En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam

02.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

03.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

04.

Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature

05.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

06.

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

07.

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

05.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

03.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

04.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
décryptage > France
C’est la faute du confinement

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

il y a 14 min 12 sec
décryptage > Europe
Politique migratoire

Immigration illégale : traduire Matteo Salvini devant les tribunaux est-il vraiment une bonne idée ?

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Malgré la pandémie, les entreprises françaises devraient maintenir les projets d’augmentations de salaires prévues avant le Covid

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Société
IMG

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

il y a 2 heures 19 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 13 heures 15 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 14 heures 33 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 16 heures 47 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 18 heures 36 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 21 heures 30 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 23 heures 27 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : avec le Cassis Colosseum, la crème de cassis trouve sa place au premier rang de la photo de classe

il y a 42 min 48 sec
décryptage > High-tech
Données personnelles

Pourquoi TikTok vous menace même si vous ne l’utilisez jamais

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Environnement
Politiques énergétiques

Dérèglement climatique : une nouvelle étude écarte le scénario du pire. Mais aussi le meilleur…

il y a 2 heures 1 min
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 12 heures 23 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 13 heures 55 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 15 heures 30 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 21 heures 12 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 21 heures 57 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 23 heures 51 min
© REUTERS / Yves Herman
© REUTERS / Yves Herman
​Fin du monde

Les critiques faites à l’égard de la sortie de l’euro proposée par le Front national ne sont elles pas aussi caricaturales que le projet lui-même ?

Publié le 07 avril 2017
Alors que l'échéance présidentielle se rapproche dangereusement, les critiques faites à l'égard du projet économique du Front national peinent à s'extirper de la logique binaire qui s'était également imposée lors du Brexit. En évitant de traiter les détails de la question de la sortie de l'euro, les opposants au FN ouvrent la brèche à un discours simpliste.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'échéance présidentielle se rapproche dangereusement, les critiques faites à l'égard du projet économique du Front national peinent à s'extirper de la logique binaire qui s'était également imposée lors du Brexit. En évitant de traiter les détails de la question de la sortie de l'euro, les opposants au FN ouvrent la brèche à un discours simpliste.

Atlantico  : Si le discours du FN sur la question de l'euro est souvent caricaturé, ne peut-on également dire que les critiques elles-mêmes sont "caricaturales", comme cela a pu être le cas pour le Brexit, qui a souvent été présenté comme étant annonciateur d'une forte dépression qui n'a toujours pas vu le jour ?

Nicolas Goetzmann : Malheureusement, le débat sur l'euro est totalement coincé dans une logique binaire qui conduit à forcer les électeurs à choisir pour ou contre l'euro, sans jamais entrer dans le détail de ce qui pourrait être changé, dans le fonctionnement de l'euro. Les défenseurs de l'euro défendent un totem dont les caractéristiques sont gravées dans le marbre, et le FN joue en opposition. Ce débat est inutile et ressemble effectivement à celui qui a eu lieu sur le Brexit, entre ceux qui annoncent la fin du monde, et ceux qui annoncent un renouveau merveilleux qui découlerait d'évidence de la sortie de l'euro. Ce que cette forme de débat occulte totalement, c'est ce que le FN propose après la sortie de l'euro. Il suffit de regarder le projet présidentiel de Marine Le Pen, et de constater l'immense vide à ce sujet, pour réaliser que rien n'est véritablement prévu. On ne sait rien de la stratégie monétaire qui sera proposée à la Banque de France, s'agira-t-il d'un retour à la même stratégie que celle de la BCE, c’est-à-dire la maitrise des prix sous le seuil des 2% d'inflation, s'agira-t-il d'une autre stratégie ? Laquelle ? Et puisque le casting d'une Banque centrale, la personnalité de ceux qui la composent, sont d'une extrême importance pour assoir la crédibilité d'une institution nouvelle, et dotée du plus grand pouvoir économique possible dans le pays, il serait tout de même utile de savoir quels seraient les personnes choisies. Il est d'ailleurs intéressant de noter que parmi les équipes du FN, aucune personnalité ne semble être à la hauteur de la charge. Pas de personnalité, pas de stratégie, c'est bien ça l'éléphant au milieu de la pièce du projet du Front national, ce n'est pas la sortie de l'euro en tant que telle qui doit effrayer le plus, c'est le vide et l'improvisation qui s'annoncent pour la suite.

Ce qui est sidérant, c'est de voir que les opposants à Marine Le Pen entrent dans le jeu du discours manichéen à pieds joints, en parlant de désastre, de fin du monde, d'euthanasie des épargnants, c'est à dire dans le même registre qui a été utilisé lors du Brexit, et on a pu en mesurer l'efficacité. C'est en entrant calmement dans le détail que l'on peut voir le vide proposé par le FN, pas en restant sur des question de morale ou sur la peur. 

Marine Le Pen a pu indiquer que la monnaie pouvait être le levier le plus efficace pour agir sur la compétitivité, sur quels éléments Marine Le Pen se base-t-elle pour en arriver à une telle conclusion ? Une dévaluation provoque-t-elle nécessairement des gains de compétitivité ?

Voici encore un élément qui permet de démontrer la vacuité de ce débat. En parlant de compétitivité et de dévaluation, Marine Le Pen acte l'absence de pensée de son parti sur la question monétaire. Pour être juste, il n'est pas déraisonnable de penser que les partis de gouvernement ont également cessé de penser la monnaie depuis un bon moment. Le levier monétaire est d'abord et avant tout un outil permettant de contrôler la demande intérieure, c’est-à-dire le niveau d'activité, au sein de la zone économique sous le contrôle de la Banque centrale. L'évolution de la valeur de la monnaie dépend de ce qui va être fait en ce sens. On peut prendre l'exemple du Japon. La Banque du japon a modifié par deux fois son objectif monétaire, passant d'un objectif de 0% d'inflation à 1%, puis à 2%. Ces décisions ont provoqué une réaction des marchés financiers qui ont, au cours des mois qui ont suivi, entrainé une baisse du Yen de 40%. La "dévaluation" a donc été une conséquence, et non l'objectif principal. Parce que l'objectif principal a été de provoquer une poussée de la demande intérieure avec une limite d'une inflation à 2%, il ne s'agit donc aucunement de rechercher des "gains de compétitivité" pour exporter plus, mais bien de "revitaliser" l'économie sur la base du marché intérieur. De la même façon, lorsque l'euro a baissé lors de ces dernières années, ce n'est pas parce que la BCE a dévalué l'euro, mais parce que Mario Draghi a changé de braquet sur le niveau d'activité souhaité au sien de la zone euro, et l'ajustement s'est fait naturellement par la suite. Ce débat sur la monnaie basé sur les termes de dévaluation et de compétitivité est donc parfaitement creux.

Si le projet présidentiel de Marine Le Pen ne fait pas de mention explicite à la sortie de l'euro, et se réfère plutôt au référendum de sortie de l'Union européenne, quelles peuvent être les difficultés générées par ce manque de détails ?

Encore une fois, ce qui doit inquiéter le plus n'est pas la question de la sortie de l'euro, mais l'absence totale de stratégie pour la suite. Ce qui pose problème, c'est bien l'incapacité de poser la question de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas dans la zone euro. Le mandat de la BCE est inadapté aux besoins du continent, c'est bien la raison principale du chômage de masse qui frappe le continent depuis près de 10 ans, et de la précarisation des sociétés européennes. L'Europe a abandonné le plein emploi lors du Traité de Maastricht, alors qu'il s'agit d'une pierre angulaire des origines social-démocrate du projet européen. Le projet de certains candidats à la présidentielle est d'abandonner l'autre pilier de cette approche, c’est-à-dire l'État Providence, et une social-démocratie sans plein emploi et sans État providence, est simplement l'opposé d'une social-démocratie. La question qui se pose pour l'euro est donc de rétablir un objectif de plein emploi, ce qui donnera la possibilité de renforcer l'État providence sans passer par la case fiscalité. Mais cette question-là n'est pas abordée par le FN, dont le seul objectif est de s'opposer à ce qui existe aujourd'hui, sans aucune forme de réflexion autour de la complexité du problème. On rase gratis, et ensuite on improvise pour la suite avec les moyens du bord, voilà le programme. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 05/04/2017 - 20:04
L'intendance suivra......
Le chef de l’État doit-il être une sorte de demi dieu qui a toutes les compétences dans tous les domaines, n'a que des collaborateurs qu'il commande et doivent exécuter les ordres ? Très peu pour moi!
Le chef de l’État fixe les grandes orientations avec clarté. MLP veut la souveraineté de la France. Je conçois que beaucoup ne sont pas d'accord, mais ils devraient avoir le courage de la clarté sur cette question fondamentale. Mais le cap étant fixé, l'intendance suivra comme l' avait dit un célèbre président de la République !!
Jardinier
- 05/04/2017 - 19:23
J'ai entendu MLP dire que pour elle,
Le choix du dirigeant de la future banque de France serait une de ses décisions les plus importantes, elle est donc consciente de cela, et a des pistes. Et elle inscrit dans son programme une hypothèse d'inflation de 2,5% a partir de 2020, ce qui donne quelques indications sur la future politique de la banque. De toutes façons, il est prévisible que le but ne sera pas l’austérité, ni le resserrement monétaire. Une autre indication, est sa volonté d'utiliser une partie de la création monétaire pour le remboursement des intérêts (ou d'une partie des intérêts) de la dette, de manière modéré, chaque année. Je ne me rappelle plus le détails. Je ne crois pas qu'ils soient aussi peu préparés que vous le soupçonner. Concernant votre alternative, c'est à dire l'extension de la politique monétaire de Draghi à un point qui obligerait les allemands a subir de l'inflation et a la transformer en perte de compétitivité (si j'ai bien compris), il est probablement intéressant, mais peut être encore plus irréaliste, surtout que les allemands dispose en fait d'un quasi droit de véto sur les décisions monétaires avec le passage obligé de toutes ces décisions devant leur cour constitutionnelle.
zeliclic
- 05/04/2017 - 19:16
@lemillanh
l'Euro a baissé de plus de 23% par rapport à l'USD entre avril 2014 et avril 2015 (et n'a pas remonté depuis)...