En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Bonnes feuilles

Pourquoi l’islam et la laïcité font rarement bon ménage

Publié le 29 avril 2017
A l'heure où dominent les relativismes, où s'installent les confusions et où l'émotion supplante la raison, la relation avec l'Islam et les musulmans est confrontée à deux sérieux écueils : le déni et la passion. Il est donc urgent de bannir toute superficialité dans l'approche de réalités encore trop méconnues ou déformées. Tel est l'enjeu réussi de ce livre qui s'inspire aussi de l'expérience des chrétiens d'Orient. Extrait de "L'Islam, Pour tous ceux qui veulent en parler, mais ne le connaissent pas" d’Annie Laurent, aux Editions Artège (1/2).
Annie Laurent collabore à diverses revues, profanes ou catholiques, et participe à des émissions de radio, et donne une chronique hebdomadaire sur les chrétiens du Proche-Orient à Radio-Espérance.  Elle a publié plusieurs autres livres, parmi lesquels :...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annie Laurent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annie Laurent collabore à diverses revues, profanes ou catholiques, et participe à des émissions de radio, et donne une chronique hebdomadaire sur les chrétiens du Proche-Orient à Radio-Espérance.  Elle a publié plusieurs autres livres, parmi lesquels :...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure où dominent les relativismes, où s'installent les confusions et où l'émotion supplante la raison, la relation avec l'Islam et les musulmans est confrontée à deux sérieux écueils : le déni et la passion. Il est donc urgent de bannir toute superficialité dans l'approche de réalités encore trop méconnues ou déformées. Tel est l'enjeu réussi de ce livre qui s'inspire aussi de l'expérience des chrétiens d'Orient. Extrait de "L'Islam, Pour tous ceux qui veulent en parler, mais ne le connaissent pas" d’Annie Laurent, aux Editions Artège (1/2).

Selon sa doctrine classique, l’Islam se définit comme un tout: religion, société, État. Cette triple dimension lui est fondamentale. C’est pourquoi la notion de laïcité est étrangère au droit public musulman. Donc, dans un pays où la majorité de la population est musulmane, l’islam doit être reconnu comme religion officielle. Même si le Coran ne se prononce pas à son sujet, il inspire un système politico-religieux qui identifie totalement les sphères religieuse et civile.

Beaucoup de musulmans voient alors dans la laïcité une forme déguisée d’athéisme. Elle équivaut, croient-ils, au rejet de Dieu de la Cité et à la négation de la religion, comme le rappelait au Liban Hussein Kouatly, directeur général de Dar-el-Fatoua, instance officielle du sunnisme local, au début de la guerre survenue dans son pays en 1975.

Le musulman au Liban, en principe, ne peut être qu’engagé par les obligations de l’islam dont fait partie la création de l’État islamique. Celle-ci peut toutefois être suspendue provisoirement en cas de contraintes extérieures […]. La solution fondamentale, c’est l’appel à l’instauration d’un pouvoir islamique au Liban. La laïcité représente une façon de coincer [sic] les musulmans parce qu’elle signifie la séparation de la religion et de l’État alors que l’islam est un régime total, c’est- à-dire religion et État .

Le Liban est le seul État de la Ligue arabe (22 membres) dont l’identité et les institutions ne sont pas monopolisées par l’islam. Sa démocratie n’est pourtant pas laïque, mais confessionnelle: elle assure, selon une répartition fixe, la participation aux affaires publiques des dix-huit communautés reconnues par sa Constitution. Il n’y a donc pas de citoyens inférieurs aux autres et pas de risque de dictature. Et c’est pour garantir le maintien de cette exception protectrice de toutes les libertés que la présidence de la République est réservée à un chrétien maronite et que le Parlement est réparti par moitié entre élus chrétiens et musulmans alors même que la majorité de la population est désormais musulmane.

Avant les guerres récentes (Irak) et les révolutions en cours, certains régimes arabes (Tunisie et Égypte notamment) étaient présentés en Occident comme laïques pour la simple raison qu’ils muselaient l’islamisme. Cette présumée laïcité s’appliquait surtout au régime de Saddam Hussein, fondé sur un parti unique, le Baas (Résurgence), créé en Syrie en 1947 sur l’idéologie du nationalisme arabe. Or, le Baas n’étant pas un parti laïque à l’occidentale, il est préférable de le qualifier de laïcisant. D’ailleurs, la Constitution de l’Irak baassiste, en vigueur jusqu’en 2003, proclamait l’islam religion d’État. Le cas de la Syrie est particulier. Lorsqu’il s’empara du pouvoir en 1970, Hafez el-Assad fit adopter une Constitution ne comportant la proclamation d’aucune religion officielle, ce qui suscita la colère des oulémas sunnites. Assad introduisit alors l’obligation pour le chef de l’État d’être musulman. Mais lui-même était alaouite. Alors, en 1973, pour régulariser sa situation confessionnelle, il obtint de l’imam chiite libanais Moussa Sadr la publication d’une fatoua (avis juridico-religieux) déclarant que les alaouites font partie de l’islam chiite.

 

Dans la plupart des pays musulmans, l’islam est considéré comme la religion du peuple, si bien qu’il est impossible à un citoyen d’annoncer un changement de religion, sauf à vivre sa nouvelle identité dans la clandestinité et la crainte de représailles ou de poursuites pénales.

Extrait de "L'Islam, Pour tous ceux qui veulent en parler, mais ne le connaissent pas" d’Annie Laurent, aux Editions Artège

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
islam, religion, Occident, laïcité
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

03.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

06.

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

07.

Alerte à la pollution des pneus et des freins des voitures

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 30/04/2017 - 13:37
c'est ce que disait le RP Bruckberger
Le "père Bruck" comme le disaient famillièrement les résistants dont il était l'aumônier avant de devenir celui de la Legion au Maroc a écrit ce jugement sur l'Islam qui rejoint complètement ce qui est dit dans cet article:
"“L'Islam est absence de contestation intérieure, c'est sa force et sa faiblesse. La possibilité même d'une contestation est blasphématoire. C'est un système sphérique parfait, hermétiquement clos sur lui-même. Il ne laisse au contestataire d'autre choix que d'être conquis et assimilé ou de se battre. Charles Martel est la seule réponse adéquate à l'Islam""
pale rider
- 30/04/2017 - 09:16
Malheureusement cet article ne sera lu et cru que par les
convaincus."Ils ont des yeux et ne voient point, Ils ont des oreilles et n'entendent point" Alors il faudra que l Islam passe pour qu'ils voient enfin. Et alors seulement, comme il en a été de toutes les tyrannies, il refluera , car il aura montré à tous son visage.
Helveticosuisse
- 30/04/2017 - 05:35
A lire
Pour mieux connaitre l'islam je suggère la lecture de : Blasphémateur de Chawki Freha ainsi que "Il était une fois l'isalm" de Oukacha Majid. Avec ces lectures on ne peut qu'avoir la certitude de la dangerosité de cette religion.