En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© BORIS HORVAT / AFP
Atlantico Business
Historique : la CFDT, premier syndicat de France devant la CGT, et voici pourquoi c’est une révolution
Publié le 31 mars 2017
La CFDT est donc devenue jeudi soir, et officiellement, le premier syndicat des salariés du privé au niveau national. Elle détrône ainsi la CGT. Quel changement !
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La CFDT est donc devenue jeudi soir, et officiellement, le premier syndicat des salariés du privé au niveau national. Elle détrône ainsi la CGT. Quel changement !

Philippe Marinez, le pétulant et parfois un peu bourru secrétaire général de la CGT, va pouvoir lisser ses moustaches, il aura du mal à dormir. Les semaines qui viennent vont être difficiles.

Pour Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, l‘heure de la revanche a sonné. Pour lui, le petit, celui qu’on moquait dans la cours des grands syndicats. Personne ne lui contestera désormais le rôle de premier interlocuteur du prochain président de la République

C'est historique. La CFDT est devenue vendredi 31 mars le premier syndicat auprès des salariés du privé au niveau national, devant la CGT selon le calcul de représentativité de la Direction Générale du Travail (DGT), et c’est le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, grand perdant du scrutin qui s’est offert le luxe de l'annoncer lui même : "Sur le privé, la CGT passe deuxième organisation syndicale avec 24,86% et la CFDT fait 26,38%".

Le rendez-vous de cette nouvelle mesure était décisif et attendu par tout le monde des affaires et la classe politique. D'abord parce que ce calcul prend en compte certaines nouvelles règles établies par la loi Larcher, appliquée par étapes depuis 2008. Ensuite, parce que son résultat fait basculer un paysage syndical jusqu'ici dominé par la CGT.

C’est évidemment "un choc dans le paysage syndical et social français". Alors, la CGT garde la place de tête dans les TPE, les très petites entreprises, mais perd sa place de leader au niveau national. C’était attendu parce qu’on savait bien que la CGT, le plus ancien syndicat français, avait déjà perdu du terrain dans plusieurs de ses bastions entre 2014 et 2016 (fonction publique, SNCF, Orange...).

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, avait toutefois estimé après le débat confus sur la loi El Khomri, que la montée en puissance de son syndicat allait représenter un grand changement paysage syndical et social français.

Les résultats communiqués jeudi agrègent plusieurs suffrages, décidés dans le cadre de la loi Larcher de 2008 sur la représentativité syndicale : votes recueillis entre janvier 2013 et décembre 2016 dans les entreprises de plus de 11 salariés ; votes dans les TPE entre décembre 2016 et janvier 2017 ; votes des chambres départementales d'agriculture qui ont eu lieu en janvier 2013 pour les salariés de la production agricole.

Au total, 5,3 millions de personnes ont voté, soit 200.000 de plus qu'en 2013. Or, en mars 2013, la CGT et la CFDT étaient au coude à coude : 26,77% des voix pour la CGT, 26% pour la CFDT, suivies de FO (15,94%), la CFE-CGC (9,43%) et la CFTC (9,3%).

C’est évidemment un grand changement. La CGT était la plus ancienne, la plus politique et la plus radicale de tous les syndicats français. Très liée au parti communiste, la CGT était le bras armé de la gauche communiste dans les entreprises et dans l'administration. Le syndicat a finalement suivi de quelques années le recul du parti communiste dans la classe politique pour les mêmes raisons. La CGT, portait une stratégie de lutte des classes, et n'entendait les rapports sociaux que comme des rapports de force.

La CGT a toujours protégé ses bastions historiques qu’était l'industrie, la sidérurgie, l'automobile, les grandes entreprises publiques, SNCF, l'aéronautique et l'administration. Ceci dit, la CGT a perdu de son influence quand ces grands bastions ont perdu de leur puissance et de leurs potentiels.

Les grandes mutations qui ont traversé le monde depuis 25 ans ont changé la donne syndicale. La mondialisation a entrainé un déplacement des centres de production, la généralisation de l’économie de marché a privé la CGT du rêve d’un système alternatif d’économie étatique et centralisé, le progrès technologique, le digital a bouleversé l'organisation du travail et même le statut salarié. Dernier point, le poids et surtout le cout du modèle social européen, sur lesquels les syndicats et particulièrement la CGT ont beaucoup prospéré, se sont effrités.

La CGT n’a pas voulu ou n’a pas pu pour plein de raisons idéologiques et politiques, prendre en compte ces mutations et s’y adapter. La CGT a plutôt combattu ces mutations en s’y opposant par la force et par le conflit. La CGT a même utilisé sa force dans les services publics pour bloquer le pays et faire plier les gouvernements. La CGT a sans doute été le frein principal aux réformes en France.
La CFDT, de son côté, a développé une stratégie très différente de compromis. La CFDT ne s’est jamais mise en position de condamner le système capitaliste, mais plutôt de le corriger ou de le réguler. La CFDT ne s’est jamais mise en position de nier la mondialisation ou le progrès technologique, l'Union européenne ou l'euro.

Plus important encore pour l'avenir, la CFDT a développé toute une série de projet de réformes pour accompagner la modernisation du système de production et de redistribution afin de mieux protéger le salarié. La CFDT ne s'est même jamais opposée frontalement à d’autres formes de travail comme le travail indépendant ou l'ubérisation. Au contraire, elle a cherché à aménager le système pour qu'il soit à la fois plus avantageux et plus efficace.

La CFDT a pour ligne stratégique la recherche du compromis avec le patronat, s’adapter au système pour qu’il soit plus performant. La CFDT se retrouve donc sur la même ligne que les syndicats allemands qui ont été des pièces maitresses de la réussite économique allemande.

Que la CFDT arrive aujourd'hui en tête des syndicats français prouve à l'évidence que le monde de l'entreprise et des salariés du privé ne sont pas aussi fermés au progrès et à la compétitivité nécessaire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
La résignation des chômeurs face à la loi d’airain de l’offre et de la demande
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vm
- 02/04/2017 - 08:19
Syndicalisme à l'allemande
Le syndicalisme français ne peut pas se rapprocher de son homologue allemand à cause du droit du travail. En France il assure une impunite quasi totale aux salariés et une immunité diplomatique aux délégués du personnel. Il n'y a pas de négociations. Il y a un rapport de force épuisant-our le patron où les salariés ont toutes les cartes en mains.
Pour relancer l'économie il suffirait pourtant de donner aux entreprises la liberté totale de licencier sans risque de poursuite.
La productivité augmenterait alors mécaniquement les mauvais employés (arrêts maladie à répétition, revendications permanentes, faible productivité,...) étant remplacés par des bons. Je sais je vais me faire traiter de facho mais c'est pourtant la réalité. Ca se passe comme ça en Allemagne et en suisse et, entrepreneur alsacien, je vous confirme que nos voisins n'ont pas l'air malheureux.
Il ne faut donc pas rêver d'un syndicalisme à l'allemande tant que nous n'avons pas un droit du travail à l'allemande.
Leucate
- 01/04/2017 - 17:29
@totor101
Depuis 1920 et le Congrès de Tours où les socialistes se scindèrent en deux, les majoritaires qui rejoignirent la III° Internationale communiste et les minoritaires qui restèrent "section française de l'internationale socialiste" SFIO, la CGT a toujours été un "organe" du Parti Communiste.
C'est pour cela que les socialistes la quittèrent en 1947/48 pour former la CGT Force Ouvrière.
La CFDT a une autre histoire qui s'est longtemps confondue avec celle de la CFTC jusqu'en 1964.
La CFDT n'est pas le bras du PS même si certains de ses cadres ont des sympathies socialistes ou socialisantes. A l'origine, ce sont des chrétiens de gauche.
totor101
- 01/04/2017 - 10:50
UNE LOGIQUE ?
depuis 68:
- La CGT est devenue le bras du PCF.
- La CFDT le bras du PS
actuellement
Le nombre de syndiqués (hors fonction publique) est en chute libre
POURQUOI ?
les syndicats sont menés par des apparatchiks qui n'ont rien à faire, au quotidien, des entreprises ou se trouvent leurs adhérents....