En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
C’est le premier pas qui coûte

Des conséquences du soutien de Nicolas Dupont Aignan à Marine Le Pen : suicide politique ou ébauche d’une nouvelle union des droites ?

Publié le 05 mai 2017
Nicolas Dupont-Aignan a annoncé ce vendredi soir qu'il se ralliait à Marine Le Pen, avec qui il a "signé un accord de gouvernement". Les conséquences d'un tel soutien peuvent être multiples.
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Dupont-Aignan a annoncé ce vendredi soir qu'il se ralliait à Marine Le Pen, avec qui il a "signé un accord de gouvernement". Les conséquences d'un tel soutien peuvent être multiples.

Atlantico : Comment envisager les effets du soutien apporté par Nicolas Dupont Aignan à Marine Le Pen ? Le président de Debout la France est il voué à une disparition politique, comme cela a pu arriver à ceux qui ont pu rallier le Front national par le passé, ou faut il y voir le départ d'un mouvement "tectonique" d'élus de la droite vers le parti de Marine Le Pen ?

Jean-Phillipe Moinet : La candidate du parti d'extrême droite va bien sûr chercher à exploiter médiatiquement ce ralliement personnel de Dupont-Aignan, qui a provoqué, dans le même temps, une cascade de démissions à la tête et au sein de Debout la France. Dominique Jamet, vice-President de ce parti ou Eric Anceau, membre du conseil national - et ils sont et seront suivis par bien d'autres qui n'acceptent pas cette armistice de la honte -, ont immédiatement décidé de quitter un parti et un homme dont ils considèrent qu'il a trahi la ligne d'indépendance, une ligne qui établissait une nette distinction vis-à-vis du FN, précisément sur les valeurs humanistes et l'attachement aux principes de la République. 

Les électeurs de Dupont-Aignan seront aussi très divisés, et la survie de ce qui devient un satellite réduit du FN est en jeu. Quel sera sa ligne de distinction ? Dupont-Aignan a négocié sans doute des accords pour quelques circonscriptions et le remboursement de ses frais de campagne. Mais l'extrémisme absorbe et détruit ceux qui s'en approchent. C'est ce qu'on compris, depuis longtemps, les responsables et élus de la droite républicaine, y compris les plus droitiers ou durs dans leur positionnement sur la sécurité, l'immigration, les sujets de société. Notons que tous les candidats à la primaire de la droite ont appelé à faire barrage au FN, comme toutes les grandes voix de LR, présidents de régions, de départements, les maires...

On est donc très loin d'un mouvement "tectonique" de la droite vers le parti d'extrême droite. Le ralliement de Dupont-Augnan est même d'autant plus remarqué (et instrumentalisé) qu'il est isolé. 

Ancien chef cabinet de François Bayrou, ancien membre du RPR, le mouvement opéré par Nicolas Dupont-Aignan est il plutôt celui d'un homme, ou s'agit il d'une conséquence logique de ses orientations politiques ? Le cas échéant, faut-il effectivement envisager d'autres cas analogues au cours des prochains jours, semaines, ou mois ? La Droite est elle irrémédiablement fracturée ? 

Il est vrai que les postures et les thèses développées par Dupont Aignan à titre personnel tendaient à banaliser celles du parti d'extrême droite, mais son calcul de court terme est à haut risque pour l'avenir de son mouvement, dont les raisons d'une identité propre disparaissent. La digue qu'il fait sauter emporte la cohérence et raison d'être de sa boutique.

La droite LR, par ailleurs, est bien sûr tiraillée et déstabilisée  après l'échec de son candidat, Francois Fillon, des individualités s'expriment et certaines parfois jouent un dangereux relativisme des principes et des valeurs, en parlant d'abstention. Or, l'histoire l'a montré, le neutralisme face à l'extrémisme est une faute morale doublée d'une erreur stratégique. C'est une faiblesse forcément utilisée par l'adversaire. 

Mais en ce qui concerne les voix qui comptent à droite, la digue tient et la consolidation a été réaffirmée par les plus importants leaders, d'Alain Juppé a Nicolas Sarkozy en passant par François Fillon, Xavier Bertrand, Jean-François Copé, Christian Estrosi, etc... Ils rappellent et soulignent tous et toutes les circonstances historiques dans lesquelles nous nous trouvons et le risque majeur que représente le mouvement d'extrême droite pour l'avenir du pays, son économie, sa cohésion sociale, les relations avec nos voisins. LR a bien souligné collectivement la nécessité de faire barrage au deuxième tour de la présidentielle à Marine Le Pen, qui cherche à exploiter les problèmes et les souffrances sociales, trouve les boucs-émissaires, et qui précipiterait le pays dans le chaos et un désordre inégalé, lourd de conséquences.  

Comment envisager l'avenir du parti Debout la France dans cette perspective, mais également celui du Front national ? Peut-on anticiper une logique d'absorption, ou plutôt de coexistence ?

L'absorption de Debout la France est, à terme, programmée par le ralliement de Dupont-Aignan, qui a abdiqué. Il devient un appendice, qui va rétrécir rapidement, du parti d'extrême droite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

07.

Nadine Morano raciste en raison de ses propos sur Sibeth NDiaye ? Et si on réfléchissait un peu

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

03.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

04.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Michdep'
- 30/04/2017 - 23:35
Retourner sa veste en 48 h
Que ne ferait on pas pour trouver 1M€ ?
vangog
- 30/04/2017 - 22:14
@von straffenberg Heureux de vous lire!
En économie, l'état n'a pas à intervenir, excepté pour empêcher des entreprises françaises de passer sous la coupe de puissances étrangères. Je suis très libéral (vrai sens du terme) sur ce plan, et je considère que l'état doit faire le minimum afin de créer le cadre favorable à l'épanouissement des entreprises françaises. J'apprécie donc que Marine Le Pen n'en dise pas trop à propos d'économie, car ce n'est pas son rôle. Les LRPS, issus de la fusacq réussie par Macron-Rothschild, n'ont cessé de trafiquer l'économie francaise, avec les résultats désastreux que l'on peut voir, aujourd'hui...Foutons la paix à l'économie, et elle ne s'en portera que mieux!
jurgio
- 30/04/2017 - 17:02
Au pire, il ne tombera pas de très haut
Il a œuvré dans l'assèchement des voix de Fillon ; ce qui n'est pas rien mais, au niveau politique, Dupont-Aignan était condamné à rester derrière les rideaux.Le FN pourra y trouver son compte : son programme économique en sera « adouci » et rendu plus présentable.