En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Reuters
Quand je compare, je me rassure

La situation de la France vous angoisse ? C'est bien pire en Italie aussi bien économiquement que politiquement

Publié le 05 mai 2017
Les instances européennes s'inquiètent à juste titre de l'élection présidentielle en France. Pourtant, les regards inquiets feraient mieux de se porter vers l'Italie.
Xavier Timbeau est directeur du département "Analyse et prévision" à l'Ofce.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Timbeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Timbeau est directeur du département "Analyse et prévision" à l'Ofce.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les instances européennes s'inquiètent à juste titre de l'élection présidentielle en France. Pourtant, les regards inquiets feraient mieux de se porter vers l'Italie.

Si les instances européennes s'inquiètent légitimement du résultat de l'élection présidentielle française, en quoi la situation économique, mais également politique de l'Italie pourrait elle s'avérer être encore plus alarmante ? D'une croissance du PIB par habitant stagnante depuis 20 ans, en passant par une crise bancaire, à un chômage de masse qui persiste dans le pays, et un M5S qu i parvient à se maintenir, en quoi l'Italie pourrait elle être le véritable danger pour l'Europe ?

Xavier Timbeau : La situation économique de l'Italie est préoccupante depuis plus de vingt ans. Là où les pays européens craignent la faible croissance, l'Italie s'est enlisée dans une stagnation voire une baisse de la production. C'est vrai par tête et cela conduit à une baisse de la productivité très inquiétante et durable. La dette italienne est également élevée et son marché du travail est un des plus dégradé d'Europe. Le taux de chômage est de 11,7% de la population active, nettement au dessus de la zone euro. Et il faudrait parler de la situation des banques, dont les créances douteuses affolent tous les régulateurs. En fait, lorsqu'on entend des diagnostics désespérés sur la France, on se dit que l'Italie aurait du disparaître de la carte depuis longtemps !

Politiquement, l'Italie est paralysée. La réforme de Renzi pour échapper à la malédiction de la double proportionnelle intégrale a échoué et, bien que son succès récent le conforte dans le parti démocrate, des élections législatives anticipées auraient peu de chance de produire une majorité et sortir de l'impasse. Dans ce contexte, le gouvernement actuel de Gentiloni arrive à gérer les dossiers délicats (en particulier celui de la banque Monte dei Paschi di Siena). Quelques autres promettent d'alourdir son mandat comme la faillite d'Alitalia. Mais ce qui est préoccupant, c'est que sans majorité claire, renvoyé à la gestion des affaires courantes et sous l'injonction de la Commission d'entreprendre une consolidation budgétaire ou des réformes structurelles, la situation va vers le pourrissement et peut alimenter un sentiment anti européen populiste. 

C'est cela le risque principal en Italie : l'organisation d'un référendum sur l'appartenance à l'UE ou à l'euro et la décision d'un italxit qui pourrait être le coup fatal à l'Europe. Il n'est pas venu de Grèce, d'Espagne, des Pays Bas ou de France et il pourrait émerger en Italie.Les Italiens partagent avec les Français d'être peu confiants dans les institutions européennes et d'avoir une opinion qui se dégrade. la combinaison d'une fatigue institutionnelle et d'une insatisfaction vis à vis de l'Europe peut être un coktail détonnant.

Quelles sont les priorités, aussi bien pour le gouvernement italien, que pour les instances européennes, pour parvenir à une stabilisation et à une amélioration de la situation ? 

La première des priorités est de sortir de l'impasse politique. Renzi fait tout dans ce sens et il n'a clairement pas déposé les armes. Le succès de Macron pourrait lui donner un peu de dynamique en Italie. En s'appuyant sur cette dynamique, en capitalisant sur une nouvelle coalition en Allemagne et en trouvant un allié en France, Renzi pourrait essayer de transformer son eurosepticisme soft en une volonté réformatrice de l'Europe. A supposer que cela produise un résultat (en bougeant les institutions européennes, même à la marge), Renzi pourrait réattirer sur le parti démocrate les électeurs perdus dans les partis nationalistes ou au mouvement 5 étoiles. C'est pour l'Italie la clef pour sortir de l'ambiance délétère où prospère le populisme par déception et essayant de rebâtir un centre progressiste. 

A partir de là, essayer de rebâtir un Etat italien, efficace et légitime, moderniser l'économie, mettre fin à la dérive de l'économie parallèle, investir à nouveau dans les champs de l'éducation, des infrastructures ou du développement des territoires sont probablement les principaux points à inscrire sur l'agenda.

Les institutions européennes n'ont pas véritablement brillé par leur réactivité au cours des dernières années, ce qui a pu être révélé par les multiples réunions de la dernière chance autour de la question grecque. En quoi le cas italien peut il être différent, en quoi la taille de l'Italie change t elle la donne ?

La crise italienne est une triple crise politique, sociale et économique d'une profondeur sans égal en Europe. Mais ce n'est pas une crise aiguë. C'est ce qui lui a permis de gangrener la situation depuis plus de vingt ans. Le problème n'est pas de trouver un accord sur un plan d'aide au petit jour. L'Italie n'est pas face à une crise de liquidité. La question est de remettre en ordre de marche (ne cherchez aucune référence à personne) une social démocratie durement éprouvée par la globalisation, la crise financière et les évolutions massives de l'économie mondiale. L'Europe n'a pas été le catalyseur de ce changement, contrairement à ce qu’espèrent encore quelques irréductibles technocrates. Mais l'Europe pourrait être le bouc émissaire avant la décomposition totale.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

05.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

07.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/05/2017 - 23:14
@BOCE64 C'est la même chose!
Les socialistes et allemands qui ont conçu l'Euro, ont donné à la BCE la seule consigne de juguler l'inflation. La FED, elle, a un objectif de croissance dans ses statuts. Et même si le dollar avait été conçu aussi bêtement que l'Euro, les américains sont suffisamment pragmatiques pour savoir réparer rapidement une erreur d'aiguillage...les copains de Macron, non! Et ça fait 17 ans que dure cette erreur d'aiguillage europeiste...vous avez dit "pragmatique", Macron? Je dirais plutôt: "dogmatique"!
BOCE64
- 06/05/2017 - 20:10
euros
c'est pas l'euros le responsable, ce sont les gouvernances !
vangog
- 06/05/2017 - 10:50
Et les causes de cette décomposition régulière?
C'est extraordinaire comme les analystes font des constats de décomposition de l'Europe sudiste (car on peut élargir le constant à tous les pays sudistes, avec des variantes...) depuis l'Euro, sans aborder la question des causes? Cet article n'évoquent rien d'autre que la double proportionnelle intégrale, il en ressort, pour les lecteurs rapides, que c'est la cause principale du délitement de l'Italie...Mais d'autres pays sont dans la même configuration de dettes pourries, et sont menacés par les lois europeistes d'être ponctionnes sur leurs comptes bancaires et assurances-vie pour renflouer les banquiers. Alors?...toujours la double proportionnelle intégrale? On continue à faire l'autruche vis à vis de l'Euro? Ou on sort la tête de l'enfumage généralisé?...