En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

07.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 24 min 15 sec
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 1 heure 23 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 2 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 2 heures 38 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 3 heures 2 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 3 heures 59 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 4 heures 42 min
décryptage > France
Lutter sans renier ses principes

La démocratie face au piège du traitement de ses ennemis (islamistes) : petites munitions intellectuelles pour résister aux sophistes

il y a 5 heures 24 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 39 min 41 sec
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 2 heures 2 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 2 heures 23 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 2 heures 55 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Santé
Armes contre le virus

Plaidoyer pour une régulation de la lutte contre la Covid-19

il y a 5 heures 6 min
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 5 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Déséquilibres

Allemagne, Chine contre Etats-Unis, Royaume-Uni ou France : les excédents records des uns et les déficits abyssaux des autres nous condamnent à une instabilité économique dangereuse

Publié le 24 mai 2017
Le 16 mai dernier, au cours d'une intervention au Peterson Institute de Washington, l'ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mervyn King, mettait en garde contre les déséquilibres macroéconomiques persistants au niveau mondial; entre les pays présentant un large déficit commercial, comme les Etats Unis et le Royaume Uni, et les pays présentant un large excédent, comme la Chine et l'Allemagne.
Xavier Timbeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Timbeau est directeur du département "Analyse et prévision" à l'Ofce.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 16 mai dernier, au cours d'une intervention au Peterson Institute de Washington, l'ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mervyn King, mettait en garde contre les déséquilibres macroéconomiques persistants au niveau mondial; entre les pays présentant un large déficit commercial, comme les Etats Unis et le Royaume Uni, et les pays présentant un large excédent, comme la Chine et l'Allemagne.

Atlantico : Le 16 mai dernier, au cours d'une intervention au Peterson Institute de Washington, l'ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mervyn King, mettait en garde contre les déséquilibres macroéconomiques persistants au niveau mondial; entre les pays présentant un large déficit commercial, comme les Etats Unis et le Royaume Uni, et les pays présentant un large excédent, comme la Chine et l'Allemagne. Quels sont les dangers inhérents à de tels déséquilibres ? L'inquiétude de Mervyn King est elle justifiée face à des déséquilibres qui s'inscrivent dans un temps de plus en plus long ?

Xavier Timbeau : Les dangers inhérents à ces déséquilibres sont fondamentalement que certains pays accumulent des créances (les pays en surplus) sur d'autres (les pays en déficit). Ces créances et ses dettes sont complexes, rendues opaques par un système financier globalisé qui conduit à ce que l'on ne soit pas capable d'en connaître l'ampleur ou les risques pris. Or on sait que si une crise financière ou de change se produit elle peut se développer et s'amplifier sur ces dépendances considérables. Sans possibilité de régulation ou de prêteur en dernier ressort, un bank run planétaire peut se produire. Plus directement, les pays créanciers sont attentifs également à la valeur de leurs actifs. Ils ne maîtrisent pas les transferts que peut déclencher une redénomination d'une créance ou un défaut hors de leur souveraineté.

Ce débat entre déficits et excédants commerciaux se résume-t-il si aisément à des questions de "compétitivité", comme le laissent penser de nombreux observateurs ? Quels sont les enjeux relatifs à l'épargne et à l’investissement dans la formation de ces déséquilibres ?

L'équilibre entre épargne et investissement est un élément essentiel de l'équation, d'autant que c'est un équilibre que l'on peut "facilement" modifier par des leviers de politique économiques, qu'ils soient monétaires (taux d'intérêt, inflation anticipée) ou budgétaires (qui influent les revenus des agents). La compétitivité est un des aspects qui contribue à l'évolution des soldes commerciaux, mais c'est loin d'être le seul. La fiscalité et la mobilité du capital pèse sur les flux de revenus ou la localisation des profits, le taux de change joue sur la compétitivité nominale, les politiques structurelles influent la compétitivité hors prix. Il est tentant, face à cette complexité, de simplifier le problème à un seul facteur fondamental (l'évolution relative de la productivité à long terme). C'est une grave erreur parce que ces facteurs sont entremêlés et que le court terme fabrique le long terme bien plus directement que les incantations politiques.

Quels seraient les moyens permettant de corriger la situation déséquilibres ? Que penser de la proposition de Mervyn King de sanctionner les Etats présentant des excédents trop importants ?

La sanction est difficile à imposer et à justifier dans un système où l'on souhaite la participation volontaire d'acteurs souverains à une coopération. Le système de Bretton Woods, qui combiner taux de change administrés à contrôle de la circulation des capitaux, avait été imposé par les Etats Unis, vainqueur de la guerre et créditeur universel de l'Europe ou du Japon. Au lieu de sanction d'un Etat à l'autre, premier pas vers un conflit difficile à contenir, il vaut mieux penser en termes d'incitation et d'assurance sur les créances des pays en surplus. Leur faire payer une assurance sur le capital qu'ils engagent à l'étranger est un moyen de réduire le rendement de leurs investissements extérieurs par rapport à leurs investissements intérieurs. Mais au fond la menace la plus crédible est celle de la lmimitation de la libre circulation des capitaux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires