En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
L'espoir fait vivre
La vraie raison pour laquelle les Iraniens prennent la peine de voter dans un système politique pourtant totalement bloqué
Publié le 20 mai 2017
Réfléchissant en termes de gains et de pertes sur le plan électoral, les Iraniens préfèrent le maintien de leur système politique tel qu'il est actuellement, plutôt que de le faire voler en éclats, au profit d'une instabilité particulièrement dangereuse dans un Moyen-Orient hostile à l'Iran chiite.
Milad Jokar, chercheur associé à l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe), enseigne la géopolitique moyen-orientale à l'EM Normandie. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Milad Jokar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Milad Jokar, chercheur associé à l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe), enseigne la géopolitique moyen-orientale à l'EM Normandie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réfléchissant en termes de gains et de pertes sur le plan électoral, les Iraniens préfèrent le maintien de leur système politique tel qu'il est actuellement, plutôt que de le faire voler en éclats, au profit d'une instabilité particulièrement dangereuse dans un Moyen-Orient hostile à l'Iran chiite.

Atlantico : En dépit d'une offre politique limitée et d'un système politique en apparence bloqué, les Iraniens continuent d'aller voter, et ce de plus en plus massivement depuis 2005. Pour quelles raisons ? 

Milad Jokar : L'échiquier politique iranien est effectivement plus réduit que celui de la France, par exemple. Néanmoins, les Iraniens ressentent les différences qu'il peut y avoir entre un candidat modéré et un candidat conservateur. Ce qui ressort beaucoup en Iran, c'est que le changement se fera par l'évolution et non pas par la révolution. Les Iraniens réfléchissent beaucoup en termes de gains et de pertes. À ce titre, ils préfèrent la République islamique telle qu'elle est aujourd'hui plutôt qu'un système fragile, surtout dans un Moyen-Orient hostile à l'Iran chiite. 

Au regard donc des motivations électorales des Iraniens, pourrait-on qualifier leur vote de "préventif", réalisé sans grande conviction vis-à-vis des candidats ? 

Cela peut être très varié à vrai dire. Les sensibilités sont nombreuses. Certains vont voter pour un candidat auquel ils croient vraiment ; d'autres vont déposer leur bulletin de vote pour éviter le pire comme on a pu le voir en France notamment, il y a quelques semaines à peine ; d'autres vont s'abstenir, etc. Ce que les Iraniens choisissent à vrai dire, c'est davantage une orientation pour leur pays : dans quelle direction va-t-il aller ? Vers la continuité, c'est-à-dire la diplomatie, l'ouverture, l'engagement ? Ou bien va-t-il retourner vers un semblant de politique économique populiste comme celle d'Ahmadinejad, qui risque de renfermer le pays sur lui-même et de mettre un terme aux avancées économiques, sociales et diplomatiques de Rouhani ? 

En termes de comportement électoral, quelles évolutions peut-on constater au sein de la population iranienne depuis la première élection d'Ahmadinejad en 2005 ? 

La conscience politique est très éveillée en Iran, et notamment au niveau de la démographie. Voilà maintenant douze années que l'ancien président iranien a été élu, au cours desquelles la jeunesse s'est développée ; ainsi, celle qui peut aller voter est de plus en plus importante numériquement parlant. Par ailleurs, cette jeunesse est de plus en plus éduquée, et se dirige sensiblement vers la modération, le côté réformateur. Ceci a pu être constaté lors des élections législatives de février 2016, qui ont vu la large victoire des modérés. Plus généralement, le dynamisme de la société iranienne a tendance à aller dans ce sens-là. Les conservateurs font donc tout pour éviter le retour des modérés, mais cette année, par rapport à l'élection de 2013, ils ont évité de faire l'erreur de diviser leur nombre de voix : en effet, ils avaient six candidats conservateurs en 2013 ; or cette fois, ils ont décidé de se réunir derrière un seul candidat afin de faire contre-poids aux réformateurs et aux modérés représentés par Rouani. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires