En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 7 heures 11 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 10 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 12 heures 47 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 13 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 53 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 10 heures 30 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 16 heures 57 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
C’est le premier pas qui coûte

Des conséquences du soutien de Nicolas Dupont Aignan à Marine Le Pen : suicide politique ou ébauche d’une nouvelle union des droites ?

Publié le 05 mai 2017
Nicolas Dupont-Aignan a annoncé ce vendredi soir qu'il se ralliait à Marine Le Pen, avec qui il a "signé un accord de gouvernement". Les conséquences d'un tel soutien peuvent être multiples.
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Dupont-Aignan a annoncé ce vendredi soir qu'il se ralliait à Marine Le Pen, avec qui il a "signé un accord de gouvernement". Les conséquences d'un tel soutien peuvent être multiples.

Atlantico : Comment envisager les effets du soutien apporté par Nicolas Dupont Aignan à Marine Le Pen ? Le président de Debout la France est il voué à une disparition politique, comme cela a pu arriver à ceux qui ont pu rallier le Front national par le passé, ou faut il y voir le départ d'un mouvement "tectonique" d'élus de la droite vers le parti de Marine Le Pen ?

Jean-Phillipe Moinet : La candidate du parti d'extrême droite va bien sûr chercher à exploiter médiatiquement ce ralliement personnel de Dupont-Aignan, qui a provoqué, dans le même temps, une cascade de démissions à la tête et au sein de Debout la France. Dominique Jamet, vice-President de ce parti ou Eric Anceau, membre du conseil national - et ils sont et seront suivis par bien d'autres qui n'acceptent pas cette armistice de la honte -, ont immédiatement décidé de quitter un parti et un homme dont ils considèrent qu'il a trahi la ligne d'indépendance, une ligne qui établissait une nette distinction vis-à-vis du FN, précisément sur les valeurs humanistes et l'attachement aux principes de la République. 

Les électeurs de Dupont-Aignan seront aussi très divisés, et la survie de ce qui devient un satellite réduit du FN est en jeu. Quel sera sa ligne de distinction ? Dupont-Aignan a négocié sans doute des accords pour quelques circonscriptions et le remboursement de ses frais de campagne. Mais l'extrémisme absorbe et détruit ceux qui s'en approchent. C'est ce qu'on compris, depuis longtemps, les responsables et élus de la droite républicaine, y compris les plus droitiers ou durs dans leur positionnement sur la sécurité, l'immigration, les sujets de société. Notons que tous les candidats à la primaire de la droite ont appelé à faire barrage au FN, comme toutes les grandes voix de LR, présidents de régions, de départements, les maires...

On est donc très loin d'un mouvement "tectonique" de la droite vers le parti d'extrême droite. Le ralliement de Dupont-Augnan est même d'autant plus remarqué (et instrumentalisé) qu'il est isolé. 

Ancien chef cabinet de François Bayrou, ancien membre du RPR, le mouvement opéré par Nicolas Dupont-Aignan est il plutôt celui d'un homme, ou s'agit il d'une conséquence logique de ses orientations politiques ? Le cas échéant, faut-il effectivement envisager d'autres cas analogues au cours des prochains jours, semaines, ou mois ? La Droite est elle irrémédiablement fracturée ? 

Il est vrai que les postures et les thèses développées par Dupont Aignan à titre personnel tendaient à banaliser celles du parti d'extrême droite, mais son calcul de court terme est à haut risque pour l'avenir de son mouvement, dont les raisons d'une identité propre disparaissent. La digue qu'il fait sauter emporte la cohérence et raison d'être de sa boutique.

La droite LR, par ailleurs, est bien sûr tiraillée et déstabilisée  après l'échec de son candidat, Francois Fillon, des individualités s'expriment et certaines parfois jouent un dangereux relativisme des principes et des valeurs, en parlant d'abstention. Or, l'histoire l'a montré, le neutralisme face à l'extrémisme est une faute morale doublée d'une erreur stratégique. C'est une faiblesse forcément utilisée par l'adversaire. 

Mais en ce qui concerne les voix qui comptent à droite, la digue tient et la consolidation a été réaffirmée par les plus importants leaders, d'Alain Juppé a Nicolas Sarkozy en passant par François Fillon, Xavier Bertrand, Jean-François Copé, Christian Estrosi, etc... Ils rappellent et soulignent tous et toutes les circonstances historiques dans lesquelles nous nous trouvons et le risque majeur que représente le mouvement d'extrême droite pour l'avenir du pays, son économie, sa cohésion sociale, les relations avec nos voisins. LR a bien souligné collectivement la nécessité de faire barrage au deuxième tour de la présidentielle à Marine Le Pen, qui cherche à exploiter les problèmes et les souffrances sociales, trouve les boucs-émissaires, et qui précipiterait le pays dans le chaos et un désordre inégalé, lourd de conséquences.  

Comment envisager l'avenir du parti Debout la France dans cette perspective, mais également celui du Front national ? Peut-on anticiper une logique d'absorption, ou plutôt de coexistence ?

L'absorption de Debout la France est, à terme, programmée par le ralliement de Dupont-Aignan, qui a abdiqué. Il devient un appendice, qui va rétrécir rapidement, du parti d'extrême droite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Michdep'
- 30/04/2017 - 23:35
Retourner sa veste en 48 h
Que ne ferait on pas pour trouver 1M€ ?
vangog
- 30/04/2017 - 22:14
@von straffenberg Heureux de vous lire!
En économie, l'état n'a pas à intervenir, excepté pour empêcher des entreprises françaises de passer sous la coupe de puissances étrangères. Je suis très libéral (vrai sens du terme) sur ce plan, et je considère que l'état doit faire le minimum afin de créer le cadre favorable à l'épanouissement des entreprises françaises. J'apprécie donc que Marine Le Pen n'en dise pas trop à propos d'économie, car ce n'est pas son rôle. Les LRPS, issus de la fusacq réussie par Macron-Rothschild, n'ont cessé de trafiquer l'économie francaise, avec les résultats désastreux que l'on peut voir, aujourd'hui...Foutons la paix à l'économie, et elle ne s'en portera que mieux!
jurgio
- 30/04/2017 - 17:02
Au pire, il ne tombera pas de très haut
Il a œuvré dans l'assèchement des voix de Fillon ; ce qui n'est pas rien mais, au niveau politique, Dupont-Aignan était condamné à rester derrière les rideaux.Le FN pourra y trouver son compte : son programme économique en sera « adouci » et rendu plus présentable.