En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 44 min 53 sec
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 3 heures 18 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 4 heures 18 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 8 heures 28 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 11 heures 46 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 12 heures 16 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 1 heure 12 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 3 heures 47 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 4 heures 54 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 6 heures 12 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 8 heures 41 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 10 heures 7 sec
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 11 heures 33 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 12 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Pourquoi la dette ne disparaît pas... mais se transmet seulement

Publié le 07 mai 2017
Nos dirigeants ont-ils tiré les leçons de la crise financière mondiale de 2008 ? Une telle catastrophe peut-elle se reproduire ? De toute part, on se veut rassurant : les banques seraient mieux encadrées, plus solides… Et pourtant, moins de dix ans après le krach, la dette mondiale a été multipliée par quatre ! Dans cet ouvrage détonnant, Lord Adair Turner livre un verdict implacable. Extrait de "Reprendre le contrôle de la dette" de Lord Adair Turner, aux Editions de l'Atelier (2/2).
Lord Adair Turner est un professionnel des marchés financiers à l’autorité mondiale incontestée, et un économiste de premier plan.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adair Turner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lord Adair Turner est un professionnel des marchés financiers à l’autorité mondiale incontestée, et un économiste de premier plan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos dirigeants ont-ils tiré les leçons de la crise financière mondiale de 2008 ? Une telle catastrophe peut-elle se reproduire ? De toute part, on se veut rassurant : les banques seraient mieux encadrées, plus solides… Et pourtant, moins de dix ans après le krach, la dette mondiale a été multipliée par quatre ! Dans cet ouvrage détonnant, Lord Adair Turner livre un verdict implacable. Extrait de "Reprendre le contrôle de la dette" de Lord Adair Turner, aux Editions de l'Atelier (2/2).

Entre 1990 et 2010, la dette des entreprises japonaises s’est réduite de 139 à 103 % du PIB : les entreprises japonaises se sont désendettées. Mais la dette brute du gouvernement japonais a augmenté, passant de 67 à 215 % du PIB. Et la hausse de la dette publique a été une conséquence directe du désendettement des entreprises. Celles-ci ont réduit leurs investissements, et l’économie est entrée en récession, de sorte que les déficits gouvernementaux ont augmenté à mesure que les recettes fiscales baissaient et que les dépenses sociales grimpaient.

Ces déficits publics ont joué un rôle utile en compensant l’impact déflationniste du désendettement du secteur prive : si le gouvernement japonais avait choisi de maintenir l'équilibre du budget public face au désendettement des entreprises, le Japon aurait sans doute souffert non pas simplement de deux décennies de croissance ralentie, mais d’une dépression massive. Pourtant, les déficits publics laissent une question ouverte : que faire du stock de dette publique qui s’accumule ? L’endettement n’a pas disparu ; il s’est seulement déplacé du secteur privé vers le secteur public.

Cette situation s’est reproduite dans de nombreux pays après la crise de 2007- 2008 (schéma 5.1). Aux Etats-Unis, la dette privée rapportée au PIB a baissé de 12 %, passant de 192 % en 2008 a` 180 % en 2013, avec un désendettement immobilier important de la part des me´nages, mais la dette publique a augmente dans le même temps, grimpant de 72 a` 103 %. En Espagne, la dette prive´e, après avoir connu une brusque hausse avant 2008, est redescendue de 215 à 187 % du PIB, mais la dette publique est passe´e de 39 % du PIB en 2008 a` 92 % en 2013 14. Le schéma 5.2 montre la tendance globale pour l’ensemble des e´économies avance´es : depuis 2009, la dette des me´nages a baisse´ en pourcentage du PIB, la dette des entreprises est stationnaire, mais la dette publique a connu une hausse spectaculaire. La dette totale de l’économie réelle (en excluant la dette interne au système financier) continue à augmenter.

L’augmentation de l’endettement public a attiré l’attention sur la dépense publique : elle semble indiquer que les problèmes actuels trouvent leur origine dans la prodigalité des gouvernements. C’était le cas dans certains pays, en particulier en Grèce. Des dépenses publiques trop importantes en regard des recettes fiscales ont joué un rôle clé dans les difficultés. Et toutes les économies avancées sont confrontées à des pressions à long terme sur les finances publiques, qui nécessitent d’être pilotées avec soin. Mais dans la plupart des pays, si la dette publique a augmente´ rapidement depuis la crise, c’est pour une simple raison : la création excessive de crédit a entrainé une crise et une récession post-crise.

De plus, dans presque tous les pays, c’est la récession post-crise qui a fait des ravages dans les finances publiques, et non le cout direct du sauvetage du système bancaire. En Grande-Bretagne, le cout total net du renflouement des banques – en comptant les injections de capitaux, les garanties et l’apport en liquidité´s des banques centrales – s’est élevé à environ 1,3 % du PIB , mais la dette publique est passe´e de 44 % du PIB en 2007 a` 92 % en 2013 17. Aux Etats-Unis, le cout total du sauvetage du système bancaire a été négatif : les autorités ont réalisé un bénéfice, mais la dette fédérale est passée de 76 % à 103 % du PIB. C’est seulement en Irlande et en Grèce que le cout direct du renflouement des banques explique une grande partie de la hausse de la dette publique. Ailleurs, la quasi-totalite´ de la hausse de la dette publique s’explique par le fait que la croissance excessive de l’endettement prive´ avant la crise a entrainé un surendettement, puis un désendettement du secteur prive´, et finalement une profonde récession. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
dette, pays, crise, Economie
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 07/05/2017 - 21:46
Il est évident que la première préoccupation de Mitron
serait d'assurer sa transmission en héritage.
Michèle Plahiers
- 07/05/2017 - 14:35
La Fameuse dette...
Expliquez-moi pourquoi ceux qui ont la plus GRANDE DETTE envers les européens, s'en tirent le mieux: BILBERBERG? Là, les bières coulent à flot, de même que les chants nazis.http://www.lalibre.be/actu/international/l-allemagne-inspecte-toutes-ses-casernes-militaires-a-la-recherche-de-symboles-nazis-590ed3c2cd70022542ad2722