En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 50 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 3 heures 51 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 4 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 5 heures 49 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 6 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 1 heure 3 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 3 heures 25 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 3 heures 48 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 3 heures 59 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 4 heures 33 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 5 heures 17 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 5 heures 27 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 6 heures 26 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 6 heures 54 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Bof bof

La droite a-t-elle les talents et les idées pour être à la hauteur du Big Bang de la présidentielle 2017

Publié le 12 mai 2017
Rebondir après la défaite, c'est l'objectif des Républicains. Pourtant, difficile de partir sur des bases solides quand les têtes ont été coupées et que les idées sont mises à mal par la concurrence, notamment celle du nouveau président. Difficile de retrouver un nouvel élan... mais la droite à une ébauche de plan.
Tristan Quinault-Maupoil
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tristan Quinault-Maupoil est journaliste politique au Figaro.fr. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rebondir après la défaite, c'est l'objectif des Républicains. Pourtant, difficile de partir sur des bases solides quand les têtes ont été coupées et que les idées sont mises à mal par la concurrence, notamment celle du nouveau président. Difficile de retrouver un nouvel élan... mais la droite à une ébauche de plan.

Atlantico : La droite est-elle capable de proposer quelque chose qui soit à la hauteur du marasme qu'a représenté pour elle cette élection présidentielle ?

Tristan Quinault-Maupoil : Deux questions sont posées à la droite : celle du projet et celles des personnalités qui le porteront. Pour ce qui est des personnalités, il est vrai que la droite a une certaine difficulté à se renouveler et à présenter des personnages nouveaux. Bruno Le Maire en a fait le constat à la primaire, et il en a été de même pour Nathalie Kosciusko-Morizet, et pourtant ils sont déjà dans la vie politique depuis un certain nombre d'années. Ces candidats qui se présentaient comme ceux du renouveau ont fait un score très faible (de deux et quelques pour cent chacun). Cela s'explique en partie par le fait que l'électorat de droit privilégie des personnalités qui sont des compétences, une expérience.

Toutefois on constate que plusieurs ténors LR on dédicé de quitter l'Assemblée. Et ce depuis les régionales de 2015. Quasiment à chaque ce sont des trentenaires qui ont pris le relai. Ils sont encore inconnus mais c'est de là début d'un renouvèlement par la base.

Pour ce qui est des idées, elle a la capacité à parler de certains sujets « modernes ». On l'a vu lors de la primaire, par exemple avec la question de l'économie numérique qui occupait une place importante chez un certain nombre de candidats. On aborde une nouvelle phase avec l'élection d'Emmanuel Macron. On va voir lors des législatives si la droite est à la fois capable de porter un projet qui est nouveau et des personnalités nouvelles. Il est évidemment très compliqué d'inventer un nouveau projet en un mois de temps. Et il est difficile également de trouver des nouvelles figures pour leur faire porter un projet dans le même laps de temps. Et dans tous les cas, il sera difficile de rivaliser sur ce point avec la situation incroyable que devrait proposer Emmanuel Macron et son mouvement.

Comment malgré ce scénario idéal pour le nouveau président et malgré le « traumatisme » de la candidature Fillon, la droite peut-elle malgré tout encore mobiliser ?

On peut être tenté de dire que face à un candidat de la République qui a 39 ans, il faut essayer de le concurrencer sur le terrain du jeunisme ou de la modernité – qui est parfois une fausse modernité – dans une forme de course à l'échalote. Il est vrai que le désir d'alternance et de renouvellement existe à droite. Mais la droite a payé l'échec de François Fillon. Son échec personnel (celui des affaires) mais aussi celui d'un projet qui regardait trop vers l'électorat de droite et pas assez vers l'extérieur. Mais quand on regarde les sondages d'hier soir, on observe qu'il existe un souhait de cohabitation. Emmanuel Macron n'a donc pas élu parce qu'il est jeune : il a été élu parce qu'il y a eu un certain nombre d'alignement de planètes en sa faveur. Son élection n'est pas une prime à la modernité. Évidemment au sein de son électorat, cela a marché, mais la solution pour le concurrencer, cela ne serait pas le copier et envoyer quelqu'un de plus jeune que lui. Il faut faire quelque chose de cohérent, c'est ce que revendique le programme de François Baroin : c'est à la fois une partie du programme de François Fillon et à la fois des mesures qui ont fait le succès de la droite comme les heures supplémentaires défiscalisées. Ce n'est pas simplement tout réinventer de A à Z. Les électeurs de droite sont toujours là, ils attendent d'être rassurés, car ils ont été désorientés lors de la présidentielle par François Fillon.

Construire la stratégie des Républicains sur les faiblesses d'Emmanuel Macron (sa jeunesse, sa difficulté à rassembler une majorité, son manque d'expérience) n'est-il pas insuffisant par rapport à ce que la droite attends de ses représentants aujourd'hui ? La droite ne doit-elle pas se constituer en opposition sur des bases plus solides ?

Oui certainement, mais l'élection est dans un mois et cela sera beaucoup trop court pour tire les conséquences de cet échec, pour constituer un nouveau programme et une nouvelle équipe. Pour l'instant, c'est plutôt un état de fait : on regarde quelles sont les forces en présences, et il faut faire avec. La droite aura sûrement besoin de se réinventer, mais d'ailleurs comme tous les partis politiques aujourd'hui, à la fois le Parti Socialiste qui sort essoré de cette présidentielle, mais y compris le Front National qui a montré ses limites. Tous les partis donc y compris les Républicains vont devoir trouver de nouvelles solutions. Mais pour les législatives, c'est sans doute trop tard. Il faut aussi concernant la droite prendre une donnée que l'on ne dispose pas encore : c'est de savoir s'il y aura des personnalités de droite, et si oui combien qui rentreront au gouvernement. Parce que forcément cela peut changer la donne. Certains noms circulent déjà, et cela pourrait rebattre quelques cartes.

Sur qui et sur quelles idées la droite peut-elle aujourd'hui être un parti opératif en vue de la bataille des élections législatives ?

C'est déjà plutôt acté : François Baroin a été désigné pour mener la bataille des législatives pour son parti demain. Il n'est pas si jeune que cela, mais les électeurs ont étonnement cette image de lui, le comparant même à Harry Potter ! Mais ce n'est pas un candidat septuagénaire que l'on voit depuis quarante ans. Il peut être une première réponse. Parmi les autres personnalités, c'est assez compliqué. On sait qu'Eric Woerth est chargé de composer le projet, comme il l'avait déjà fait en 2012 pour Nicolas Sarkozy et pour les Républicains au moment où ce dernier avait repris la présidence. Il n'est pas un gage d'originalité, mais un gage de sérieux et de clarification. Car si de fait Emmanuel Macron a été élu, nombreux sont ceux qui reconnaissent qu'il est flou sur de nombreux points et de nombreuses propositions. La carte peut jouer la carte d'un projet clair et défini.

Pour ce qui est des thèmes de la droite, on en saura plus la semaine prochaine. Elle ne voudra pas perdre du terrain sur les thèmes sur lesquels Macron l'attaque. Par exemple sur les heures supplémentaires défiscalisées que propose Macron et qu'avait abandonné Fillon. La droite va reprendre cette mesure qui est une mesure catégorisée à droite. Il s'agit de marquer son territoire. La droite va aussi devoir s'occuper de sécurité. C'est le deuxième centre d'intérêt de la droite lors de cette élection, et là encore la droite a un message connu et ancien à porter. Elle a des personnalités qui portent ce message-là, par exemple Eric Ciotti ou d'autres. Il y a un certain retour aux fondamentaux sarkozystes. Et c'est logique, car si l'on regarde les électeurs de Nicolas Sarkozy en 2012, il y a eu une perdition de presque 50% d'entre eux en 2017. Il faut aller les rechercher et notamment un électorat populaire qui a abandonné la droite dans bien des régions. Les heures supplémentaires défiscalisées et la sécurité sont des thèmes qui devraient leur parler et qui sont fondamentales pour la droite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
THx27
- 10/05/2017 - 01:18
@jean luc lafffineur
d'accord avec vous. Et Fillon n'est pas passé parce qu'une grosse partie de ses électeurs ont eu peur d'un duel MLP Mélanchon et se sont reportés sur Macron. Les Français veulent des réformes, mais une mesure comme faire sauter le verrou des 35 H a fait terriblement peur, -certains travaillent plus de 35H sans être payé- les gens se sont sentis abandonnés. Fillon a mis trop, et tout, tout de suite sur la table et n'a pas expliqué comment l'Etat pouvait réguler et protéger les salariés et les négociations. En Allemagne la hausse de la TVA a été accompagnée d'une interdiction de hausse des prix. rien entendu de ce côté par Fillon. Il a manqué d'un discours social et aussi de relais dans certains milieux.
clint
- 09/05/2017 - 21:31
@Jean-luc laffineur : mais ils sont déjà perdus les libéraux !
Le "à droite toute" de Fillon a agit en conséquence ! De plus il n'y a plus de vrai chef, alors ça vole bas (cf la sortie des apparatchiks de LR et leurs commentaires ce soir)
Jean-luc laffineur
- 09/05/2017 - 19:19
Rien compris
Ils n'ont décidément rien compris aux LR. FF n'a pas perdu à cause de son programme mais à cause des affaires. Il a eu 44% des voix au 1er tour de la primaire et 66% au 2d. Il a fait 20% à la présidentielle malgré les affaires sans lesquelles il aurait fait 24% et Macron 20%. n abandonnant son programme liberal et en se recentrant, le, LR va se macroniser : pourquoi voter pour eux si EM propose peu ou prou la même chose? Le LR va perdre ses électeurs libéraux et sera réduit à peau de chagrin.