En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 3 heures 41 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 5 heures 32 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 7 heures 44 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 9 heures 15 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 11 heures 47 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 12 heures 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 14 heures 33 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 5 heures 13 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 8 heures 37 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 1 min
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 12 heures 58 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 13 heures 1 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 14 heures 17 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
L'espoir fait vivre

La vraie raison pour laquelle les Iraniens prennent la peine de voter dans un système politique pourtant totalement bloqué

Publié le 20 mai 2017
Réfléchissant en termes de gains et de pertes sur le plan électoral, les Iraniens préfèrent le maintien de leur système politique tel qu'il est actuellement, plutôt que de le faire voler en éclats, au profit d'une instabilité particulièrement dangereuse dans un Moyen-Orient hostile à l'Iran chiite.
Milad Jokar, chercheur associé à l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe), enseigne la géopolitique moyen-orientale à l'EM Normandie. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Milad Jokar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Milad Jokar, chercheur associé à l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe), enseigne la géopolitique moyen-orientale à l'EM Normandie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réfléchissant en termes de gains et de pertes sur le plan électoral, les Iraniens préfèrent le maintien de leur système politique tel qu'il est actuellement, plutôt que de le faire voler en éclats, au profit d'une instabilité particulièrement dangereuse dans un Moyen-Orient hostile à l'Iran chiite.

Atlantico : En dépit d'une offre politique limitée et d'un système politique en apparence bloqué, les Iraniens continuent d'aller voter, et ce de plus en plus massivement depuis 2005. Pour quelles raisons ? 

Milad Jokar : L'échiquier politique iranien est effectivement plus réduit que celui de la France, par exemple. Néanmoins, les Iraniens ressentent les différences qu'il peut y avoir entre un candidat modéré et un candidat conservateur. Ce qui ressort beaucoup en Iran, c'est que le changement se fera par l'évolution et non pas par la révolution. Les Iraniens réfléchissent beaucoup en termes de gains et de pertes. À ce titre, ils préfèrent la République islamique telle qu'elle est aujourd'hui plutôt qu'un système fragile, surtout dans un Moyen-Orient hostile à l'Iran chiite. 

Au regard donc des motivations électorales des Iraniens, pourrait-on qualifier leur vote de "préventif", réalisé sans grande conviction vis-à-vis des candidats ? 

Cela peut être très varié à vrai dire. Les sensibilités sont nombreuses. Certains vont voter pour un candidat auquel ils croient vraiment ; d'autres vont déposer leur bulletin de vote pour éviter le pire comme on a pu le voir en France notamment, il y a quelques semaines à peine ; d'autres vont s'abstenir, etc. Ce que les Iraniens choisissent à vrai dire, c'est davantage une orientation pour leur pays : dans quelle direction va-t-il aller ? Vers la continuité, c'est-à-dire la diplomatie, l'ouverture, l'engagement ? Ou bien va-t-il retourner vers un semblant de politique économique populiste comme celle d'Ahmadinejad, qui risque de renfermer le pays sur lui-même et de mettre un terme aux avancées économiques, sociales et diplomatiques de Rouhani ? 

En termes de comportement électoral, quelles évolutions peut-on constater au sein de la population iranienne depuis la première élection d'Ahmadinejad en 2005 ? 

La conscience politique est très éveillée en Iran, et notamment au niveau de la démographie. Voilà maintenant douze années que l'ancien président iranien a été élu, au cours desquelles la jeunesse s'est développée ; ainsi, celle qui peut aller voter est de plus en plus importante numériquement parlant. Par ailleurs, cette jeunesse est de plus en plus éduquée, et se dirige sensiblement vers la modération, le côté réformateur. Ceci a pu être constaté lors des élections législatives de février 2016, qui ont vu la large victoire des modérés. Plus généralement, le dynamisme de la société iranienne a tendance à aller dans ce sens-là. Les conservateurs font donc tout pour éviter le retour des modérés, mais cette année, par rapport à l'élection de 2013, ils ont évité de faire l'erreur de diviser leur nombre de voix : en effet, ils avaient six candidats conservateurs en 2013 ; or cette fois, ils ont décidé de se réunir derrière un seul candidat afin de faire contre-poids aux réformateurs et aux modérés représentés par Rouani. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires