En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 12 heures 33 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 13 heures 29 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 14 heures 50 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 17 heures 56 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 20 heures 21 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 21 heures 8 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 21 heures 46 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 13 heures 4 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 14 heures 31 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 15 heures 22 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 17 heures 48 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 18 heures 54 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 20 heures 51 sec
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 21 heures 33 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 21 heures 51 min
© REUTERS/Stefan Wermuth
© REUTERS/Stefan Wermuth
"C'est la lutte finale...'

Le manifeste de la discorde : Jeremy Corbyn et le parti travailliste britannique pris dans les remous de leur programme législatif ultra à gauche

Publié le 15 mai 2017
Alors que sur le papier, le programme du Labour pour les législatives anticipées britanniques est potentiellement le plus populaire, son leader, Jeremy Corbyn, peine à susciter l'adhésion au sein de la population, y compris chez les électeurs travaillistes.
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que sur le papier, le programme du Labour pour les législatives anticipées britanniques est potentiellement le plus populaire, son leader, Jeremy Corbyn, peine à susciter l'adhésion au sein de la population, y compris chez les électeurs travaillistes.

Atlantico : Renationalisation des chemins de fer, des services postaux et d'une partie du secteur de l'énergie, encadrement des salaires de dirigeants d'entreprises, etc. : le projet de programme des travaillistes britanniques pour les législatives anticipées du 08 juin est très marqué à gauche. Comment expliquer ce positionnement ? 

Bruno Bernard : Je ne pense pas qu’il faille parler de positionnement mais plutôt du reflet des convictions politiques du leader actuel du Parti travailliste, Jeremy Corbyn.

Corbyn n’est pas un tacticien comme Blair mais plutôt un idéologue, resté fidèle aux idées qu’il défend depuis sa première élection au Parlement en 1983 : fin de l’austérité, renationalisation de nombreux services publics, non intervention et désarmement nucléaire etc.

Jeremy Corbyn a commencé sa carrière professionnelle dans le syndicat des industries du textile dans les années 1970.  Il est le produit d’une époque où la "lutte des classes" n’était pas devenue un slogan de publicitaire. Il faut reconnaître à Corbyn ce mérite, il ne cherche pas à s’adapter à son époque mais défend des convictions qu’il porte depuis toujours. Il est l’inverse d’une girouette politique.

A noter enfin que la renationalisation des trains est une idée populaire en Grande-Bretagne avec 52%  de personnes qui y sont favorables et que le Parti conservateur porte aussi dans son projet l’idée de plafonner les factures énergétiques. Le Parti travailliste n’est donc pas complètement à côté de son sujet. 

Un tel projet de programme ne risque-t-il pas de renforcer les conservateurs menés par Theresa May lors de ce scrutin, ceux-ci étant déjà donnés favoris dans les sondages ? 

Sur le papier, le programme du Labour est potentiellement le plus populaire.

Qui dirait non à la suppression des droits d’entrée à l’université, la construction de 100 000 logements sociaux par an, la gratuité dans les cantines scolaires et du wifi dans les trains ? Qui dirait non à l’augmentation du budget de la santé de 6 milliards de livres ou le plafonnement des factures énergétiques ?

Comme souvent avec les programmes de gauche remplis d’espoir et de générosité publique, celui-ci est très attractif. Malheureusement c’est le leadership, la qualité de mener le pays, de celui qui le porte qui fait défaut. Dans toutes les élections à travers le monde, ce n’est pas la qualité du programme qui influencera le vote des électeurs. Celui-ci sera une réponse aux questions suivantes : qui pour mener le pays ? Qui pour prendre les décisions difficiles ? Le souci de Corbyn est qu’il est beaucoup moins populaire que ses propositions : seuls 14% des  Britanniques l’imaginent devenir Premier ministre, dont moins de 50% d’électeurs travaillistes. En conclusion, ce sont moins les idées présentées dans le programme des travaillistes qui renforcent le camp conservateur mais plutôt la personnalité de celui qui les porte. 

Comment un tel projet de programme pourrait-il s'insérer dans les négociations menées avec Bruxelles au sujet du Brexit ? 

Le Parti travailliste de Jeremy Corbyn a eu le mérite de reconnaître qu’il ne reviendrait pas sur le résultat du référendum du Brexit. Entre lui et Theresa May, l’enjeu des élections du 8 juin est désormais qui mènera le Brexit jusqu’au bout et sous quelle forme ?              

D’un côté, May sera la "bloody difficult woman" et fière de l’être face à Bruxelles, et de l’autre Corbyn tente d’évacuer le Brexit en tant que tel et veut faire de la sortie de l’Union européenne le moyen de garantir une société plus juste. On devine que les conservateurs sont plus à l’aise dans cette configuration que les travaillistes dont une partie ne semble pas avoir fait le deuil de l’appartenance à l’UE.

Toutefois, si par miracle les travaillistes l’emportaient le 8 juin, Bruxelles, tout à sa joie de s’être débarrassé de sa nouvelle bête noire, permettrait peut-être à Corbyn de commencer les négociations avec un a priori favorable. A priori qui devrait rapidement fondre au soleil des réalités européennes au fur et à mesure que les institutions prennent la mesure du caractère dépensier du programme corbynien. Il ne manquerait plus que l’Union européenne soutienne un programme socialiste ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires