En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 15 min 38 sec
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 40 min 33 sec
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 1 heure 14 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 1 heure 50 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 15 heures 49 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 17 heures 51 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 19 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 20 heures 46 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 33 min 18 sec
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 53 min 8 sec
pépites > Politique
Immigration
L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 1 heure 16 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 2 heures 6 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 16 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 17 heures 28 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 18 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 20 heures 10 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 22 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Arc-en-ciel

De quelle couleur est le macronisme ?

Publié le 10 juin 2017
Dans moins de dix jours, une nouvelle majorité s’installera à l’Assemblée nationale. Si elle sera probablement en faveur d'Emmanuel Macron, cela ne signifie pas que tout sera simple pour le nouveau président.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans moins de dix jours, une nouvelle majorité s’installera à l’Assemblée nationale. Si elle sera probablement en faveur d'Emmanuel Macron, cela ne signifie pas que tout sera simple pour le nouveau président.

Cette note a été initiallement publiée par BVA

Nous voici donc parvenus à la toute fin de l’incroyable séquence électorale de 2017. Cette séquence fut longue : c’est il y a un peu plus de sept mois que François Hollande renonçait à se (re)présenter, quelques jours après la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre. Elle fut particulièrement intense et riche en événements, donnant  à certains moments le sentiment d’une course folle rythmée par les « affaires », le « dégagisme », l’ampleur de « l’indécision », la « marche » irrésistible d’Emmanuel Macron vers l’Elysée, la fracture entre « France optimiste » et « France pessimiste », la « recomposition » politique, autant des mots clefs qui resteront comme les marqueurs de cette élection. 

Dans moins de dix jours, une nouvelle majorité s’installera à l’Assemblée nationale. Tout semble indiquer qu’Emmanuel Macron et Edouard Philippe disposeront d’une majorité, sans doute large. Le champ de bataille des élections législatives aura pour certains (sans doute le PS) des allures d’Azincourt : une partie de la chevalerie de notre vie politique va rester sur le carreau. On comptera les victimes par dizaines et pour certaines personnalités, cela signera la fin de leur vie politique.

L’amplitude de la victoire de la République en marche va sans doute l’inscrire parmi les grandes victoires électorales de l’histoire politique récente de notre pays : on comparera cette victoire aux vagues « rose » de 1981 (lorsque le PS obtenait 285 des 491 sièges de députés de l’époque soit 58% des sièges après avoir obtenu 36.03% des suffrages exprimés au premier tour) et « bleue » de 1993 (lorsque le RPR et l’UDF obtenaient respectivement 257 et 215 sièges sur 577, soit 81.8% des sièges avec 20.39% et 19.08% des exprimés). 

Ces précédents historiques posent une intéressante question : triompher à la manière d’une armée invincible et dominer la vie politique est-il si bon pour celui qui a engrangé tant de succès et vis-à-vis du bon fonctionnement de la démocratie ?

Le « veni, vedi, vici » des Romains semble effectivement bien s’appliquer à Emmanuel Macron, pour le moment. Mais on se rappelle que les élections législatives de 1986 imposèrent à François Mitterrand une cohabitation « de choc » avec Jacques Chirac et que la dissolution de 1997 mis fin à la « chambre bleue » de 1993, imposant à ce même Jacques Chirac une cohabitation avec Lionel Jospin, la future victime du « 21 avril 2002 ». Par ailleurs, il existe un angle mort particulièrement nocif pour le parti ou la coalition électorale qui domine très largement : c’est l’oubli de l’acte fondateur de cette domination, le score du premier tour de la présidentielle qui permet la qualification au second tour puis la victoire et ses conséquences en chaine. Or, au premier tour de la présidentielle le candidat d’En Marche n’avait totalisé « que » 24.01% des votes exprimés…

Certes, la victoire écrasante du second tour a créé une nouvelle situation, porteuse de sa propre dynamique, mais cet angle mort nous rappelle que même si les candidats de la République en Marche arrivent en (sur)nombre à l’Assemblée nationale, le pays n’est pas nécessairement totalement acquis aux réformes qui seront mises en œuvre. 

La fin de la séquence électorale de 2017 va donc marquer le début d’une nouvelle période qui va progressivement devenir de moins en moins politique et de plus en plus sociologique et socio-économique. Car réformer cela veut dire faire des perdants…

Au fait, quel code couleur allons-nous utiliser pour parler de la nouvelle Assemblée ? Et de gauche (rose), et de droite (bleu), cela donne une couleur qui tend vers le mauve ou le violet. On sait depuis les travaux de Michel Pastoureau que les couleurs ont une histoire et celle de ces deux couleurs est riche en significations et interprétations diverses. Parmi celles-ci, certains soutiennent que ces couleurs sont celles de la douceur et du rêve, ayant des vertus apaisantes… A voir…

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlante13
- 11/06/2017 - 10:43
Caméléon
car il n'a aucune couleur, il adopte celle de son auditoire. C'est un opportuniste, rien de plus, et pour lui tout st bon pourvu que cela lui rapporte. La morale?, vous pouvez constater à quel point cela lé gène, il s'en fout, et il vend son âme pour arriver à ses buts. Ses magouilles avec Bayrou nous le prouvent tous les jours.
Deudeuche
- 10/06/2017 - 23:23
Comme le suggère Atlantico
Arc en ciel! Car le seul but du système était de préserver le libertaire (le social on s'en fout). Donc Arc en Ciel!
gerint
- 10/06/2017 - 19:47
D'accord avec Ex abrupto
Pour les couleurs. Ou miel avant, vinaigre après. Macron c'est de l'économisme à l'état pur sans élévation spirituelle malgré ses prétentions philosophiques. Il veut abaisser les Feançais au rang de consommateurs interchangeables et décérébrés