En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 1 heure 38 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 2 heures 49 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 3 heures 37 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 4 heures 6 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 20 heures 9 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 22 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 3 heures 2 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 3 heures 28 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 3 heures 36 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 4 heures 20 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 21 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 9 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Suspense

Rouhani ou pas Rouhani ? Enjeux des élections présidentielles iraniennes du 19 mai 2017

Publié le 10 mai 2017
Le 19 mai prochain les Iraniens se rendront aux urnes pour choisir leur prochain Président de la République. Deux principaux candidats s’affrontent à cette occasion, le Président sortant Hasan Rouhani et Ebrahim Raisi.
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 19 mai prochain les Iraniens se rendront aux urnes pour choisir leur prochain Président de la République. Deux principaux candidats s’affrontent à cette occasion, le Président sortant Hasan Rouhani et Ebrahim Raisi.

Le 19 mai prochain les Iraniens se rendront aux urnes pour choisir leur prochain Président de la République. Deux principaux candidats s’affrontent à cette occasion, le Président sortant Hasan Rouhani et Ebrahim Raisi, un ancien Procureur de la République et l’éphémère Gardien de l’Astan Ghods, le mausolée de l’Imam Reza, 8ème Imam des Chiites et la fondation religieuse la plus riche du monde avec un peu moins de 20 milliards d’Euros d’actifs.

Or, malgré le fait que les deux candidats soient tous deux enturbannés et membres du clergé, ils personnifient deux thèses et deux visions radicalement différentes. L’un, le Président sortant, incarne l’accord nucléaire qui a permis, du moins sur un plan théorique, le retour de l’Iran dans le système financier international et la fin des sanctions internationales liées au nucléaire. Il incarne ainsi l’image d’un Iran plus modéré et pragmatique, en somme une image souriante davantage potable aux yeux de l’occident qui se souvient des huit années tumultueuses d’Ahmadinejad qui a vu le pays relégué au rang de paria à l’instar de la Corée du Nord.

Raisi, en revanche, incarne, l’aile dure du régime. Il a été en fait le Procureur qui a renvoyé en 1988 à l’échafaud des milliers de prisonniers politiques, majoritairement affiliés aux mouvements des Moudjahidin du peuple, allié de Saddam, pendant la guerre Iran-Irak. Ancien élève du Guide Suprême, Ali Khamenei, il est le favori des gardiens de la révolution et de l’appareil sécuritaire du pouvoir de par, justement sa sévérité à l’égard de ceux qui contestent la nature et l’idéologie théocratique du régime. En se présentant aux élections présidentielles à la demande expresse du Guide, il a abandonné la fonction la plus convoitée du pays, celle de gardien de l’Astan Ghods, à la tête de laquelle il avait été nommé à vie.

Les conservateurs, à travers Raisi, ne manqueront pas d’insister sur le peu d’amélioration que la fin des sanctions liées au nucléaire a apporté au pays contrairement aux promesses faites par Rouhani. En effet, l’Iran est loin d’avoir bénéficié des investissements internationaux annoncés par ce dernier au lendemain de l’accord nucléaire. Loin d’être devenu un eldorado, les Iraniens au contraire vivent l‘heure de la douche froide de l’espoir de l’ouverture économique déçu. Rouhani avait survendu les effets bénéfiques de la levée des sanctions et créé inutilement un espoir qui n’a pu qu’être déçu face à l’absence des retombées économiques annoncées. Cet échec étant principalement dû au maintien des sanctions américaines non liées au nucléaire, en place depuis la révolution iranienne et qui continue de traumatiser les banques internationales qui de ce fait n’assurent quasiment aucun financement de projet en Iran. En effet, alors que le PNB a cru de 7,4% au cours de la dernière année fiscale iranienne, le secteur non pétrolier n’a connu qu’une croissance de 0,9% traduisant l’absence de financement de projets. 

Certes, la levée des sanctions a permis à l’Iran d’acheter de nouveaux avions gros porteurs civils dont le pays avait cruellement besoin mais les créations d’emploi annoncées ne se sont pas matérialisées. C’était là le principal engagement de Rouhani. La population iranienne, dont plus de 60% a moins de 40 ans, éduquée et ouverte sur le monde, espérait un changement radical dans son sort économique au quotidien. Elle espérait les investissements étrangers créateurs d’emplois qui, hormis quelques rares exemples, ne sont pas au rendez-vous. Déception économique à laquelle il convient de rajouter une administration américaine nouvellement élue particulièrement hostile à l’Iran n’arrêtant pas de souffler le chaud et le froid sur une situation déjà suffisamment incertaine.

C’est dans ce contexte difficile que les Iraniens vont se rendre aux urnes dans moins d’un mois maintenant. Ce d’autant que la perception globale de la population est que le candidat conservateur bénéficie du soutien de l’ensemble des arcanes du pouvoir et que de la sorte dispose d’une réelle chance d’être élue. Rappelons que ce protégé du Guide prend le même chemin que ce dernier vers la magistrature suprême de la théocratie iranienne, la Présidence avant la mandature du Guide. Il est difficile de croire qu’après avoir entamé une telle carrière, Raisi prenne le chemin peu fréquenté de la quête de la présidence sans avoir obtenue quelques assurances quant à son issue. Surtout que le Guide qui fêtera prochainement ses quatre-vingts ans a désespérément besoin d’un successeur. 

Le discours que le Guide ne cesse de tenir depuis un an vise à glorifier ce qu’il appelle "l’économie de la résistance" soit une économie peu encline aux échanges internationaux qu’appelle de ses vœux le Président sortant. Il a également souhaité que le prochain Président prenne ses distances avec l‘Occident, une allusion directe à la politique de la porte ouverte menée par Rouhani.

Contrairement à 2009, lors de l’élection contestée d’Ahmadinejad, on voit difficilement le peuple déferler dans les rues en faveur d’un Rouhani devenu moins populaire de par la survente des effets positifs de l’accord nucléaire sur l économie iranienne. Surtout que le Guide a clairement indiqué dernièrement qu’il ne tolèrera aucune contestation des résultats et que tout contestataire le trouvera sur son chemin.

Rouhani ne vivrait-il pas ses derniers jours à la Présidence iranienne?

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires