En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Cette très chère Ségolène Royal

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 33 min 5 sec
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 2 heures 22 min
pépites > Politique
Présidentielle 2020
Marine Le Pen est d'accord pour travailler avec Nicolas Dupont-Aignan mais sans primaire
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Ménopause", livret d'Alexandra Cismondi, Parodies de chansons et mise en scène d'Alex Goude : Pas de pause pour "Ménopause" qui est prolongé à la Gaité, par Anne-Marie Joire-Noulens

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Politique
Coup de froid

Cette très chère Ségolène Royal

il y a 22 heures 16 min
décryptage > Politique
Critique

Pourquoi nous devons sérieusement parler de la Chine

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Société
PMA ou GPA: c’est au choix

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

il y a 23 heures 43 min
décryptage > Economie
Faux-semblant

Choose France : voilà pourquoi l’attractivité de l’Hexagone n’a que très peu à voir avec la manière dont le pays est gouverné

il y a 1 jour 41 min
décryptage > Economie
Davos 2020

Ce que les grandes entreprises pourraient réellement faire pour enfin se mettre au vert... et sans gadget

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 2 heures 6 min
pépites > People
Retraite
Après 50 ans de carrière, le couturier Jean Paul Gaultier dit adieu aux défilés haute couture
il y a 16 heures 58 min
pépites > Politique
Luanda Leaks
La femme "la plus riche d'Afrique" rattrapée par la justice
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti culture

"L’Abominable", de Dan Simmons: Sur les flancs glacés de l’Everest, une aventure à donner le vertige !

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Société
Intrusions à tous les étages

Bestiaire révolutionnaire et autodafés de pacotille

il y a 22 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Voeux
Nicolas Sarkozy dénonce le climat de "violence" qui règne en France
il y a 23 heures 19 min
décryptage > Politique
Interview

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

il y a 1 jour 7 min
décryptage > Economie
Point de vue

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Trompe l’oeil

Pourquoi le classement Oxfam sur la concentration des richesses entre les mains de milliardaires ne nous dit quasiment rien de la réalité de celle des pauvres

il y a 1 jour 1 heure
© Ifop
© Ifop
Quatre-quarts

Les quatre France et la carte inédite du vote Macron

Publié le 28 avril 2017
Un front est-ouest sépare les deux finalistes de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Mais si on regarde d'un peu plus prêt, force est de constater qu'il y a d'autres lignes de fracture, entre une France urbaine, une France du Littoral, du vide, de la mondialisation ou non, des campagnes, historiquement à droite ou à gauche...
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un front est-ouest sépare les deux finalistes de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Mais si on regarde d'un peu plus prêt, force est de constater qu'il y a d'autres lignes de fracture, entre une France urbaine, une France du Littoral, du vide, de la mondialisation ou non, des campagnes, historiquement à droite ou à gauche...
 

Les quatre principaux candidats se sont partagés un peu plus de 80% des voix. Cette domination arithmétique a également trouvé sa traduction géographique comme le montre la carte du candidat arrivé en tête. Chacun d’entre eux règne sur un espace bien défini. L’espace que domine Marine Le Pen correspond à l’implantation classique du FN. A l’exception de la région parisienne, elle vire en tête dans la plupart des communes situées à l’est d’une ligne Le Havre-Lyon. A ce fief du quart nord-est de la France s’adjoignent le littoral méditerranéen et l’axe de la Garonne remontant jusqu’à la Charente-Maritime.

Si cette géographique est désormais bien connue, la répartition des fiefs d’Emmanuel Macron, autre finaliste et candidat présentant une offre politique en rupture avec les schémas traditionnels, fait apparaître une carte assez inédite. A y regarder de plus près, la géographie du macronisme agrège différents apports. On y décèle ainsi la dot de François Bayrou avec son implantation dans les Pyrénées-Atlantiques et certains départements de l’ouest. A cette assise qui correspond en partie aux restes du vote démocrate-chrétien s’arriment des terroirs socialistes comme le Lot, le sud de l’Aveyron, la Corrèze hollando-chiraquienne ou bien encore le Puy-de-Dôme ou la Haute-Vienne ainsi que la Bretagne où le soutien des centristes et de toute une partie du PS (Jean-Yves Le Drian) débouchent sur une domination sans partage du leader d’En Marche ! Ce dernier peut aussi s’appuyer sur le vote des cadres et des diplômés vivant dans les grandes métropoles universitaires : Nantes, Rennes, Bordeaux, Toulouse, Caen, Amiens (dont il est originaire), Lilles, Metz, Nancy, Strasbourg, sans oublier Lyon (fief de son soutien Gérard Collomb), la région grenobloise et l’agglomération francilienne.  Au final, la carte qui se dessine ressemble assez à celle du « oui » lors des référendums européens.

CLIQUER POUR ZOOMER

Traduction de l’échec de François Fillon, la sphère d’influence traditionnelle de la droite s’est considérablement rétractée. Le principal point d’appui est centré autour de son bastion sarthois avec la Mayenne, l’Orne et une partie du Maine-et-Loire. On retrouve également plus au sud, le Cantal, l’Aubrac, les Savoie et le Haut-Doubs à la frontière suisse. Le candidat de droite vire également en tête dans les zones à hauts revenus parmi lesquelles on peut citer l’ouest des Yvelines (terre d’élection de Gérard Larcher), les vignobles champenois et alsaciens mais aussi et surtout de nombreuses zones balnéaires : Le Touquet (pourtant lieu de villégiature de la famille Macron), la Côte fleurie (Trouville, Deauville, Honfleur), le golfe du Morbihan, la côte vendéenne et charentaise (avec le fameux retraité de l’Ile de Ré assujetti à l’ISF…), le bassin d’Arcachon et la Côte d’Azur.

Changement de décor avec la France de Jean-Luc Mélenchon qui s’appuie sur la survivance de l’implantation communiste. On retrouve ainsi les campagnes rouges du Bourbonnais dans l’Allier, celles des Monts d’Arrée en Bretagne, celle du Périgord et de la Haute-Vienne, les bassins miniers du Canigou, des Cévennes, et de Lorraine. Le communisme urbain est également représenté avec les restes de la banlieue rouge, le Havre, l’agglomération rouennaise, Vierzon… Mais le mélenchonisme a largement débordé les limites des restes du communisme municipal en captant toute une partie des fiefs socialistes traditionnels principalement dans le sud : Landes, Ariège, Corbières et Ardèche.     

Ainsi dépouillé par Emmanuel Macron des zones de la deuxième gauche (Bretagne, Isère, Ile-de-France) et par Jean-Luc Mélenchon des vieux terroirs de la première gauche, Benoît Hamon s’en est trouvé réduit à la portion congrue. Le candidat du PS ne vire en tête que dans 16 communes en métropole. Ce score dérisoire le place, sur ce critère, loin derrière Jean Lassalle qui en affiche pas moins de 78, pour l’essentiel (61) dans son fief des Pyrénées-Atlantiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

Cette très chère Ségolène Royal

06.

Mystérieux virus venu de Chine : pourquoi les poumons sont le maillon faible des épidémies planétaires

07.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 27/04/2017 - 23:25
En finir avec notre Dictature majoritaire jacobine.
Les français ne sont d'accord sur rien, autant le reconnaitre et cesser de répandre depuis Paris une dictature majoritaire quinquennale ! Michel Onfray dans sa Contribution aux présidentielles : Décoloniser les Provinces, nous le dit : le logiciel jacobin est mort. Notre monde vit des mutations rapides, notamment depuis 1968 pour le sociétal, et depuis1973 pour l'économie. Le centralisme français n'a pas permis une adaptation optimale du pays, fondée sur les choix décentralisé et personnel. Nos choix sont centralisé, collectif, donc politiques. Or le politique c'est le verbe, et la mystification par le verbe, là où le libre marché est la somme des intérêts individuels. Certains domaines sont collectifs par nature, mais il y a des pays où ils sont fait par subsidiarité. Au moins un citoyen mécontent de son service public local, peut démanager dans la localité voisine. Ceci n'est pas possible en France, les collectivités locales étant sous tutelle législative, règlementaire, fiscale et budgétaire de l'Etat. Notre présidentielle est l'élection réductrice et centralisatrice des choix. La promesse électorale remplaçant le lien direct et local entre citoyen et élu.
adroitetoutemaintenant
- 25/04/2017 - 10:20
Ça ressemble aux résultats des EU
C’est la même carte que celle du SIDA. SIDA en tête pour Macron, comme pour la mère Clinton !
A M A
- 25/04/2017 - 09:56
Le quinquennat ne va pas
Le quinquennat ne va pas manquer d'interêt avec cette France politiquement partagée en quatre, puis en deux avec Frexit ou non, puis encore avec Poutine ou Trump, sans parler des menaces islamo-migrantes. Qui va être capable de régir ce bordel???