En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 9 heures 47 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 14 heures 13 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 15 heures 41 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 18 heures 14 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 20 heures 16 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 20 heures 44 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 21 heures 28 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 9 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 10 heures 46 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 15 heures 21 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 17 heures 10 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 20 heures 9 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 20 heures 36 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 21 heures 21 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 21 heures 40 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 21 heures 54 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 22 heures 12 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

L’humiliation, véritable réservoir de frustration, de ressentiment et de colère propices à toutes sortes de violence

Publié le 20 mai 2017
Myriam Benraad s’attaque aux oppositions phares qui structurent tout le discours de l’État islamique. À travers des revues, magazines, stations de radio, agences de presse, et en s’appuyant sur les outils digitaux, le mouvement jihadiste diffuse en plusieurs langues un discours de propagande abondant et sophistiqué. Une représentation du monde qui traduit moins un « choc des civilisations » qu’une crise radicale de la modernité (extrait de "L'État islamique pris aux mots" de Myriam Benraad, publié aux Editions Armand Colin 1/2).
Myriam Benraad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Benraad est politologue, docteure de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences Po, 2011) et enseignante en science politique. Parallèlement, elle est conseillère technique auprès de l'Union européenne (Politique de voisinage) et auprès de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Myriam Benraad s’attaque aux oppositions phares qui structurent tout le discours de l’État islamique. À travers des revues, magazines, stations de radio, agences de presse, et en s’appuyant sur les outils digitaux, le mouvement jihadiste diffuse en plusieurs langues un discours de propagande abondant et sophistiqué. Une représentation du monde qui traduit moins un « choc des civilisations » qu’une crise radicale de la modernité (extrait de "L'État islamique pris aux mots" de Myriam Benraad, publié aux Editions Armand Colin 1/2).

La problématique des rapports entre humiliation, vengeance et violence n’est guère nouvelle et a fait l’objet d’importants travaux dans le champ des sciences sociales au cours des dernières décennies. En témoigne l’accent accordé par les politistes et les sociologues aux émotions comme moteur des mobilisations collectives. La question a retrouvé une actualité frappante avec le surgissement de l’État islamique et le cortège de bouleversements mondiaux que ses opérations ont provoqués dans leur sillage. Si les théories sur l’humiliation dans son rapport à la violence sont nombreuses de ce point de vue, la plupart s’accordent sur l’association entre déclassement (ou ce qui est perçu comme tel) et comportements, individuels et collectifs, de représailles, que l’État islamique appréhende encore une fois selon une logique binaire.

La cause des humiliés

L’humiliation, qu’elle soit réelle ou fantasmée, est un réservoir quasi inextinguible de frustration, de ressentiment et de colère propices à toutes sortes de manifestations de violence (Lindner : 2006). L’idéologie jihadiste s’articule tout entière autour d’une narration peinte dans des couleurs primaires, d’après laquelle l’Occident, doté des formes traditionnelles de la puissance militaire et économique, serait en guerre innée contre l’islam. Toute la propagande de l’État islamique, comme d’autres mouvements avant lui, se fonde ainsi sur les preuves de ces objectifs agressifs poursuivis par un monde occidental qui serait naturellement hostile aux sunnites. En Irak, ces derniers sont dits avoir goûté à l’humiliation et à la bassesse aux mains des partenaires chiites de l’Amérique et de leur haine revancharde :

« Les rawafidh sont venus, ô gens de la sunna, pour prendre vos maisons, vos terres et vos biens, ils sont venus tuer vos hommes et prendre vos femmes en captives, les Iraniens sont venus se venger des Irakiens pour la guerre Iran-Irak des années 1980. Les rawafidh sont venus se venger des sunnites pour Hussein (qu’Allah l’agrée) qu’ils ont eux-mêmes assassiné et pour lequel ils se lamentent en se frappant depuis des centaines d’années » (Abou Mohammed al-Adnani, cité dans Dar al-Islam 3).

À l’évidence, ce processus de victimisation des musulmans sunnites s’est vu renforcé symboliquement et objectivement après 2001 avec les guerres d’Irak, d’Afghanistan, de Libye et Syrie, entre autres conflits. Les jihadistes y ajoutent d’autres événements qui constituent à leurs yeux des démonstrations subsidiaires de cette hostilité.

Une première offense est l’affaire des caricatures interdites du prophète Mahomet. Dans le deuxième numéro de son magazine Dar al-Islam, l’État islamique y consacre une section entière et appelle à attaquer ceux qui insultent l’islam et se moquent de Dieu (3-4). En Occident, la première représentation caricaturale de Mahomet s’est faite sous la forme d’un poisson dans une traduction latine du Coran. Or le scandale a véritablement commencé en 2005 lorsque l’hebdomadaire danois Jyllands-Posten, un an après l’assassinat de Theo van Gogh aux Pays-Bas, a publié des caricatures ridiculisant le prophète. Un dessin le montrait coiffé d’un turban en forme de bombe. Manifestations dans le monde musulman et menaces de morts se sont multipliées. Puis, en février 2006 et en novembre 2011, le journal satirique Charlie Hebdo publie plusieurs dizaines de caricatures. Avant l’attentat du 7 janvier 2015, les menaces le visant étaient permanentes et les locaux du journal avaient à plusieurs reprises été attaqués et incendiés. L’État islamique évoque Charlie Hebdo comme un « torchon maudit » et savoure la fusillade de Garland qui, au mois de mai 2015 au Texas, vise un concours de caricatures. Il récuse la liberté d’expression occidentale et promet une sanction terrible contre les insultes des mécréants envers Mahomet et sa religion (Dar al-Islam 4 : 31 ; 10 : 21).

La seconde expression de cette humiliation concerne l’univers carcéral. Du scandale des tortures perpétrées contre des prisonniers dans le camp de Guantánamo jusqu’à Abou Ghraïb sur le théâtre irakien, sans oublier d’autres centres de rétention connus pour leurs sévices, la prison serait par essence le lieu de déshumanisation des musulmans. L’État islamique prône à cet égard le martyre plutôt que l’avilissement entre les mains de l’adversaire. Les humiliations sexuelles sur les bases militaires de l’armée américaine – une question étroitement liée à la pudeur et à la honte – ont eu certaines réverbérations délétères. Elles ont renforcé le sentiment anti-occidental et les stéréotypes existants sur sa décadence morale. Les clichés de musulmans crucifiés ou tenus en laisse par des femmes, en particulier par la réserviste Lynndie England à Abou Ghraïb, ont cette faculté de nourrir, dans la durée, la propagande jihadiste. Les émotions qu’elles suscitent n’ont en effet rien de passager.

Extrait de "L'État islamique pris aux mots" de Myriam Benraad, publié aux Editions Armand Colin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires