En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 4 heures 39 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 6 heures 41 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 8 heures 13 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 9 heures 37 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 11 heures 35 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 12 heures 10 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 12 heures 58 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 14 heures 43 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 6 heures 19 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 9 heures 1 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 11 heures 59 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 13 heures 42 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 14 heures 47 min
« Selon des sources fiables… »

Comment distinguer les rumeurs fondées de celles qui ne le sont pas

Publié le 03 mars 2012
Si la rumeur est un défi à la logique et si elle se moque de la vérité, elle répond néanmoins à des règles précises et sa maîtrise relève d'un art d'une grande finesse. Expert de la rumeur, Laurent Gaildraud explique le phénomène dans son livre "Orchestrer la rumeur". Extraits (2/2).
Laurent Gaildraud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Gaildraud est consultant en entreprise. Expert en intelligence économique, il est fondateur du trophée Sun-Tzu qui récompense chaque année la meilleure rumeur orchestrée dans le contexte d'une OPA hostile.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la rumeur est un défi à la logique et si elle se moque de la vérité, elle répond néanmoins à des règles précises et sa maîtrise relève d'un art d'une grande finesse. Expert de la rumeur, Laurent Gaildraud explique le phénomène dans son livre "Orchestrer la rumeur". Extraits (2/2).

S’entraîner à repérer une rumeur est utile : c’est en rumorant que l’on apprend à rumorer. Vous avez à votre disposition plusieurs compositions récurrentes et communes à toutes nos rumeurs. S’exercer à détecter ces structures sera un inépuisable sujet de franche rigolade lorsque vous allumerez la télévision, notamment pour la messe quotidienne de la rumeur, c’est-à-dire le journal télévisé (avec une préférence pour celui de 20 heures).

Les amateurs du rire permanent peuvent aller directement sur les chaînes d’information en continu.

Un style narratif impersonnel : « Selon des sources fiables… »

Avant toute chose, il faut garder à l’esprit que la rumeur est un creuset de conformisme, de lieux communs, d’actes d’allégeance et de volonté d’appartenance. Elle est identitaire, moralisatrice et donneuse de leçons. Si vous n’y retrouvez pas ces ingrédients, attendez-vous à une rumeur fondée, c’est-à-dire une rumeur qui repose sur des faits avérés ou partiellement avérés (ce qui est suffisant).

La rumeur se reconnaît par un style narratif indirect et transposé avec des formes impersonnelles, du genre « Après analyse…, les voisins ont rapporté que…, depuis un certain temps…, selon des sources autorisées [1]…, selon une source proche du dossier… », etc. Toutes ces formules et périphrases ont le mérite d’affranchir le propagateur de la question de la source. Un laconique « Gageons que l’avenir nous réserve des surprises » ou bien encore « Affaire à suivre » dis­tillé par quelques présentateurs de journaux télévisés contribuent à auréoler des faits anodins d’un mystère affriolant.

D’autres signes peuvent nous renseigner, comme l’emploi fréquent de la troisième personne du singulier, qui accentue une formulation gé­nérale et distanciée en correspondance avec le ton rumoral. Par oppo­sition, l’emploi du « je » a une connotation d’expérience personnelle peu compatible avec nos rumeurs et laisse présager que les faits ont été vécus.

L’individu récepteur d’une information (rumeur) va évaluer cette dernière avec son propre système de valeurs. Cette évaluation du degré d’adéquation entre ce qu’il entend et son système de croyances peut s’orienter vers trois axes : accord, désaccord ou interrogation.

S’il est d’accord, soit il ne dira rien et opinera (le cas le plus fré­quent), soit il donnera les raisons de son accord. Dans les deux cas, tout va bien.

S’il n’est pas d’accord, il y a de fortes chances pour qu’il justifie ce désaccord. Si vous entendez une justification après avoir essayé de faire passer une rumeur, méfiez-vous car votre interlocuteur n’y croit pas. Dans ce cas de figure, il est impératif de reformuler votre mes­sage pour trouver son approbation.

Si vous avez affaire à un cartésien, vous lui parlerez logique, résul­tats quantifiables, chiffres, technique, etc. Mais s’il s’agit d’un créatif/affectif, vous lui tiendrez un discours intuitif, global, synthétique et humain.

Ne pas adresser le bon type de discours à votre destinataire aug­mente considérablement les chances de rejet de la rumeur. Et ça, nous ne le voulons pas [2] !

La troisième option, dans laquelle l’individu s’interroge, est plutôt bon signe pour notre diffusion.

Emploi du conditionnel

Les rumeurs, dans leur narration, ont un style, « une odeur » qui les rendent aisément identifiables. Un article sur quarante emploie le mot « rumeur » et 18 % utilisent le ton « rumoral » [3]. Un des principaux signes de reconnaissance de ce ton est l’emploi du condi­tionnel. On n’entend pas « Il y a eu 10 morts » mais « Il y aurait eu 10 morts ». Le ton rumoral nous entoure quotidiennement.

Deux niveaux de séparation : le copain du copain

Au fur et à mesure des déplacements de la rumeur de personne à personne, il devrait venir un moment où nous nous trouverions de­vant un message qui aurait cette forme : « C’est l’histoire de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme, etc. » Ce cas de figure, très ennuyeux sur le plan narratif et contre-productif pour la propagation de notre rumeur, ne se produit jamais. En fait, le propagateur fait disparaître inconsciemment tous les niveaux de séparation qui le tiennent à distance des faits pour n’en conserver que deux.

Si vous entendez quelqu’un dire : « Mon voisin a vu ça… », atten­dez-vous à une rumeur fondée. Par opposition, si vous entendez « Le frère de mon voisin a vu ça », attendez-vous à une rumeur infondée. Ce phénomène est instinctif : selon Jean-Noël Kapferer, il s’agirait pour le narrateur de conserver un intérêt au discours tout en empêchant une quelconque vérification – il y a peu de chances en effet pour que vous cherchiez à joindre le frère de son voisin !

_________________________

Extraits de Orchestrer la rumeur. Rival, concurrent, ennemi... comment s'en débarrasser, Eyrolles (23 février 2012)



[1] Par définition, selon Coluche, les sources dites « autorisées » sont celles auxquelles vous n’appartenez pas.

[2] La littérature sur ce sujet est pléthorique. Pour le lecteur intéressé : M. A. Tinker et F. L. Goodenough, « Mirror reading as a method of analysing factors involved in word percep­tion », Journal of Educational Psychology, 22, 1931 ; Kenneth Hugdahl et Richard Davidson (dir.), The Asymetrical Brain, MIT Press, 2003 ; Lucien Israël, Cerveau droit, cerveau gauche, Plon, 1996.

[3] Source : Pascal Froissart, « Penser les médias sans notion de masse » in Émergences et continuité dans les recherches en sciences de l’information et de la communication, Actes du XIIe Congrès des sciences de l’information et de la communication, SFSIC, 2001, p. 49-56.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires