En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Brexit, 2ème effet Kiss pas kool
Effondrement total du UKIP aux élections locales au Royaume-Uni : un avertissement pour le FN ?
Publié le 12 mai 2017
Le parti europhobe UKIP a subi une défaite cinglante lors des élections locales qui se tenaient en Angleterre, Ecosse et Pays de Galles ce jeudi. Maintenant que le Brexit a été voté, les électeurs britanniques semble accorder leur confiance à un parti classique de gouvernement. Une leçon pour le Front national ?
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti europhobe UKIP a subi une défaite cinglante lors des élections locales qui se tenaient en Angleterre, Ecosse et Pays de Galles ce jeudi. Maintenant que le Brexit a été voté, les électeurs britanniques semble accorder leur confiance à un parti classique de gouvernement. Une leçon pour le Front national ?

Atlantico : Les élections locales qui se tenaient en Angleterre, Ecosse et Pays de Galles de ce jeudi 4 mai ont marqué un effondrement du parti UKIP, passant de 41 à 1 siège lors de dépouillements provisoires dans la journée du 5 mai. Quelles sont les causes de cet échec du UKIP, soit son plus mauvais score depuis 2012 ?

Bruno Bernard : UKIP est l’acronyme de « United Kingdom Independence Party » dont la seule véritable raison d’exister était le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne. Avec la victoire des partisans du camp « Leave » le 23 juin 2016, UKIP, parti « monothème »,a perdu son sens aux yeux des électeurs britanniques qui, pour la plupart étaient des anciens électeurs conservateurs. Ceux-ci retournent donc logiquement vers leur parti d’origine, les Tories, responsables de la direction des négociations de sortie du Royaume.

C’est un mouvement logique, le vote UKIP fut « le bélier » qui permis d’enfoncer la porte de la sortie de l’Union européenne, désormais cet électorat fait confiance à un parti de gouvernement pour tenir le château et le remettre en ordre. 

Quelles sont les leçons de cet échec électoral pour la France ? Peut on faire un lien entre la situation actuelle du UKIP et le Front national ? En quoi le cas exceptionnel du Brexit marque t il cependant une différence entre les deux pays ? 

UKIP et le Front National ne sont jamais entendus au Parlement européen, c’est d’ailleurs uniquement grâce à l’apport d’une député FN en rupture avec celui-ci que le parti britannique a pu créer son groupe parlementaire « Europe de la liberté et de la démocratie ».

UKIP s’effondre électoralement car politiquement ce parti n’a plus de sens et ne parvient pas à se renouveler suite à sa victoire idéologique lors du Brexit et du départ de son chef charismatique Nigel Farage.

A la différence, le FN est sur une pente ascendante quoi que l’on pense du résultat de Marine Le Pen au premier tour, de son débat d’entre deux tours et de sa très probable défaite contre Emmanuel Macron.

Depuis maintenant 5 ans le FN s’implante dans la vie politique quotidienne de  la France avec des élus locaux, des parlementaires, des militants et si la marche présidentielle était encore trop haute pour Marine Le Pen, on voit bien que son accession au second tour n’a pas déclenché la mobilisation que son père dût affronter en 2002. Ajoutez à cela que Marion Maréchal Le Pen semble tout à fait en mesure de prendre la suite de sa tante alors qu’elle a moins de 30 ans et vous aurez compris que si la vie politique française continue à n’opposer que « barrages » et bons sentiments à la colère des gens, l’accession au pouvoir du FN ne sera qu’une question de temps. Toutefois, avant cela, ce parti va devoir faire se professionnaliser et faire un travail doctrinal en profondeur pour parvenir à une position cohérentesur l’Euro et de l’Union européenne.Son flottement idéologique en la matière fut remarquable et remarqué pendant cette campagne. Ce travail sera également nécessaire en matière économique car même la colère s’arrête face à un pouvoir d’achat menacé et des impôts en augmentation.

Cette élection a pu marquer une large victoire des Tories, renforçant ainsi la position de Theresa May. Comment interpréter un tel résultat à la veille des élections générales, la droite britannique est elle en passe de retrouver une position aussi dominatrice que celle qu'elle a pu connaître sous l'ère Thatcher ?

Depuis l’accession au pouvoir de Theresa May le Parti conservateur bénéficie d’un alignement des planètes inespéré. Le Brexit a rendu UKIP, sa plus grande menace électorale jusque-là, inutile ; son adversaire historique a un leader dont les candidats Labour, eux-mêmes, ne souhaitent pas prononcer le nom lorsqu’ils passent dans les médias et les Libéraux Démocrates ne se sont toujours pas remis de leur passage au gouvernement dans la coalition avec les conservateurs. Rarement un parti politique et son chef n’ont bénéficié d’autant d’éléments favorables à la veille d’une élection aussi importante que celle du 8 juin prochain.

La seule chose qui mitige cette situation en apparence idyllique sont les négociations du Brexit ou plutôt leur absence qui installent une incertitude très pesante sur ce pays. Il est évident que si Mme May obtient une large victoire le 8 juin, elle aura un mandat clair et fort pour mener à bien les discussions avec Bruxelles et les 26 autres États mais elle n’aura pas mandat pour jouer avec les nerfs des Britanniques mis à rude épreuve depuis le résultat du référendum. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 06/05/2017 - 16:33
HA, ha , ha , ha ...
certains n'ont peurs de rien et il suffit de les lires pour se tordre de rire.
Leucate
- 06/05/2017 - 15:48
Mission accomplie
La mission que s'était fixée l'UKIP était la sortie du Royaume Uni de l'UE. Elle s'est réalisée et donc l'UKIP n'a plus de raison d'être.
La mission que s'est donnée le FN est le redressement de la France, ruinée moralement et économiquement par trente six ans de mauvaise gouvernance et menacée comme Nation souveraine dans son existence même. Elle est loin d'être accomplie, surtout si l'Anti-France gouverne encore cinq ans de plus. Il n'est pas sur que cela soit rattrapable en douceur..