En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 5 min 5 sec
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 21 min 40 sec
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 52 min 15 sec
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 1 heure 10 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 1 heure 23 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 3 heures 6 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 3 heures 32 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 10 min 42 sec
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 44 min 22 sec
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 1 heure 5 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 2 heures 59 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 3 heures 6 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 15 heures 31 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 17 heures 56 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 19 heures 9 min
© jody amiet / AFP
© jody amiet / AFP
Démocratie

Quand la crise guyanaise nous rappelle que la démocratie se joue aussi dans les comportements individuels

Publié le 07 mai 2017
Le fait est entendu : la démocratie, partout en Occident, est malade. Des deux cotés de l’Atlantique, les pays qui ont fait le choix de ce système politique sont aux prises avec des difficultés profondes.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le fait est entendu : la démocratie, partout en Occident, est malade. Des deux cotés de l’Atlantique, les pays qui ont fait le choix de ce système politique sont aux prises avec des difficultés profondes.

Les pays émergents, hier persuadés que leur développement économique et social passait par l’adoption de la démocratie, envisagent désormais fièrement d’autres voies de développement, plus conformes à leur conception traditionnelle de la Cité, et regardent ce système politique avec une condescendance de plus en plus en manifeste. 

Disons-le tout net : la critique de la démocratie n’a rien de nouveau. Les Grecs anciens, inventeurs du concept, ont très tôt compris que la démocratie avait son jumeau noir, la démagogie. En France, le décalage entre pays réel et pays légal est un fil rouge de notre histoire politique depuis 1789. Et l’exclamation de Winston Churchill, selon laquelle la démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres, reste valide. 

Est-ce à dire alors qu’il faille renoncer à débattre de notre système démocratique ? C’est le contraire qui est vrai. Dans ce cadre, il nous semble que notre démocratie doit s’interroger sur trois éléments fondamentaux.

D’abord, les Institutions. Alors que la France a depuis 1789 essayé à peu près toutes les formes institutionnelles, sans jamais trouver celle qui lui convient, chacun comprend bien que la V em République est aujourd’hui à bout de souffle. Or, paradoxalement, rarement la réflexion sur les Institutions a été aussi pauvre. Il est donc urgent de reposer la question de nos Institutions, comme le Comité Vedel avait su le faire au milieu des années 1990.

Ensuite, la vie politique elle-même. La crise de notre vie politique est profonde, et ressentie comme telle par les citoyens. Cette crise concerne tous les acteurs. Les partis politiques d’abord, qui sont devenus des coquilles vides d’idées, en crise profonde, alors même que leur rôle, inscrit à l’article 4 de la Constitution, est tout à fait fondamental. La presse, ensuite, dont le rôle est éminent pour éclairer le citoyen dans ses choix, et qui par son amateurisme et son sensationnalisme croissants est atteinte par le même discrédit que le personnel politique aux yeux de citoyens exaspérés. Internet, enfin, que certains ont vus comme l’auxiliaire naturel de la démocratie, mais qui s’est aussi avéré à bien des égards le lieu de l’instantanéité, de la brutalité, et parfois du mensonge (fake news). C’est peu dire que ces trois acteurs de la démocratie doivent procéder à un sérieux aggiornamento.

Pourtant, les meilleures institutions et une vie politique apaisée ne sont rien si l’impasse est faite sur l’essentiel : l’attitude des citoyens eux-mêmes. Pour paraphraser Baruch Spinoza, lequel soulignait que "la paix n'est pas l'absence de guerre, mais une vertu qui naît de la force de l'âme", la démocratie et la république puisent avant tout leurs racines dans les comportements individuels. Sans citoyens responsables, il n’est pas de démocratie solide, de République digne de ce nom. A cet égard, il nous semble que notre démocratie, dirigée par la gauche ou par la droite de gouvernement, a montré trop de mansuétude à l’égard de comportements individuels si inacceptables que les tolérer ronge jusqu’au cœur de notre système politique. Si les exemples ne manquent pas (ainsi le feuilleton vaudevillesque de la SNCM, qui s’est terminé par l’intervention du GIGN pour prendre d’assaut un bateau en pleine mer ; l’affaire des chemises arrachées chez Air France etc.), la situation actuelle qui se développe en Guyane est tristement emblématique des effets délétères qui résultent de la prise en otage d’une population par une minorité. Alors que la tension s’était considérablement réduite après l’accord du 21 avril – lequel a prévu le versement d’une aide de quelques 3 milliards d’euros en particulier pour combler le retard du territoire en termes d’infrastructures - le conflit s’est à nouveau fortement durcit, sous l’action d’une minorité d’ultras extrêmement violents. Et c’est désormais une part importante de la population de Guyane qui se trouve prise en otage, puisqu’en raison de l’action irresponsable de certains, jusqu’à 40% des guyanais pâtissent ces jours-ci de coupures d’électricité sauvages. Sans parler des attaques ad hominem au cocktail Molotov.

Au total, c’est bien d’une réflexion globale dont notre démocratie malade a besoin. Cette réflexion doit aussi placer en son cœur le citoyen lui même, et ne jamais omettre des principes simples : savoir faire prévaloir l’intérêt général sur celui de la minorité ; se souvenir que le contrat républicain confère au citoyen des droits, mais aussi des devoirs.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 07/05/2017 - 13:49
Avec un peu de courage
cette longue vidéo vous apprendra peyt-etre quelque chose. «L'État et les banques, les dessous d'un hold-up historique»
https://www.youtube.com/embed/TLjq25_ayWM?rel=0