En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

07.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 25 min 36 sec
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 53 min 51 sec
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 2 heures 54 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 19 heures 38 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 20 heures 34 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 21 heures 50 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 22 heures 7 min
light > Insolite
Une perte musicale
Alan Merrill, auteur-compositeur " I Love Rock 'N' Roll '', décède du coronavirus à 69 ans
il y a 22 heures 56 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 39 min 6 sec
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 2 heures 41 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 14 heures 35 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 20 heures 22 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 21 heures 56 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 22 heures 25 min
pépite vidéo > Insolite
"Pour Corona"
Les hymnes du confinement
il y a 23 heures 16 min
© Capture ARTE
© Capture ARTE
Rapprochement des populations

A nos ancêtres cannibales : ces secrets de notre civilisation que révélent les nouvelles études sur la valeur nutitrionnelle de la chair humaine

Publié le 14 avril 2017
Au temps du Pléistocène, les êtres humains pouvaient se livrer aux pratiques cannibales. Une étude réalisée par James Cole, archéologue à l'Université de Brighton et publiée dans la revue Scientific Reports montre que la viande issue de la chaire humaine était moins nutritive que la viande d’origine animale. Cette découverte amène à se poser la question de savoir à quoi répondait la pratique du cannibalisme.
Hélène Rougier possède un doctorat en Anthropologie biologique validé à l’Université Bordeaux 1. Elle est Professeur associé à la California State University Northridge à Los Angeles. Son travail de recherche se concentre sur l’évolution des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Rougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hélène Rougier possède un doctorat en Anthropologie biologique validé à l’Université Bordeaux 1. Elle est Professeur associé à la California State University Northridge à Los Angeles. Son travail de recherche se concentre sur l’évolution des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au temps du Pléistocène, les êtres humains pouvaient se livrer aux pratiques cannibales. Une étude réalisée par James Cole, archéologue à l'Université de Brighton et publiée dans la revue Scientific Reports montre que la viande issue de la chaire humaine était moins nutritive que la viande d’origine animale. Cette découverte amène à se poser la question de savoir à quoi répondait la pratique du cannibalisme.

Atlantico : Les travaux de James Cole, archéologue à l'Université de Brighton publiés dans la revue Scientific Report montre que la chaire humaine n'était pas très nourrissante comparée à la viande d'origine animale. Qu'est ce que cette étude nous révèle de l'être humain et et de la pratique du cannibalisme ?.  

Hélène Rougier : Ce n’est pas exactement la viande en elle-même qui est plus ou moins nourrissante. Ce que James Cole compare, c’est la quantité de calories que l’on peut tirer d’un corps humain comparé à un bison, un cheval ou un renne par exemple. Il conclue qu’il est plus avantageux de tuer et consommer un animal de grande taille qu’un humain, et propose que les Néandertaliens, qui ont pratiqué le cannibalisme à plusieurs reprises, devaient alors avoir d’autres raisons qu’uniquement la recherche de nourriture pour avoir chassé leurs congénères.

C’est une approche originale pour essayer d’apporter de nouvelles données à la compréhension de ce qui a motivé les Néandertaliens à pratiquer le cannibalisme. James Cole propose que les Néandertaliens aient eu des motivations sociales, symboliques pour pratiquer le cannibalisme, et pas uniquement nutritionnelles. Ce n’est pas une idée nouvelle, mais il est vrai que l’on a toujours du mal à discerner les causes de comportements passés puisque la pensée ne se fossilise pas, et le travail de James Cole apporte donc des données supplémentaires à intégrer à nos modèles interprétatifs. Les causes du cannibalisme peuvent cependant être variées, et différents épisodes de cannibalisme peuvent avoir eu différentes motivations. Par exemple, on ne peut pas affirmer que tous les Néandertaliens cannibalisés aient été chassés, certains ont pu mourir de mort naturelle, et il y a donc pu avoir du cannibalisme opportuniste (ce qui n’empêche pas d’évoquer un comportement symbolique dans ces cas).  

 

Quelle rôle peut-on aujourd'hui attribuer au rôle du cannibalisme dans la cohésion de ces sociétés primitives ? Quels sens le cannibalisme pouvait-il avoir pour les groupes qui le pratiquaient ?

Hélène Rougier : Il est difficile de répondre à cette question car on ne connait pas la fréquence à laquelle les Néandertaliens ont pratiqué le cannibalisme. On en connait quelques cas à différentes périodes et à différents endroits de leur territoire, mais cela ne représente que moins d’une dizaine de sites ! Et même si je pense que c’est une pratique qui a peut-être été plus fréquente que les traces que l’on en a actuellement, il serait bien difficile de proposer que ce soit une coutume qui serait une part intégrale de l’organisation de leurs sociétés. Et pour en connaître le sens, il faudrait savoir si les individus consommés étaient issus du groupe qui les a consommés ou s’ils venaient d’autres groupes, ce que l’on ne sait pas. S’ils venaient d’autres groupes, on peut penser à des ennemis, à de la compétition pour un territoire, alors que si ce sont des individus du même groupe, cela peut impliquer certaines croyances. Là encore, on reste avec des hypothèses et aucune certitude.

 

Qu'est-ce que cette étude contredit sur ce que l'on savait des êtres humains et du cannibalisme ? 

Hélène Rougier : Je ne crois pas que cette étude contredise vraiment ce que l’on savait. Dans plusieurs cas de cannibalisme néandertalien, tout ce que l’on pouvait dire est que les individus avaient été consommés sans pouvoir faire la différence entre une consommation uniquement nutritionnelle et une consommation symbolique. James Cole apporte des arguments pour rejeter l’hypothèse de cannibalisme uniquement nutritionnel mais il faudra continuer à considérer les cas de cannibalisme au cas par cas puisque les Néandertaliens ont pu avoir différents comportements dans différentes situations.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

07.

Covid-19... et les autres : pourquoi le nombre de maladies infectieuses est reparti à la hausse au 21e siècle

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sangha26
- 15/04/2017 - 15:11
Oh là là !
Comment avez-vous pu laisser passer cette faute d'orthographe : la chaire humaine ! Il n'y a pas de re-lecteurs ? Attention : ce n'est pas la première fois...
Anouman
- 14/04/2017 - 20:12
Valeur nutritive
Je doute que les Néandertaliens avaient connaissance de la valeur nutritive de la chair humaine comparée à celle du bison. Cela n'a certainement pas pu les influencer. Par contre j'imagine que tuer un bison est plus difficile que tuer un humain. Alors ils étaient peut-être simplement pragmatique et mangeaient ce qu'ils trouvaient.
Pourquoi-pas31
- 14/04/2017 - 20:04
Pardon, si NON ...
Heureusement que ses grands parents étaient une valeur marchande à et de l'époque.