En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Histoire belge
Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants
il y a 11 heures 23 min
pépites > Politique
Précarité
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon demande la suspension des loyers pour les particuliers
il y a 12 heures 48 min
pépites > Europe
Pertes
Chaque mois de confinement fera perdre "entre 2,5 et 3% de PIB" à l'Europe, prédit Thierry Breton
il y a 13 heures 55 min
pépite vidéo > Culture
Vogue
Un live inédit de Madonna, filmé à Nice en 1990, a été dévoilé
il y a 14 heures 32 min
pépite vidéo > France
Industrie
Plongée au coeur du premier fabricant français de gel hydroalcoolique, qui a multiplié sa production par neuf
il y a 15 heures 58 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship ; Mars Helicopter : la genèse du premier engin volant dans l'atmosphère de Mars
il y a 17 heures 28 min
décryptage > France
Libertés publiques

Pourquoi le préfet de police de Paris ferait mieux d’organiser les déplacements utiles plutôt que de menacer les Français

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

​Voué aux chats

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Economie
Ne rien cacher

La bourse ou la vie-rus ?

il y a 18 heures 36 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Le Coronavirus grippe (aussi) les énergies renouvelables
il y a 18 heures 56 min
pépites > Consommation
Coincés en France
Les ventes de tabac en hausse de 30%... à cause des frontaliers qui ne peuvent plus se fournir à l'étranger
il y a 12 heures 6 min
pépites > Politique
Solidarité
Pour financer la santé et l'agriculture, Guillaume Peltier (LR) propose de supprimer des RTT
il y a 13 heures 15 min
pépite vidéo > Religion
Confiné
Le pape célèbre la messe des Rameaux sans fidèles, pour cause de Covid-19
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Société
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

il y a 14 heures 41 min
pépites > Terrorisme
Ennemi intérieur
Attaque à Romans-sur-Isère : trois Soudanais en garde à vue
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Terrorisme
Opportunisme

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

il y a 17 heures 43 min
décryptage > France
C'est quand même bien loin du Soudan

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

il y a 18 heures 15 min
décryptage > International
Et pendant ce temps-là...

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

il y a 18 heures 31 min
décryptage > International
L’étrange virus

Covid-19 : de la catastrophe à la crise

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Société
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

il y a 19 heures 5 min
© JIM LO SCALZO / POOL / AFP
© JIM LO SCALZO / POOL / AFP
Contre toute attente

Reset : et le turbulent Mister Trump réussit sa 1ère tournée internationale

Publié le 26 mai 2017
C'est une réussite totale pour l'instant pour le marathon diplomatique de Donald Trump. Riyad, Jérusalem, le Vatican, le président américain a réussi à se réconcilier avec les trois plus grandes religions monothéistes.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est une réussite totale pour l'instant pour le marathon diplomatique de Donald Trump. Riyad, Jérusalem, le Vatican, le président américain a réussi à se réconcilier avec les trois plus grandes religions monothéistes.

La première tournée internationale de Donald Trump avait été annoncée « à hauts risques », tant le manque d’expérience sur le terrain diplomatique était flagrant et après une campagne qui avait soulevé une opposition quasi-mondiale. Beaucoup ont également relevé que ce voyage tombait à pic, alors que Washington était au bord de l’implosion, après deux semaines de révélations incessantes autour de la question des liens entre l’équipe de campagne de Trump et la Russie, ou du comportement du président. Ce déplacement a donc permis de calmer les choses sur le plan intérieur –du moins pour un temps–, mais aussi, il faut le souligner, de lever un peu le voile en ce qui concerne sa politique étrangère, une grande clarification qui était attendue par les chancelleries du monde entier. Car depuis son élection, tout et son contraire a été dit ou écrit.

On retiendra que ces quelques jours ont permis au leader américain d’effectuer des vraies retrouvailles avec les trois plus grandes religions monothéistes.

Avec les musulmans, tout d’abord, il lui fallait tourner une page difficile, alors qu’il s’était exprimé à plusieurs reprises, durant sa campagne, avec des termes durs et invitant au rejet : ainsi, au lendemain de l’attentat de San Bernardino, il proposait l’interdiction d’entrée du territoire pour les musulmans et assurait une mois plus tard que « l’islam nous hait ». Il a surtout débuté son mandat avec des décrets migratoires qui paraissaient viser directement le monde musulman et ont soulevé un haut-le cœur planétaire. La conséquence directe a été une montée de l’islamophobie aux Etats-Unis et une tension qui a fini par devenir très lourde.

Avec les juifs, cela n’allait pas mieux, pour des raisons différentes mais avec des effets assez similaires : des vagues d’antisémitisme, des incidents à répétition ou la profanation d’un cimetière  en Pennsylvanie. Les décrets migratoires visant les ressortissants de 7 pays arabes n’ont pas été acceptés non plus et ce président a semblé bien incompétent lorsqu’il a oublié de citer le peuple juif lors de la journée contre l’holocauste, en janvier.

Même son de cloche avec les Catholiques, qui ont vu d’un très mauvais œil les rejets successifs, d’abord des migrants, puis d’une religion. L’altercation avec le Pape, en décembre 2015, lorsque ce dernier a signalé à Donald Trump que les Chrétiens ne construisent pas des murs mais tendent des mains a aussi ébranlé cette communauté. Ils ont pourtant fini par voter pour lui, à une courte majorité.

Ce voyage a donc sonné comme une réconciliation, un grand recommencement, un « reset ».  Et l’opération a été particulièrement réussie : à Riyad, on a entendu Donald Trump s’éloigner des thèses qu’affectionnent pourtant certains de ses conseillers comme Steve Bannon ou Steve Miller, des hommes proches des milieux Alt-Right et qui ont lu le Choc des Civilisations de Samuel Huntington et s’y sont retrouvés. On était très loin de tout cela lorsque le président des Etats-Unis a affirmé qu’il apportait « de l’amour », avant d’ajouter que 95% des victimes des terroristes sont des musulmans. La parole était forte et elle a été entendue. A Jérusalem, les deux jours suivants, l’émotion était également présente avec des visites fortes, d’abord au Mur des Lamentations, où il s’est avancé seul, en communion avec le peuple d’Israël, puis à Yad Vashem, où il a prononcé quelques mots qu’il a adressé à Dieu. Car « la Shoah ne peut pas être décrite avec des mots », a-t-il dit et « il ne faut jamais oublier ». La visite à Bethléem n’a pas rencontré la même ferveur, mais on retiendra qu’il y est allé. Enfin, avec le Pape, Donald Trump a parlé de paix. Le souverain pontife lui a répondu en lui offrant trois encycliques, et a parlé de migrants et de réchauffement climatique. Il lui a aussi remis une médaille de la paix, pour qu’il devienne l’instrument de sa propagation dans l’exercice de son mandat. L’opération a donc été une vraie réussite et l’image extrêmement positive ne pourra que lui servir dans l’avenir, en l’aidant à apaiser des tensions aux Etats-Unis. 

Mais le déplacement international avait un autre but : en parlant d’amour et de paix, le président américain mettait aussi en musique  un volet très important de ses promesses de campagne : car il s’agissait de mobiliser tout le monde sur un objectif commun de lutte contre le terrorisme. A Riyad, Donald Trump a donné une définition précise, en précisant que l’axe du Mal va de l’Iran à Daech. Il a exhorté les puissances de la région, et en particuliers les musulmans sunnites,  à faire cause commune pour éradiquer ce mal. Les notions de Bien et de Mal ont été réutilisées à Jérusalem, où Donald Trump a minimisé l’importance du conflit régional et conseillé aux deux parties d’apprendre à se parler. « J’ai fait le rêve que les enfants palestiniens et israéliens pourront un jour jouer ensemble » a-t-il annoncé en paraphrasant presque Martin Luther King. Mais pour cela, a-t-il ajouté,  il faut d’abord vaincre l’ennemi de tous, encore le terrorisme, toujours le même ennemi. C’est la même demande qu’il a enfin portée devant l’OTAN, qui a accepté le 24 mai, de l’inclure dans les priorités de l’institution, « mais sans participer aux combats ».

Donald Trump a déroulé sa visite internationale comme un businessman qui veut atteindre son objectif. Il n’y a eu « aucune remarque à qui que ce soit, aucune leçon de morale, juste une proposition de partenariat ». Pas question de parler des droits de l’homme à Riyad, des territoires occupés à Jérusalem, d’un avenir à un ou deux états à Bethléem ou de climat à Bruxelles ou en Sicile. Il fallait poser un axe solide pour lutter contre le terrorisme et il l’a fait. Il fallait que cela coûte le moins cher possible aux Américains et il a invité tout le monde à contribuer à cette lutte et à son financement.

Donald Trump aimait dire pendant la campagne qu’il était un très bon négociateur. Ce voyage a en a donné un aperçu. En prime, il est rentré aux Etats-Unis avec des contrats d’armements, pour la coquette somme de 110 milliards de dollars qui seront convertis en emplois, auxquels s’ajoutent des promesses d’autres contrats, pour atteindre un total de 380 milliards en dix ans. Donald Trump n’a pas dévié de la feuille de route qui lui avait été écrite par ses conseillers, a bien lu tous les prompteurs, n’a pas (trop) tweeté ; le résultat est là : il a surpris.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

04.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Syrie : Rapports conflictuels entre la Turquie et les rebelles à Idlib

07.

Attaque islamiste de Romans-sur-Isère : la pandémie n'arrêtera pas les attentats... bien au contraire

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Klaus02
- 26/05/2017 - 21:34
Never ending story
"après deux semaines de révélations incessantes autour de la question des liens entre l’équipe de campagne de Trump et la Russie"
Mr Branaa, vous pouvez préciser les "révélations" svp ?
valencia77
- 26/05/2017 - 14:01
pas d'axe
une cible seulement, l'arabie sauoudite qu'il faudrait aneantir. Nuke Riyad, Mecca and Medina
Anouman
- 26/05/2017 - 10:30
Axe du mal
L'axe du mal va de l'Iran à l'Arabie Saoudite. Daech n'en est qu'une manifestation plus évidente.