En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 9 heures 42 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 18 heures 20 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 18 heures 30 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 18 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 20 heures 3 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 20 heures 27 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 10 heures 53 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 15 heures 41 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 18 heures 3 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 18 heures 37 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 19 heures 11 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 19 heures 56 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 20 heures 5 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 20 heures 34 min
Effet de mode

Des effets psychologiques de grandir avec un prénom extrêmement commun

Publié le 12 mai 2017
Certains prénoms comme Sarah, Nicolas, Julie ou Pierre sont très répandus dans la société. Cela peut ne pas être une mauvaise chose dans la vie d'un enfant. Avoir un prénom classique peut être un avantage pour trouver un travail.
Stéphanie Rapoport
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphanie Rapoport est l’auteur de l'Officiel des prénoms ainsi que d’autres publications sur les prénoms. Elle anime le site meilleursprenoms.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certains prénoms comme Sarah, Nicolas, Julie ou Pierre sont très répandus dans la société. Cela peut ne pas être une mauvaise chose dans la vie d'un enfant. Avoir un prénom classique peut être un avantage pour trouver un travail.

Atlantico : De nombreux parents souhaitent donner à leurs enfants des prénoms qui leurs permettent de se distinguer. Certains d'entre-eux comme Sarah, Nicolas, Pierre et Marie sont très répandus. Quel est l'effet psychologique que procure le fait de porter un prénom courant ? 

Stéphanie Rapoport : Effectivement, il y a un phénomène de singularisation dans les choix de prénoms qui reflète la société individualiste et compétitive dans laquelle nous vivons. Les porteurs de prénoms très répandus, qu’ils soient d’origine biblique (Jean et Marie sont les deux prénoms les plus portés en France aujourd’hui) ou non, se sentent forcément moins « uniques » que ceux qui ont un prénom original ou peu commun. D’autant que pour les différencier les uns des autres, on doit associer à leurs prénoms leurs noms de famille. Pour autant, les Marie, les Jean, les Jade et les Enzo qui ont été élevés dans des familles aimantes se plaignent rarement de leurs prénoms au point de vouloir en changer. D'autant que le fait de porter un prénom courant peut avoir des avantages. Ainsi, les parents qui attribuent un prénom rare ou original à leur enfant nourrissent plus souvent des attentes élevées quant à leur réussite sociale. Des attentes qui peuvent être difficiles à gérer à l’adolescence. Or les porteurs de prénoms répandus subissent généralement moins cette pression familiale. Ils ne ressentent pas autant le besoin de se singulariser et sont plus libres de faire des choix personnels, en cohérence avec eux-mêmes. Ils ont un autre privilège : comme le montrent de nombreuses études, les porteurs de prénoms répandus inspirent davantage confiance qu’un prénom peu connu.

Dans les années 1990, l'arrivée de sitcoms américaines a vu une vague de prénoms directement inspirés des noms personnages de ces séries. Dans quels cas et pourquoi avoir un prénom plus conventionnel peut-être meilleur pour l'enfant ?

Les années 1990 ont été propices à l’explosion d’un certain nombre de prénoms issus de séries américaines. Comme Kevin, qui a été propulsé au premier rang des attributions en France de 1989 à 1994. Mais ce prénom, qui a beaucoup plu aux classes modestes et populaires, a été victime de son succès : aujourd’hui, un Kevin sur un CV français donne, à la seule vue du prénom, l’indication d’une origine sociale populaire. Par contraste, un prénom conventionnel reflète davantage le type de choix que font les parents dans les milieux plus favorisés. Les prénoms traditionnels échappent ainsi aux stéréotypes négatifs qui affectent le prénom Kevin.

L'article cite le cas de migrants Européens qui se sont installés aux Etats-Unis au début du 20ème siècle. Pourquoi les parents peuvent être amenés à donner des prénoms à consonance étrangère ? 

La Grande Famine des années 1840 a fait émigrer des milliers de familles irlandaises en Grande-Bretagne et aux États-Unis… Ces familles ont tout quitté pour ces terres d’accueil, et nombre d’entre elles ont voulu attribuer des prénoms irlandais à leurs enfants afin qu’ils n’oublient jamais le pays d’origine de leurs parents. C’est ainsi que le prénom Liam, qui connaît un certain succès en France aujourd’hui, s’est exporté aux États-Unis.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires