En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 10 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 53 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 21 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 18 heures 5 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 18 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 12 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 35 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 10 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 28 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 34 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 16 heures 4 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 36 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 34 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 31 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 41 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 21 heures 2 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 21 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 32 min
© REUTERS/Stefan Wermuth
© REUTERS/Stefan Wermuth
"C'est la lutte finale...'

Le manifeste de la discorde : Jeremy Corbyn et le parti travailliste britannique pris dans les remous de leur programme législatif ultra à gauche

Publié le 15 mai 2017
Alors que sur le papier, le programme du Labour pour les législatives anticipées britanniques est potentiellement le plus populaire, son leader, Jeremy Corbyn, peine à susciter l'adhésion au sein de la population, y compris chez les électeurs travaillistes.
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que sur le papier, le programme du Labour pour les législatives anticipées britanniques est potentiellement le plus populaire, son leader, Jeremy Corbyn, peine à susciter l'adhésion au sein de la population, y compris chez les électeurs travaillistes.

Atlantico : Renationalisation des chemins de fer, des services postaux et d'une partie du secteur de l'énergie, encadrement des salaires de dirigeants d'entreprises, etc. : le projet de programme des travaillistes britanniques pour les législatives anticipées du 08 juin est très marqué à gauche. Comment expliquer ce positionnement ? 

Bruno Bernard : Je ne pense pas qu’il faille parler de positionnement mais plutôt du reflet des convictions politiques du leader actuel du Parti travailliste, Jeremy Corbyn.

Corbyn n’est pas un tacticien comme Blair mais plutôt un idéologue, resté fidèle aux idées qu’il défend depuis sa première élection au Parlement en 1983 : fin de l’austérité, renationalisation de nombreux services publics, non intervention et désarmement nucléaire etc.

Jeremy Corbyn a commencé sa carrière professionnelle dans le syndicat des industries du textile dans les années 1970.  Il est le produit d’une époque où la "lutte des classes" n’était pas devenue un slogan de publicitaire. Il faut reconnaître à Corbyn ce mérite, il ne cherche pas à s’adapter à son époque mais défend des convictions qu’il porte depuis toujours. Il est l’inverse d’une girouette politique.

A noter enfin que la renationalisation des trains est une idée populaire en Grande-Bretagne avec 52%  de personnes qui y sont favorables et que le Parti conservateur porte aussi dans son projet l’idée de plafonner les factures énergétiques. Le Parti travailliste n’est donc pas complètement à côté de son sujet. 

Un tel projet de programme ne risque-t-il pas de renforcer les conservateurs menés par Theresa May lors de ce scrutin, ceux-ci étant déjà donnés favoris dans les sondages ? 

Sur le papier, le programme du Labour est potentiellement le plus populaire.

Qui dirait non à la suppression des droits d’entrée à l’université, la construction de 100 000 logements sociaux par an, la gratuité dans les cantines scolaires et du wifi dans les trains ? Qui dirait non à l’augmentation du budget de la santé de 6 milliards de livres ou le plafonnement des factures énergétiques ?

Comme souvent avec les programmes de gauche remplis d’espoir et de générosité publique, celui-ci est très attractif. Malheureusement c’est le leadership, la qualité de mener le pays, de celui qui le porte qui fait défaut. Dans toutes les élections à travers le monde, ce n’est pas la qualité du programme qui influencera le vote des électeurs. Celui-ci sera une réponse aux questions suivantes : qui pour mener le pays ? Qui pour prendre les décisions difficiles ? Le souci de Corbyn est qu’il est beaucoup moins populaire que ses propositions : seuls 14% des  Britanniques l’imaginent devenir Premier ministre, dont moins de 50% d’électeurs travaillistes. En conclusion, ce sont moins les idées présentées dans le programme des travaillistes qui renforcent le camp conservateur mais plutôt la personnalité de celui qui les porte. 

Comment un tel projet de programme pourrait-il s'insérer dans les négociations menées avec Bruxelles au sujet du Brexit ? 

Le Parti travailliste de Jeremy Corbyn a eu le mérite de reconnaître qu’il ne reviendrait pas sur le résultat du référendum du Brexit. Entre lui et Theresa May, l’enjeu des élections du 8 juin est désormais qui mènera le Brexit jusqu’au bout et sous quelle forme ?              

D’un côté, May sera la "bloody difficult woman" et fière de l’être face à Bruxelles, et de l’autre Corbyn tente d’évacuer le Brexit en tant que tel et veut faire de la sortie de l’Union européenne le moyen de garantir une société plus juste. On devine que les conservateurs sont plus à l’aise dans cette configuration que les travaillistes dont une partie ne semble pas avoir fait le deuil de l’appartenance à l’UE.

Toutefois, si par miracle les travaillistes l’emportaient le 8 juin, Bruxelles, tout à sa joie de s’être débarrassé de sa nouvelle bête noire, permettrait peut-être à Corbyn de commencer les négociations avec un a priori favorable. A priori qui devrait rapidement fondre au soleil des réalités européennes au fur et à mesure que les institutions prennent la mesure du caractère dépensier du programme corbynien. Il ne manquerait plus que l’Union européenne soutienne un programme socialiste ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires