En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

05.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

06.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

07.

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

01.

iPhone 5 : ce qui vous attend

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 19 min 50 sec
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 2 heures 33 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 3 heures 19 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 3 heures 59 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Politique
Changement de parrain

La République En Mutation : de juppéo-bayrouiste, le gouvernement devient crypto-sarkozyste

il y a 5 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 16 heures 56 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 20 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 22 heures 36 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 55 min 37 sec
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 2 heures 14 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 3 heures 41 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Environnement
Innovation et évolution

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

il y a 6 heures 13 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 19 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 22 heures 23 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 22 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Edito

Une campagne présidentielle du refus qui ne dégage pas de lignes de force pour l’avenir

Publié le 07 avril 2017
La campagne pour l’élection présidentielle qui touche à sa fin aura été la plus atypique qu’ait connue la Ve République. S’il existe une majorité en faveur du rejet de l’ordre existant, il ne se dessine pas un mouvement fort en faveur d’un candidat qui aurait l’autorité suffisante pour incarner la réforme.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La campagne pour l’élection présidentielle qui touche à sa fin aura été la plus atypique qu’ait connue la Ve République. S’il existe une majorité en faveur du rejet de l’ordre existant, il ne se dessine pas un mouvement fort en faveur d’un candidat qui aurait l’autorité suffisante pour incarner la réforme.

La campagne pour l’élection présidentielle qui touche à sa fin aura été la plus atypique qu’ait connue la Ve République. Elle a revêtu des aspects de western, avec une succession de rebondissements, qui faisaient apparaître un défilé de méchants, cloués au pilori, par une opinion avide de changements et emportée par son désir de pratiquer une grande  lessive sans avoir pourtant une vision concrète de ce qu’elle souhaitait pour l’avenir en raison des divergences qu’elle enregistrait en son sein. 

Tout au long de la campagne, les formations politiques n’ont cessé de prêcher en faveur du rassemblement, des regroupements. La réponse du public a été claire dans la mesure où elle a un point commun : la critique sans appel du système dans un esprit de démolition qui a trouvé son expression dans le renoncement de François Hollande à se représenter, là encore un événement inédit sous la Ve République. Le chef de l’Etat s’est ainsi dissous au fil des semaines, malgré son souci de conserver une sorte d’apparence de présence en enchaînant  les commémorations, mais cet effacement progressif a évité le procès de son bilan.

On avait cru un instant que la population se détournerait de la consultation électorale au fur et à mesure que se répandait l’idée d’un risque accru en faveur de l’abstention. En réalité, il n’en est rien. Les Français ont témoigné de leur goût pour la politique, tout en dénonçant le système actuel fondé sur l’alternance au pouvoir pendant des décennies de deux grands partis dans lequel ils n’ont plus confiance, ainsi que l’ont démontré jusqu’ici les sondages en mettant en tête dans  les enquêtes d’opinion les candidats ne relevant pas des formations traditionnelles.

S’il existe une majorité en faveur du rejet de l’ordre existant, il ne se dessine  pas un mouvement fort en faveur d’un candidat qui aurait l’autorité suffisante pour incarner la réforme, ce qui explique la fragilité des engouements successifs. La montée en puissance de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron, ou plus récemment la spectaculaire envolée de Jean-Luc Mélenchon ne sont  pas exemptes de  fragilité et peuvent se révéler sans  lendemain. Nos compatriotes appellent à renverser la table, mais ne risquent-ils pas au dernier moment de voter en  faveur de cet ordre établi qu’ils condamnent, tant l’esprit de précaution les habite ? La plupart  des candidats n’ont pas rompu avec la pratique des promesses traditionnelles, car le « demain, on rase gratis » a la vie dure. Ainsi, le think tank libéral  Montaigne dénonce l’hypocrisie de la plupart des programmes. L’obsession des chiffres dans  un monde où la prévision se révèle pourtant de plus en  plus aléatoire conduit à afficher des performances futures difficiles à réaliser. L’institut ne craint pas ainsi d’affirmer que François Fillon n’assurera pas plus de 67 milliards d’économies sur la  centaine qu’il entend réaliser, d’autant que la mesure phare de son programme, la réduction drastique du nombre des  fonctionnaires ne parait pas soutenable. De même, Emmanuel Macron surestime de près de moitié les économies qu’il pourrait accomplir. Quant à Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon , ils creuseraient le déficit dans des proportions insensées, alors que la dette de la France s’est déjà aggravée de 76 milliards l’an dernier, au moment où les  taux d’intérêt commencent  à remonter,  ce qui fera boule de neige sur les  annuités de la dette. Ainsi, dans ce climat d’incertitude et de doute, la volatilité des électeurs aura encore bien des occasions de se manifester, en maintenant une grande inconnue sur le résultat des urnes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 03:44
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire?

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales...

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant.
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions.
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié...
bd
- 12/04/2017 - 03:43
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)
Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée?

Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant.
"En Marche!" n'est pas comme les autres.
Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance.

Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat?
Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.