En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

07.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 28 min 11 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 30 min 51 sec
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 31 min 42 sec
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 32 min 36 sec
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 35 min 25 sec
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 36 min 21 sec
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 16 heures 58 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 18 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 20 heures 7 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 20 heures 53 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 28 min 39 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 31 min 12 sec
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 32 min 10 sec
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 34 min 54 sec
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 35 min 44 sec
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 36 min 35 sec
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 20 heures 3 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 20 heures 12 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 21 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
Retour à la normale

50 000 migrants arrivés par mer en Europe depuis le début de l’année : la crise migratoire se résorbe

Publié le 15 mai 2017
Depuis le début de l'année, les flux migratoires ont retrouvé leur nature structurelle, suite au tarissement de ceux passant par la Méditerranée orientale.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début de l'année, les flux migratoires ont retrouvé leur nature structurelle, suite au tarissement de ceux passant par la Méditerranée orientale.

Atlantico : Selon les chiffres publiés par l'ONU ce 12 mai, la barre des 50 000 migrants arrivés par la mer aurait été franchie, soit une baisse substantielle comparativement à l'année passée (187 000 sur la même période). Comment expliquer une telle variation ?

Laurent Chalard : Cette diminution, par rapport au début de l’année précédente, du nombre de migrants arrivant en Europe par la mer Méditerranée dans les premiers mois de l’année 2017 s’explique, tout simplement, par le fait que nous étions encore, début 2016, dans la phase finale de la crise migratoire syrienne. Les volumes de migrants traversant la Méditerranée par la route de la Méditerranée orientale, c’est-à-dire entrant sur le continent européen par la Grèce, demeuraient alors importants. Depuis le printemps 2016, nous sommes revenus à des niveaux de nombre de migrants sensiblement moindres, qui relèvent beaucoup plus d’un flux structurel, produit du décalage de niveau de développement de part et d’autre de la Méditerranée, que d’un flux conjoncturel, lié à des problèmes géopolitiques, comme ce fut le cas avec la crise des réfugiés syriens entre mi-2015 et début 2016. En effet, en 2017, les flux passant par la Méditerranée orientale se sont taris, le flux principal correspondant, de nouveau, à la route de la Méditerranée centrale, c’est-à-dire que les migrants pénètrent en Europe depuis l’Afrique par l’Italie.

Peut-on en déduire que la crise des migrants touche à sa fin ? Comment comparer de tels flux par rapport aux périodes antérieures au conflit syrien ? Le niveau des flux actuels ne serait-il pas sinon le signe d'un succès des moyens mis en place par les Européens ? 

La crise conjoncturelle des migrants syriens a déjà pris fin depuis plus d’un an ! Maintenant, nous avons affaire à des flux structurels, qu’il est beaucoup plus compliqué d’endiguer car ils s’inscrivent dans le temps long. En effet, en extrapolant les volumes constatés début 2017, le volume global de l’année pourrait, en mer Méditerranée, approcher les 200 000 migrants. Ce dernier chiffre peut se comparer aux volumes de migrants qui arrivaient avant la crise des réfugiés syriens, qui rappelons-le, a vu l’entrée de plus d'1 million de personnes en Europe en 2015. Par exemple, en 2014, 220 000 migrants sont arrivés en Europe par la mer Méditerranée. Nous sommes donc revenus à la situation antérieure à la crise des réfugiés syriens.                         

Les dirigeants européens n’ont, jusqu’ici, pas trouvé de remède miracle à un phénomène qui repose essentiellement sur des écarts de développement considérables entre les pays européens et les pays africains, dans un contexte de dynamique démographique différenciée, une Europe vieillissante, dont la population se contracterait sans immigration, et une Afrique disposant de surplus de population importants dans un contexte de développement économique qui demeure insuffisant. Les seuls moyens utilisés, pour l’instant, sont essentiellement des moyens coercitifs, qui ne règlent pas le problème à long terme. Par ailleurs, concernant la route de la Méditerranée centrale par laquelle passent majoritairement les migrants "structurels", tant que la Libye se situera dans une situation politique chaotique, les flux par cette route continueront. 

 

A moyen ou long terme, quels sont les réels enjeux migratoires auxquels l'Europe devra faire face ?

L’Europe va faire face à deux défis.

Le premier, d’ordre démographique, est d’essayer, à partir d’éléments réalistes reposant sur une bonne connaissance des données statistiques des pays de départ et des moteurs de l’immigration clandestine vers l’Europe, de quantifier quels seraient potentiellement le volume de migrants structurels au cours des prochaines décennies, dans l’optique de déterminer si ces flux ont vocation à se stabiliser, augmenter ou se réduire. A l’heure actuelle, personne ne peut répondre de manière sérieuse à cette question, qui ne relève pas uniquement de facteurs démographiques (ce n’est pas parce que l’Afrique connaît une forte croissance de sa population que les flux vont forcément augmenter, les choses ne sont pas si simples !).

Le second défi, une fois le premier relevé, sera d’adopter une politique permettant, soit d’accompagner ces flux migratoires si leur volume paraît raisonnable en termes statistiques par rapport aux capacités d’accueil du continent européen, soit de les limiter par divers moyens si leur volume apparaît beaucoup trop important par rapport aux capacités d’accueil de l’Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 16/05/2017 - 07:55
M.Chalard devrait se pencher sur les montants des aides...
....subventions, effacement de dettes, etc consenties par les gouvernements, institutions monétaires depuis les années 60-75, dates d'indépendance des pays africains en général.
Qu'a-t-il été exigé des Africains en contrepartie? Des régimes marxistes, racistes, ethniques, génocidaires ont continué à prospérer, soutenus par les grandes puissances et la Chine pour finir. Avec les brillants résultats que l'on connait. L'incapacité de ces gouvernements à juguler l'explosion démographique, les interdits religieux islamiques, les croyances polythéistes, la corruption des classes dirigeantes et les conflits ethnico-religieux ont anéanti presque partout le développement économique, sans parler de l'échec de l'éducation. Pas de volonté nationale ni de développer une vision nationale conduit aux déplacements de population, l'appel d'air de l'Europe fait le reste.
Ce n'est pas en important volontairement des déplacés et des ventres à nourrir que l'Europe palliera à son vide démographique.
Il me semble que M.Chalard a écrit un article sur la - relative - bonne santé de la démographie française qui n'est pas confrontée avec autant d'apmpleur au suicide démographique des nations européennes...
Anouman
- 15/05/2017 - 19:52
Résorbtion
Que le flux soit conjoncturel ou structurel, 50000 c'est beaucoup trop. Disons qu'un solde de -50000 serait plus raisonnable.
Michèle Plahiers
- 15/05/2017 - 15:21
Priorité
Sélection. Le déracinnement est la cause première de la délinquance.