En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

04.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

07.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

01.

Un concours de sosie de William et Kate Middleton

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

ça vient d'être publié
pépites > High-tech
Apple Pay
2020 : 99 % des cartes françaises seront compatibles Apple Pay
il y a 12 heures 28 min
pépite vidéo > Media
Un bad buzz
Rognée d'une photo officielle : Vanessa Nakate dénonce un acte raciste
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dépendances" : une pièce de théâtre où la fratrie est mise en avant

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Là où chantent les écrevisses" : un roman qui a déjà conquis 4 millions de lecteurs

il y a 18 heures 33 min
décryptage > Santé
Un nouveau débat ?

Fongicides : ces lanceurs d’alerte qui plombent les débats scientifiques

il y a 19 heures 28 min
décryptage > Santé
Septicémies

Alerte à l’empoisonnement du sang : une mort sur 5 dans le monde causée par les sepsis

il y a 21 heures 1 min
décryptage > High-tech
Adieu l'intimité !

Cette si discrète entreprise qui pourrait faire que nos vies privées ne le soient… plus jamais

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Economie
Attention !

Alerte au Coronavirus sur l’économie mondiale : une panique planétaire couve sur les marchés

il y a 21 heures 52 min
décryptage > Politique
Un parti à bout de souffle ?

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

il y a 22 heures 29 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Coronavirus : l'OMS fait évoluer son évaluation de la menace en la qualifiant "d'élevée" à l'international
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Politique
Et après ?
Brexit : Quelles sont les démarches que les Français devront effectuer pour se rendre en Grande-Bretagne ?
il y a 13 heures 17 min
pépites > Santé
Conoravirus
Coronavirus : comment les Français atteints du virus sont-ils pris en charge sur le territoire ?
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Politique
C'est grave docteur ?

Et Benjamin Griveaux dérailla gravement à la gare de l'Est…

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Politique
Nouvelle technologie

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Politique
Lendemains qui déchantent

L’Europe face à une gueule de bois post Brexit

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Santé
Le fugitif

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Société
Inquiiétude

De l’inquiétant au dramatique : ces réalités diverses qui se cachent derrière le chiffre global de la hausse des actes racistes et xénophobes

il y a 21 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit à J-4 : Boris Johnson doit tout changer pour que rien ne bouge

il y a 22 heures 2 min
pépite vidéo > Social
Aucune réponse du gouvernement
Eric Drouet se confie sur sa décision de se retirer du mouvement des Gilets jaunes
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Politique
Officialisation
Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, s’engage dans la campagne des municipales et sera tête de liste à Tourcoing
il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
© Reuters
​Sciences occultes

​Comment le Portugal est parvenu à réduire ses déficits tout en augmentant ses retraites et ses salaires

Publié le 03 avril 2017
Avec Eric Dor
Alors qu'il avait été accusé d'aller à l'encontre du bon sens, le nouveau Premier ministre portugais, Antonio Costa, est parvenu à réduire les déficits publics de son pays tout en mettant fin à l'austérité.
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'il avait été accusé d'aller à l'encontre du bon sens, le nouveau Premier ministre portugais, Antonio Costa, est parvenu à réduire les déficits publics de son pays tout en mettant fin à l'austérité.
Avec Eric Dor

​Atlantico : Antonio Costa, Premier ministre portugais depuis novembre 2015, s'était engagé auprès de sa population d'en finir avec les mesures d'austérité. En rétablissant les retraites, les salaires, et les heures de travail à leur niveau pré-austérité, l'économie portugaise est parvenue à retrouver des couleurs tout en arrivant à faire baisser le déficit public à 2.1% du PIB. Quels sont les mécanismes qui ont été à l'oeuvre ?

Eric Dor : L'expérience des plans d'ajustement structurels, y compris ceux appliqués en Europe en réponse à la crise des dettes publiques de la périphérie de la zone euro, a montré que l'austérité excessive est contreproductive. L'austérité démesurée est tellement récessive que le produit intérieur brut se réduit plus rapidement que la dette publique, si jamais celle-ci se réduit, si bien que le ratio d'endettement, c'est à dire la dette divisée par le PIB, augmente alors que l'objectif était une diminution. Même le FMI a admis récemment que le multiplicateur budgétaire est supérieur à ce qu'il pensait, par exemple en Grèce, mais les dégâts de cette ignorance ont été produits.
 

Indépendamment de toute idéologie politique, la stratégie du gouvernement portugais de Monsieur Costa a donc un certain fondement. Il a délibérément inversé l'orientation excessivement récessive de la politique qui avait été ordonnée jusque là au Portugal par la Troïka. Le gouvernement est revenu progressivement sur les baisses passées de salaires dans la fonction publique. Il a procédé à  la suppression partielle de la surtaxe sur l'impôt sur le revenu. Le gouvernement a augmenté certaines prestations sociales, réinstauré certains jours de congé, augmenté légèrement le salaire minimum qui reste très réduit, et a annulé l'augmentation de la TVA sur la restauration. Il a également réinstallé les négociations collectives dans les entreprises publiques.
Toutes ces mesures ont rendu du pouvoir d'achat aux ménages portugais. Cela a permis une accélération de la consommation qui a été le déterminant essentiel de la reprise au Portugal. C'est cette reprise de la consommation qui a produit une grande partie des créations récentes d'emploi après les destructions massives dues à l'austérité, même si l'embellie des exportations y a un peu contribué également. 

Il faut évidemment reconnaître que la baisse des prix du pétrole, et donc du coût de l'énergie en général, a renforcé temporairement l'accélération du pouvoir d'achat, avant que le prix du brut remonte récemment.

A l'inverse, le pays affiche encore un endettement record et un système bancaire très fragile, ce dernier point étant une source de friction entre les Européens et le gouvernement portugais qui accuse les institutions d'en être à l'origine. Quelles sont les responsabilités réelles sur ce point ? 

Tout cela n'empêche pas que la dette publique du Portugal reste excessivement élevée en pourcentage du produit intérieur brut. La solvabilité intertemporelle du pays reste menacée. Rien que stabiliser le ratio d'endettement public requiert que le taux de croissance du Pib nominal, donc la somme de la croissance du PIB réel et de l'inflation, soit supérieur au taux d'intérêt moyen payé sur l'entièreté de la dette publique. Une forte remontée des taux d'intérêt exigés par les investisseurs sur les nouvelles obligations émises peut assez rapidement augmenter le taux moyen payé sur l'encours de la dette et rendre celle-ci explosive. En effet les perspectives d'inflation sont limitées et la croissance réelle potentielle est déprimée au Portugal. Le stock de capital est en effet déprimé par l'effondrement de l'investissement en biens d'équipement depuis le début de la crise. Le stock de capital humain a été laminé par l'émigration due au manque d'emploi et par l'érosion des compétences due au chômage de longue durée. L'endettement excessif des entreprises compromet toute reprise forte de l'investissement. 

Les autorités européennes auraient du instaurer des mécanismes d'après lesquels les impôts payés par les émigrés de la périphérie de la zone euro dans les pays du centre, comme l'Allemagne, puissent être partiellement versés à leurs pays d'origine pour y contribuer à assurer le service de la dette publique. 

Les prêts à problème restent trop élevés à l'actif du bilan des banques portugaises. Cela les fragilise et laisse le gouvernement portugais sous la menace du besoin de nouvelles recapitalisations du secteur en cas de crise financière, ce qui augmenterait encore la dette publique. Il eût été opportun que le FESF et ensuite le MES puissent recapitaliser directement, et suffisamment, les banques portugaises. Cela aurait détricoté le lien qui expose le gouvernement au risque de ses banques.

Quelles sont les leçons du Portugal pour la stratégie économique de la zone euro ? Quels sont les pays qui pourraient s'en inspirer ?

Les leçons du Portugal pour la politique de la zone euro sont multiples. D'abord le Portugal confirme que moins d'austérité est compatible avec le retour à un certain équilibre des finances publiques. On peut même dire que l'abandon de l'austérité favorise l'atteinte des critères de limitation du déficit public en pourcentage du PIB. Une économie moderne crée avant tout des emplois dans les services, car l'industrie contemporaine est très robotisée. Or les services dépendent avant tout de la demande intérieure.
Ensuite le Portugal montre que même avec une forte dose de réformes structurelles et après une période d'austérité drastique jusqu'à être contre-productive, la dette publique d'un pays et le ratio d'endettement se réduisent très difficilement. Une forme d'effacement de la dette est donc nécessaire tôt ou tard. Il est aberrant que la zone euro encourage la mobilité des employés d'un pays à l'autre sans fédéralisme fiscal, sans paiement des pays de destination vers les pays d'origine. 

Le cas du Portugal montre également que les banques doivent être assainies pour pouvoir prêter aux entreprises, et qu'il est nécessaire de les recapitaliser sans exposer davantage les autorités publiques.

Les enseignements à tirer de tout cela sont très utiles pour l'Espagne et surtout l'Italie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Des déchets nucléaires recyclés permettraient d'obtenir des batteries quasi éternelles

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Ce laser super puissant développé par Israël pourrait devenir un instrument de paix

04.

Coronavirus : quand les experts américains en sécurité biologique alertaient sur les risques posés par le laboratoire chinois ultra sensible de… Wuhan

05.

Plus précieux que l’or, le palladium : les raisons d’un envol des prix

06.

Ce que les municipales risquent d’imposer à Emmanuel Macron

07.

Alors que les populations de culture musulmane connaissent un retour marqué à la religion en Europe, les pays arabo-musulmans connaissent pour leur part une sécularisation rapide

01.

Un concours de sosie de William et Kate Middleton

01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

04.

Mais pourquoi la droite semble-t-elle incapable de capitaliser sur le rejet du duel retour Macron / Le Pen ?

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 04/04/2017 - 19:51
Recette connue
Baisser les impots et la dépense publique, la recette est connue et a été apliquée dans les pays qui s'en sont sortis
ISABLEUE
- 04/04/2017 - 17:31
en attirant les retraités de toute l'Europe
qui ne paient pas d'impôt.
Simple.
cloette
- 04/04/2017 - 12:32
oui un bémol
les Portugais vivent comme les milieux populaires dans les années 60 en France , c'est à dire mal .Ils comptent sur l'Europe, c'est dire qu'ils savent ne pas compter sur eux même, et ils émigrent beaucoup en France où ils ne vivent pourtant pas bien ,mais ont des protections sociales .