En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 1 min 12 sec
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 33 min 38 sec
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 1 heure 19 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 16 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 17 heures 20 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 18 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 20 heures 54 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 21 heures 51 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 23 heures 13 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 jour 24 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 20 min 19 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 1 heure 6 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 1 heure 35 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 16 heures 41 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 17 heures 50 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 19 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 21 heures 23 sec
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 22 heures 36 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 1 jour 18 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 1 jour 58 min
© Reuters
© Reuters
Retour à la normale

50 000 migrants arrivés par mer en Europe depuis le début de l’année : la crise migratoire se résorbe

Publié le 15 mai 2017
Depuis le début de l'année, les flux migratoires ont retrouvé leur nature structurelle, suite au tarissement de ceux passant par la Méditerranée orientale.
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début de l'année, les flux migratoires ont retrouvé leur nature structurelle, suite au tarissement de ceux passant par la Méditerranée orientale.

Atlantico : Selon les chiffres publiés par l'ONU ce 12 mai, la barre des 50 000 migrants arrivés par la mer aurait été franchie, soit une baisse substantielle comparativement à l'année passée (187 000 sur la même période). Comment expliquer une telle variation ?

Laurent Chalard : Cette diminution, par rapport au début de l’année précédente, du nombre de migrants arrivant en Europe par la mer Méditerranée dans les premiers mois de l’année 2017 s’explique, tout simplement, par le fait que nous étions encore, début 2016, dans la phase finale de la crise migratoire syrienne. Les volumes de migrants traversant la Méditerranée par la route de la Méditerranée orientale, c’est-à-dire entrant sur le continent européen par la Grèce, demeuraient alors importants. Depuis le printemps 2016, nous sommes revenus à des niveaux de nombre de migrants sensiblement moindres, qui relèvent beaucoup plus d’un flux structurel, produit du décalage de niveau de développement de part et d’autre de la Méditerranée, que d’un flux conjoncturel, lié à des problèmes géopolitiques, comme ce fut le cas avec la crise des réfugiés syriens entre mi-2015 et début 2016. En effet, en 2017, les flux passant par la Méditerranée orientale se sont taris, le flux principal correspondant, de nouveau, à la route de la Méditerranée centrale, c’est-à-dire que les migrants pénètrent en Europe depuis l’Afrique par l’Italie.

Peut-on en déduire que la crise des migrants touche à sa fin ? Comment comparer de tels flux par rapport aux périodes antérieures au conflit syrien ? Le niveau des flux actuels ne serait-il pas sinon le signe d'un succès des moyens mis en place par les Européens ? 

La crise conjoncturelle des migrants syriens a déjà pris fin depuis plus d’un an ! Maintenant, nous avons affaire à des flux structurels, qu’il est beaucoup plus compliqué d’endiguer car ils s’inscrivent dans le temps long. En effet, en extrapolant les volumes constatés début 2017, le volume global de l’année pourrait, en mer Méditerranée, approcher les 200 000 migrants. Ce dernier chiffre peut se comparer aux volumes de migrants qui arrivaient avant la crise des réfugiés syriens, qui rappelons-le, a vu l’entrée de plus d'1 million de personnes en Europe en 2015. Par exemple, en 2014, 220 000 migrants sont arrivés en Europe par la mer Méditerranée. Nous sommes donc revenus à la situation antérieure à la crise des réfugiés syriens.                         

Les dirigeants européens n’ont, jusqu’ici, pas trouvé de remède miracle à un phénomène qui repose essentiellement sur des écarts de développement considérables entre les pays européens et les pays africains, dans un contexte de dynamique démographique différenciée, une Europe vieillissante, dont la population se contracterait sans immigration, et une Afrique disposant de surplus de population importants dans un contexte de développement économique qui demeure insuffisant. Les seuls moyens utilisés, pour l’instant, sont essentiellement des moyens coercitifs, qui ne règlent pas le problème à long terme. Par ailleurs, concernant la route de la Méditerranée centrale par laquelle passent majoritairement les migrants "structurels", tant que la Libye se situera dans une situation politique chaotique, les flux par cette route continueront. 

 

A moyen ou long terme, quels sont les réels enjeux migratoires auxquels l'Europe devra faire face ?

L’Europe va faire face à deux défis.

Le premier, d’ordre démographique, est d’essayer, à partir d’éléments réalistes reposant sur une bonne connaissance des données statistiques des pays de départ et des moteurs de l’immigration clandestine vers l’Europe, de quantifier quels seraient potentiellement le volume de migrants structurels au cours des prochaines décennies, dans l’optique de déterminer si ces flux ont vocation à se stabiliser, augmenter ou se réduire. A l’heure actuelle, personne ne peut répondre de manière sérieuse à cette question, qui ne relève pas uniquement de facteurs démographiques (ce n’est pas parce que l’Afrique connaît une forte croissance de sa population que les flux vont forcément augmenter, les choses ne sont pas si simples !).

Le second défi, une fois le premier relevé, sera d’adopter une politique permettant, soit d’accompagner ces flux migratoires si leur volume paraît raisonnable en termes statistiques par rapport aux capacités d’accueil du continent européen, soit de les limiter par divers moyens si leur volume apparaît beaucoup trop important par rapport aux capacités d’accueil de l’Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 16/05/2017 - 07:55
M.Chalard devrait se pencher sur les montants des aides...
....subventions, effacement de dettes, etc consenties par les gouvernements, institutions monétaires depuis les années 60-75, dates d'indépendance des pays africains en général.
Qu'a-t-il été exigé des Africains en contrepartie? Des régimes marxistes, racistes, ethniques, génocidaires ont continué à prospérer, soutenus par les grandes puissances et la Chine pour finir. Avec les brillants résultats que l'on connait. L'incapacité de ces gouvernements à juguler l'explosion démographique, les interdits religieux islamiques, les croyances polythéistes, la corruption des classes dirigeantes et les conflits ethnico-religieux ont anéanti presque partout le développement économique, sans parler de l'échec de l'éducation. Pas de volonté nationale ni de développer une vision nationale conduit aux déplacements de population, l'appel d'air de l'Europe fait le reste.
Ce n'est pas en important volontairement des déplacés et des ventres à nourrir que l'Europe palliera à son vide démographique.
Il me semble que M.Chalard a écrit un article sur la - relative - bonne santé de la démographie française qui n'est pas confrontée avec autant d'apmpleur au suicide démographique des nations européennes...
Anouman
- 15/05/2017 - 19:52
Résorbtion
Que le flux soit conjoncturel ou structurel, 50000 c'est beaucoup trop. Disons qu'un solde de -50000 serait plus raisonnable.
Michèle Plahiers
- 15/05/2017 - 15:21
Priorité
Sélection. Le déracinnement est la cause première de la délinquance.