électeurs de moins de 25 ans qui se sont déplacés. Nous sommes sur un score qui est très net et cela confirme la tendance de fond en France qui est que les personnes plus âgées sont plus mobilisés pour aller voter. C'est évidemment favorable à l'électorat de droite et aussi à celui de Macron qui bénéficie d'une bonne cote de popularité auprès des personnes âgées, notamment des femmes. Ces personnes sont généralement imperméables aux discours des extrêmes qu'ils soient de droite ou de gauche. Cela dépend des catégories sociales mais généralement lorsque l'on est âgé on a une sensibilisation politique qui est plus ancienne, un capital qui fait que l'on n'est pas sensible au changement, on attache beaucoup d'importance au contrôle des déficits, de la dette de la rémunération des retraites et à la sécurité. Cet ensemble crée généralement une sensibilité de droite ou de centre-droit.

Les jeunes sont la catégorie de l'électorat qui se mobilise le moins dans toutes les élections. Aux présidentielles, il y avait une bonne participation des jeunes en faveur de Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen et pour les plus diplômés pour Emmanuel Macron. Au contraire à cette élection la fiable mobilisation de la jeunesse se fait au détriment du vote pour Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen. France insoumise perd 11% et le Front National passe de 21 à 13/14).

Les résultats d'hier soir sont principalement liés à ce que l'on appelle l'abstention différenciée qui a beaucoup joué en défaveur des partis de gauche et d'extrême droite. Cette démobilisation est surtout politique. L'argument mis en avant par les abstentionnistes du FN, c'est qu'à leurs yeux le vote n'était pas vraiment utile car le choix des Français s'est déjà exprimé pendant l'élection présidentielle. Ils ont le sentiment que cela ne vaut pas le coup d'aller voter pour rajouter un candidat ou deux à l'Assemblée car de toute manière ils ne gagneront pas. Une partie des électeurs s'est mobilisé pour éviter la majorité annoncée à "En Marche !" mais ce n'est pas extrêmement porteur contrairement à des situations où le résultat est incertain et où ils ont le sentiment que leur voix compte. Dans les conditions annoncées du scrutin globalement la démobilisation semblait évidente.

Concernant les catégories professionnelles on peut déjà noter une constante. Ce qu'a montré le second tour de l'élection présidentielle c'est qu'il y a un clivage que l'on retrouve aux législatives en fonction du capital socioculturel, le niveau scolaire, le sentiment que l'on a d'être un gagnant ou un perdant de la mondialisation… 

Pour le vote en fonction des traditions familiales nous sommes dans quelque chsoe d'assez déstructuré. Traditionnellement dans les familles de droite on vote à droite, dans les familles communistes on vote communiste mais avec l'apparition du phénomène Macron qui est un phénomène nouveau,  on ne retrouve plus forcément ce genre de filiations.  D'autant plus que le nouveau président  constitue un vote "attrape tout". Un jeune d'une famille de gauche peut voter Macron sans forcément être en rupture avec sa famille, de même pour un jeune d'une droite traditionnelle qui peut voter "En Marche !" sans forcément avoir le sentiment d'être en rupture.

On peut dire la même chose avec France insoumise qui est malgré tout un mouvement nouveau qui a pu capter le vote du PS. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
01.
Procès Chirac
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 13/06/2017 - 05:05
Le fait
de ne pas voter ne résout pas le problème".
Citoyen Ordinaire
- 12/06/2017 - 17:33
J'ai été voté, mais pour la
J'ai été voté, mais pour la forme, cette élection n'a plus de sens, désolé mais depuis des années mon député m'a rarement représenté et a voté un paquet de lois contre mes intérêts...Je préférerai voter et décider moi même par référendum de ce qui est bon pour moi ! Alors je comprend le ras le bol face à la guignolade surtout après la trahison de 2005.
De plus sans proportionnel, la composition de l'hémicycle est ridicule. Un parti qui aura fait 30% de la moité du corps électoral aura 400 députés...et les 70% des autres voix des miettes ?
Pourquoi aller voter sans blague ?
Quand on plus, on sait que les lois sont faites à Bruxelles et non plus chez nous...
Les français ont compris la plaisanterie et ont clairement afficher leur volonté de ne pas accepter cette parodie de démocratie.
Ils sont demandeurs d'une Vraie démocratie.
lafronde
- 12/06/2017 - 11:54
Voter c'est auusi se compter...
erratum. lire Voter, c'est aussi se compter... mes excuses les plus plates pour avoir écrit et validé trop vite.