En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

07.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 1 heure 50 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 3 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 5 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 7 heures 26 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 7 heures 40 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 32 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 5 heures 8 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 6 heures 30 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 8 heures 31 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 11 heures 35 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Atlantico Business

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont 4 scénarios possibles face au Brexit mais devraient imposer à Londres une version dure

Publié le 16 mai 2017
Pour Emmanuel Macron, la Grande-Bretagne devra accepter un Brexit dur. Angela Merkel ne s’y opposera pas.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Emmanuel Macron, la Grande-Bretagne devra accepter un Brexit dur. Angela Merkel ne s’y opposera pas.

Officiellement, la chancelière allemande et le nouveau président français n’avaient pas à traiter du Brexit. Ce dossier est géré par la Commission et plus particulièrement par Jean-Claude Juncker.

Mais étant donné qu’Emmanuel Macron se veut maître des horloges, y compris sur le terrain de l’Europe, il défend l’idée que c’est aux leaders politique de gérer un tel dossier et le président français est plutôt partisan d’un Brexit pur et dur. « Si les Anglais veulent sortir, qu‘ils en sortent et qu’ils en assument les conséquences ».

L’arrivée d’Emmanuel Macron n’a pas été accueillie avec euphorie à Londres parce que toute la City connait cette position. Londres sait aussi qu’Angela Merkel a désormais intérêt à s’aligner sur une position équivalente. Pour deux raisons :

D’abord parce que l’économie allemande dégage des résultats extrêmement bons. Jamais le cash et les excédents de l’Allemagne ont été aussi pléthoriques et l‘Allemagne doit investir ses surplus. Ça signifie qu‘elle va relancer sa consommation intérieure, mais ça veut aussi dire qu‘elle doit aussi investir. En clair, l‘Allemagne peut financer une relance européenne. Mais elle ne peut le faire qu‘avec des partenaires qui joueront le jeu de l’Union. 

Ensuite, il est évident que le seul partenaire sur lequel elle peut désormais compter pour épauler cette relance, c’est la France. La campagne menée par Emmanuel Macron a convaincu toute la communauté européenne que la France pouvait désormais s‘inscrire dans une logique d’économie de marché et surtout dans la logique européenne.

Alors pendant ces derniers mois, l’Allemagne a donné le sentiment de ménager la Grande-Bretagne en écoutant ses états d’âme. Mais depuis l’élection d’Emmanuel Macron à l‘Elysée, Angela Merkel n’a plus de doutes sur l’engagement français.

Restait à obtenir de Macron, la confirmation qu’il acceptera la discipline européenne. C’est fait depuis hier.

Le président français sait très bien que s’il veut co-piloter le redressement de l'Union européenne, il doit mettre de l'ordre dans sa maison. L‘Allemagne, dans ces conditions, acceptera de lui accorder quelques souplesses pour se mettre à niveau.

Dans ces conditions, on ne dira pas que la Grande-Bretagne va devenir inutile à l'équilibre européen mais enfin, c’est tout comme. Personne dans le couple franco-allemand n‘est prêt à faire de concessions.

Les milieux d’affaires britanniques, qui sont très concernés par le Brexit, ne se font plus d’illusions sauf retournement spectaculaire.

Jusqu'à une époque très récente, il y avait sur les tables de Londres, de Bruxelles, de Berlin ou de Paris, quatre scénarios possibles.

Le premier scénario dessinait un Brexit soft, avec une Grande-Bretagne qui aurait quitté l’Union européenne en très bons termes. En gros, le Royaume-Uni acceptait de respecter les quatre libertés (circulation libre des capitaux, des biens, des services et des hommes), et restait membre du marché unique. Donc, elle conservait le fameux passeport. Avec une discussion amicale sur la mise en place de certaines barrières douanières et le paiement des factures de projets en cours qu’elle souhaitait abandonnés. Pour les milieux d’affaires, c’était la solution rêvée. Mais pour les anglais qui ont voté pour le Brexit, le maintien des libertés n’était pas acceptable, puisqu’ils voulaient retrouver leur souveraineté.

Le deuxième scénario aurait donné à la Grande-Bretagne le même statut que le Canada avec les Etats-Unis. Les libertés fondamentales sont garanties, sauf la libre circulation des hommes puisque les Etats-Unis surveillent les passages de frontière avec beaucoup de vigilance. La résolution de la période transitoire et le financement du budget feraient l’objet d’une négociation encore amicale.

Le troisième scénario est beaucoup plus dur, puisqu‘il s’agirait de limiter l’accès au marché unique et de supprimer le passeport européen. Là, on est dans la rupture assez sévère parce qu’elle prive les entreprises installées en Grande Bretagne d’accéder au marché unique. Ce scénario les oblige à se délocaliser sur le continent.

Le quatrième scénario va encore plus loin, puisqu‘il interdit l'accès au marché unique à la Grande Bretagne et l'oblige à payer l’intégralité de la facture que doit la Grande Bretagne à l’Europe (environ 60 milliards d’euros) Il s’agit là d’un hard Brexit. La formule que Theresa May avait brandie comme une menace en pensant qu’elle ferait peur aux européens. Mais ça c’était avant l’arrivée de Macron.

Parce que, de ces quatre scénarios, il semble bien qu’Emmanuel Macron et Angela Merkel se sont entendus sur une des positions, la plus dure. Le 4e scénario, avec sans doute une négociation possible sur les modalités et le calendrier de paiement de la facture.

Pour les Anglais, c’est la plus mauvaises des hypothèses qui entrainera mécaniquement une baisse de la croissance dès l’année prochaine et une délocalisation de beaucoup des services financiers et des industries pharmaceutiques. C’était la position de Jean-Claude Juncker mais son expression agaçait tout le monde.

La communication sera désormais à la charge des chefs d’Etat. Emmanuel Macron et Angela Merkel ont les moyens politiques de l’assumer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

07.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 16/05/2017 - 15:19
DESORMAIS, PLUS DE DOUTE.
l'UE ou l'URSS de Staline, à quelques lettres près.... c'est du pareil au même.
Jean-luc laffineur
- 16/05/2017 - 10:42
Il ne faut pas tout mélanger 2
Or, l'option 3 est à exclure car elle comporte un voler libre circulation des personnnes et des travailleurs que les Britanniques ont rejeté. Dès lors, l'UE et le RU devront opter pour soit le scénario 1 soit pour le scénario 2. A ce jour, un traité semblable à celui avec le Canada semble s'éloigner à cause (ou grâce à) effectivement l'élection de Macron. Le scénario 1 tient donc plutôt la corde sachatn toutefois qu'il est probable que l'UE et le RU voudront ajouter quelque chose de plus qu'un simple accord de libre échange, auquel cas on tomberait dans un scénarion 1 prime, à mi-chemin entre le scénario 1 et le scénario 2.
Jean-luc laffineur
- 16/05/2017 - 10:37
il ne faut pas tout mélanger
Il ne faut pas tout mélanger.
La demande de paiement de 60 milliards s'inscrit dans la 1ère phase des négociations : celle de l'accord de départ qui couvre toutes les dépenses auxquelles le RU est tenu en tant que membre de l'UE et qui s'étalent dans te temps, tels que les programmes de recherche et de développement; ERASMUS; les loyers des bâtiments qui abritent les institutions de l'UE; la PAC, etc. Sur cette 1ère phase, les Etats membres semblent unanimes pour une approche dure.
Dans une seconde phase, pendant laquelle les règles des traités de l'UE continueront de s'appliquer au RU de manière transitoire, l'UE et le RU négocieront un traité. Nul ne sait à ce jour si l'UE poussera pour un traité dur ou mou. Il est trop tôt pour le dire. Mais 3 scénarios sont possibles : 1) un simple traité de libre échange tarifaire et non tarifaire comme par exemple avec la Corée 2) un traité plus substantiel comme celui existant entre l'UE et le Canada (càd accord commercial + de reconnaissance de certaines qualifications professionnelles pour favoriser les échanges et les investissements) 3) Un traité style Espace Economique Européen (dont bénéficient l'Islande la Norvège et le Liechtenstein