En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 20 min 54 sec
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 45 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 59 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 6 heures 36 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 7 heures 34 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 8 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 50 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 9 heures 14 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 49 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 3 heures 10 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 5 heures 11 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 8 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 8 heures 35 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 9 heures 7 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 49 min
© LIONEL BONAVENTURE / POOL / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / POOL / AFP
Tribune

Cette faute que l'Histoire ne pardonnera jamais à François Hollande

Publié le 01 avril 2017
Pendant toute la durée de son quinquennat, la seule préoccupation de François Hollande aura été de ne pas couler.
Christian Combaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant toute la durée de son quinquennat, la seule préoccupation de François Hollande aura été de ne pas couler.

Il y a plus de trente ans, Les Nouvelles Littéraires ont demandé à une poignée d'écrivains dont je faisais partie un petit texte pour caractériser le tandem Giscard-Barre mais rédigé dans l'esprit des mémoires d'antan, c'est-à-dire un peu saint-simonien. 

Dans le cas du passage de François Hollande à l'Elysée, s'il fallait revenir à cette façon sèche de décrire les faits sans aucune illusion sur le courage des hommes, on peut dire que François Hollande fut, dans sa lâcheté cafarde, mielleuse, le sujet idéal, mais hélas il n'y a presque rien à dire. On aurait peine à distinguer en lui quelque chose qui relève de la volonté, du pari, de l'audace, et donc de l'Histoire. Si l'on parle de l'histoire de France au sens classique, celle des grands hommes et des grands destins, François Hollande n'aura laissé aucun sillage par manque de tirant d'eau. Le sobriquet qui lui a été donné au début de son mandat frappe par sa justesse, il fut juché sur un pédalo cet esquif impossible à diriger dans les tempêtes, qui ridiculise celui qui le chevauche, mais qui se caractérise par son insubmersibilité. La seule chose qui lui importait était de ne pas couler. Pendant cinq ans, il n'a pas navigué, il a flotté. Sa course est allée au gré du courant dans un flux Atlantique permanent qui rencontrait de temps à autre une dépression continentale européenne dont les vents venaient d'Allemagne. Pour avoir l'air d'avancer dans les tempêtes, il a hissé toutes sortes d'oripeaux troués sur un mât de fortune, la démocratie, la République, les valeurs, tout en cédant absolument tout à ceux qu'il flétrissait avant d'être élu. Il prétendait avoir pour ennemi la Finance, elle n'a jamais autant prospéré que sous son règne et son héritier est un banquier. Il voulait représenter la paix entre les courants, les tendances, les ethnies, les conditions sociales, jamais les haines mutuelles n'auront été aussi vives en France depuis la guerre d'Algérie. Il voulait faire croire à une oeuvre collective, il s'est enfermé dans un égoïsme narcissique qui n'aura montré ni la hauteur de Giscard, ni la solennité de Mitterrand, ni l'énergie de Sarkozy. "J'ai décidé, j'ai résolu, je ferai, j'ai entrepris", a t-il souvent glapi à la télévision pour faire croire à son peuple qu'il commandait aux éléments. En vérité, il aura passé cinq ans à se faire tremper par d'énormes paquets de mer debout dans son ciré jaune en espérant que sa dérive allait le mener quelque part. Il ne sait toujours pas où il va aborder. Son équipage le déteste, il échoue à des milles nautiques de l'endroit où il voulait aller, le bateau connaît des avaries sévères, mais il s'en fiche car dans trois semaines, il sera au sec.

Il est tout de même une chose que l'Histoire ne lui pardonnera jamais, et les écrivains encore moins que les autres, c'est sa parfaite insensibilité à ce qui ne sert pas ses propres constructions mentales. La crise des migrants et les cruautés des islamistes, les massacres passés et futurs auraient autorisé le recours à l'émotion, au commentaire solennel, à l'action dans des proportions rarement atteintes depuis cinquante ans dans la politique française. Or sous la pression de Laurent Fabius et des Américains, sa seule mention de "souffrances épouvantables" n'a concerné que les victimes du régime de Bachar Al Assad. On peut vérifier. Rien sur les chrétiens crucifiés, l'otage américaine violée par le chef des islamistes, les homosexuels précipités du septième étage et achevés par les combattants à coups de pierres, les ennemis grillés vivants sur la plage, pendus à des câbles, le pilote jordanien brûlé dans une cage, le directeur du musée de Palmyre torturé à 82 ans, le citoyen français décapité au milieu de la France profonde qui l'avait vu naître. Même à propos du chômage, même à propos des agriculteurs, la parole présidentielle ne fait jamais aucune mention de la détresse morale des intéressés qui se suicident par milliers. En revanche, le seul moment où elle s'anime et semble trouver un peu de chair, un peu de solennité, c'est dans le registre : "Je veux pouvoir continuer à me regarder dans la glace, je veux que la France soit digne de ses principes (entendez les miens, les principes socialistes, donc c'est encore de mon image qu'il s'agit). En somme je veux, surtout, ne pas perdre la face."
Trop tard, c'est fait. François Hollande fut le contraire d'un homme d'Etat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Themistokles
- 03/04/2017 - 11:53
médiocre Hollande, vil Ganesha
En réponse à H. de Wazières : un pamphlétaire aussi médiocre que Ganesha a bien des lecteurs !
H. de WAZIERES
- 02/04/2017 - 18:21
hmj
Excellent article ! Reste à savoir comment un individu aussi médiocre a pu arriver au sommet de l'état.
Phlt1
- 02/04/2017 - 16:13
@Yves Jean...
Vous devez vivre dans un autre monde que celui du citoyen français moyen. Monsieur Hollande n'est pas à analyser sous l'angle de sa fonction, ni sous l'angle de ce qu'il représente. Monsieur Hollande est à analyser sous l'angle de l'être humain. et sous cet angle, Monsieur Hollande est un lâche doublé d'un cynique qui a passé sa vie à jouer "au plus malin que les autres" avec pour seul objectif celui de ne rien faire tout en gagnant beaucoup, donc en slalomant en permanence avec la réalité, le mensonge, dans sa vie privée comme dans sa vie professionnelle. Quant à ses "exploits", savez-vous que les militaires lui demandaient une intervention au Mali depuis des mois, et qu'il ne voulait pas prendre cette décision qu'il a prise seulement le jour où une colonne islamiste s'est dirigée sur Bamako.?. Concernant les attentats, savez vous que ce gouvernement n'a JAMAIS mis en place les mesures annoncées au français après Charlie.?. La seule intention de François Hollande était de briller aux yeux du monde: là aussi il aura échoué...brillamment.!. Il est la risée de TOUS les chefs d'Etats...et pendant ce temps la France aussi.!. Cet être humain est une honte qui mérite la prison.