En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 5 heures 53 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 7 heures 2 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 7 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 10 heures 35 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 11 heures 32 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 16 heures 58 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 6 heures 22 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 7 heures 31 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 10 heures 41 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 14 heures 9 sec
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 16 heures 59 min
© ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
© ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
Absentéisme

Sarkozy et Juppé peuvent-ils s'abstenir de soutenir plus et mieux Fillon sans risquer de se mettre l'électorat de droite à dos ?

Publié le 21 avril 2017
Alain Juppé l'a finalement annoncé : il accompagnera François Fillon lors d'un déplacement, probablement mercredi 19 avril. C'est un peu tard pour l'ancien adversaire du candidat Républicain, mais mieux vaut tard que jamais... car il semble qu'une absence complète de soutien aurait été très mal perçue par son électorat. Mais cela sera-t-il suffisant ?
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Juppé l'a finalement annoncé : il accompagnera François Fillon lors d'un déplacement, probablement mercredi 19 avril. C'est un peu tard pour l'ancien adversaire du candidat Républicain, mais mieux vaut tard que jamais... car il semble qu'une absence complète de soutien aurait été très mal perçue par son électorat. Mais cela sera-t-il suffisant ?

Atlantico : Vendredi dernier, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy avaient apporté un message de soutien à leur candidat sur les réseaux sociaux. Xavier Bertrand s'était agacé de leur manque de présence dans la campagne de François Fillon quelque jour plus tard. Vendredi 14 avril, on apprend qu'Alain Juppé accompagnera finalement François Fillon lors d'un déplacement. Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont-ils pris conscience qu'abandonner leur candidat serait mal perçu par leur électorat ?

Roland Hureaux : Il me semblait que le récent message de Sarkozy marquait un appui très clair à François Fillon. Mais il n’était pas à la porte de Versailles, ni Juppé. Est-ce aussi grave que ce que dit Xavier Bertrand ? Je me le demande.

L’élection présidentielle est un face à face entre un homme (ou plusieurs hommes en concurrence) et le peuple. Aujourd’hui les Français voient d’abord Fillon, pas le parti des Républicains.C’est la logique de la Ve République mais c’est aussi celle de la télévision. 

La présence physique de tel ou tel ténor est en revanche importante pour les journalistes qui peuvent, en cas d’absence remarquée, surtout s’ils ont mal intentionnés, comme ils le sont généralement vis-à-vis de Fillon, jaser sur le défaut de soutien. Elle est aussi importante pour le militants LR qui aiment bien que leurs chefs soient unis. C’est comme ça. Ils ont le culte d’Union. Même si tout le monde sait que les principaux ténors se détestent, les voir ensemble à la tribune les rassure. 

Ils n’ont jamais remarqué qu’un des plus grandes victoires de la droite, celle de 1995, s’est produite dans un climat de division (Chirac/Balladur) et que, inversement, il arrive souvent qu’en étant unis, on perde.  

Pierre Messmer m’avait dit une fois, un peu narquois : « Vous comprenez :  pour ceux qui battus, il est plus facile de dire « j’ai perdu parce que mes amis m’ont trahi » que de dire « j’ai perdu parce que je suis  mauvais ».  Et tout cela reste dans les esprits. Par exemple, je pense que Giscard aurait de toute façon été battu en 1981 avec ou sans Chirac.   

En revanche, pour les électeurs de base ou le grand public, appelez-les comme vous voulez, le contact avec les candidats se fait par la télévision ou le bouche à oreille.  Et là les bisbilles internes aux partis leur passent un peu par-dessus la tête ; je suis persuadé que ce n’est pas là un facteur décisif de vote. Une bonne prestation dans un débat et infiniment plus importante.

L'enjeu principal semble être les législatives pour le parti. Mais si Fillon n'est pas au second tour du scrutin présidentiel, il faut craindre un score catastrophique à ces élections. Les juppéisâtes et sarkozystes commencent-ils à craindre pour leur circonscription ? 

Ils ont bien plus à craindre qu’un score faible aux législatives. C’est la survie de LR (ex-UMP) qui est en jeu. Si Fillon n’est pas au second tour, tous devront choisir entre deux candidats qui ne sont pas de leur famille, plus probablement Marine Le Pen et Macron (voire Mélenchon !).  Cela conduira à  un terrible déchirement.

Au niveau des grands élus, je pense que la majorité choisira Macron, non pas sympathie, mais en raison des réseaux divers et variés dans lesquels ils sont insérés et qui ne leur laissent pas forcément le choix. Pour les électeurs, en revanche je pense qu’une moitié au moins, quelles que soient les consignes qu’on leur donnera, ira au FN. 

Le risque d’éclatement  est donc double : d’un côté entre les élus qui prendront des voies différentes (jusqu’à quel point ? Ca dépendra un peu de l’habileté des marinistes) , ensuite entre les cadres et la base qui sont, il faut bien le dire,  an discordance. Par exemple, LR est un parti où la quasi-totalité des parlementaires et des cadres est européiste et la grande majorité des militants et des électeurs (sauf en Région parisienne) est souverainiste. 

Il y a là un facteur de fragilité que n’ont pas au même degré le PS et le FN. D’autre part je pose la question :  comment faire revenir aux législatives des électeurs qui auront voté au deuxième tour de la présidentielle soit le Pen soit Macron ?  Tous les patrons de LR ont-ils pris conscience que Fillon absent du second tour, c’est ma fin de leur mouvement ? 

La droite libérale risque alors de connaître le sort qui fut celui de la démocratie chrétienne en Italie : l’effondrement définitif autour de 10 %  de ce qui fut un grand parti de gouvernement. Notez que le parti socialiste est bien parti pour connaître le même sort, mais ce n’est pas une consolation.

Effet de l’Europe de Bruxelles ? Les différents pays d’Europe voient les partis traditionnels sur lesquels fonctionnait le bipartisme s’effondrer au bénéfice de nouvelles forces. Cela a été le cas en Italie, on l’a dit, mais aussi en Autriche qui a vu s’affronter au second tour de la présidentielle un nationaliste et un écologique. C’est plus ou moins le cas en Espagne. C’est le Brexit qui a évité l’effondrement du parti conservateur en Angleterre.  Le cadre traditionnel résiste encore en Allemagne mais au prix  de grandes coalitions qui ne dureront pas éternellement. 

François Fillon a-t-il pour le coup besoin d'un soutien physique de ses anciens concurrents à la primaire de la droite ?

A vrai dire je n’en suis pas sûr. Ceux qui ont voté à la primaire de la droite et du centre ont écarté Sarkozy et Juppé parce qu’ils les avaient trop vus (et les médias n’ont pas fait peu pour qu’on les voie beaucoup !)  Le même sentiment guette aujourd’hui Fillon. S’il se ballade partout entre Sarkozy et Juppé, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose pour lui.  Cela ne veut pas dire qu’ils ne puissent pas faire plus pour lui.  

Près de 570 candidats aux législatives ont été investis par LR ou l’UDI - qui a eu la part belle en menaçant de rallier Macron.  On a le sentiment que  beaucoup ne se bougent pas trop pour soutenir Fillon et n’y sont pas trop incités par leur « chef de clan ». Ils préparent les législatives dans leur petit coin. Or, comme je l’ai dit, leur sort dépend très largement de celui de François Fillon.

Je pense que Fillon devait leur donner à tous l’ordre clair de faire dans les jours qui restent, chacun dans sa circonscription, un petit événement  en sa faveur. Ce n’est pas difficile : un café politique avec quelques copains, la presse régionale étant généralement complaisante pour venir faire une photo. Beaucoup d’électeurs de base, traumatisés par les affaires de ces deniers mois, attendent un message de proximité de ce genre.

Il faudra même que la direction de LR laisse entendre que les investitures de ceux qui ne jouent pas le jeu pourraient être remises en cause. On dira que Fillon ne pourra le faire que s’il gagne. Certes, mais s’il perd, surtout s’il n’est pas au second tour, que vaudront encore ces investitures ?  Pour susciter ce genre d’engagement au niveau local, il faut que ceux qu’on appelait autrefois les mammouths (Sarkozy, Juppé, NKM, Poisson, ne parlons plus de Le Maire) les y encouragent et en tous les cas n’y fassent pas obstacle. 

Donc l’union oui, mais en laissant cependant Fillon en avant face au peuple et face à son destin.  

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Benoist
- 16/04/2017 - 08:09
Sarkozy a apporté son soutien plein et
Entier a Fillon, ce qui nest pas le cas pour Bertrand qui a beaucoup zigzagué pendant les affaires, tout comme Estrosi, Pecresse...
C'est dans la difficulté que lon voit un vrai chef d'état ou un politique responsable et convaincu..
Fillon est le seul capable de diriger notre pays, il est expérimenté, solide et a deja fait des reformes telles heures supplémentaires defiscalisees, jour de carence, peines plancher, tribunaux pour mineurs, bourses au mérite, circulaire Chatel port du voile, loi octobre 2010, interdiction port du hijab dans l'espace public, service minimum en cas de grève etc.....
Alors votons pour lui
Yves3531
- 15/04/2017 - 23:32
Le coup d'état hollando-macronnien...
L'article est long, mais tout y est, et documenté - à lire jusqu'au bout:

https://networkpointzero.wordpress.com/2017/03/24/2017-le-coup-detat/
Wortstein
- 15/04/2017 - 22:21
Macron annule ses meeting?
si c'est vrai, ça la fout mal pour le petit chéri à maman à qui on a jamais dit non...