En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© AFP
Duel à distance
Macron-Le Pen, le choc des meetings. A chacun son référendum : anti fascisme pour lui, anti-finance pour elle
Publié le 02 mai 2017
Marine Le Pen à Villepinte, Emmanuel Macron à la Villette : les deux finalistes de la présidentielle ont chacun tenu leur dernier grand meeting avant le deuxième tour, (avant de s'affronter à nouveau par journal télévisé interposé dans la soirée), rodant leurs argumentaires et angles d'attaques pour le débat télévisé de mercredi qui s'annonce âpre et tendu.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Le Pen à Villepinte, Emmanuel Macron à la Villette : les deux finalistes de la présidentielle ont chacun tenu leur dernier grand meeting avant le deuxième tour, (avant de s'affronter à nouveau par journal télévisé interposé dans la soirée), rodant leurs argumentaires et angles d'attaques pour le débat télévisé de mercredi qui s'annonce âpre et tendu.

Alors que la semaine dernière Marine Le Pen avait donné le tempo de la campagne, et semblait portée par une dynamique, grâce son "coup de com" chez les ouvriers de Whirlpool à Amiens, et avec le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan, Emmanuel Macron a montré hier qu'il savait faire de la politique. Se posant en "combattant contre l'obscurantisme et le mensonge, pour la République et pour la démocratie libre" qui fait plus que de défendre un projet politique", il s'est adressé à "ceux qui me soutiennent et qui demain, combattront mon projet, je le sais mais je le respecte". Il a non seulement rendu les coups en qualifiant la candidate du FN de candidate de "l'anti-France" (" Avec Marine le Pen, ce serait l'effondrement inéluctable de ce qui a fait la France"), il a aussi envoyé une série de messages à différentes catégories d'électeurs, promettant aux écologistes de poursuivre l'oeuvre de transition énergétique entreprise par Ségolène Royal, (assise au premier rang). Aux électeurs de droite dont il sollicite les suffrages le 7 mai prochain, il a ainsi promis de poursuivre l'oeuvre de Jean Yves Le Drian "en menant le combat contre le terrorisme à l'extérieur mais aussi à l'intérieur de nos frontières, annonçant une tolérance zéro pour les associations qui véhiculeraient des thèses extrémistes, et faisant applaudir les CRS (dont plusieurs ont été blessés lors des manifestations du premier mai). Et le candidat qui a marqué une certaine ouverture sur la PMA (procréation médicalement assistée ), a clairement affirmé son opposition à la GPA, levant ainsi les ambiguités à ce sujet. En revanche, s'il se dit prêt à reconsidérer les traités de libre échange conclus avec le Canada (CETA), un des chevaux de bataille des anti-mondialistes, Emmanuel Macron, s'est refusé à toute concession à Jean-Luc Mélenchon qui réclamait un geste sur la loi Travail, "car elle fait ses preuves." Hier les personnalités ralliées à Emmanuel Macron qui revendique le "renouvellement de la vie politique", étaient au premier rang de son meeting. On notait de nombreuses personnalités de gauche et du centre, mais pas de poids lourd de droite, même si une partie des Républicains (le dernier en date étant Edouard Philippe, le maire du Havre) appelle ouvertement à voter Macron.

La refondation de la vie politique, et les relations sociales seront au menu du débat de l'entre deux tours, tout comme la sortie de l'Euro dont Marine Le Pen a déclaré que ce n'est plus un préalable à son élection. La candidate du FN a fait cette annonce à la faveur du ralliement de Nicolas Dupont-Aignan ; elle cherche elle aussi à rassurer ceux (notamment les retraités) qu'une telle perspective effraie, à cause du risque de dévaluation du franc. La décision a été si rapide que les porte paroles du FN n'ont pas eu le temps d'accorder leurs violons depuis que la candidate avait décidé d'accorder le sien avec celui de son potentiel premier ministre, Nicolas Dupont-Aignan. Marine Le Pen prône maintenant l'instauration d'une double monnaie, mais plutot que de se lancer dans des explications techniques, elle a préféré demander à ses électeurs de "faire barrage à la finance, à l'arrogance, à l'argent roi". Faisant référence au discours que François Hollande avait prononcé au Bourget il y a cinq ans la candidate du FN a lancé: " L’adversaire du peuple français, c’est toujours le monde de la finance, et cette fois il a un nom, il a un visage, il a un parti, il présente sa candidature, il s’appelle Emmanuel Macron"... avant d'ajouter "Monsieur Macron a adopté pour slogan 'Ensemble, la France'. Il eut été plus franc de dire "Ensemble, la finance". Le message de Marine Le Pen va être quelque peu brouillé car on a découvert que la candidate a emprunté un pan entier d'un discours de François Fillon, dans lequel le candidat parlait des frontières géographiques de la France. Emprunt assumé, d'après Florian Philippot... Pas sûr qu'il soit apprécié du coté de LR. Quant à Nicolas Dupont-Aignan qui porte le gaullisme en bandoulière, il n'a pu que se sentir visé par le communiqué publié par Yves de Gaulle, un des petits fils du Général qui déclare que "Le gaullisme n’est ni un parti, ni un front... Dans cette campagne électorale où bien peu de l’essentiel a été abordé, que ceux qui se rallient ou défendent le côté obscur de la France aient le courage d’assumer sans se cacher. Surtout pas derrière l’excuse d’un prétendu gaullisme ! Tout ne peut pas se dire ! Honte à ceux qui oublient, ou pire, dévoient le message de ce qui fut notre honneur !" 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a débuté
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Djib
- 03/05/2017 - 08:07
Madame, vous ne posez pas la bonne alternative,
mais faut-il s'en étonner? Si l'on considère que l'économique prime tout et que le reste en découle et doit être encouragé ou à tout le moins subi (immigration non régulée, multiculturalisme, accomodements "raisonnables" avec l'Islam,dilution des nations, émergence d'un individualisme consumériste et mondialisé), il faut effectivement voter Macron. Si on pense que le multiculturalisme, nourri par l'invasion islamique, sera la guerre au XXIème siècle, comme le nationalisme l'a été au XXème siècle, alors il faut voter Lepen, car c'est notre dernière chance.
Anouman
- 02/05/2017 - 20:41
Anti-fascisme
On voit bien sa filiation avec Hollande qui n'a que ce mot à la bouche. A croire qu'il en rêve la nuit.
von straffenberg
- 02/05/2017 - 19:43
Billet d'humeur d'un républicain en colére
Je suis républicain et je suis consterné le mot est faible par le soutien sans limite et la manipulation des médias pour faire élire Macron ; Notre jeune minet quant a lui y vas fort : obscénité du FN , DPA serait pétainiste !!!!!!;;Nous avons quitté la République pour les rives glauque de la pensée unique .La moitié des Français environ serait donc des fascistes !!!!!! si l'on applique la loi macronienne ;
Que font la droite et la gauche ou il doit rester quelques têtes bien faite EH bien RIEN NADA Que Dalle On s'extasie devant le minet et on bouffe du Le Pen ....Pauvre France