En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

05.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott !

06.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse !

07.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

01.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 1 min 32 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse !

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 5 heures 14 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 17 heures 2 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 18 heures 43 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 20 heures 11 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 23 heures 11 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 39 min 50 sec
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott !

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 16 heures 40 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 17 heures 25 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 19 heures 21 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 21 heures 1 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 23 heures 45 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Galerie des batailles

Macron et Poutine soufflent le tiède sur les dossiers chauds mais aucun incendie n'est éteint

Publié le 30 mai 2017
Pour autant, les deux chefs d'Etat ont clairement fait montre d'une volonté d'améliorer la situation, en acceptant de ne pas être d'accord sur bien des dossiers brûlants.
Florent Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour autant, les deux chefs d'Etat ont clairement fait montre d'une volonté d'améliorer la situation, en acceptant de ne pas être d'accord sur bien des dossiers brûlants.

Atlantico : La réception de Vladimir Poutine a été marquée par l'attention portée au cadre et au contexte : Versailles, demeure royale et joyau architectural français, et l'exposition sur Pierre Le Grand, tsar francophile par excellence. Quel rôle l'apparat a-t-il joué dans cette rencontre entre les deux nations ?

Florent Parmentier : Vladimir Poutine, à ce stade de ses présidences, se pose de plus en plus directement la question de la place qu’il laissera dans l’histoire. C’est ainsi qu’il faut interpréter par exemple sa déception de ne pas avoir pu se rendre à Paris dans des conditions satisfaisantes à l’inauguration du Centre culturel et spirituel orthodoxe russe du Quai Branly, qui revêtait une grande importance pour le patriarcat de Moscou. De son discours suivant l’annexion de la Crimée en mars 2014 à sa volonté d’organiser un concert de musique dans l’amphithéâtre de la ville libérée de Palmyre, on sent chez Vladimir Poutine un goût de l’histoire, et un questionnement sur celle-ci. 

C’est partant de constat qu’Emmanuel Macron a raison d’inviter Vladimir Poutine à Versailles : d’une part, il répond à ce besoin d’histoire en profitant de la célébration des 300 ans de l’amitié franco-russe, avec pour souvenir l’image du jeune souverain français porté par Pierre le Grand, qui a marqué les esprits de l’époque ; d’autre part, le Président Macron a opportunément rappelé que c’est par son caractère profondément européen que Pierre le Grand s’est inscrit dans l’histoire. A l’époque, la France de Louis XV cherchait un contrepoids à la lutte d’influence que les Habsbourg lui imposaient ; le souverain russe, pour sa part, n’a pas hésité à se dresser contre les conservatismes religieux de son époque, à emprunter ailleurs les modèles et les idées qui marchent. Alors que d’autres héros russes comme Alexandre Nevski incarnent plus une Russie tournée sur elle-même, la Russie de Pierre le Grand s’ouvre à la Baltique, permettant à la Russie de faire pleinement partie du concert des nations européennes. 

Peut-on considérer que les dossiers importants, ceux qui pouvaient poser problème, ont été vraiment abordés lors de ce sommet ?

La conférence de presse nous laisse montrer qu’un certain nombre de sujets ont pu être abordés à cette occasion, de la Syrie à l’Ukraine en passant par la situation en Tchétchénie. La ligne rouge d’une intervention à l’arme chimique a par exemple été soulevée avec une certaine fermeté. 

Pour autant, ce qui est intéressant dans cette première rencontre est le fait que les deux Présidents recherchent des solutions pragmatiques aux problèmes sécuritaires qui se présentent devant les deux pays. Le fait de se mettre d’accord sur ce sur quoi l’on n’est pas d’accord constitue une première façon de donner un cap à une coopération qui s’avère nécessaire sur de nombreux points. Un dialogue franc et sincère est de ce point de vue plus efficace que des postures de principe, qui peuvent s’avérer stériles lorsqu’elles ne sont pas suivies de courage politique. On peut donc s’attendre à ce que cette première visite de Vladimir Poutine en France depuis novembre 2015 contribue à poser les fondements d’une meilleure relation, Emmanuel Macron la situant également dans le cadre plus large de l’Europe et de la relation franco-allemande. 

Comment les deux hommes ont-ils tenté d'atteindre l'objectif peut-être le plus important de cette rencontre, faire évoluer positivement les relations entre leurs deux nations ?

La partie russe a fini par comprendre que leur rejet d’Emmanuel Macron, perceptible pendant la campagne, allait s’avérer dorénavant contreproductive. Après une campagne marquée par l’hostilité de la presse russe, l’idée a donc été de savoir comment faire naître de nouvelles relations. Le message de félicitation de Vladimir Poutine au lendemain de l’élection, les déclarations de l’Ambassadeur Orlov, ont montré une volonté de la Russie de tourner la page.

Côté français, Emmanuel Macron a voulu certainement compléter une séquence internationale déjà très fournie en coupant l’herbe sous le pied à tous ceux qui se posaient des questions sur sa capacité à faire face à des interlocuteurs expérimentés. N’étant pas connu comme pro-russe, à la différence de la plupart de ses rivaux de la présidentielle, il peut donc aller sur le terrain de la coopération sans pour autant craindre un procès d’intention, à l’image de ce que l’on peut voir aujourd’hui aux Etats-Unis.   

C’est dans ce sens qu’il faut comprendre l’importance de la relation franco-russe pour le continent : laisser dériver la Russie vers l’Asie ne sert pas automatiquement les intérêts des deux parties. Et l’on ne peut laisser le monopole des relations avec la Russie à l’Allemagne : s’intéresser à la Russie et au voisinage Est de l’Union européenne, c’est replacer la France au sein de beaucoup de questions qui préoccupent nos partenaires. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 30/05/2017 - 20:33
Incendie
On voit mal comment Macron comprendrait la Russie puisqu'il ne comprend rien à son propre pays.
cmjdb
- 30/05/2017 - 16:26
POUTINE
Les observateurs n'ont pas été assez attentifs aux signes lancés par la Russie depuis plusieurs mois à Paris : 1. construction de la basilique orthodoxe à Paris,2. rappel de l'ancienneté (vers l'an 1000) du baptême d'Yvan de Kiev qui a marié sa dizaine de descendants aux diverses cours d'Europe3 Anne de Kiev mariée au Roi de France qui a prêté serment , comme ses successeurs, sur la bible en cyrillique.(voir à Reims) 4.Rappel lundi par Poutine que les relations franco/russes n'avaient pas attendu Pierre Le Grand en 1717, 5. Rappel que Bourbon, Valois, Roi d'Espagne, entre autres descendaient d'Yvan de Kiev. Comprendre : LES RUSSES NE SONT PAS DES BARBARES. DES SIECLES DE CIVILISATION EUROPEENNE PARTAGEE NOUS CONTEMPLENT...
attila
- 30/05/2017 - 13:30
macron
va se faire manger tout cru par poutine !