En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 14 min 8 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 2 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 8 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 13 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 6 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 30 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 10 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 34 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 8 heures 42 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 8 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 48 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 24 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 53 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 20 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 3 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Pourquoi la dette ne disparaît pas... mais se transmet seulement

Publié le 07 mai 2017
Nos dirigeants ont-ils tiré les leçons de la crise financière mondiale de 2008 ? Une telle catastrophe peut-elle se reproduire ? De toute part, on se veut rassurant : les banques seraient mieux encadrées, plus solides… Et pourtant, moins de dix ans après le krach, la dette mondiale a été multipliée par quatre ! Dans cet ouvrage détonnant, Lord Adair Turner livre un verdict implacable. Extrait de "Reprendre le contrôle de la dette" de Lord Adair Turner, aux Editions de l'Atelier (2/2).
Adair Turner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lord Adair Turner est un professionnel des marchés financiers à l’autorité mondiale incontestée, et un économiste de premier plan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos dirigeants ont-ils tiré les leçons de la crise financière mondiale de 2008 ? Une telle catastrophe peut-elle se reproduire ? De toute part, on se veut rassurant : les banques seraient mieux encadrées, plus solides… Et pourtant, moins de dix ans après le krach, la dette mondiale a été multipliée par quatre ! Dans cet ouvrage détonnant, Lord Adair Turner livre un verdict implacable. Extrait de "Reprendre le contrôle de la dette" de Lord Adair Turner, aux Editions de l'Atelier (2/2).

Entre 1990 et 2010, la dette des entreprises japonaises s’est réduite de 139 à 103 % du PIB : les entreprises japonaises se sont désendettées. Mais la dette brute du gouvernement japonais a augmenté, passant de 67 à 215 % du PIB. Et la hausse de la dette publique a été une conséquence directe du désendettement des entreprises. Celles-ci ont réduit leurs investissements, et l’économie est entrée en récession, de sorte que les déficits gouvernementaux ont augmenté à mesure que les recettes fiscales baissaient et que les dépenses sociales grimpaient.

Ces déficits publics ont joué un rôle utile en compensant l’impact déflationniste du désendettement du secteur prive : si le gouvernement japonais avait choisi de maintenir l'équilibre du budget public face au désendettement des entreprises, le Japon aurait sans doute souffert non pas simplement de deux décennies de croissance ralentie, mais d’une dépression massive. Pourtant, les déficits publics laissent une question ouverte : que faire du stock de dette publique qui s’accumule ? L’endettement n’a pas disparu ; il s’est seulement déplacé du secteur privé vers le secteur public.

Cette situation s’est reproduite dans de nombreux pays après la crise de 2007- 2008 (schéma 5.1). Aux Etats-Unis, la dette privée rapportée au PIB a baissé de 12 %, passant de 192 % en 2008 a` 180 % en 2013, avec un désendettement immobilier important de la part des me´nages, mais la dette publique a augmente dans le même temps, grimpant de 72 a` 103 %. En Espagne, la dette prive´e, après avoir connu une brusque hausse avant 2008, est redescendue de 215 à 187 % du PIB, mais la dette publique est passe´e de 39 % du PIB en 2008 a` 92 % en 2013 14. Le schéma 5.2 montre la tendance globale pour l’ensemble des e´économies avance´es : depuis 2009, la dette des me´nages a baisse´ en pourcentage du PIB, la dette des entreprises est stationnaire, mais la dette publique a connu une hausse spectaculaire. La dette totale de l’économie réelle (en excluant la dette interne au système financier) continue à augmenter.

L’augmentation de l’endettement public a attiré l’attention sur la dépense publique : elle semble indiquer que les problèmes actuels trouvent leur origine dans la prodigalité des gouvernements. C’était le cas dans certains pays, en particulier en Grèce. Des dépenses publiques trop importantes en regard des recettes fiscales ont joué un rôle clé dans les difficultés. Et toutes les économies avancées sont confrontées à des pressions à long terme sur les finances publiques, qui nécessitent d’être pilotées avec soin. Mais dans la plupart des pays, si la dette publique a augmente´ rapidement depuis la crise, c’est pour une simple raison : la création excessive de crédit a entrainé une crise et une récession post-crise.

De plus, dans presque tous les pays, c’est la récession post-crise qui a fait des ravages dans les finances publiques, et non le cout direct du sauvetage du système bancaire. En Grande-Bretagne, le cout total net du renflouement des banques – en comptant les injections de capitaux, les garanties et l’apport en liquidité´s des banques centrales – s’est élevé à environ 1,3 % du PIB , mais la dette publique est passe´e de 44 % du PIB en 2007 a` 92 % en 2013 17. Aux Etats-Unis, le cout total du sauvetage du système bancaire a été négatif : les autorités ont réalisé un bénéfice, mais la dette fédérale est passée de 76 % à 103 % du PIB. C’est seulement en Irlande et en Grèce que le cout direct du renflouement des banques explique une grande partie de la hausse de la dette publique. Ailleurs, la quasi-totalite´ de la hausse de la dette publique s’explique par le fait que la croissance excessive de l’endettement prive´ avant la crise a entrainé un surendettement, puis un désendettement du secteur prive´, et finalement une profonde récession. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
dette, pays, crise, Economie
Thématiques :
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 07/05/2017 - 21:46
Il est évident que la première préoccupation de Mitron
serait d'assurer sa transmission en héritage.
Michèle Plahiers
- 07/05/2017 - 14:35
La Fameuse dette...
Expliquez-moi pourquoi ceux qui ont la plus GRANDE DETTE envers les européens, s'en tirent le mieux: BILBERBERG? Là, les bières coulent à flot, de même que les chants nazis.http://www.lalibre.be/actu/international/l-allemagne-inspecte-toutes-ses-casernes-militaires-a-la-recherche-de-symboles-nazis-590ed3c2cd70022542ad2722