En direct
Best of
Best Of
En direct
Marais
Philippe à Matignon : la double erreur politique de la-droite-qui-y-va sans assumer de prendre sa carte de La République En Marche
Publié le 19 mai 2017
Le positionnement "sur le seuil" de certains candidats de la droite, les juppéistes en tête, qui refusent de quitter LR tout en prônant une alliance avec LREM brouille les cartes. Une telle attitude est en plus très risquée en cette période électorale.
Jean-Sébastien Ferjou est l'un des fondateurs d'Atlantico dont il est aussi le directeur de la publication. Il a notamment travaillé à LCI, pour TF1 et fait de la production télévisuelle.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Ferjou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sébastien Ferjou est l'un des fondateurs d'Atlantico dont il est aussi le directeur de la publication. Il a notamment travaillé à LCI, pour TF1 et fait de la production télévisuelle.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le positionnement "sur le seuil" de certains candidats de la droite, les juppéistes en tête, qui refusent de quitter LR tout en prônant une alliance avec LREM brouille les cartes. Une telle attitude est en plus très risquée en cette période électorale.

En acceptant le poste de premier ministre, Edouard Philippe prend une décision qui ébranle la droite. Il serait malvenu de la lui reprocher en tant que telle. Au moins a-t-il le courage d'afficher ses convictions quand beaucoup d'autres à droite jugent qu'il est urgent d'attendre d'y voir plus clair avant d'assumer leurs inclinaisons ou leurs envies de carrière.

On peut aussi reconnaître à Edouard Philippe la clarté de son engagement contre le FN qui l'a mené, comme il l'a répété lundi soir sur TF1, à souhaiter la victoire d'Emmanuel Macron.
 
Là, où les choses se compliquent, c'est dans la suite du raisonnement que le maire du Havre a exposé lors de son premier 20H. Faire gagner Emmanuel Macron contre le FN était un objectif totalement compatible avec son engagement chez Les Républicains. Soit. Mais ce lundi soir face à Gilles Bouleau, le nouveau premier ministre a enchaîné comme si cela coulait de la plus transparente des sources politiques qu'il fallait désormais aider Emmanuel Macron à réussir. Seulement voilà, souhaiter le succès d'un quinquennat pour le bien de la France et des Français est une chose parfaitement louable. Souhaiter la défaite de sa propre famille politique, ayant en toute logique vocation à assumer la possibilité d'une alternance républicaine et le contre-pouvoir parlementaire nécessaire au bon fonctionnement de toute démocratie est moins évident.
 
Car il ne peut pas y avoir de demi-mesure en la matière. En l'absence d'accord de gouvernement entre Les Républicains et La République En Marche, la victoire des uns emporte nécessairement la défaite des autres… et réciproquement.
 
Sauf à considérer qu'aux yeux d'Edouard Philippe, le programme des Républicains est exactement le même que celui d'Emmanuel Macron, un ralliement sans négociation de la moindre inflexion politique de la part du rallié ressemble quand même furieusement à un changement de famille politique.
 
François Bayrou en rejoignant Emmanuel Macron au mois de mars avait posé ses conditions, acceptées par En Marche dans la foulée et dont on a bien vu à l'occasion du psychodrame déclenchée par les investitures LREM le week end dernier qu'elles comportaient aussi un accord électoral.
 
Manifestement le programme de gouvernement défini par Emmanuel Macron et combattu par Edouard Philippe pendant la campagne présidentielle -comme en attestent ses tweets et autres chroniques dans Libération- convient désormais en tout point au nouveau premier ministre puisqu'il n'a fait état d'aucun engagement qu'il aurait obtenu en échange de son arrivée à Matignon. On n'ose imaginer à l'heure du renouveau démocratique que des promesses aient pu être faites sans qu'elles soient clairement affichés.
 
Tout au plus est-il apparu lundi que les négociations sur la nomination d'Edouard Philippe à Matignon avaient pris du retard car elles achoppaient sur le nombre de ministres de droite qui le rejoindraient et sur un point discret mais central, le choix de son directeur de cabinet. Autrement dit, le minimum minimorum de Ia négociation politique. Quelle autonomie pourrait bien avoir un premier ministre qui se serait vu imposer par l'Elysée son bras droit, véritable ordonnateur de la politique gouvernementale au quotidien ?
 
Pour autant, même sans accord politique, Édouard Philippe ne semble pas considérer qu'il trahit sa famille politique ni ses propres engagements passés.
 
L'intervention lundi après-midi de son mentor Alain Juppé paraissait, elle, plus gênée aux entournures. Derrière l'affirmation par le maire de Bordeaux de sa volonté de faire campagne aux côtés des candidats LR et UDI aux législatives sur une plateforme qui lui convient "pour l'essentiel", l'ambiguïté demeure sur l'après élections.
 
Dans la mesure où on imagine mal Édouard Philippe décidant d'aller à Matignon sans en avoir discuté avec Alain Juppé et où celui-ci s'est abstenu de dénoncer une trahison ni même une decision malvenue dans son tempo -avant les Législatives- l'hypothèse la plus crédible est qu'Alain Juppé valide sans le dire la perspective de la constitution à venir d'un groupe de parlementaires élus sur l'étiquette LR mais faisant le choix de compléter la majorité présidentielle.
 
L'appel lundi soir d'une vingtaine de personnalités de la droite et du centre, rejoints par Nathalie Kosciusko-Morizet, à saisir la main tendue par le nouveau président de la République montre bien d'ailleurs la logique politique à l'œuvre chez les juppéistes : il faut travailler avec Emmanuel Macron.
 
Et quand on écoute les arguments avancés par les personnalités concernées, il apparaît que, pour elles, ce qui se joue s'inscrit dans la logique d'un accord politique global, pas dans celle de ralliements individuels.
 
Et c'est bien là l'erreur que commet cette droite juppéiste. Une erreur qu'on pourrait même qualifier de double : d'une part, elle aborde son ralliement en ayant l'air de penser que cela s'inscrit dans le fil des coalitions gouvernementales à l'allemande, d'autre part, elle semble se comporter comme si la victoire d'Emmanuel Macron était en fait la victoire secrète d'Alain Juppé.
 
Sur le terrain de la coalition, Emmanuel Macron a pourtant été clair, il l'a dit et répété : il n'y aura pas d'accord de gouvernement entre forces politiques sous son quinquennat. Et quand bien même changerait-t-il d'avis, le ralliement d'Edouard Philippe ne ressemble en rien aux accords de gouvernement tels qu'ils se pratiquent en Allemagne, négociés pendant des semaines voire des mois au lendemain des élections législatives et pas à leur veille. Croire, en outre, que  la partie des Républicains prête à travailler avec Emmanuel Macron serait susceptible de faire peser la balance à droite au-delà de ce qu'est déjà prêt à consentir le président ressemble à une douce illusion. On se souvient du groupe CDS qui entre 1988 et 1993 s'était détaché de l'UDF à l'Assemblée nationale afin d'apporter ses voix au coup par coup au gouvernement de Michel Rocard mais dont le bilan politique était resté bien mince. À l'époque, le gouvernement de Michel Rocard "gauchisait" délibérément certaines des propositions de loi sur lesquelles il savait avoir besoin des voix du CDS afin de donner l'impression à ses alliés centristes de leur faire des concessions en amendant ses textes mais en revenant surtout in fine à ce qui aurait été de toute façon la version souhaitée par le gouvernement.
 
Sur le terrain de la victoire secrète d'Alain Juppé que représenterait le quinquennat qui vient de s'ouvrir, la droite Macron-compatible risque fort de déchanter également. Le nouveau président de la République l'a montré, il entend faire preuve d'autorité et ceux qui prétendraient l'influencer seront sèchement renvoyés dans leurs buts. Le sort réservé à François Bayrou au moment des investitures le confirme, hors de question pour le nouveau président de se mettre en situation de dépendre de la tutelle -même bienveillante- de qui que ce soit. Que le juppéisme et le macronisme aient des points de convergence est une chose, qu'il s'agisse strictement du même projet politique en est une autre fort différente.
 
Au final, quelle que soit la minimisation du poids politique d'Edouard Philippe qu'ont tenté de mettre en avant ceux des Républicains qui s'opposaient à son arrivée à Matignon, Emmanuel Macron réussit incontestablement un coup politique. Certes d'une ampleur moindre que s'il était parvenu à débaucher Xavier Bertrand voire Alain Juppé lui-même, un coup politique néanmoins.
 
Car même à supposer que la droite parvienne au prix d'on ne sait quels tortillements sémantiques à sauver la façade de son unité jusqu'au soir du second tour des élections législatives, on voit mal comment les Républicains pourraient ne pas exploser en deux groupes, l'un prêt à soutenir le gouvernement d'Emmanuel Macron, l'autre s'inscrivant dans son opposition, fût-elle constructive.
 
Ce coup politique se révèle d'autant plus en faveur d'Emmanuel Macron qu'on ne voit pas bien le gain politique que les Républicains pourraient retirer de l'arrivée d'Edouard Philippe à Matignon, dans la mesure encore une fois où rien ne semble avoir été négocié sur le terrain des concessions politiques. Cette nomination va à l'encontre de la position difficilement arrêtée par le parti d'attendre les législatives avant de se prononcer sur l'attitude à adopter face au nouveau président. Et elle prive LR du coup qui aurait pu être joué post Législatives dans l'hypothèse où la République En Marche ne parviendrait pas à réunir une majorité absolue sur son étiquette. Le ralliement d'un groupe issu des rangs des Républicains aura alors beaucoup moins de valeur puisque le Rubicon aura déjà été franchi par Edouard Philippe et par ceux des Républicains qui appellent aujourd'hui à répondre à sa main tendue.
 
À l'instar d'Edouard Philippe, une partie de la droite a ainsi fait ce lundi un choix qui ressemble plus à l'assouvissement d'envies de carrière qu'à la construction d'un véritable renouveau.
 
À sa décharge, Les Républicains depuis la défaite de François Fillon à la présidentielle n'ont pas franchement prouvé leur capacité à proposer une dynamique ni un programme enthousiasmants. D'autant que dénoncer les faiblesses ou la relativité de l'adhésion des Français au projet politique d'Emmanuel Macron ne saurait certainement pas suffire à exonérer la droite de la construction d'un projet à la hauteur des exigences de renouveau de la nouvelle ère ouverte par la présidentielle 2017.
 
En attendant que ladite droite s'y mette, Emmanuel Macron pourra continuer à marquer des points sur la lancée de son parcours gagnant de borgne au pays des aveugles.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
L'identité de Jack l’Eventreur dévoilée
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 18/05/2017 - 17:08
Une UMP-LR incohérente
Chirac et Sarkozy ont eu une décennie pour agir. Ils n'en ont pas profité pour ouvrir l'Audiovisuel aux familles de pensée conservatrice, libérale, et pourquoi pas réactionnaire ou patriote ? Ils ont laissé ce pouvoir à une Presse progressiste. Erreur funeste car la Gauche au pouvoir met son sectarisme en action. Mais en fait autant Chirac que Sarkozy et l'essentiel de leur staff étaient déjà progressiste. Ils ne diffèrent des socialistes "de gouvernement" qu'en étant moins radicaux. Avec eux les politiques publiques ont un effet cliquet. Réforme sociétale gauchisante, mais pas d'abrogation lors de l'alternance à Droite. ce sinistrisme donnant de plus en plus d'espace au FN et aux entre-deux : 27% des voix à ce 1er tour présidentiel. Cette année LR a cessé d'être un parti présidentiable. Tout l'intérêt des Législatives est que des candidats peuvent se désister pour d'autres. Des candidatures conservatrices ou libéral-conservatrices sont nécessaire à l'expression de l'opinion publique. Que LR laisse donc le choix à l'électorat de Droite. Tout candidat LR devrait avoir sa signalétique soit progressiste, soit conservatrice ! L'ambigüité n'a pas amené l'alternance à Droite !
lafronde
- 18/05/2017 - 16:37
Macron, vainqueur d'une UMP-LR incohérente.
Le Président Macron et son gouvernement centriste est la punition des multiples erreurs et fautes de l'UMP et de ses dirigeants. L'UMP est née de l'accession du FN au 2e tour de la présidentielle. l'UMP-LR explose suite à l'accession quinze ans plus tard du FN au 2e tour, à son détriment cette fois. Face au cartel des gauches, l'UMP a toujours été gênée par l'essor du FN. Chirac eut été avisé d'entériner l'instauration de la proportionnelle par Mitterrand ! Pire encore le front républicain retranche les suffrages de Droite mais additionne ceux de Gauche. Cette asymétrie électorale a engendré un sinistrisme gouvernemental qui laisse un héritage : dettes, chômage de masse, législation sociétale progressiste, déficit carcéral, laxisme pénal, délinquance record, non-assimilation d'un bonne part de l'immigration, islamisation, terrorisme. Tous ces sujets pourraient être traité, et les erreurs ou fautes dénoncées. C'est le rôle d'une Presse libre, pluraliste et indépendante, prescrite par l'Art. 34 de notre Constitution. Sauf que le CSA, agence nommé par les dirigeants de l'Etat, bloque le pluralisme de la Presse dans l'Audiovisuel, au profit du camp progressiste, celui de Macron !
lafronde
- 18/05/2017 - 16:09
@Carol Langloy @Paulquiroule...
Macron l'a dit, et répété, il est progressiste et veut rassembler tous les progressistes. C'est clair. Mais vous écrivez qu'il veut rassembler les libéraux. Il s'agit d'une erreur le libéralisme est fondé sur la Liberté, l'autonomie de la Société civile, organisée par subsidiarité, vis à vis d'un Etat centralisé comme le nôtre. Le progressiste ne limite pas le pouvoir de coercition de l'Etat, mais au contraire s'en sert pour imposer son "Programme de Progrès" au moyen de la fiscalité, de la subvention-rente et du Code pénal. Nos principaux partis politiques sont tous étatistes : personne ne remet en cause les monopoles de la Sécu, de l'Ednat, ni ne propose la liberté sociale (choix de sa Prévoyance) ni le chèque Education. Aucun ne propose de mettre fin au légicentrisme, et de faire jouer la concurrence fiscale entre les collectivités locales. Le libéralisme c'est ça. Vous voyez bien que Macron n'a rien d'un libéral. C'est un progressiste jacobin. C'est logique, car sans Etat-tuteur du pays, pas d'outil de coercition pour le progressiste. Le Progressisme fils de l'Absolutisme royal et de la Révolution confisquée par les petits-bourgeois parisiens. Ce système a donné la Terreur.