En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 52 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 16 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 6 heures 15 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 32 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 12 heures 29 sec
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 48 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
© Ifop
© Ifop
Quatre-quarts

Les quatre France et la carte inédite du vote Macron

Publié le 28 avril 2017
Un front est-ouest sépare les deux finalistes de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Mais si on regarde d'un peu plus prêt, force est de constater qu'il y a d'autres lignes de fracture, entre une France urbaine, une France du Littoral, du vide, de la mondialisation ou non, des campagnes, historiquement à droite ou à gauche...
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un front est-ouest sépare les deux finalistes de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Mais si on regarde d'un peu plus prêt, force est de constater qu'il y a d'autres lignes de fracture, entre une France urbaine, une France du Littoral, du vide, de la mondialisation ou non, des campagnes, historiquement à droite ou à gauche...
 

Les quatre principaux candidats se sont partagés un peu plus de 80% des voix. Cette domination arithmétique a également trouvé sa traduction géographique comme le montre la carte du candidat arrivé en tête. Chacun d’entre eux règne sur un espace bien défini. L’espace que domine Marine Le Pen correspond à l’implantation classique du FN. A l’exception de la région parisienne, elle vire en tête dans la plupart des communes situées à l’est d’une ligne Le Havre-Lyon. A ce fief du quart nord-est de la France s’adjoignent le littoral méditerranéen et l’axe de la Garonne remontant jusqu’à la Charente-Maritime.

Si cette géographique est désormais bien connue, la répartition des fiefs d’Emmanuel Macron, autre finaliste et candidat présentant une offre politique en rupture avec les schémas traditionnels, fait apparaître une carte assez inédite. A y regarder de plus près, la géographie du macronisme agrège différents apports. On y décèle ainsi la dot de François Bayrou avec son implantation dans les Pyrénées-Atlantiques et certains départements de l’ouest. A cette assise qui correspond en partie aux restes du vote démocrate-chrétien s’arriment des terroirs socialistes comme le Lot, le sud de l’Aveyron, la Corrèze hollando-chiraquienne ou bien encore le Puy-de-Dôme ou la Haute-Vienne ainsi que la Bretagne où le soutien des centristes et de toute une partie du PS (Jean-Yves Le Drian) débouchent sur une domination sans partage du leader d’En Marche ! Ce dernier peut aussi s’appuyer sur le vote des cadres et des diplômés vivant dans les grandes métropoles universitaires : Nantes, Rennes, Bordeaux, Toulouse, Caen, Amiens (dont il est originaire), Lilles, Metz, Nancy, Strasbourg, sans oublier Lyon (fief de son soutien Gérard Collomb), la région grenobloise et l’agglomération francilienne.  Au final, la carte qui se dessine ressemble assez à celle du « oui » lors des référendums européens.

CLIQUER POUR ZOOMER

Traduction de l’échec de François Fillon, la sphère d’influence traditionnelle de la droite s’est considérablement rétractée. Le principal point d’appui est centré autour de son bastion sarthois avec la Mayenne, l’Orne et une partie du Maine-et-Loire. On retrouve également plus au sud, le Cantal, l’Aubrac, les Savoie et le Haut-Doubs à la frontière suisse. Le candidat de droite vire également en tête dans les zones à hauts revenus parmi lesquelles on peut citer l’ouest des Yvelines (terre d’élection de Gérard Larcher), les vignobles champenois et alsaciens mais aussi et surtout de nombreuses zones balnéaires : Le Touquet (pourtant lieu de villégiature de la famille Macron), la Côte fleurie (Trouville, Deauville, Honfleur), le golfe du Morbihan, la côte vendéenne et charentaise (avec le fameux retraité de l’Ile de Ré assujetti à l’ISF…), le bassin d’Arcachon et la Côte d’Azur.

Changement de décor avec la France de Jean-Luc Mélenchon qui s’appuie sur la survivance de l’implantation communiste. On retrouve ainsi les campagnes rouges du Bourbonnais dans l’Allier, celles des Monts d’Arrée en Bretagne, celle du Périgord et de la Haute-Vienne, les bassins miniers du Canigou, des Cévennes, et de Lorraine. Le communisme urbain est également représenté avec les restes de la banlieue rouge, le Havre, l’agglomération rouennaise, Vierzon… Mais le mélenchonisme a largement débordé les limites des restes du communisme municipal en captant toute une partie des fiefs socialistes traditionnels principalement dans le sud : Landes, Ariège, Corbières et Ardèche.     

Ainsi dépouillé par Emmanuel Macron des zones de la deuxième gauche (Bretagne, Isère, Ile-de-France) et par Jean-Luc Mélenchon des vieux terroirs de la première gauche, Benoît Hamon s’en est trouvé réduit à la portion congrue. Le candidat du PS ne vire en tête que dans 16 communes en métropole. Ce score dérisoire le place, sur ce critère, loin derrière Jean Lassalle qui en affiche pas moins de 78, pour l’essentiel (61) dans son fief des Pyrénées-Atlantiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 27/04/2017 - 23:25
En finir avec notre Dictature majoritaire jacobine.
Les français ne sont d'accord sur rien, autant le reconnaitre et cesser de répandre depuis Paris une dictature majoritaire quinquennale ! Michel Onfray dans sa Contribution aux présidentielles : Décoloniser les Provinces, nous le dit : le logiciel jacobin est mort. Notre monde vit des mutations rapides, notamment depuis 1968 pour le sociétal, et depuis1973 pour l'économie. Le centralisme français n'a pas permis une adaptation optimale du pays, fondée sur les choix décentralisé et personnel. Nos choix sont centralisé, collectif, donc politiques. Or le politique c'est le verbe, et la mystification par le verbe, là où le libre marché est la somme des intérêts individuels. Certains domaines sont collectifs par nature, mais il y a des pays où ils sont fait par subsidiarité. Au moins un citoyen mécontent de son service public local, peut démanager dans la localité voisine. Ceci n'est pas possible en France, les collectivités locales étant sous tutelle législative, règlementaire, fiscale et budgétaire de l'Etat. Notre présidentielle est l'élection réductrice et centralisatrice des choix. La promesse électorale remplaçant le lien direct et local entre citoyen et élu.
adroitetoutemaintenant
- 25/04/2017 - 10:20
Ça ressemble aux résultats des EU
C’est la même carte que celle du SIDA. SIDA en tête pour Macron, comme pour la mère Clinton !
A M A
- 25/04/2017 - 09:56
Le quinquennat ne va pas
Le quinquennat ne va pas manquer d'interêt avec cette France politiquement partagée en quatre, puis en deux avec Frexit ou non, puis encore avec Poutine ou Trump, sans parler des menaces islamo-migrantes. Qui va être capable de régir ce bordel???