En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 48 sec
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 16 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 3 heures 3 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 53 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 31 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 57 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 11 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 23 min 13 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 29 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 17 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 55 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 14 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 24 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 26 min
© REUTERS/Pascal Rossignol
© REUTERS/Pascal Rossignol
Bonnes feuilles

"Ceux qui votent désormais Front national n’ont pas le sentiment d’avoir rompu avec la gauche mais que c’est plutôt la gauche qui les a abandonnés"

Publié le 05 juin 2017
En se qualifiant pour le second tour de l’élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen a conforté la position du Front national au tout premier rang des forces politiques en France.Or, ce que Pascal Perrineau établit avec éclat dans ce livre choc, c’est que ce sont aussi les électeurs de gauche qui ont contribué à installer le FN en position dominante et que, ce faisant, ces derniers ont le sentiment de ne rien renier de leurs convictions profondes.Extrait de "Cette France de gauche qui vote FN" de Pascal Perrineau, publié aux Editions du Seuil. 2/2
Pascal Perrineau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perrineau est professeur des Universités à Sciences Po. Il est l'auteur de Cette France de gauche qui vote FN (Paris, Le Seuil, 2017), à paraître le 1er juin. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En se qualifiant pour le second tour de l’élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen a conforté la position du Front national au tout premier rang des forces politiques en France.Or, ce que Pascal Perrineau établit avec éclat dans ce livre choc, c’est que ce sont aussi les électeurs de gauche qui ont contribué à installer le FN en position dominante et que, ce faisant, ces derniers ont le sentiment de ne rien renier de leurs convictions profondes.Extrait de "Cette France de gauche qui vote FN" de Pascal Perrineau, publié aux Editions du Seuil. 2/2

Cet espoir de «changement radical» porté jadis par la gauche a donc été profondément déçu. La gauche d’aujourd’hui ne paraît plus être porteuse de quelque espoir que ce soit, tout au contraire. C’est une gauche qui a perdu son «cœur ». «Les communistes, aujourd’hui, ça existe plus. De toute façon… Et puis, les communistes ils étaient tous main dans la main avec Mitterrand donc euh… Non, non. La gauche… […] il n’y a plus rien dans le communisme, plus rien. Ils proposent quoi ? Ils proposent rien. Non, non, non, non, moi je voterai plus communiste.» «Moi, j’étais pas un gauchiste mais je pensais à gauche. Tu vois c’était le côté humain de la pensée gauchiste […], je pensais que la gauche était plus dans le cœur que la droite.» La rupture électorale avec la gauche était à leurs yeux inéluctable, mais ces hommes et ces femmes qui votent désormais Front national n’ont pas le sentiment d’avoir rompu avec la gauche mais que c’est bien plutôt la gauche qui les a abandonnés. Pour eux, la gauche populaire, celle des «droits sociaux », de la «défense des salaires», de la préoccupation à protéger les ouvriers sur le plan économique et social, a disparu corps et biens. 

«Franchement, tu sais, je me sens aussi maintenant de gauche, c’est la gauche qui n’est plus la gauche, je ne sais pas si tu as compris ce que je veux dire. Je te rappelle que mon grand-père était un ouvrier… [silence] c’est le reste qui a changé, pas mon opinion… enfin, pas trop… je ne crois plus dans cette division de gauche contre droite.»  «Il devrait y avoir, je comprends pas que l’extrême gauche, la gauche, la vraie gauche, la vraie gauche, l’ouvrier, l’usine, le, le, le… elle, elle est où? On la voit pas, je la vois pas la gauche, je vois pas de gauche.»  «Je peux plus rester au Parti socialiste parce que la politique économique et sociale n’a rien à voir avec une politique de gauche, n’a plus rien de social franchement. Et en plus, sur les questions républicaines on abandonne tous les principes. »  Cette gauche qui a «disparu » laisse en déshérence nombre de demandes de protection économique et culturelle qui émanaient (et émanent toujours) de ces milieux populaires qui ont « perdu » leur gauche. La préoccupation laïque et migratoire Dans leur volonté d’être protégés, ces électeurs gaucholepénistes mettent en avant l’immigration et le fait qu’à gauche plus aucune sensibilité politique n’est attentive aujourd’hui à la nécessité de les mettre à l’abri d’une concurrence déloyale sur le marché du travail. Cette gauche souffre, à leurs yeux, de la comparaison avec la gauche – particulièrement communiste – des années 1970 et 1980, qui, elle, était sensible aux tensions économiques et sociales liées au phénomène migratoire.

«En fait, il y a eu un basculement de cette gauche comme celle de Marchais qui parlait de l’immigration et qui était pour les questions sociales mais qui maintenant aujourd’hui… Très clairement, aujourd’hui, Georges Marchais je pense, enfin, j’en discutais avec des gens du Front national, euh… bah… enfin, ils adorent, vous voyez ce que je veux dire, ils le vénèrent donc c’est ça la question. Bah, ça, ça explique le Nord-Pas-de-Calais…»  «La gauche d’aujourd’hui elle n’est que quelque chose de différent! Elle n’est plus communiste, tu sais, les communistes dans les années 1980 étaient bien contre l’immigration ! Ils le disaient déjà et très clairement qu’accepter l’immigration de masse n’est qu’une façon de baisser les salaires du peuple! Et aujourd’hui la gauche est ultra-immigrationniste et ultracosmopolite, ils sont le bras armé du capitalisme. Je me sens de gauche mais d’une gauche qui défend les droits sociaux des gens, des gens que le multiculturalisme, qui aujourd’hui est à la mode, ils le vivent tous les jours, quoi! Et après on est étonné si des gens, avec le tatouage de Che Guevara, votent comme moi, mais c’est normal, mon dieu! La gauche aujourd’hui n’est que l’expression des multinationales et des lobbies, et qui est pour les lobbies ? Sûrement pas les gens du peuple.»  Cette nostalgie d’une gauche d’antan est aussi celle d’une gauche laïque et nationale intransigeante sur la question migratoire.

«Je me sens très en phase avec ces républicains de gauche de la IIIe République.»  « Il y avait cette déception au niveau économique et social, puis après il y avait le fait que, sur les questions de l’immigration – j’étais toujours un peu à la droite du Parti socialiste –, j’aimais bien ce que Manuel Valls a dit à ce sujet. »  On le voit bien, aux yeux de ces électeurs issus de milieux populaires, la gauche a perdu non seulement sa spécificité politique mais aussi sa spécificité sociale.

Extrait de "Cette France de gauche qui vote FN"de Pascal Perrineau, publié aux Editions du Seuil.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 05/06/2017 - 21:54
La gauche, la droite, ca veut plus rien dire...
La preuve? Les Français viennent d'élire un Président qui est à la fois de gauche ("je suis de gauche"), et de droite (après la loi de moraline Bayrou-rou-rou, il va nous pondre des diktats -pardon: ordonnances- de casse sociale, comme vous n'imaginez même pas!). Et pour le prochain (e) Président (e), il ne sera ni de droite, ni de gauche (c'est à dire Front National), alternance oblige...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 05/06/2017 - 19:19
On se tue à le dire depuis
On se tue à le dire depuis des années, avec l'aval de Marine, Philippot a transformé le parti d'extrême droite de pépère en mouvement gauchiste tendance attrape com......... muniste !!.... Mais le FN va mourir et Mélanchouille récupérer ses ouailles égarées en laissant à la petite Marion le canal historique de grand papa. La Marine à voile et le Philippot à vapeur vont pouvoir émigrer chez Ducon-gnangnan....
Michèle Plahiers
- 05/06/2017 - 11:28
Immigration
L'immigration est avant tout un reliquat du colonialisme ultra-libéral (main d'oeuvre corvéable à merci,...) recupérée ensuite par les politiciens de gauche qui y a trouvé une manne électorale. Socialisme et libéralisme économique, même maladie,...